Buding

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Buding
Buding
Église paroissiale Saint-Nicolas.
Blason de Buding
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arc mosellan
Maire
Mandat
Philippe Schiano
2020-2026
Code postal 57920
Code commune 57117
Démographie
Gentilé Budingeois
Population
municipale
591 hab. (2018 en diminution de 0,34 % par rapport à 2013)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 02″ nord, 6° 19′ 19″ est
Altitude Min. 170 m
Max. 306 m
Superficie 6,36 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Luxembourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Metzervisse
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Buding
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Buding
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buding
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buding

Buding est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il y a une modification à apporter sur la carte IGN bleue 3411 O (Thionville) échelle 1/25000. Au départ de BUDING, une nouvelle voie verte a été construite à 75 %. Elle est interdite à tout véhicule à moteur, et sert de piste cyclable. Elle est orientée nord-sud, parallèlement à la D 2, et décalée vers l'ouest de 300 m en moyenne :

  • de la sortie de Buding à l'entrée d'Inglange : 1,2 km (goudronnée) ;
  • traversée d'Inglange (de la D 118c à la rue du Calvaire) : 1 km (goudronnée) ;
  • de la sortie d'Inglange à l'entrée d'Elzange : 1,4 km (goudronnée) ;
  • traversée d'Elzange (de la rue des Lilas à la rue de la Scierie) : 0,6 km (goudronnée) ;
  • de la sortie d'Elzange à la cote 158, au nord du Griesberg : 2 km (non goudronnée) ;
  • de la cote 158 à l'entrée de Kœnigsmacker (chemin de Mewinckel) : 1,1 km (goudronnée).

Distance Buding - Kœnigsmacker : 7,3 km.

Jonction avec le chemin de la Moselle (piste cyclable Thionville- Kœnigsmacker-Sierck de 30 km de long) et avec le circuit du Hackenberg de Buding à Veckring[1].

Le chemin de la Canner part du parcours de promenade et de découverte de Buding à proximité du Moulin, passe par les champs où on peut admirer les collines verdoyantes et par deux villages typiquement lorrains (Inglange et Elzange) pour rejoindre Kœnigsmaker où se trouve la ferme du Mewinckel avec des chambres d'hôtes et l'Office du Tourisme, tout en suivant le cours de la Canner, affluent de la Moselle.
La commune possède une annexe nommée Elzing.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Buding est desservi par la ligne Ligne de bus TIM 107 Thionville - Waldweistroff du conseil général de la moselle avec trois allers/retours.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Buding est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (58,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,8 %), terres arables (29,4 %), prairies (28,7 %), zones urbanisées (4,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Buding[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Budinacha en 940; Budinga au XIe siècle; Boudinga en 1150; Buedenges en 1295; Budingen en 1375 et 1473; Buddingen en 1480 et 1507; Budingen en 1507; Puding au XVIIe siècle; Niderbudingen en 1680; Biddingen en 1693 (territ. de Kédange), Büdingen (1871-1918 et 1940-1944)[9].

Selon les toponymistes, il s'agit d'une formation toponymique en -inga, suffixe d'origine germanique au datif-locatif féminin pluriel qui indique une propriété terrienne (par opposition au suffixe -ingen au datif-locatif masculin pluriel qui se réfère à la parentèle)[10].

Le premier élément Bud- représente selon le cas général un anthroponyme. On peut identifier soit le nom de personne germanique Bodo[11], soit le nom de personne germanique Budo[10], hypocoristiques des thèmes BOD / BUD. Ce nom de personne se reconnaît également dans le toponyme belge Booienhoven (Boedenhoeven en 1235) complété de l'appellatif germanique hof « cour, cour de ferme, ferme »[12]. D'autres formations germano-romanes semblent contenir ce même anthroponyme, dont Boinville-le-Gaillard (Yvelines, Bouenvilla du XIe au XIIIe siècles, Boenvilla en 1232) et sans doute Boinvilliers (Yvelines, Boinvillare vers 1250). C'est aussi le nom de personne Boto / Bodo que l'on retrouve dans Boisney (Eure, Boeneium 1142)[13]. Dans ces exemples romans, on observe l'amuïssement régulier du [t] / [d] intervocalique (type catena > cadena > cadhena > chaene > chaine).

La forme romane de Buding n'apparait qu'au XIIIe siècle (Buedenges en 1295), ce qui semble correspondre à l'époque où Henri II de Bar, par exemple, étend son emprise sur la région. D'ailleurs, c'est aussi vers cette époque que certains toponymes en -inga ou -ingen à proximité de Buding ont été romanisés en -ange (Hayange, Florange, Uckange etc.) alors que Buding a été romanisé en -enges.

Elzing[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Aliasingas en 888 (Mémoires de L'Academie Imperiale de Metz, XLV Année 1863-1864), Ilsingen en 1632; Eltzingen en 1681; Eltzing en 1698; Elsingen en 1871-1918[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Village qui dépendait en partie de la seigneurie de la Grange (1681) et en partie de la seigneurie de Busbach (1682).
Anciennement annexe de la paroisse du Hackenberg, Buding appartenait au diocèse de Trèves (archid. de Tholey).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1976 1983 Emmanuel Catteau s. é.  
mars 1983 1993 (Décès) Ferdinand Fick   Garde forestier retraité
1993 mars 1995 Armand Wirig    
mars 1995 En cours Jean Yves Le Corre s. é.  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 591 habitants[Note 3], en diminution de 0,34 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
451472507473532572490486454
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
424398421384405382362364312
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
331318328297311326339339385
1990 1999 2006 2011 2016 2018 - - -
509472492596591591---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Les deux moulins de Buding, vestiges des treize moulins qui jalonnaient la vallée de la Canner au XIXe siècle :

  • le moulin-bas, une huilerie attestée dès le XVIIIe siècle ;
  • le moulin-haut est un moulin à farine, le dernier à avoir cessé son activité en 1986.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Ancienne synagogue
  • Église paroissiale Saint-Nicolas à trois nefs, construite après la séparation de Buding de la paroisse du Hackenberg et son élévation le 31 mai 1804 au rang de paroisse indépendante, et après la destruction en 1822 de la chapelle du village alors située au carrefour de la RD 2 et de l'actuelle rue de l'Eglise ; tour clocher construite sur la 1re travée de la nef au milieu du XIXe siècle ; armes de France
  • Synagogue, construite au XIXe siècle ; utilisée comme remise agricole au XXe siècle.

Une première synagogue fut édifié dès 1757. Au prix d'énormes difficultés un nouvel édifice fut érigé entre 1838 et 1854 il fut édifié route d'Inglange. Une école juive y fut aussi bâtie à proximité. La communauté juive de Buding connue son apogée démographique avec 92 personnes. Elle déclina à la fin du XIXe siècle. Les jeunes gens préférant surtout pour des raisons économiques habiter Thionville ou Metz, villes leur proposant de meilleures perspectives d'avenir. La communauté juive disparue en 1945, seulement deux familles ayant choisi de revenir à Buding. La synagogue fut désaffectée puis aliénée en 1958. En 1961 le bâtiment fut vendu.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Buding Blason
De gueules au lion d'or, accompagné de trois besants du même [19].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Portail des travaux publics - Luxembourg », sur public.lu (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b c et d Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  10. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, p. 779 - 780, n° 13288, [1]
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 122b.
  12. Dr. P. Kempeneers, Zoutleeuw. Een toponymisch-geschiedkundige studie, Louvain, Instituut voor Naamkunde, Nomina geographica flandrica, Monografie XIX, 2003, 308 blz.
  13. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 68.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. Nicolas Ballet, « Tibhirine : le dernier survivant témoigne », Le Progrès, 20 mars 2011
  19. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).