Guessling-Hémering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guessling-Hémering
Église Saint-Gangoulf, 1848.
Église Saint-Gangoulf, 1848.
Blason de Guessling-Hémering
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Canton Sarralbe
Intercommunalité Agglo Saint-Avold Centre mosellan
Maire
Mandat
Gérard Jacob
2014-2020
Code postal 57380
Code commune 57275
Démographie
Gentilé Guesslingeois
Population
municipale
911 hab. (2014)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 34″ nord, 6° 39′ 34″ est
Altitude Min. 245 m – Max. 319 m
Superficie 10,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Guessling-Hémering

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Guessling-Hémering

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guessling-Hémering

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guessling-Hémering

Guessling-Hémering est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se trouve en Moselle, à environ 35 kilomètres de Metz et une quinzaine de kilomètres de Saint-Avold.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gessling-Hemering en francique lorrain.
Guesseling-Hemering (1801), Guessling-Hémering (1956).

  • Guessling : Guaselinga (1267), Gosselingen (1309), Gesslingen (1341), Gösselingen (1459), Gosseling (1544), Geysslingen (1594), Gosling (1606), Kesling (XVIIe siècle), Guecheling (1681), Goesling (1764), Guesselin (carte Cassini). En allemand : Goesslingen[1].
  • Hémering : Heinmeringen et Hemeringen (1341), Hemeringen (1459), Hemmering (XVIIIe siècle), Hemering (1793). En allemand: Heimringen[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, les moines revenaient dans les villages trois fois dans l'année pour dicter aux habitants ce qu'il fallait payer. Cette situation dura jusqu'en 1758, date à laquelle un vicaire résident fut nommé dans les villages.[évasif]

Guessling et Hémering ont dépendu de l'ancienne province des Trois-Évêchés.

Guessling passe en 1648 sous la souveraineté de la France[2] La vouerie est donnée en fief aux seigneurs de Varsberg, puis aux Eltz, seigneurs de Freistroff jusqu’en 1733, date à laquelle elle fut rachetée par l'abbaye de Saint-Avold qui la possède jusqu’à la Révolution sous la haute vouerie et souveraineté de l’évêché de Metz. Une partie de la vouerie est dégagée, période de 1599-1681, aux seigneurs de Nimsgern.

Une première église est construite à Guessling en 1690. D’abord annexe de la paroisse de Boustroff, est administrée depuis 1730 par un vicaire résident puis[Quand ?] est érigée en paroisse de l’archiprêtré de Morhange. L’église Saint-Gangoulf qui la remplace est construite en 1848.

Entre 1790 et 1794, Guessling a « absorbé » le hameau Hemering.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1995 Julien Klein    
mars 1995 mars 2008 Bernard Cuvillier    
mars 2008 en cours Gérard Jacob    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 911 habitants, en diminution de -0,22 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
640 438 779 831 984 979 969 958 912
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
880 798 774 769 704 669 646 691 644
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
627 622 621 625 687 800 738 729 813
1990 1999 2008 2013 2014 - - - -
863 891 894 912 911 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Gesslinger Dickkepp (les têtes de bois de Guessling)[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle de la Très-Sainte-Vierge-Marie d’Hémering.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Bâtiment dit le Hof (la cour), maison seigneuriale jusqu'à la Révolution. Aujourd'hui, elle désigne une place centrale du village.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Gangoulf de Guessling, 1848, grande église-grange.
  • Chapelle de la Très-Sainte-Vierge-Marie d’Hémering : une première chapelle dédiée à la Vierge Marie est construite en 1818. Fortement endommagée en 1940, elle est démolie. Une chapelle neuve est édifiée au même endroit en 1960 à l’initiative d’Édouard Robin, curé de la paroisse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le général Nicolas Schmitz (1768-1851), général de brigade de la Révolution et de l’Empire, né à Guessling-Hémering.
  • Fabienne Jacob, (1959-) écrivain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Le village n’est pas compris dans la vouerie de Hombourg-Haut, vendue en 1581 au duc de Lorraine.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Dusanus, Volkshumor, 1928.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]