Rustroff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rustroff
Rustroff
Église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Intercommunalité Communauté de communes Bouzonvillois-Trois Frontières
Maire
Mandat
Jérôme Develle
2020-2026
Code postal 57480
Code commune 57604
Démographie
Gentilé Rustroffois
Population
municipale
624 hab. (2019 en augmentation de 5,23 % par rapport à 2013)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 38″ nord, 6° 22′ 23″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 358 m
Superficie 3,23 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Perl (ALL)-Sierck-les-Bains (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Luxembourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bouzonville
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Rustroff
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Rustroff
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rustroff
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rustroff

Rustroff est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Buchwäldchen (ou Buchwaeldchen) ; Milchen ; Sengen

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Moselle[Carte 1].

La Moselle, d’une longueur totale de 560 kilomètres, dont 315 kilomètres en France, prend sa source dans le massif des Vosges au col de Bussang et se jette dans le Rhin à Coblence en Allemagne[1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Rustroff.

La qualité de la Moselle peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rustroff est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Perl (ALL)-Sierck-les-Bains (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 5 communes[5] et 4 750 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (46,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (34,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (30,6 %), terres arables (27,8 %), forêts (16,1 %), cultures permanentes (11,3 %), zones urbanisées (8,3 %), zones agricoles hétérogènes (5 %), eaux continentales[Note 3] (1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Anciennes mentions[12],[13] : Ruchensdorpht (1145), Rukesdorph (1157), Rukestorp et Rukestroff (1158), Ristorff (1328), Rustorff (1594), Rusdorff (1686), Ruestroff (XVIIIe siècle), Rurdorff et Rusdorff (1756), Rustroff (1793), Rüsdorf (1871-1918).
  • En francique lorrain : Réischtroff et Réischdrëf.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

  • Di Réischtrowwer Këddern (les matous de Rustroff).

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien domaine des ducs de Lorraine, village de la prévôté de Sierck. En 1486, le comte de Linange fit construire un couvent de religieuses du tiers ordre de Saint-François, supprimé à la Révolution française. Qui a ensuite servi de succursale aux religieuses de Sainte-Chrétienne de Metz (Pensionnat de Sainte-Chrétienne de 1832 à 1975). L'abbé François-Louis Fleck,futur eveque de Metz, fut aumonier du pensionnat.
Rattachée à la ville de Sierck par décret du , redevint une commune en 1880.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rustroff Blason
De gueules à la serpette d'argent, emmanchée d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 François Licht    
mars 2001 mars 2014 Gérard Hennequin UDI  
mars 2014 en cours Jérôme Develle DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2019, la commune comptait 624 habitants[Note 4], en augmentation de 5,23 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1880 1885 1890 1895 1900 1905
281284339491544469488474488
1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
508486505476443405684595570
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019
510466550513551567544601624
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[16]. |recens-prem=2004 |nom.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Chapelle du couvent des Franciscaines

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Martin, chœur limite XIIIe siècle - XIVe siècle. Porte d'entrée sur façade occidentale 1re moitié XIVe siècle. Chapelles Saint-Éloi et Notre-Dame et sa sacristie et armoire eucharistique sur pan nord du chœur XVe siècle. Nef reconstruite en 1865 et 1866. Clocher reconstruit en 1870. Sacristie du chœur agrandie en 1891. Armoiries de René Ier d'Anjou et d'Isabelle Ire de Lorraine. Marques de tâcheron, retable rhénan XVIe siècle, pietà XVIe siècle ; pèlerinage.
  • Couvent de Franciscaines, fondé en 1486, confirmé par le pape Léon X en 1514, reconstruit après l'incendie de 1667. Église et bâtiment principal XVIIIe siècle. Confisqué et vendu en 1792, racheté en 1832 par les religieuses de Sainte-Chrétienne de Metz et transformé en pensionnat. Vers 1860, le bâtiment principal a été exhaussé d'un étage. Propriété privée depuis 1980.
  • Sépultures avec mobilier du Hallstatt final.
  • Lavoir où coule de l'eau potable.
  • Belvédère en macadam avec observatoire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Un passage du duc de Lorraine ainsi que de son confrère Étienne du Luxembourg s'est effectué en 1452 dans ce petit village. Celui-ci est resté en mémoire par le biais d'une stèle sise à la sortie du petit hameau.[réf. nécessaire]
  • François-Louis Fleck (1824-1899), 100e évêque de Metz, était aumônier au pensionnat des filles à Rustroff.
  • Jean Engel (1876-1960), artiste-peintre, chevalier de la Légion d'honneur, né dans la commune, et lointain descendant de Jean Baptiste Brice Tavernier[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Rustroff » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « la Moselle »
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Perl (ALL)-Sierck-les-Bains (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. Martin Heintz: Jean Engel (1876-1960), artiste-peintrepdf sur irevues.inist.fr.