Fey-en-Haye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fey et -en-Haye.

Fey-en-Haye
Fey-en-Haye
Église de l'Exaltation-de-la-Sainte-Croix.
Blason de Fey-en-Haye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Pont-à-Mousson
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Jacqueline Maucolot
2014-2020
Code postal 54470
Code commune 54193
Démographie
Gentilé Hêtretains
Population
municipale
79 hab. (2016 en augmentation de 8,22 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 13″ nord, 5° 57′ 44″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 375 m
Superficie 7,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fey-en-Haye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fey-en-Haye

Fey-en-Haye est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est. Totalement détruit durant la Première Guerre mondiale, un nouveau village a été reconstruit à quelques centaines de mètres de l'ancien bourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune rappelle par deux fois le hêtre : Fey vient du latin fagea qui signifie hêtraie[1] ; Haye est lui aussi dérivé de hêtraie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1914[modifier | modifier le code]

Plan de l'« ancien » Fey-en-Haye avant 1914

Les premières traces d'occupation humaine sur le territoire de la commune remontent à l'époque néolithique. Divers objets de cette époque ont été découverts, lors de prospection en 1937 et 1977, en raison de sa proximité avec Maidières ou une enceinte de cette époque est répertoriée[2].

La découverte de matériel daté de l'époque gallo-romaine indique que le secteur était occupé à cette période. Des vestiges attestent qu'une villae en raison de la proximité de la grande voie romaine, la route de la Germanie, allant de Lyon à Trèves et qu'à cette époque il y avait une grosse activité de pierres sur le territoire de Norroy[2]. En 1856, lors de la construction de l'église du Vieux Fey, des stèles de divinités gauloises ont été découvertes et utilisées comme moellons dans la nouvelle construction.

Le texte le plus ancien mentionnant l'existence de ce village date de 856 et est extrait du cartulaire de l'abbaye de Gorze. Un acte notarié daté du jeudi avant la Saint-Martin 1305, évoque la vente de bien à Fay entre les dénommés Jean Jacquemin et Béatrix sa femme, à Ancherin et sa femme Jeannette[2].

L'activité du village était principalement agricole : on y cultivait des céréales, de la pomme de terre, des betteraves ainsi que 7 houblonnières. En 1914, le village se composait de 132 habitants répartis dans 57 maisons avec la présence de 42 ménages[2] :

Il y avait 1 hôtel-restaurant; « le Cheval-Blanc », et un café; « le Café-du-Midi ».

Pendant la guerre[modifier | modifier le code]

Après l'annexion allemande conformément au Traité de Francfort mettant fin à la guerre de 1870, la nouvelle frontière n'est éloignée de Fey et de Pont-à-Mousson que d'une vingtaine de kilomètres.

Lors de la déclaration de guerre, les troupes françaises occupent le village et le mettent en défense, pensant que les troupes allemandes, partant de Metz, vont contourner les défenses de Verdun par le Sud. La population n'est pas évacuée.

Le 3 septembre 1914, les premières incursions de uhlans sont repoussées par les fantassins du 368e RI, qui occupent également les villages de Limey, Regniéville et Remenauville. Celles-ci sont suivies, par une attaque de la 8e brigade d'infanterie bavaroise qui s'empare le 5 septembre du village évacué par les troupes françaises[2].

Après avoir bloqué, l’offensive allemande, les troupes françaises reprennent l’offensive et reconquièrent une partie du terrain perdu. Les Allemands tenus en échec sur la Marne et au Grand-Couronné, se replient dans la plaine de Woëvre et abandonne le village le 15 septembre. Mais les Français ne profitent pas de cet avantage et, devant le calme relatif de cette partie du front le dégarnissent tandis que de nombreux renforts allemands sont annoncés.

Les allemands en profitent pour lancer une grosse offensive à partir du 20 septembre en direction des Hauts de Meuse et de la plaine de la Woëvre. La 73e division d'infanterie française du camp retranché de Toul contre-attaque, mais elle est repoussée sur la ligne Martincourt-Bernécourt.

Du 22 au 25 septembre, la 73e division d'infanterie reconquiert une partie du terrain perdu. Flirey, Limey, Lironville, Mamey sont repris au prix de lourdes pertes. De nombreuses tentatives sont menées pour le village de Fey-en-Haye, mais elles sont repoussées par le feu d'infanterie et d'artillerie allemande. Les Allemands sont fortement retranchés dans les caves qu'ils ont aménagées en abris et ont constitué une important réseau de tranchées. Lors d'une attaque, le 30 septembre, les troupe françaises atteignent les abords du village. Celui-ci désormais situé en première ligne va faire l'objet de nombreuses destructions occasionnées par les bombardements des batteries françaises.
De nombreux combats, à l'échelle locale, vont se dérouler pour la reprise de ce village mais ce soldent par des échecs.

L'année 1915, voit se dérouler de nombreuses opérations militaires destinées à s'emparer des positions allemandes, principalement sur les secteurs de Flirey, Regniéville et Bois-le-Prêtre. Afin de disposer de solides bases de départ pour leur offensive de printemps, qui a pour but la réduction du Saillant de Saint-Mihiel, les troupes françaises ont aménagé solidement leurs positions et ont tenté de s'emparer de certains retranchements ennemis.
C'est ain que dans la nuit du 31 mars au 1er avril le 169e régiment d'infanterie reprend le village. Dès lors il va être soumis à un bombardement permanent de l'artillerie allemande et fera même, le 7 avril 1917, objet d'une attaque aux gaz toxiques[2].

La réduction du saillant de Saint-Mihiel par les troupes franco-américaine, le 12 septembre 1918, fait reculer les troupes allemandes mettant ainsi le village de Fey-en-Haye hors de porté de l'artillerie ennemie.

Il ne reste plus un seul bâtiment, une seule maison debout, le village est détruit à 100%. La grande route située à proximité de Fay est impraticable du fait des bouleversements de terrain dû aux bombardements, des pièges et mines placés par les allemands, les engineers américains se servent alors des matériaux trouvés sur place détruisant alors totalement le village afin de rétablir la circulation en direction de Thiaucourt pour les troupes de soutien et d'appui.

Monument aux morts de Fey-en-Haye. 90e anniversaire de la bataille du village, reconstitution historique avec l'association « Les Francs-Tireurs Lorrains ».

Après la guerre[modifier | modifier le code]

A la fin de la guerre, le village est totalement détruit. L'église, les fermes, dont certaines étaient plus que centenaires, les champs, les vergers et les prés sont totalement dévastés. Le terrain miné et creusé de tranchées sur des kilomètres ressemble davantage à une planète morte qu'au village d'antan, il est décidé au début des années 1920, de reconstruire un nouveau village à quelques centaines de mètres de l'ancien bourg.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Paul David    
mars 2008 mars 2014 Cyril Thomas    
mars 2014 En cours Jacqueline Maucolot    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 79 habitants[Note 1], en augmentation de 8,22 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
119152167181215223220221234
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
204202199180176172154156142
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
15113233305256464949
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
4245717264747379-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (20,7 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (58,1 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 41,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 12,9 %, 15 à 29 ans = 12,9 %, 30 à 44 ans = 25,8 %, 45 à 59 ans = 29 %, plus de 60 ans = 19,4 %) ;
  • 58,1 % de femmes (0 à 14 ans = 30,2 %, 15 à 29 ans = 4,7 %, 30 à 44 ans = 23,3 %, 45 à 59 ans = 30,2 %, plus de 60 ans = 11,6 %).
Pyramide des âges à Fey-en-Haye en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
9,7 
75 à 89 ans
0,0 
9,7 
60 à 74 ans
11,6 
29,0 
45 à 59 ans
30,2 
25,8 
30 à 44 ans
23,3 
12,9 
15 à 29 ans
4,7 
12,9 
0 à 14 ans
30,2 
Pyramide des âges du département de Meurthe-et-Moselle en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,0 
60 à 74 ans
13,3 
20,5 
45 à 59 ans
20,1 
20,5 
30 à 44 ans
19,5 
22,5 
15 à 29 ans
20,6 
18,5 
0 à 14 ans
16,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Fey-en-Haye Blason Parti de sinople et d’argent à deux hêtres de l’un en l’autre
Détails
Le nom de la commune rappelle par deux fois le hêtre (FEY et HAYE). L’un est d’argent comme une ombre symbolisant l’ancien village détruit durant la grande guerre. L’autre de sinople, bien vert, bien vivant, symbolisant le nouveau village reconstruit à côté de l’ancien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 280.
  2. a b c d e et f Panneau explicatif
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Évolution et structure de la population à Fey-en-Haye en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 février 2011)
  8. « Résultats du recensement de la population de Meurthe-et-Moselle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 février 2011)
  9. l'église de Fey-en-Haye