Condé-Northen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Condé-Northen
Condé-Northen
Mairie de Condé-Northen.
Blason de Condé-Northen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes Houve-Pays Boulageois
Maire
Mandat
Patrick Pierre
2020-2026
Code postal 57220
Code commune 57150
Démographie
Gentilé Condéens, Condéennes
Population
municipale
691 hab. (2019 en augmentation de 6,14 % par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 19″ nord, 6° 26′ 00″ est
Altitude Min. 204 m
Max. 290 m
Superficie 10,92 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Boulay-Moselle
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Condé-Northen
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Condé-Northen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condé-Northen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condé-Northen

Condé-Northen est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est, en région Grand Est. Elle regroupe les villages de Loutremange, Northen et Pontigny.

C'est dans cette commune que se réunissent la Nied allemande et la Nied française pour former la Nied.

Géographie[modifier | modifier le code]

Condé-Northen est située à :

Niché au cœur du Niedgau, la commune est située à proximité de la voie romaine Metz-Mayence. La confluence évoque la limite des langues entre parler roman et parler francique de cette terre[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Condé-Northen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (81,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (40,5 %), prairies (38,3 %), forêts (16,1 %), zones urbanisées (2,7 %), zones agricoles hétérogènes (2,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Condé : Cundium ou Cundicum en 787, Condeis en 1119, Condey en 1404, Conchem en 1511, Conchen alias Condé en 1594, Coucheim et Couchen en 1606, Coninchen au XVIIe siècle, Couchon en 1779, Connichen (carte Cassini). En allemand: Contchen[9], Konden (1940-44). En francique lorrain : Konchen.
  • Northen : Nortten en 1618, Nortin (carte Cassini), Northene (1793).
  • Loutremange : Leutermingas (825), Leotermingis (1139), Louderdange (1308), Lontremange (1793), Lautermanges (1794). En allemand : Lautermingen[9].
  • Pontigny : Bruque en 1339, Brücke en 1485, Nydbrück alias Pont de Nied au XVIe siècle, Nidbrück et Pontnied en 1542, Nidbrücken alias Pont de Niet en 1594, Niedbruch en 1606, Niedbroug au XVIIe siècle, Pontigni en 1756. En allemand : Niedbrücken[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Mentionné Cundium en 787, au confluent des deux Nied.
  • Dépendait de l'ancienne province de Lorraine (bailliage de Boulay).
  • En 1849, 52 habitants furent contaminés par le choléra, mais seulement 2 en sont morts[10].

Fusion des communes[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, il existait quatre communes indépendantes sur le territoire actuel de Condé-Northen : Condé, Northen, Pontigny et Loutremange[11]. Successivement les communes ont fusionné :

  • le 28 mai 1804 : Northen fut rattachée à la commune de Condé. La nouvelle commune prend le nom de Condé-Northen ;
  • le 8 novembre 1810 : rattachement de Pontigny ;
  • le 1er juin 1979 : après délibérations des conseils municipaux (27 décembre 1978 pour Loutremange et 29 janvier 1979 pour Condé-Northen) un arrêté préfectoral est signé pour le rattachement de la commune de Loutremange.

Il est à noter qu'un projet, qui resta sans suite, de fusion entre Volmerange-lès-Boulay et Loutremange fut approuvé par les communes concernées en novembre 1806. Ce projet fut transmis au ministère de l'Intérieur de l'époque pour avis et approbation.

Le chemin de fer[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle la commune fut desservie par le transport ferroviaire. La commune était une étape sur l'ancienne ligne traversant le Pays de Nied (ligne de Metz à Teterchen via Boulay-Moselle). Entre 1871 et 1876 la gare fut construite ainsi que probablement les deux maisons de garde barrière. En 1876, une première voie fut construite suivi d'une seconde en 1888. Après 70 ans de service, la ligne est désaffectée par étape, en 1948 il n'y a plus de train de voyageur et le 2 octobre 1960 la gare est fermée définitivement. En juillet 1969 les voies sont déclassées. Les bâtiments sont ensuite vendu à des particuliers et les terrains correspondant à l'emprise des voies sont acquis par la commune[12].

Aujourd'hui les voies ont été démontées. Mais il reste encore des ouvrages :

  • la gare à l'entrée de Condé en venant de Metz au no 23 de la rue de la Gare ;
  • une ancienne maison de garde barrière : située entre Pontigny et Condé à l'intersection entre la D 954c et la D 954, au no 30, rue de la Gare ;
  • la seconde ancienne maison de garde barrière : au no 11 de la rue de Loutremange (D 54d).

Il reste également des traces :

  • le pont de fer au-dessus de la Nied allemande ;
  • la digue en prolongement du pont de fer ;
  • des talus à proximité de la gare.

Une partie du parcellaire dédiée à la voie a été démembrée. Plusieurs lotissements y sont aménagés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire de Loutremange[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1940 1945 Suppression de la commune    
1945 1947 Charles Mathieu    
1947 1953 Henri Becker    
1953 1955 Ernest Hilt    
1955 1975 Théophile Hartard    
1975 1979 Hubert Mathieu    
Les données manquantes sont à compléter.

Maire de Condé-Northen[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1837 ? M. Marcus   Propriétaire, conseiller d'arrondissement
1903 1914 Louis Lezer    
1914 1929 Nicolas Becker    
1919 1929 Pierre Léonard    
1929 1940 Charles Lecomte    
1940 1944 Suppression de la commune    
1945 1951 Émile Albert    
1951 1971 Gervais Hesse    
1971 1979 Henri Schoun    
1979   Fusion de Condé-Northen avec Loutremange    
1979 1989 Henri Schoun    
mars 1989 mars 2008 Jean-Claude Viaux    
mars 2008 En cours Patrick Pierre MoDem-UDI  

En 1979, lors de la fusion des communes de Loutremange et Condé-Northen, il n'y a pas eu d'élections anticipées, le maire de Loutremange devenant adjoint, et le maire de Condé-Northen de l'époque devenant maire des communes fusionnées.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population est restée stable au cours des années 1960 et 1970.

Entre 1975 et 1982 le nombre d'habitants a augmenté de 69 %. Cela s'explique essentiellement par deux faits.

  • Le premier : la fusion de la commune de Condé-Northen et de la commune de Loutremange en 1979. Cette année-là, Loutremange avait 42 habitants.
  • Le second : la réalisation de lotissement au lieu-dit les Grandes Rayes, comprenant la rue du Duché de Lorraine, l'allée des Tanneurs, l'allée des Huiliers et une partie de la rue de la Gare.

Ensuite la population reste relativement stable jusqu'au milieu des années 2000.

Depuis le nouveau millénaire, deux grandes vagues de constructions ont eu lieu expliquant cette nouvelle augmentation de population.

  • La première : la réalisation d'un ensemble de maisons mitoyennes, renouant avec la tradition locale du village rue, créant une nouvelle voie privée au sud ouest de l'église perpendiculaire à la rue des Deux-Nieds.
  • La seconde : un nouvel ensemble de maisons individuelles réalisé dans le prolongement de la rue du Lin et s'étendant perpendiculairement à celle-ci le long de l'ancienne voie ferrée.

La population devrait encore augmenter dans les années à venir : du fait de l'extension de la zone construite, en cours, le long de l'ancienne voie ferrée et de la pression démographique qu'exerce l'agglomération messine.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2019, la commune comptait 691 habitants[Note 3], en augmentation de 6,14 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
386245424546514553486496460
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
481452431427409396366358330
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
323294278305270268267274534
1990 1999 2006 2007 2012 2017 2019 - -
507526558563644678691--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine à Condé et à Loutremange (vestiges d'une villa).
  • Oratoire à Notre-Dame-de-l'Unité.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Germain de Condé-Northen[modifier | modifier le code]

L'actuelle église fut érigée en Pierre de Jaumont entre 1846 et 1849. Elle remplace une autre église qui était située proche de l'actuel cimetière de la commune. Cette dernière fut probablement construite au XIIe siècle. Elle fut démolie car jugée trop vétuste en 1846[18].

Certains éléments ont été utilisés pour bâtir la nouvelle église :

  • des pierres de taille pour le clocher ;
  • des pierres de taille à la base de l'édifice sur un mètre de hauteur ;
  • la clef de voûte à huit ogives du XVIe siècle ;
  • un tabernacle (armoire eucharistique) du XVe siècle ;
  • un tronc en chêne daté de 1608 ;
  • deux bas-reliefs du XVIIe siècle ;
  • des fonts baptismaux du XVIe siècle.
  • Les orgues ont été construites en 1875 par la manufacture Dalstein et Haerpfer de Boulay-Moselle et rénovées en 1974 ;
  • À la suite d'une tempête en juin 1860 la flèche du clocher tombe. Après conseils d'un architecte, le nouveau clocher aura une forme en dôme, offrant moins de prise au vent. La nouvelle toiture s'achève en octobre 1864 ;
  • Les cloches : plusieurs furent réquisitionnées, 2 en 1917, 3 en 1943 ;
  • En 1955, la toiture est rénovée ;
  • En 1975, d'importants travaux de rénovation sur le clocher sont effectués, celui-ci portait encore les traces de la Seconde Guerre mondiale.
Chapelle Saint-Nicolas de Loutremange[modifier | modifier le code]

Elle est située au bout de la rue Principale à Loutremange.
Sa construction s'est achevée en 1764. Il existait autrefois une autre chapelle Saint-Nicolas, jugée trop petite et trop vétuste, elle est détruite en 1758.

La cloche Marie a été fondue en 1821 à Metz, les habitants l'ont protégée des deux grandes guerres en la cachant successivement dans la Nied et un tas de charbon[19].

Quelques dates marquantes liées à son entretien :

  • 1890 : pose d'un dallage ;
  • 1980 : réfection des façades ;
  • 1980 : travaux sur la toiture et le clocheton afin de mettre le site hors d'eau ;
  • 1992 : rénovation complète de l'intérieur (menuiseries, dallages, décorations) et extérieur (un nouveau crépi sur une hauteur de 2 m, nouvelle peinture, réfection de la croix).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason de Loutremange possède ces armoiries depuis février 1950.

Les autres blasons ont été approuvés par le conseil municipal le 14 mars 1985.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Passé-Présent : La Moselle dévoilée No 9 (Juin-juillet-août 2013)
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  10. Denis METZGER, Le choléra dans les pays de la Nied au XIXe siècle : le témoignage des croix, 1984.
  11. Histoire de Condé-Northen, Pontigny, Loutremange par H. Schoun en 1986.
  12. Les chemins de fer dans le Pays de la Nied par H. Schoun en 1989.
  13. Collecte des archives communales et départementales jusqu'en 1974 référencée dans "Histoire de Condé-Northen, Pontigny par P. Wonner en 1974.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Condé-Northen son église paroissiale par H. Schoun en 1995, édité par la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Nied, collection des monographies des communes des Pays de la Nied.
  19. La Chapelle Saint-Nicolas de Loutremange par H. Schoun en collaboration avec A.Mackowiak en 1992.