Marbache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marbache
Image illustrative de l'article Marbache
Blason de Marbache
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Val de Lorraine Sud
Intercommunalité Communauté de Communes du Bassin de Pompey
Maire
Mandat
Jean-Jacques Maxant
2014-2020
Code postal 54820
Code commune 54351
Démographie
Population
municipale
1 744 hab. (2012)
Densité 164 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 52″ N 6° 06′ 11″ E / 48.7978, 6.103148° 47′ 52″ Nord 6° 06′ 11″ Est / 48.7978, 6.1031  
Altitude Min. 182 m – Max. 361 m
Superficie 10,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Marbache

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Marbache

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marbache

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marbache
Liens
Site web www.marbache.fr

Marbache est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Marbache (1793)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de Marbache n'est pas clairement établie historiquement, l'étymologie du nom laisserait à penser à une colonisation d'origine Germaine (Mar=marais, Bach=ruisseau en langue Allemande). D'après Hans Witte, Marbache est un ancien isolat germanophone, qui fut romanisé au Xe siècle.

Un écrit d'Arnald, évêque de Toul (872-895), évoque l'achat de fermes dans les environs, dont celle de Marbache ainsi que de son église : c'est la première notification écrite de l'existence du village.


L'ordre des Prémontrés fit l'acquisition en 1134 de deux moulins au sein de la commune, donnant naissance à l'endroit appelé de nos jours le Ménil (dérivé de sa forme primitive, le Mény).

La prospérité du village fut assurée en 1854 après la découverte de façon accidentelle, lors des travaux pour la ligne de chemin de fer entre Nancy et Metz, d'un gisement de fer. La mine fonctionnera le temps de sa concession jusqu'en 1957, à la suite de quoi celle de Dieulouard prendra le relais notamment pour des raisons de praticité d'extraction.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Beugin    
mars 2008 avril 2014 Éric Paillet    
avril 2014 octobre 2014 Patricia Henck[2]   La démission de douze conseillers municipaux
en août provoque une nouvelle élection
[3]
octobre 2014 en cours Jean-Jacques Maxant[4]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 744 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
395 503 567 620 666 683 673 702 739
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
689 707 919 1 172 1 210 1 058 1 107 1 223 1 151
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 088 1 234 1 276 1 332 1 455 1 387 1 380 1 575 1 632
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012 -
1 683 1 751 1 768 1 808 1 717 1 757 1 768 1 744 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Gengoult XIXe siècle.
  • Chapelle construite en 1955, Dominique-Alexandre Louis pour l'architecture et François Chapuis pour les vitraux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Marbache Blason Blasonnement : d'or à la cotice ondée d'azur, accompagnée en chef d'une porte soudée d'argent, ouverte et ajourée de sable, essorée de gueules, et en pointe d'une roue de moulin aussi de sable.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]