Lucey (Meurthe-et-Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Meurthe-et-Moselle
Cet article est une ébauche concernant une commune de Meurthe-et-Moselle.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucey.
Lucey
Mairie et monument aux morts
Mairie et monument aux morts
Blason de Lucey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes du Toulois
Maire
Mandat
François Forin
2014-2020
Code postal 54200
Code commune 54327
Démographie
Population
municipale
600 hab. (2014)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 20″ nord, 5° 50′ 16″ est
Altitude Min. 222 m – Max. 395 m
Superficie 10,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lucey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lucey

Lucey est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lucey est un village-rue typique, situé entre les côtes de Toul face à la plaine de la Woëvre. Les flancs sont plantés de vignes. Lucey se trouve à 8 km de Toul, à 30 km de Nancy et à 65 km de Metz.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Lucey
Trondes Lagney Bouvron
Trondes Lucey Bruley
Laneuveville-derrière-Foug Bruley Bruley

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est formé de l'anthroponyme latin Lucius et du suffixe gallo-romain -acum, formation typique de l'Antiquité tardive et de l'époque mérovingienne. Il apparaît sous la forme Luciaco en 885[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Village viticole depuis la domination romaine[réf. souhaitée].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 en cours
(au 16 avril 2014)
François Forin    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 600 habitants, en augmentation de 4,35 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
732 774 740 872 967 980 924 913 901
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
817 812 752 987 952 789 980 945 850
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
921 949 619 556 500 474 472 531 560
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
538 501 507 558 579 573 580 600 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lors du deuxième dimanche du mois de mai, Lucey et la MJC organisent une des plus grandes brocantes de l'Est de la France, portant aujourd'hui le nom de Bernard-Rollin.

Économie[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La viticulture est importante: vins des côtes de Toul, appellations d'Origine contrôlées : Gris de Toul, auxerrois, pinot noir. Le village compte de nombreux petits viticulteurs qui produisent un vin de qualité, mais aussi Michel Goujot, viticulteur et arboriculteur en culture biologique depuis 1981, Vincent Gorny, le domaine Lelièvre, le domaine Migot à Lucey et le domaine de l'Ambroisie (dont la cave est à Toul) qui trustent les médailles au salon de l'agriculture et dans les concours les plus prestigieux et qui représentent à merveille ce terroir d'exception.

On trouve plusieurs sortes de vins :

  • Le vin gris est l'arrangement de pinot noir (10 % mini) et de gamay (85 % maxi). Sa robe a la couleur saumon, brillante aux reflets dorés. Servi entre 4° et 8°, il accompagne les fruits de mer, les poissons et les spécialités lorraines. Le vin gris est obtenu par pressurage immédiat sur vendange fraîche, sans macération. Il a fait la renommée des côtes de Toul.
  • Le vin blanc est obtenu à partir d'auxerrois. Il est gras et fruité et accompagne le foie gras et les poissons grillés entre autres.
  • Le vin rouge est du pinot noir, riche et suave. Il est bien adapté aux viandes et fromages.
  • La méthode traditionnelle (champenoise). Vin pétillant, gris ou rosé, qui est servi en apéritif, dessert ou vin d'honneur.

L'Auberge du Pressoir, située dans l'ancienne gare du Thiaucourt est récompensée de deux fourchettes au guide Michelin, d'une citation au guide du Routard et d'une toque au Gault et Millau.

Pays de la mirabelle de Lorraine.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Hilaire du XVIIIe : orgues, statues de la façade.
  • Monument aux morts.
  • Calvaire, mémorial de guerre.
  • Des croix de chemin.
  • Anciens forts XIXe de Trondes et de Lucey.
  • Les roises : Composées d'un ensemble de mares creusées autrefois pour faire rouïr le chanvre. Ainsi celui-ci devenait plus souple et plus facile à travailler. Aujourd'hui, ces roises ont été aménagées en un coin bucolique et instructif pour le visiteur.
  • La maison lorraine de la polyculture. C'est un musée qui retrace les activités agricoles des coteaux du toulois du XVIIIe au XXe siècle. On y trouve les différents métiers de la polyculture, de la grange au pressoir en passant par l'étable et les outils divers. Un diaporama complète le tout. À noter un séchoir à houblon à l'étage. En effet, jusqu'à 1969, le village était un gros pourvoyeur de cônes de houblon pour les brasseries lorraines. La maison de polyculture cultive une vigne et une houblonnière pédagogiques. La maison se visite le dimanche, en saison. Durant l'année scolaire, elle accueille des classes notamment durant les vendanges. Il reste les vignes, à flanc de coteau, baignées de lumière. Outre la découverte de la viticulture et du raisin en tout temps, on peut bénéficier d'une vue extraordinairement dégagée sur la plaine, les buttes témoins et le plateau nancéien[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vers 604, une riche et pieuse noble gallo-franque, nommée Praetoria, fit don à l'évêque de Toul de ses propriétés à Lucey. Le chapitre cathédral de Toul sera seigneur de Lucey jusqu'en 1789, profitant des vignes et du vin. On retrouve dans le vignoble l'appellation "vignes l'évêque".

Autre personnage, Etienne Hordal du Lys (arrière-petit-neveu de Jeanne d'Arc) crée, vers 1600, une chapelle et y enseigne la jeunesse. Ce fut la 1re école de Lucey.

En 1686, Claude Varnerot, nommé curé, fonde une école de charité de filles où elles sont enseignées gratuitement.

Le fort de Lucey, construit par Séré de Rivière à partir de 1875, vit le Grand Duc Nicolas de Savoie en 1912, le Président Raymond Poincaré et le général Joffre en 1915, et Charles de Gaulle, alors à Saint-Cyr. Ce fort était alimenté en troupes, matériel et nourriture par une voie de 60, créée par le colonel Péchot. La ligne allait au fort par le chemin du tacot.

Le député-maire André Picquot donna au vignoble ses lettres de noblesse. En 1964 fut créée la confrérie des Compagnons de la Capucine!

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Lucey 54.svg

Les armoiries de Lucey se blasonnent ainsi :

Tranché: au 1er d'azur à deux mirabelles d'or, rangées en fasce, celle de senestre brochant sur l'autre, au 2e d'argent à la grappe de raisin de sable tigée de sinople; à la bande de gueules brochant sur la partition; au soleil non figuré d'or brochant en cœur sur le tout.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle, Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, .
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. La maison lorraine de polyculture sur le site du tourisme en Lorraine.