Hartzviller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Arzviller.
Hartzviller
L'ancienne gare.
L'ancienne gare.
Blason de Hartzviller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Phalsbourg
Intercommunalité Communauté de communes de Sarrebourg - Moselle Sud
Maire
Mandat
Marcel Strubel
2014-2020
Code postal 57870
Code commune 57299
Démographie
Population
municipale
911 hab. (2014)
Densité 220 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 13″ nord, 7° 05′ 14″ est
Altitude Min. 275 m – Max. 376 m
Superficie 4,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Hartzviller

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Hartzviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hartzviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hartzviller

Hartzviller est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est. Situé à une dizaine de kilomètres du sud de Sarrebourg. Elle forme une petite agglomération avec les communes de Troisfontaines et Walscheid, fréquemment appelée « vallée de la Bièvre », de 4 000 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La gare de Hartzviller était située sur l'ancienne ligne de Sarrebourg à Vallérysthal-Troisfontaines. La ligne, aujourd’hui déclassée et dont la voie a été déposée, a été réaménagée en piste cyclable.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Hortwiller en francique lorrain.
  • Origine du nom : "Harz" résine et "Viller" ville.
  • Hartzviller-Nitting (1779), Artzweiller (1779), Hartzwiller[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Autrefois le village de Hartzviller, ainsi que Troisfontaines, faisaient partie de la paroisse de Biberkirch, où se trouvait l'église paroissiale.
  • Fief lorrain.
  • En 1728 les États de Lorraine décidèrent que la Bièvre serait la frontière entre les bans de Troisfontaines et de Hartzviller.
  • 1871 à 1918, rattaché à l'Allemagne.
  • 1918, réintégration en France.
  • 1932, construction d'une cristallerie.
  • Cristallerie, fermée en 2004.

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Hartzviller Blason Coupé d'or au lion léopardé d'azur armé, couronné et lampassé d'or, et de gueules à trois tours d'or, posées 2 - 1.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 1995 Jean-Pierre Petremann    
mars 1995 en cours Marcel Strubel    

Entreprises & administration[modifier | modifier le code]

  • Entreprise Eugène Strubel SAS (env. 50 salariés), BTP ;
  • Afred Klein SARL, menuiseries aluminium & PVC ;
  • Caract'R coiffure ;
  • Chez Yvette, brasserie/café + boulangerie/superette ;
  • Collège de la vallée de la Bièvre (320 élèves) ;
  • École maternelle et primaire de Hartzviller ;
  • Caserne des pompiers SDIS 57 ;
  • Station d'épuration de la vallée de la Bièvre.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 911 habitants, en augmentation de 0,66 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
433 531 564 556 610 742 731 739 751
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
659 716 767 724 719 890 845 848 873
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
926 955 887 789 779 778 788 781 785
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
853 899 913 849 871 919 905 911 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cristallerie, fermée en 2004 ;
  • Ancienne gare, aujourd'hui arrêt de gare routière et piste cyclable ;
  • Fontaine ;
  • Église Saint-Léopold 1860 : autel principal et deux autels latéraux XVIIe siècle, provenant de l'abbaye de Rinting (brulée partiellement).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Serge Jung (ancien lutteur professionnel)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .