Peltre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Peltre
Peltre
Église Notre-Dame.
Blason de Peltre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Intercommunalité Metz Métropole
Maire
Mandat
Walter Kurtzmann
2020-2026
Code postal 57245
Code commune 57534
Démographie
Gentilé Peltrois
Les loups de Peltre[1].
Population
municipale
1 849 hab. (2018 en augmentation de 0,27 % par rapport à 2013)
Densité 221 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 33″ nord, 6° 13′ 29″ est
Altitude Min. 179 m
Max. 246 m
Superficie 8,37 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Peltre
(ville-centre)
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pays messin
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Peltre
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Peltre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peltre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peltre
Liens
Site web http://www.mairie-peltre.fr/index.php

Peltre est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est. En et avril 2021, Peltre a été élue « commune de France où il fait mieux vivre » dans sa catégorie[2]

Géographie[modifier | modifier le code]

Peltre est un village à 5 km au sud-est de Metz, à l'ouest de la route départementale RD 955. Il a pour annexe le village de Crépy et possède plusieurs écarts :

  • la ferme de Basse Bévoye ;
  • la ferme de Haute Bévoye : elle dépend de Saint-Eucaire jusqu’en 1792, elle est rattachée à Peltre de 1793 à 1840 environ, puis à Borny ;
  • la ferme de la Horgne ;
  • l’auberge Lion d’Or ;
  • le moulin de Peltre.
Carte de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Villes proches de Peltre (distances orthodromiques)
Jury Ars-Laquenexy Chesny Coincy Mécleuves Montoy-Flanville Pouilly Courcelles-sur-Nied Metz
2,2 km 3,6 km 3,9 km 4,1 km 4,4 km 4,4 km 5,2 km 5,2 km 7,4 km
Rose des vents Metz Ars-Laquenexy Rose des vents
N Jury
O    Peltre    E
S
Pouilly Chesny

La commune française la plus éloignée de Peltre est Urepel dans les Pyrénées-Atlantiques (890,5 km).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Peltre est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Peltre, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 2 892 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (30,8 %), terres arables (29,7 %), forêts (17,7 %), zones urbanisées (9,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,4 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune possède une gare ferroviaire transformée depuis fin 2018 en pôle multimodal[13]. Elle est desservie par des TER Grand Est de la ligne de la Metz-Ville à Sarrebourg. Un abri vélo y a été aménagé, les parkings refaits à neuf ainsi qu'un arrêt de bus accessible aux personnes à mobilité réduite.

La halte avant la rénovation.

La commune de Peltre est desservie par la ligne N91 accessible via la ligne Ligne B du Mettis de Metz du réseau LE MET'. La N91 circule du lundi au samedi, de 5h30 à 22h. Elle circule également les dimanches et jours fériés avec des circuits proposés sur réservation uniquement[14].

Peltre est également desservie par le « Transport interurbain de la Moselle » avec la ligne 27 : Metz - Dieuze. La ligne est accessible avec un titre de transport LE MET'.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes :

  • 1161 : Perta
  • 1192 : Perte
  • 1227 : Perde
  • 1275 : Perthe(s)
  • XVe siècle : Pertre
  • 1607 : Peltre
  • 1681 : Perthe
  • 1860 : Pelte et Crespy
  • 1871-1915 : Peltre[15]
  • 1915-1918 : Pelter
  • 1940-1944 : Pelters
  • En lorrain : Pête.

Le nom du village aurait pour origine un Gaulois nommé *Pertus [16], anthroponyme conjecturel (non attesté).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Haut Moyen Âge est érigée la paroisse de Saint-Privat de Montigny : elle a pour annexes Peltre et Magny, chacune ayant sa petite église, le tout dépendant de l’archiprêtré de Noisseville. En 1194, l’évêque Bertram donne la paroisse de Saint-Privat à l'abbaye Saint-Clément de Metz[17] qui garde cette possession jusqu’à la Révolution et désigne le curé. Cette union est confirmée la même année par l’archevêque de Trèves et par le pape Célestin III, suivi d'une bulle d’Innocent III en 1202. L'église est placée sous le vocable de saint Clément, premier évêque de Metz, et le curé devient alors vicaire perpétuel[18].

Peltre et Crépy dépendent du pays messin et plus précisément du Saulnois. Ils font partie de l'ancienne province des Trois-Évêchés.

Le château-fort de Crépy fut attaqué le par Charles II duc de Lorraine, par les ducs de Bar et de Bavière, et par le marquis de Bade à la tête de 10 000 chevaux. Ils y entrèrent le lendemain et fauchèrent plus de mille arpents de blé autour de la forteresse, pour ruiner le pays et prendre, si possible, la ville de Metz par la famine. En 1444, les Messins essayèrent de prendre Crépy ; mais après cinq jours de siège, ils furent obligés de se retirer[19].

En 1591, Saint-Privat perd son titre d’église paroissiale qui est recueilli par Magny : l’église de Peltre devient annexe de Magny. Le , l’évêque de Metz Mgr d’Aubusson de La Feuillade, démembre les villages de Peltre et Crépy de la paroisse de Magny et érige la paroisse de Peltre. Les religieux de Saint-Clément s'en plaignent au Grand Conseil qui casse l'érection en cure le mais ordonne qu'on laisse à Peltre un vicaire résident[18].

Le village de Crépy fut rattaché à Peltre en 1809.

Dans l'invasion de 1815, les puissances alliées ont eu longtemps leur quartier-général à Peltre.

En 1817, Peltre a pour annexes le village de Crépy haute et basse cour (chapelle), les fermes de haute et basse Bévoye (chapelle) et de la Horgne. À cette époque, le village possède 230 habitants répartis dans 43 maisons. À Crépy, il y a 60 habitants et 11 maisons[19].

Le château est détruit au milieu du XIXe siècle pour faire place à la maison mère des sœurs de la Providence de Peltre en 1839[20].

Le 23 septembre 1870, affaire de Peltre, durant la guerre franco-prussienne qui opposa les 90e et 97e régiments d'infanterie de ligne aux troupes prussiennes. Le suivant eut lieu le combat de Peltre qui opposa les 84e et 90e régiments d'infanterie de ligne aux troupes prussiennes.

Concours des villes et villages fleuris : deux fleurs.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Peltre Blason
Fascé d'argent et de gueules.
Détails
Armes de la famille Ferrand qui possédait la seigneurie aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 mars 1947 Alexandre Bonnet    
1947 mars 1981 Eugène Laurent   Agriculteur
1981 mars 1983 André Mathis   Cadre à la sécurité sociale
mars 1983 mars 2001 Henri Darras   Ingénieur électricien
mars 2001 mars 2014 Bernadette Veler   Directrice de crèche
mars 2014 à ce jour Walter Kurtzmann   Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[23].

En 2018, la commune comptait 1 849 habitants[Note 3], en augmentation de 0,27 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
262281263404399471661669365
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
608575633632649660779815772
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
8057938247149359038841 1141 476
1990 1999 2004 2009 2014 2018 - - -
1 4871 4721 6211 7921 8551 849---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25]. |recens-prem=2004 |nomb.)
Histogramme de l'évolution démographique
Données Revenus moyens par ménage Population active totale Taux d'activité Chômeurs Taux de chômage (1999) Actifs Retraités Jeunes scolarisés Autres personnes sans activité
PELTRE 21 555  / an 638 77 % 36 5,6 % 43,3 % 18,2 % 25,3 % 10,3 %
National 15 027  / an 26 456 813 82,2 % 3 401 611 12,9 % 45,2 % 18,2 % 25 % 11,6 %

Le Cercle généalogique de Moselle a publié une table de 294 mariages enregistrés à Peltre pour la période 1687 à 1793[26]. L’ouvrage de reconstitution des familles de Peltre et Crépy publié par le Cercle généalogique du Pays messin pour la période 1662 et 1907 recense 2 298 familles[27].

Maternité de l’Hôpital Mercy[modifier | modifier le code]

La mairie s’est agrandie en 2018 à la suite de l’accroissement de l’activité du service de l’état civil. En effet, la maternité du CHR de Mercy est implantée sur le ban de Peltre, et plus de trois mille naissances sont donc enregistrées chaque année. Peltre délivre aussi les cartes d’identité et les passeports[28].

Résultats des dernières élections[modifier | modifier le code]

Données Régionale 2010 Présidentielle 2007 Présidentielle 2002 Législatives 2007 Législatives 2002 Cantonales 2008 Cantonales 2004 Européennes 2009 Européennes 2004
PELTRE * Peltre * Peltre * Peltre * Peltre * Peltre * Peltre * Peltre * Peltre >* Peltre
National * France entière * France entière * France entière * France entière * France entière * France entière * France entière * France entière >* France entière

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine.
  • Mémorial des deux guerres mondiales et de la guerre de Corée (à côté de la mairie).

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château, détruit au début XIXe siècle pour faire place à la maison mère des sœurs de la Providence de Peltre en 1839.
  • Traces du château XVe siècle.
  • Château de Crépy, XIXe siècle.
  • Collège Notre-Dame moderne, parc.
  • Communauté Emmaüs de Peltre, fondée en 1957.
  • Maternité de l'Hôpital de Mercy.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle néo-gothique du couvent.
Chapelle de basse Bévoye.
Vierge à l'Enfant.
  • Église Notre-Dame, 1830 ; incendiée par la guerre en 1870 ; église néo-gothique 1872 par Jacquemin.
  • Sculpture « Vierge à l'Enfant à Peltre » ; statue en calcaire polychrome du premier quart du XIVe siècle ; classée depuis le [29] et conservée à la Chapelle des Sœurs de la Providence.
  • Chapelle néo-gothique du couvent Saint-André.
  • Chapelle de basse Bévoye.
  • Chapelle de l'ensemble scolaire Notre-Dame.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Projets[modifier | modifier le code]

En 2021, la nouvelle caserne de pompiers de Peltre sera sortie de terre pour un investissement de 3,5 M€. Le terrain est déjà mis à disposition, le nouvel équipement prendra place auprès du centre technique et logistique. Peltre sera un des quatre spots de la métropole, avec également 80 pompiers professionnels sur site. 5 800 interventions devraient y être décomptées à l’année[30].

L’ancienne ferme de Ravinel a été rasée pour laisser place à une résidence pour personnes âgées. Sur le site de la ferme, une fois le terrain dégagé, plusieurs mois de fouilles archéologiques ont été nécessaires, afin de bien répertorier les vestiges médiévaux du village. Des datations carbones effectuées sur un os humain donnent une date entre l’an 900 et 1 000[28].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Surnom donné aux habitants de Peltre d’après Jean Varnier, Sobriquets et quolibets de Lorraine, 1989.
  2. « Votre commune fait-elle partie du classement des villes où il fait bon vivre? », sur Le Huffington Post, (consulté le 18 février 2020).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Peltre », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 1er avril 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. « URBANISME. Une zone multimodale pour la gare de Peltre », Le Républicain Lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2020).
  14. « Horaires N91 », sur lemet.fr.
  15. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/verny/peltre.html
  16. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6).
  17. Eugène Voltz, L’Abbaye de Saint-Clément à Metz, Esquisse de son histoire architecturale.
  18. a et b Dir. rédaction Yvon Jacquemin, Peltre. Notre église paroissiale — Son histoire, le passé et le futur, association Notre-Dame-de-L'Assomption, Imprimerie du Val-Saint-Pierre, 900 exemplaires, février 1998.
  19. a et b Viville, Dictionnaire du département de la Moselle, 1817
  20. Michel de la Torre, Moselle, l’art et la nature de ses 719 communes, 1985.
  21. « Peltre - 57245 », sur TOUT METZ, (consulté le 18 février 2020).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. Marthe et Jean Wagner, Table des mariages enregistrés à Peltre de 1687 à 1793, 2e édition, nov. 1992.
  27. Michel Rassemusse, Peltre Crépy Reconstitution de familles de 1662 à 1907, Cercle généalogique du Pays messin, Florange, sept. 2007, 270 p.
  28. a et b « Photos. Peltre grandit sûrement mais paisiblement », Le Républicain Lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2020).
  29. Notice no PM57000266, base Palissy, ministère français de la Culture.
  30. « Peltre pour 3,5 M€ : une nouvelle construction », Le Républicain Lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2020).
  31. « Radio Peltre : « Prendre le train quand il démarre » », Le Républicain Lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2020).