Pagney-derrière-Barine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pagney-derrière-Barine
Pagney-derrière-Barine
Mairie - école communale
Blason de Pagney-derrière-Barine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
Jean-François Matte
2020-2026
Code postal 54200
Code commune 54414
Démographie
Gentilé Paternacutiens, Paternacurtiennes [1]
Population
municipale
631 hab. (2017 en augmentation de 4,82 % par rapport à 2012)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 38″ nord, 5° 50′ 39″ est
Altitude Min. 219 m
Max. 377 m
Superficie 6,13 km2
Élections
Départementales Canton de Toul
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Pagney-derrière-Barine
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Pagney-derrière-Barine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pagney-derrière-Barine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pagney-derrière-Barine

Pagney-derrière-Barine est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Ses habitants s'appellent les Paternacuciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Pagney-derrière-Barine se trouve à 4 kilomètres de Toul, sous-préfecture, et à 30 kilomètres de Nancy, préfecture du département.

Les villages proches de Pagney-derrière-Barine sont : Écrouves à 1,2 km au sud ; Bruley à 1,6 km au nord.

Le territoire communal est arrosé par le Longeau[2] (sur 2.826 km) et le ruisseau du Val des Nonnes[3] (sur 0.754 km) et comporte 44 % de forêts pour 47 % de zones agricoles[4]

Pagney-derrière-Barine fait partie du vignoble des côtes-de-toul.

Communes limitrophes de Pagney-derrrière-Foug
Bruley
Pagney-derrrière-Foug Toul
Écrouves

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est formé de l'anthroponyme latin Paternius et du suffixe gallo-romain -acum, formation typique de l'Antiquité tardive et de l'époque mérovingienne. Il apparaît sous la forme Paterniaco en 885. La référence à la Barine s'ajoute en 1323 sous la forme Pagney-en-Barine[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du village est liée à celle du bourg de Bruley.

Henri Lepage précise[6] :

«Village dont il est déjà question en 1168 (D. T.). Dans la vallée, au nord-ouest et à deux kilomètres du village,ruines d'une ancienne abbaye de religieuses de l'ordre des Prémontrés, fondée vers le milieu du XIIe siècle. Le monastère était dédié à saint Martin et s'appela d'abord Saint-Martin Fontaines mais il fut supprimé peu de temps après sa fondation. l'endroit est connu dans le pays sous le nom de Val-de-Nonnes. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Daniel Cerutti    
mars 2014 En cours
(au 24 mai 2020)
Jean-François Matte[7],[8]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Professeur, profession scientifique

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 631 habitants[Note 1], en augmentation de 4,82 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
652530704672726699669627609
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
504518454493453461458480449
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
501450364389405402381410400
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
409405439539563566567567617
2017 - - - - - - - -
631--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

E. Grosse parle de ce village en ces termes vers 1836[13] :

« 613 hect.cadast., dont 172 en forêts, 113 en terr. lab., 61 en prés et 191 en vignes, dont les produits sont assez recherchés »

Indiquant par la même la tradition agricole et viticole du bourg.

Secteur primaire ou Agriculture[modifier | modifier le code]

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs. D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[14]), la commune de Pagney-derrière-Barine était majoritairement orientée[Note 2] sur la production de fruits et sur d'autres cultures permanentes[Note 3] (auparavant élevage de bovins) sur une surface agricole utilisée[Note 4] d'environ 22 hectares (inférieure à la surface cultivable communale) en nette baisse depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 224 à zéro entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus que 3 (7 auparavant) exploitation(s) agricole(s) ayant leur siège dans la commune employant 1 unité(s) de travail[Note 5]. (8 auparavant)

Commerce[modifier | modifier le code]

Aussi connu par certains pour son fameux pub-rock : "Paulette", aussi dit "Chez Paulette". Ce petit pub a accueilli en son sein beaucoup de grands noms du rock international comme Canned Heat, Jean-Louis Aubert[15], Sinclair ou encore Les têtes raides, ainsi que de grands noms du heavy metal tel que Sepultura, Paul Di'Anno Premier chanteur du groupe Iron Maiden, Mass Hysteria, Cannibal Corpse, Dying Fetus, Alestorm, Crowbar, Soulfly...

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église.
  • Église-grange XIXe siècle. Église dédiée à saint Brice.
  • Monument aux morts
  • Monument en mémoire de l'abbé Joseph Thouvenin, curé de Pagney de 1902 à 1922.
  • Rares vestiges d'une abbaye prémontrée féminine du XIIe siècle, qui devint par la suite un ermitage de la congrégation de Saint-Antoine qui dépendait de l'abbaye de Rangéval. (Lieu-dit Val des Nonnes)
  • La Maison Suzanne Kricq (1900-1944), nommée en honneur de Suzanne Kricq, résistante, fusillée le . Elle aurait sauvée plus de 2 500 personnes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pol Caput, poète, prix Saintour en 1979 pour son œuvre : L’Académie française et la pureté de la langue française.
  • Suzanne Kricq, résistante.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pagney-derrière-Barine Blason
D'argent au lion de gueules issant d'une montagne à cinq coupeaux de sinople.
Détails
Pagney signifie "l'héritage paternel" symbolisé ici par un lion. La Barine est la montagne de Pagney. Ce sont donc des armes parlantes, le lion derrière la montagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nancy, livret-guide officiel édité par le syndicat d'initiative (1re édition)[16]
  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Orientation technico-économique de la commune : production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  3. Vignes, vergers, petits fruits • les pépinières ligneuses ornementales, fruitières, viticoles ou forestières ….
  4. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  5. Unité de travail annuel : mesure en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

Cité par Pierre Maurice Masson dans son livre Lettres de guerre, page 163, comme son lieu d'affectation, jusqu'au premier janvier 1916.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Ruisseau le longeau [A5830300] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 1er avril 2019)
  3. « Ruisseau du val des nonnes [A5720430] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 1er avril 2019)
  4. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 1er avril 2019)
  5. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle, Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, .
  6. « Gallica - », sur visualiseur.bnf.fr (consulté le 1er avril 2019) : « Type :PERIODIQUE Auteur : Société d'archéologie lorraine Titre(s) : Mémoires de la Société d'archéologie lorraine Publication : A. Lepage (Nancy) »
  7. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 11 août 2020)
  8. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 11 août 2020)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. E. Grosse (abbé), Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe contenant une introduction historique sur le pays avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages, Creusat, (OCLC 611479374, lire en ligne), p. 321
  14. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip »
  15. L'Est magazine du 8 novembre 2009
  16. Nancy, livret-guide officiel édité par le syndicat d'initiative (1re édition), , 81 p. (lire en ligne)