Vilcey-sur-Trey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vilcey-sur-Trey
Église Saint-Martin.
Église Saint-Martin.
Blason de Vilcey-sur-Trey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Gérard Cazanave
2014-2020
Code postal 54700
Code commune 54566
Démographie
Population
municipale
156 hab. (2014 en augmentation de 0,65 % par rapport à 2009)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 05″ nord, 5° 58′ 29″ est
Altitude Min. 216 m
Max. 362 m
Superficie 13,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vilcey-sur-Trey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vilcey-sur-Trey

Vilcey-sur-Trey est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est. Le territoire de ce village fait partie du parc naturel régional de Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Calvaire de 1619.

Situation[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Vilcey-sur-Trey comprend cinq écarts : Gaulange, Jaillard, Neuf-Moulin, Sainte-Marie-au-Bois et la ferme de la Souleuvre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L’église est dédiée à saint Martin.

En 1504, le chevalier Nicolas de Heu et l'écuyer Nicolas Remiat, seigneurs de Vilcey-sur-Trey et de Viéville-en-Haye, abandonnent leurs droits et propriétés dans ces localités aux religieux Prémontrés de Sainte-Marie-aux-Bois.

Le 28 juin 1584, une habitante de Vilcey-sur-Trey, convaincue de sorcellerie est brûlée à Prény, siège de prévôté ; en 1597, une autre femme de Vilcey, accusée d'être une sorcière, réussit à s'enfuir et ne fut jamais retrouvée.

Vers 1635, lors de la guerre de Trente Ans, les Suédois, alliés des Français, y portèrent la désolation et saccagèrent l'abbaye de Sainte-Marie-aux-Bois où un moine fut passé au fil de l'épée.

Pendant la Première Guerre mondiale, deux écrivains ont séjourné dans cette commune, le français Charles Péguy en 1914 et l'allemand Ernst Jünger en 1917.

Ce village a été incendié par les troupes allemandes en retraite en 1944 en même temps que Martincourt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1597   Zacary Ragot    
1599   Martin Jeangente    
décembre 1599   Zacary Ragot    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 16 avril 2014)
Gérard Cazanave    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2014, la commune comptait 156 habitants[Note 1], en augmentation de 0,65 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : +0,16 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
308 448 355 360 367 355 356 313 333
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
300 300 274 283 230 236 222 211 197
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
210 174 94 100 110 95 115 168 158
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
182 153 166 153 155 165 150 156 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontaine des Trois-Goulots ou Pütter=Quelle.
  • Monument de la 121e Division d'Infanterie allemande (121. ID) à proximité du village appelé communément Lion de Vilcey. Ce monument a été élevé par l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale, pour rappeler l'engagement de la division dans les terribles combats du Bois-le-Prêtre en 1915. Accès difficile et non signalé.
  • En forêt, vestiges de l'arrière-front allemand : fontaines, autel, poste de secours, blockhaus et notamment une fontaine devant laquelle l'écrivain Ernst Jünger, alors jeune lieutenant dans l'armée allemande a été photographié en 1917.
  • Abbaye de Sainte-Marie-au-Bois ancienne abbaye romane des prémontrés.
  • Église Saint-Martin, datant de la fin XVIIIe siècle.
  • Il y avait sur le territoire de cette commune au moins quatre calvaires. Suite aux destructions des guerres, seul un subsiste daté de 1619.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Vilcey-sur-Trey Blason '
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bazaille Manuel, "Les sorcières de Vilcey-sur-Trey", Revue lorraine populaire, n° 196, juin 2007.
  • Bazaille Manuel, "L'abbatiat de Servais de Lairuels", Nos Villages lorrains, n° 113, octobre 2008.
  • Stéphane Gaber, Sur les traces d'Ernst Jünger à Regniéville en 1917, Revue lorraine populaire, No 143, août 1998. (Concerne également Vilcey-sur-Trey)
  • M. L. Germain, Découverte de l'épitaphe et d'une partie du premier monument funéraire de Philippe de Gueldre, duchesse de Lorraine, à Vilcey-sur-Trey, Journal de la Société d'archéologie et du musée lorrain, 1890, 10, 39e année, p. 140-144
  • Nos villages lorrains, revue publiée à Pagny-sur-Moselle. [Contient quelques articles sur Vilcey-sur-Trey]
  • E. Olry, Répertoire archéologique de l'Arrondissement de Toul, Cantons de Domêvre, Toul-Nord et Thiaucourt, Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, 1871, 2nde série, 13e vol.
  • René Perrin, L'esprit public dans les campagnes lorraines pendant la Révolution : Vilcey-sur-Trey, in : Le Pays lorrain et le Pays messin, 8e année, 1911, p. 641-650
  • Vuillerod, Monographie de la commune de Vilcey-sur-Trey / par M. Vuillerod, instituteur de Vilcey-sur-Trey, 1889 (d'après Mazeran), Manuscrit

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]