Lemud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lemud
Église Sainte-Félicité.
Église Sainte-Félicité.
Blason de Lemud
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du Sud messin
Maire
Mandat
Hervé Senser
2014-2020
Code postal 57580
Code commune 57392
Démographie
Gentilé Lemudois
Population
municipale
368 hab. (2014)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 21″ nord, 6° 22′ 01″ est
Altitude Min. 216 m
Max. 242 m
Superficie 4,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Lemud

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Lemud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lemud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lemud
Liens
Site web http://mairie.lemud.free.fr[1]

Lemud est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur la rive gauche de la Nied française.

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lemud
Sanry-sur-Nied Bazoncourt Vaucremont, commune de Bazoncourt
Sorbey (Moselle) Lemud Ancerville (Moselle)
Aube (Moselle) Dain-en-Saulnois Rémilly (Moselle)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 424 hectares ; son altitude varie entre 216 et 242 mètres[2].

Le point d'altitude minimale est au nord de la commune et le point culminant au sud.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Nied française marque la limite communale entre Lemud et Bazoncourt. Sur cette rivière se trouve le moulin de Bazoncourt qui est, entre autres, un site d’observation ornithologique : Héron cendré (Ardea cinerea), Hirondelle rustique (Hirundo rustica), Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la ligne de chemin de fer reliant Rémilly à Metz. Lors de la mise en service de cette ligne, la rivière avait été déviée.

Le carrefour central du village est réputé être dangereux du fait de la présence d’un important virage qui perturbe la visibilité.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune n’est presque pas boisée, si ce n’est sur la limite communale avec Rémilly au sud. Les terrains sont essentiellement agricoles et il existe un ensemble d’étangs privés à l’est du village. Le terrain de football se situe à la sortie Sud du village.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1404 : Lemeu ou Lemen
  • 1631 : L'Esmud
  • 1779 : Le Mud
  • 1793 : Lemud
  • 1915-1918 : Mud
  • 1940-1944 : Ulmen

Nota : en Indonésie, le terme Lemud désigne le moustique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village dépendait du comté puis duché de Bar (enclavé dans le pays Messin) qui s’étendait jusqu’aux portes de Metz. Il faisait partie en 1404 du fief des Hungre, puis en 1682 du fief de Tournielle. En 1742, le village appartenait à la famille Georges, alors seigneurs de Lemud[3], dont descend le graveur Aimé de Lemud.

Sur la carte de Cassini, vers 1750, le nom du village s’écrit « Lemeu » et il est déjà aussi peu boisé qu’aujourd’hui.

Le 6 août 1870, le 2e corps de l'armée de Lorraine commandé par le général Frossard bat en retraite vers Metz après la perte de la bataille de Forbach-Spicheren. Il passe la nuit du 9 entre Rémilly et Lemud. 25 000 soldats, 5 000 chevaux, 72 canons et 18 mitrailleuses traversent le village le 10 août[4].

Une inondation a eu lieu en avril 2007 dans le centre du village. La précédente eut lieu en février 1997 et fut plus haute.

La ville a été associée par certains tenants du New Âge aux prédictions sur la fin du monde en 2012[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
an VIII   François Poinsignon / /
mars 1971 mars 1977 André Boime / /
mars 1977 mars 1983 André Boime / /
mars 1983 mars 1989 Christian Beauquel / /
mars 1989 mars 1995 Christian Beauquel / /
mars 1995 mars 2001 Joseph Chatelus / /
mars 2001 mars 2008 Hervé Senser UMP Agriculteur
mars 2008 mars 2014 Hervé Senser UMP Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Hervé Senser a soutenu Bruno Mégret (FN) lors des élections présidentielles de 2002 (J.O. Numéro 84 du 10 avril 2002).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 368 habitants, en augmentation de 25,17 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
164 183 202 191 206 227 240 251 222
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
206 222 209 202 208 188 208 200 413
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
191 175 167 165 145 146 167 198 322
1990 1999 2007 2011 2014 - - - -
323 297 304 306 368 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École maternelle et primaire (jusqu’au CP).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Premier dimanche de décembre : petit marché de Noël dans les locaux de l’école maternelle (artisanat local…).
  • Dernier dimanche de juin : brocante.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Deux aires de jeux pour enfants, et pour 2012 un city stade pour plus de 20 000 euros.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Production céréalière et élevage.
  • Fête patronale : fin juin ou fin juillet (ex : 27-28 juin 2009).
  • Fabrique de cancoillote, depuis 1978.
  • Bureau d’études en environnement (aménagements de rivières, hydrobiologie…).
  • Centre commercial « les 5 épis » (Super U, Magasin Vert…).
  • Pêche.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Le village a été récompensé par une fleur au palmarès du concours des villes et villages fleuris[9],
  • Vestiges gallo-romains à droite de la route vers Rémilly,
  • Le moulin de Bazoncourt sur la Nied française, aujourd’hui recouvert de vigne existe depuis l’an 875. On y a cessé toute activité au 1er janvier 1950,
  • Ancien restaurant Simon-Iden,
  • Ancienne brasserie,
  • La place Félicité-de-Lemud,
  • La place du Gué,
  • Point de mesure national de la qualité de l’eau de rivière (sur la Nied française),

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle-oratoire Notre-Dame-de-Beaumé.
  • Église Sainte-Félicité néo-gothique datant de 1880
  • Chapelle-oratoire Notre-Dame-de-Beaumé sur le chemin de Lemud, ancien lieu de pèlerinage le Vendredi saint.
  • Au moins quatre calvaires sont présents sur la commune. Le calvaire de la rue du Stade porte les inscriptions suivants « O CRUX AVE SPES UNICA », ce qui signifie « Salut, ô Croix, notre unique espérance ». Il s’agit du début de la 6e strophe de l’hymne Vexilla regis composé par Venance Fortunat au VIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Félicité de Lemud.
  • Liste des comtes puis ducs de Bar :
  • François-Sébastien George(s), seigneur de Lemud, né vers 1717 à Pont-à-Mousson, marié le 7 janvier 1738 avec Barbe-Françoise-Victoire de Vaux à Saint-Mihiel et décédé le 10 juin 1791, fils de Noble Didier, seigneur de Lemud, conseiller du roi et procureur sub-délégué au bailliage de Pont-à-Mousson, professeur de droit coutumier de la dite Université et de Marie Anne Royer.

Héraldique[modifier | modifier le code]

D’azur à la fasce d’argent, chargée d’un croissant d’azur entre deux croix pattées de gueules, accompagnée de trois abeilles d’or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De nombreuses informations sur la commune proviennent de l’ouvrage « Lemud » de Jérôme MICELI (en préparation).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/pange/lemud.html
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  3. « P8 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  4. Jérôme Miceli, « Lemud et son histoire : Sur la guerre de 1870-71 à Lemud », Bulletin d'information, no 3,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Villes et Villages fleuris »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).