Broussey-Raulecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Broussey-Raulecourt
Broussey-Raulecourt
L'école.
Blason de Broussey-Raulecourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Intercommunalité Communauté de communes Côtes de Meuse Woëvre
Maire
Mandat
Joël Klein
2020-2026
Code postal 55200
Code commune 55085
Démographie
Population
municipale
288 hab. (2019 en augmentation de 7,06 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 31″ nord, 5° 42′ 17″ est
Altitude Min. 228 m
Max. 254 m
Superficie 21,02 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commercy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Mihiel
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Broussey-Raulecourt
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Broussey-Raulecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Broussey-Raulecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Broussey-Raulecourt

Broussey-Raulecourt est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est. Elle est composée des deux villages de Broussey-en-Woëvre et de Raulecourt qui formaient des communes distinctes avant le 1er Mai 1973.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est situé au nord de la forêt de la Reine, à l'ouest des Côtes-de-Meuse et au sud des collines de Loupmont et Montsec dans la vallée de la Petite-Woëvre et fait partie du parc naturel régional de Lorraine[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Broussey-Raulecourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Commercy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (62 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (34,9 %), forêts (34,8 %), prairies (27,3 %), eaux continentales[Note 3] (1,7 %), zones urbanisées (1,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dès le Xe siècle, les cartulaires de plusieurs abbayes (Gorze, Saint-Mihiel, Saint-Vanne-de-Verdun) font mention de divers terres (prés, finages ou étang) soit à Broussey, soit à Raulecourt mais les villages de Broussey, Raulecourt et Warecourt appartenaient en pleine suzeraineté au temporel des évêques de Metz lesquels les avaient inféodés aux puissants seigneurs d'Apremont (ou d'Aspremont). Ceux-ci régnaient sur plus de 350 villages au XIIIe siècle et étaient également vassaux du comte de Bar pour la seigneurie de Dun. A leur tour, les seigneurs d'Apremont distribuèrent des terres en arrière-fiefs aux membres de leur famille (notamment les frères puinés du fils héritier des seigneuries d'Apremont et de Dun) mais aussi à leur plus fidèles chevaliers.

Les seigneurs de Broussey, dont on ne sait que très peu de choses, étaient les vassaux des seigneurs d'Apremont et devaient leur rendre hommage pour ce qu'ils possédaient à Broussey, Raulecourt et Warecourt[9].

Le plus ancien seigneur de Broussey retrouvé[10], est Rodulphe de Broussey. Il est cité comme témoin d'une donation en 1188 faite par Garin d'Emi-Château pour le salut de son âme au profit du couvent de Rangéval, fondé en 1152 par Hadewide, Dame d'Apremont et épouse de Gobert IV. L'année suivante, Rodulphe de Broussey est également témoin de la donation faite par Gobert V d'Apremont au profit du même couvent.

En 1241, Jehan de Broussey et Joffroy II d’Apremont s’entendent pour faire ensemble un étang et un moulin banaux, près de Broussey-en-Woëvre. La retenue permet d’actionner la roue d’un moulin à blé, d’un foulon, d’un pressoir[11]. Cet étang est probablement l'étang du Moulin-Neuf, situé entre Broussey-en-Woëvre et le village de Liouville et à proximité de l'ancien chemin qui mène de Broussey-en-Woëvre à Apremont-la-Forêt.

En mars 1243, Raoul de Broussey approuve la vente[12] du Bois de Sèche Naue par Lambert de Rambucourt à Raoul le Doyen de Girauvoisin. Ce bois ne semble pas avoir été situé sur l'actuel territoire de Broussey mais sur le territoire de Gironville-sous-les-Côtes au lieu dit de la Nauchénaud, le long de la route départementale D958. Cette vente fut ratifiée en mars 1263 par Régnier de Broussey.

En octobre 1246, Raoul de Broussey donne également son accord pour une transaction faites entre Rauxins Fazuns de Xivray, sergent et homme d'arme au service de Joffroy II d'Apremont, comte de Sarrebrück (par sa femme Laure de Sarrebrrück, fille de Simon II et de Laurette de Lorraine) et seigneur d'Apremont et de Dun d'une part et l'abbaye de Saint-Benoit-en-Woëvre d'autre part, pour la vente de muids de blé et l'aumone d'un pré sis à Xivray que Rauxins Fazuns tenait en fief de Raoul de Broussey. L'acte conservé aux Archives départementales de la Meuse[13] fut scellé par Joffroy II d'Aspremont quelques années avant le départ de celui-ci en compagnie de Jean de Joinville pour la 7e croisade menée par le roi de France Saint-Louis.

Dans sa chronique, Jean de Joinville raconte que le comte de Sarrebrück emmena en croisade avec lui dix de ses chevaliers. Raoul de Broussey était-il du voyage ? On ne le sait pas. Joffroy II décédera en janvier 1250 à la bataille de Mansourah en Egypte. Son frère Gobert VII qui fut aussi croisé en reviendra et succédera à la tête des seigneuries d'Apremont et de Dun. C'est lui qui constate en Mars 1258, que le sire Bons de Broussey, chevalier a fait l'aumône de 20 sous provénisiens forts, à prendre sur les recettes du ban de Broussey, au profit du couvent de Rangéval pour le salut de son âme avec le consentement de sa femme Adeline et de ses enfants.

En 1282, un autre Jehan de Broussey[14] rend hommage à Joffroy III d'Apremont (fils de Gobert VII, seigneur régnant) et obtiens la même année des lettres de son suzerain pour le mariage de sa fille.

En 1285 a lieu à Chauvency-le-Château, près de Montmédy un des plus formidable tournoi de chevalerie du Moyen-âge qui réunira plus de 500 chevaliers venant de toute l'Europe. Joffroy III d'Apremont est l'un des héros de ces joutes autant pour son combat en lice contre le comte de Sancerre que dans la joute générale qui opposa l'ensemble de la chevalerie française et lorraine à celle du Saint-Empire germanique. La beauté de son épouse Isabelle de Quivrain, princesse d'Amblise en Hainaut et fille d'Arnoul, comte de Looz et de Chiny y est également vanté dans les vers de Jacques Bretel. Ce dernier n'a hélas pas cité la totalité des chevaliers qui participèrent à ce fameux tournoi de Chauvency mais il est possible, voire probable que le seigneur de Broussey y accompagna son suzerain.

Joffroy III d'Apremont décédera le 11 juillet 1302 à la bataille de Courtrai, appelée aussi la bataille des Éperons d'Or où la chevalerie française fut décimée face à la piétaille. Joffroy III comme ses compagnons furent pris dans les marécages et les fossés protégeant Courtrai. Enlisé, désharçonné et coincé sous le poids de son palefroi, Joffroy fut lâchement tué par un fantassin flamand car la piétaille ne connaissait pas les règles de la chevalerie dont l'une veut que l'on ne tue pas un chevalier sans défense. La coutume voulait qu'un des deux éperons que portaient les chevaliers étaient en or. Les éperons des vaincus furent accrochés à la façade de l'église Notre-Dame de Courtrai en signe de trophée. Compte tenu du devoir d'ost d'un vassal envers son suzerain, on peut aussi se demander si un chevalier de Broussey a participé et péri également à Courtrai. Cependant si Jehan de Broussey, cité en 1282 était encore en vie en 1302, il aurait eu au moins 60 ans.

C'est certainement un autre Jehan de Broussey qui est cité comme homme-lige du comte de Bar après le seigneur d'Apremont dans la liste des vassaux du comte Édouard Ier de Bar établie le samedi après Pâques 1311 (17 avril 1311).

L'ancien château fort de Broussey-en-Woëvre était certainement construit dès le XIIIe siècle, époque où les seigneurs d'Apremont jouissaient d'une grand prestige lié non seulement à leurs nombreuses possessions mais aussi à cause de leurs faits d'armes (participations aux croisades aux côtés du roi Saint-Louis, bataille de Courtrai, tournoi de Chauvency-le-Château).

Les chevaliers vassaux des seigneurs d'Apremont devaient bénéficier du prestige de leur suzerain. C'est ainsi que Jehans de Broussey, également chevalier, fut l'époux de la comtesse de Manonville, fille et seule héritière de Jean III de Manonville, seigneur du lieux laquelle vendit à son cousin Thirion de Manonville, l'ensemble de son héritage pour 1000 livres tournois en 1355[15]. La raison de la vente de ces biens n'est pas connue mais fut certainement une manne permettant de pallier les pertes de revenus de la noblesse, liées aux conséquences économiques de la grande peste qui atteint la région au début de 1349 dont on sait qu'elle a décimé la quasi totalité des habitants du village de Gironville-sous-les-Côtes et qui est peut-être aussi à l'origine de la disparition du village de Warecourt. Jehan de Broussey est probablement seigneur de Broussey bien que l'acte de vente ne le précise pas mais la comtesse de Manonville y est appelée Dame de Broussey.

Le dernier seigneur de Broussey, qui aurait été vassal d'un seigneur appartenant à la maison d'Aspremont, serait Rault de Broussey, époux de Méline d'Espinaulx, fille du chevalier Jean d'Espinaulx (ou d'Epinal), mentionné comme décédé en 1366 lors de la vente de biens sis à Broussey, Raulecourt et Warcourt par Ermengarde de Broussey, épouse de Thierry de Foug, citain de la ville de Toul[16]. Cette vente effectuée par devant Geoffroy IV d'Apremont, ne mentionne aucun autre membre de la famille de Broussey, ce qui pourrait signifier qu'il n'y a plus de chevalier de Broussey qui tienne en fief, Broussey, Raulecourt et Warcourt.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le , Broussey-en-Woëvre devient Broussey-Raulecourt à la suite de sa fusion-association avec Raulecourt[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Claude Picard    
mars 2014 En cours Joël Klein [18]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2019, la commune comptait 288 habitants[Note 4], en augmentation de 7,06 % par rapport à 2013 (Meuse : −4,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
310335351345345402400402415
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
387372380338328325307281298
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
276261249179176196194183167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
157160212216204217247256269
2018 2019 - - - - - - -
288288-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Gengoult de Broussey.
  • L'église Saint-Clément de Raulecourt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Broussey-Raulecourt Blason
D'argent à une feuille de chêne de sinople posée en bande à dextre, et à un rameau de prunellier épine noire, tigé de sable, feuillé de sinople et fruité d'azur, posé également en bande à senestre; à la champagne d'azur chargé d'un lambel à quatre pendants d'or.[23].
Détails
Création de R.A. Louis et D. Lacorde avec les conseils de la Commission Héraldique de l'UCGL. Adopté par la commune en janvier 2015[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine, (lire en ligne)
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. J.-M. LEONARD, Recherches sur les seigneurs de Broussey et de Raulecourt, , 230 p..
  10. Charles Emmanuel Dumont, Histoire des fiefs et principaux villages de la seigneurie de Commercy, comprenant Pont-sur-Meuse, Lérouville, Euville, Vignot et l'abbaye de Rengéval, Nancy, .
  11. Collectif, Les Rivières Meusiennes. Dossiers Documentaires Meusiens, n°7, , p. 54.
  12. AD55 - 4 H 76 / 310, Abbaye de Saint-Mihiel, Bénédictins, Archives Départementales de la Meuse.
  13. AD55 – 19 H14 /113 , Abbaye de Saint-Benoît-en-Woëvre, Cisterciens.
  14. Catalogue analytique des archives de monsieur le Baron de Joursanvault, .
  15. Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, , pp. 170-175.
  16. AD55 38 J 118 : Fonds de la famille de Nettancourt – Maison d'Apremont - Biens fonciers.- Broucey, Rolécourt, Warécourt, Ressoncourt, Rembuecourt, Archives Départementales de la Meuse.
  17. http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/fichecommunale.asp?codedep=55&codecom=085
  18. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=13446