Niderviller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Niderviller
Mairie
Mairie
Blason de Niderviller
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Phalsbourg
Intercommunalité Communauté de communes de Sarrebourg - Moselle Sud
Maire
Mandat
Claude Vouriot
2014-2020
Code postal 57565
Code commune 57505
Démographie
Gentilé Nidervillerois
Nidervillois
Population
municipale
1 222 hab. (2014)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 49″ nord, 7° 06′ 31″ est
Altitude Min. 257 m – Max. 364 m
Superficie 10,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Niderviller

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Niderviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Niderviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Niderviller
Liens
Site web http://www.niderviller.com/

Niderviller est une commune française de Lorraine, située dans le département de la Moselle, en région Grand Est. Elle est célèbre pour sa faïencerie.

Cette commune se trouve dans la région historique de Lorraine et fait partie du pays de Sarrebourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Niderviller est un village français situé en Lorraine, dans le département de la Moselle. Niderviller fait partie de l'arrondissement de Sarrebourg et du canton de Sarrebourg, ainsi que de la communauté de communes de Sarrebourg - Moselle Sud.

La commune est traversée par le canal de la Marne au Rhin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • De l'adjectif germanique nieder "d'en bas" + weiler[1].
  • Niederwilre (1163), Nyderwilre (XVe siècle), Nyder-Wuelles (1525), Nidersweiller (1594)[2], Niderwiller (XVIIIe siècle), Nidreviller (1793), Niederweiler (1871-1918).
  • Pour les toponymes similaires, voir Niederweiler et Niederweiler (Eifel).

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Surnom sur les habitants : Tellerschlecker (lécheur d’assiette).

Histoire[modifier | modifier le code]

Niderviller qui faisait dans l'origine partie du duché de Lorraine, fut cédé à la France en 1661, avec les autres localités de la prévôté de Sarrebourg[3].

Il y avait autrefois un château seigneurial qui appartint au général de Custine, personnalité qui périt sous la hache révolutionnaire en 1793[3].

À l'époque du district de Sarrebourg, la commune était un chef-lieu de canton[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Pierre Aragnou    
mars 1995   Claude Vouriot    
Les données manquantes sont à compléter.

Santé[modifier | modifier le code]

Présence d'un établissement du Centre de Réadaptation Spécialisé Saint-Luc (le second étant situé à Abreschviller)[4]. Ce centre de soins de suite et de réadaptation (SSR) est un établissement Public de Santé. Sa vocation est d'accueillir et de soigner toute personne dont l'état de santé nécessite une prise en charge de rééducation et de réadaptation. Ce site dispose de 52 lits de soins de suite et 12 places d'hôpital de jour de rééducation gériatrique et d'une consultation mémoire.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 222 habitants, en augmentation de 6,26 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541 684 762 786 867 839 922 889 838
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
668 797 848 813 815 853 901 888 901
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 004 1 032 865 892 826 855 890 902 881
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
898 1 010 1 140 1 072 1 069 1 113 1 196 1 222 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Blason de la commune[modifier | modifier le code]

Écartelé d'argent à la bande coticée de sable et de sable semé de fleurs de lys d'argent, une croix de Lorraine de gueules accostée des lettres N et V du même brochant en abîme sur le tout.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Croix.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Croix XIXe siècle : clocher à coupole XVIIIe siècle contre l'abside (l'église a été retournée au XIXe siècle) ; chaire XVIIIe siècle, orgue 1878.
  • Ruines d'une villa romaine.
  • Château des Carrières, construit vers 1863 par Léopold Halphen pour son gendre Théodore Cerfberr. En 1928, il fut acheté par la congrégation des pères de Saint-Camille de Lellis, qui y installèrent un centre de désintoxication alcoolique, puis après 1948 un aérium. Incendié en janvier 1945, le corps principal fut détruit et seuls les murs extérieurs restèrent debout. Il fut reconstruit en 1948-1949 puis abrita le centre infantile Saint-Camille. Depuis le 1er mars 1982, le château des Carrières abrite une partie du Centre de réadaptation spécialisé Saint-Luc d'Abreschviller.
  • Ancien château des Custine (détruit).
  • Faïencerie de Niderviller, première manufacture de 1735 ; reconstruction, après incendie, en 1754-1756 (fabrication de porcelaine dure). Production plus industrielle au cours du XIXe siècle
  • Fours-bouteilles (de la faïencerie).
  • Vieux moulin.
  • Tuilerie.
  • Carrière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France, Volume 1 - Ernest Nègre
  2. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage.
  3. a, b et c Henri Lepage, Le département de La Meurthe : statistique, historique et administrative
  4. http://www.crs-saint-luc.fr/Presentation.html#Nid
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .