Lagarde (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagarde.
Lagarde
Église Saint-Jean-Baptiste.
Église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Lagarde
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Le Saulnois
Intercommunalité Communauté de communes du Saulnois
Maire
Mandat
Serge Ziegler
2014-2020
Code postal 57810
Code commune 57375
Démographie
Population
municipale
181 hab. (2014)
Densité 8,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 32″ nord, 6° 42′ 21″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 283 m
Superficie 22,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Lagarde

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Lagarde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lagarde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lagarde

Lagarde (Lingatche en lorrain roman) est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lagarde fait partie du parc naturel régional de Lorraine[1].

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Gué-de-Laxat (Lexafurt pendant l'occupation).
  • Jambrot (Jambruck pendant l'occupation).
  • Malgré-Xousse (Schuss pendant l'occupation).
  • Martincourt (Martinshof pendant l'occupation).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Gardia (1186), La Garde (1793), Gerden (1915-1918 et 1940-1944).

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Surnom désignant les habitants : Lés cräs d’Lagätche (les corbeaux de Lagarde)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Terre de l'évêché de Metz, le village est fondé par l'évêque de Metz, Jean d'Apremont. Le château fort construit par l'évêque Adhémar de Monteil, est donné en fief aux seigneurs de Deux-Ponts-Bitche. En 1638, le village est dévasté par les Suédois.

Avant la fermeture des salines de Moyenvic et Lezey, un canal de flottage permettait d'acheminer le bois de la forêt de Réchicourt-le-Château à Lagarde. Les grumes étaient ensuite transportées par chariot sur les 6 km séparant Lagarde d'Ommeray où elles étaient convoyés par un autre canal de flottage[3].

En 1871, la commune de Lagarde, qui prend prend le nom allemand de Gerden, fait partie du territoire cédé à l'Empire allemand. Intégrée au Bezirk Lothringen, le « district de Lorraine », la commune dépend du Landkreis Château-Salins[4]. Durant cette période, les jeunes appelés font leur service militaire dans la Deutsches Heer, l'armée impériale allemande. La vie rurale suit son cours, malgré la proximité de la nouvelle frontière franco-allemande.

Au début de la Première Guerre mondiale, la prise de Lagarde par les Français, le 10 août 1914, puis sa récupération par les Allemands, le 11 août 1914, fait environ 550 morts chez les Français du XVe corps de Marseille, et 360 côté allemand. Le général Lescot qui avait préparé l'attaque alors que les ordres du général Édouard de Castelnau étaient de ne "rien faire" avant le 14 août, est jugé responsable de cette défaite et limogé par le commandant de la 2e armée.

En 1919, l'ancienne commune de la Meurthe redevient une commune française, mais dans le cadre du nouveau département de la Moselle.

À partir du 16 juin 1940, pendant la Bataille de France, d'importants combats opposent pendant deux jours les Polonais de la 1re division de grenadiers du général Duch aux forces allemandes.

Au cours de la campagne de Lorraine, en septembre 1944, de violents combats opposent la 1re armée du général Knobelsdorff à la 3e armée du général Patton. Deux brigades de blindés du LVIIIe Panzerkorps sont mises en déroute par l'armée américaine dans le secteur d'Arracourt, au nord-est de Lagarde.

Anciens lieux-dits et fermes disparus : Mesnil, Dommartin, Gresson, Lombard.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
août 1977 mars 2001 François Hamant    
mars 2001 mars 2008 Damien Massey    
mars 2008   Serge Ziegler    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 181 habitants, en diminution de -6,7 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
455 570 646 764 783 809 805 837 758
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
705 741 647 656 697 702 589 552 518
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
536 541 421 387 374 330 310 289 293
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
297 247 232 229 199 195 181 181 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lagarde (Moselle) Blason De gueules au dextrochère de carnation, vêtu d'azur mouvant d'une nuée d'argent, tenant une épée du même, garnie d'or ; chapé cousu d'azur à deux cailloux d'or.
Détails

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Traces d'un château XIVe siècle, remanié XVIIIe siècle
  • Traces du château de Martincourt, érigé en 1602 en faveur de Claude Martin châtelain de Lagarde par l'évêque de Metz, détruit au cours de la Seconde Guerre mondiale.
  • Port de plaisance sur le canal de la Marne au Rhin.
  • Cimetière militaire allemand.
  • Cimetière militaire français.
  • Monuments en hommage aux grenadiers polonais tombés les 17 et 18 juin 1940.
  • Moulin du gué de Laxal.
  • La ferme de Malgré Xousse, déjà citée en 1775.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Didier, Lagarde, 10 et 11 août 1914 : L'une des premières batailles de la Grande Guerre, Louviers, Ysec, , 126 p. (ISBN 2-84673-070-9).
  • Voir aussi claude chanteloube sur Provence14-18.org/lagarde clic droit Lagarde un jour noir pour les Provençaux, un jour de deuil pour la cavalerie allemande

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine (région Lorraine), (lire en ligne)
  2. Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°4 (Novembre-Décembre 2011)
  3. Dictionnaire hydrographique de la France, Antoine Louis Théodore Ravinet 1824
  4. Friedrich Bull: Statistischen Landesamt fur Elsass-Lothringen, Straßburg, 1912.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .