Sillegny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sillegny
Sillegny
Église Saint-Martin.
Blason de Sillegny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Messin
Maire
Mandat
Jean-Marc Grunfelder
2020-2026
Code postal 57420
Code commune 57652
Démographie
Gentilé Sillegnois
Population
municipale
494 hab. (2018 en augmentation de 13,56 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 18″ nord, 6° 09′ 41″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 237 m
Superficie 10,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Faulquemont
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sillegny
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Sillegny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sillegny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sillegny

Sillegny est une commune française située en Lorraine, dans le département de la Moselle et la région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sillegny
Coin-sur-Seille Pommerieux
Lorry-Mardigny Sillegny
Cheminot Louvigny

Sillegny se situe à 15 km au sud de Metz, dans la vallée de la Seille, un affluent de la Moselle coulant à l'est du village. À l'ouest, les buttes-témoins des Côtes de Moselle dominent le paysage. Au nord, après avoir passé le ru des Crux et en direction de Coin-sur-Seille, se trouve le hameau de Loiville, rattaché à la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sillegny est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (63,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,4 %), forêts (25,7 %), prairies (14 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,3 %), zones urbanisées (3,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Soleignei (XIIe siècle) ; Solignei, Solignie (1162) ; Sulineium (1226) ; Solengni (1226) ; Soluegny, Solleugny, Sullignetum, Sulignei (1228) ; Sulinei (XIVe siècle) ; Sulligney, Sullegney, Suligney (1331) ; Seligney (1404) ; Sulligney (1455) ; Suliney (1481) ; Cillegney (1497); Sillugneyum (1544) ; Siligni (XVIIe siècle) ; Selligny (1608) ; Seillegny (1615) ; Silligni (1630) ; Silgni (1642) ; Siligny (1642) ; Silleny (1742) ; Silleni, Silligny (1756) ; Silgny (carte Cassini).
En lorrain : Selgny.

Loiville[modifier | modifier le code]

Loyveille sus Saille (XVe siècle) ; Loiville (1404) ; Lueville (1440) ; Leuvelle (1610) ; Lioville (1722) ; Loivillé (carte Cassini) ; Loinville (1793).
En lorrain : Leuvelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait d'un nom que les Romains donnaient aux domaines ruraux qu'ils avaient développés le long des cours d'eau de la région et finissant par -iacum, suffixe dérivé du -ac de la langue des Médiomatriques qui en évoluant devint -y. La voie romaine reliant Lyon à Trèves passait également à environ 2 km à l'ouest de Sillegny, longeant aujourd'hui la forêt dominale des Six-Cantons. À proximité de celle-ci et à la limite avec la commune voisine de Lorry-Mardigny, on trouva les traces d'une villa gallo-romaine, preuve de l'occupation ancienne du site.

Au XIe siècle, Sillegny, alors nommée Soleignie, était la propriété de l'abbaye messine de Saint-Pierre, puis au XIIe siècle celle de la principauté épiscopale de Metz. En 1246 l'évêque Jacques cède le village comme fief à l'abbaye Sainte-Marie, l'église Saint-Martin restant la propriété de l'évêché jusqu'à la Révolution). En 1635, à la fin de la guerre de Trente Ans, le village échappa de peu à la destruction par les Suédois et son église devint un lieu de pèlerinage.

En 1871, à la suite du traité de Francfort et de la guerre franco-allemande, l'actuel département de la Moselle fut annexé par l'Empire allemand et intégré à l'Alsace-Lorraine, ou "territoire impérial d’Alsace-Lorraine". Sillegny devint alors une localité allemande, rebaptisée Sillningen. Dans la forêt domaniale des Six Cantons, près de la route départementale 67 et de la voie romaine, les autorités allemandes bâtirent des casemates, probablement des abris à munitions. Elles sont aujourd'hui à l'abandon.

Sillegny redevint française en 1918, à l'issue de la Première Guerre mondiale. La commune retourna à l'Allemagne en 1940, durant la seconde Annexion de la Moselle. Le village fut évacué au début de la bataille de Metz. Les bombardements américains et les tirs de la 7e division blindée américaine détruisirent le bourg à 95 %. La France reprit possession d'un village ruiné le [8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sillegny Blason
Coupé d'or à la tour de sable, ouverte et ajourée du champ, et d'azur à la lettre M d'argent, couronnée d'or, accostée de deux fleurs de lys du même
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 1790, Sillegny a été rattachée au canton de Verny. Depuis 2015, la commune de la communauté de communes du Sud Messin est rattachée au canton de Faulquemont en Moselle.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2008 Roger Laprade    
mars 2008 mai 2020 François Lespagnol    
mai 2020 En cours Jean-Marc Grunfelder    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2018, la commune comptait 494 habitants[Note 3], en augmentation de 13,56 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
411426425453443472427420383
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
378371377361328326310299259
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
246242247194264272259257324
1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018 - -
338351444457429478494--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12]. |recens-prem=2007 |nom.)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

C'est un village fleuri : deux fleurs.

  • Château reconstruit en 1736 et vendu comme bien national à la Révolution, acquis au début du XIXe siècle par Antoine Georgin de Mardigny. Après 1918 Paul de Turgy le vendit à Léon Michel qui le céda à l'académicien François de Curel. Il fut rasé par les bombardements américains pendant la Seconde Guerre mondiale. Il n'en reste que le portail.
  • Monument Souviens-toi : inauguré le , il se situe à proximité de la statue Notre-Dame-des-Champs, près de l'école.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'église Saint-Martin.

On la surnomme « la Sixtine de la Seille ». Sa nef fut édifiée au XVe siècle. Cette église classée[13], de style gothique, possédait une tour massive et fortifiée qui servait à protéger les habitants dans les temps troublés.

Ce qui fait la richesse de l'édifice, ce sont des fresques religieuses, couvrant murs et voûtes intérieurs. Ces fresques anonymes, représentant des scènes religieuses, des saints et des saintes, sont datées du deuxième quart du XVIe siècle (c.1540). Sur le mur Nord du chœur, un Arbre de Jessé est particulièrement impressionnant[14].

  • Chapelle : elle se trouve dans le bois de Curelle.
  • Croix Lorette : elle fut construite par Jacques Lorette en 1892. On y trouve l'inscription: « À l'honneur de Dieu et de la Sainte Trinité et aux devoirs des passants ».

Loiville[modifier | modifier le code]

Loiville est un hameau rattaché à la commune de Sillegny et situé à un kilomètre au nord du village, au bord de la Seille.

Au début du XVe siècle, Loiville appartient à Jehan Drowin, chevalier messin du paraige de Saint-Martin, et possède cinq feux[15].

Au XVe siècle, le hameau s'appelait Loyveille-sur-Saille. On y trouvait une ferme-château. Sa population, en 1674, s'élevait à 113 habitants.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Avion[modifier | modifier le code]

L'aéroport Metz-Nancy-Lorraine n'est qu'à 15 km (par la D 5 et la D 911).

Bus[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par les lignes 64 et 65 des Transports interurbains de la Moselle (TIM).

Route[modifier | modifier le code]

Sillegny est traversé par la route départementale 5 (reliant Metz à Cheminot) ainsi que par la route départementale 67 (reliant Arry à Sorbey). Les sorties nº 28 et nº 29 (aussi échangeur avec la N 431, contournement Sud de Metz) de l'A 31 se trouvent respectivement à 7,5 km et 8,5 km.

Train[modifier | modifier le code]

Les gares TGV de Louvigny et de Vandières ne seront qu'à une dizaine de minutes du village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. La Moselle libérée, in Les années liberté, Metz, Le Républicain Lorrain, 1994, p.15.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Eglise : classement par arrêté du 9 mai 1881 (base mérimée)
  14. Abbé Schnabel: Rapport sur les peintures murales de Sillegny, in Bulletin de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, 1858 (p.36-44).
  15. Paul de Mardigny, Dénombrement des villages et gagnages des environs de Metz au commencement du XVe siècle, dans les Mémoires de l'Académie Impériale de Metz, 1855, pp. 430-523