Veckring

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Veckring
Helling
Veckring
Église de Veckring
Blason de Veckring Helling
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arc mosellan
Maire
Mandat
Pascal Jost
2020-2026
Code postal 57920
Code commune 57704
Démographie
Gentilé Veckringeois
Population
municipale
658 hab. (2018 en diminution de 4,36 % par rapport à 2013)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ nord, 6° 23′ est
Altitude Min. 185 m
Max. 349 m
Superficie 6,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Luxembourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Metzervisse
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Veckring
Helling
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Veckring
Helling
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veckring
Helling
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veckring
Helling
Liens
Site web https://www.veckring-helling.fr

Veckring est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est et fait partie de la communauté de communes de l'Arc Mosellan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Écarts et lieux-dits : Hackenberg, Helling.

La commune de Veckring détient une forêt de plus de 200 hectares dont une partie est située dans le territoire communal de Guénange.

Localisation[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Veckring est desservi par la ligne ligne de bus TIM 107 Thionville - Waldweistroff du conseil général de la Moselle avec trois allers/retours quotidiens.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Veckring est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En francique lorrain : Weckréngen[6] et Weckréng.
  • Anciens noms[7] : Weicrenges (1429), Werberingen (1494), Weckringen (1507), Wehingen (1681), Weckeringen (1697), Weckring (1756 et 1793), Weckringen (1871-1918).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Hackenberg était un lieu de culte païen au IIe siècle. Passage de la voie stratégique romaine d'Agrippa reliant Metz à Trèves par la rive droite de la Moselle.

Village de la seigneurie de Busbach (Luxembourg)[8]. L'église paroissiale était située sur le haut du Hackenberg. Commune en 1901.

À partir de 1929, Veckring voit s'implanter sur son ban le plus gros des forts construits dans le cadre de la ligne Maginot. Faisant partie du secteur fortifié de Boulay, c'est l'ouvrage du Hackenberg. Avec le fort, ce sont une cité pour les officiers, pour les sous-officiers et une caserne qui viennent agrandir la commune. L'ouvrage et le secteur de Veckring ont été l'objet de vigoureux combats entre la 3e armée américaine du général George Patton et des forces de l'armée allemande en 1944. Aujourd'hui, restauré et ouvert au public par l'association Amifort Veckring, l'ouvrage du Hackenberg attire des milliers de visiteurs venant du monde entier. De son côté, la caserne (camp de Veckring) a été transformée pour accueillir les amateurs de paintball.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1901 1907 Pierre Heine    
1907 1911 Pierre Vion    
1911 1919 Pierre Heine    
1919 1935 Jean Jung    
1935 1967 Nicolas Wallerich    
1967 1989 Emile Jost    
1989 2001 Henri Cridlig    
2001 2014 Gilbert Doerper    
2014 En cours Pascal Jost   Contremaître
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 658 habitants[Note 3], en diminution de 4,36 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1895 1900 1905 1910 1921 1926
252203282390354346336311296
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
825912376792846733702644688
1999 2006 2007 2008 2013 2018 - - -
687679678677688658---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12]. |recens-prem=2008 |nom.)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine
  • Caserne de Veckring devenu le Paintball de Veckring
  • Ouvrage du Hackenberg (Ligne Maginot)
  • Stade de football construit sur l'ancienne poudrière militaire attenant à la caserne
  • Église paroissiale Sainte-Apolline 1889 néo-romane.
  • Chapelle Saint-Médard de Helling 1868 date portée sur le linteau de la porte piétonne, statues XVIIIe siècle.
  • Église dite chapelle, église paroissiale Saint-Simon-Saint-Jude. Chapelle à Hackenberg, perchée à (347 m), cimetière, monument sépulcral, construite en 1535 pour les Stromberg (détruite). Nef et tour clocher 4e quart XVIIIe siècle, flèche de la tour clocher achevée en 1780. Tour clocher reconstruite en 1860 après un incendie. Détruite en 1887. Les pierres servent à la construction de l'église de Veckring. Seul subsiste le chœur. Chœur détruit en 1944 par les bombardements. Reconstruite en 1961. Armoiries de la famille de Stromberg. Pierres tombales dont celle des Loevenstein, sculptée dans le mur du porche.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Veckring Blason
Coupé parti au 1 échiqueté d'argent et de gueules, le premier point chargé d'une étoile de sable, au 2 de sable semé de trèfles d'or au lion d'argent ; et d'argent au mont à six coupeaux de sinople sommé d'une chapelle d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Varoqui, Alain Hohnadel, Jean-Louis Goby et Jean Bellot, Veckring : Le Hackenberg, éd. Gérard Klopp, 1992 (ISBN 9782906535534 et 2906535532)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. Marcel Konne et Albert-Louis Piernet, « Dierfer vun äiser Hemecht », Hemechtsland a Sprooch, no 1,‎ (ISSN 0762-7440).
  7. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  8. Publications de la Société pour la Recherche et la Conservation des Monuments Historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, Volume 18, 1863.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.