Hartzviller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hartzviller
Hartzviller
La mairie
Blason de Hartzviller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Intercommunalité Communauté de communes de Sarrebourg - Moselle Sud
Maire
Mandat
Laurent Chevrier
2020-2026
Code postal 57870
Code commune 57299
Démographie
Gentilé Hartzvilloises, Hartzvillois
Population
municipale
917 hab. (2019 en augmentation de 0,22 % par rapport à 2013)
Densité 221 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 13″ nord, 7° 05′ 14″ est
Altitude Min. 275 m
Max. 376 m
Superficie 4,14 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sarrebourg
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Phalsbourg
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Hartzviller
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Hartzviller
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hartzviller
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hartzviller

Hartzviller (Hortwiller en lorrain et en alsacien, Hartzweiler durant les annexions allemandes) est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est. Situé à une dizaine de kilomètres du sud de Sarrebourg. Elle compte, seule, moins de 1 000 habitants au 21e siècle mais forme une petite agglomération avec les communes de Troisfontaines et Walscheid, fréquemment appelée « vallée de la Bièvre », de 4 000 habitants.

Cette commune se trouve dans la région historique de Lorraine, fait partie du pays de Sarrebourg, de la communauté de communes de la Vallée de la Bièvre, puis de celle de Sarrebourg - Moselle Sud depuis 2017.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Hartzviller est située à environ huit kilomètres au sud-est de Sarrebourg. C’est un village de vallée traversé par la rivière Bièvre qui prend sa source à Walscheid et qui rejoint la Sarre à Sarrebourg. La rivière sépare le village de Hartzviller proprement dit situé sur sa rive gauche, de quartier dit du Petit Hartzviller situé sur la rive droite, et qui fut un temps annexé par le Seigneur de Lutzelbourg pour créer le nouveau ban de Troisfontaines (1720).

Elle est située à une altitude comprise entre 275 et 376 m. La municipalité est une relativement petite commune de 4,14 km², la superficie moyenne des communes de Moselle étant de 8,6 km².

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La gare de Hartzviller était située sur l'ancienne ligne de Sarrebourg à Vallérysthal-Troisfontaines. Le trafic marchandises concernait la cristallerie de Hartzviller ainsi que celle de Vallérysthal, la verrerie de Troisfontaines et les scieries d'Abreschviller. Le trafic voyageur concernait la desserte des villages traversés auxquels s’ajoutaient les curistes et touristes du massif vosgien du Donon. Elle a été fermée au trafic voyageurs en 1970, et aux marchandises en 1989. La ligne, aujourd’hui déclassée et dont la voie a été déposée, est réaménagée en piste cyclable.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hartzviller est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarrebourg, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 87 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,3 %), zones urbanisées (20 %), prairies (18,3 %), zones agricoles hétérogènes (14,1 %), forêts (8,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses :

  • De « Harz », résine, et "Viller" village,
  • De Haibertis villare [8] , village de Haibertis ou Halibertus.

Variantes :

  • Hortwiller en francique lorrain .
  • Anciennes mentions  : Hartzviller-Nitting (1779), Artzweiller (1779), Hartzwiller[9] , Harzville avant l’annexion de 1871.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hartzviller est située à un point de passage : la vallée de la Bièvre fut longtemps fréquentée (avant, pendant et après le Moyen Âge) par les voyageurs venant de Lorraine qui souhaitaient rejoindre l'Alsace sans franchir le col de Saverne qui était alors difficile d'accès.

Autrefois les villages de Hartzviller et de Troisfontaines faisaient partie de la paroisse de Biberkirch [en francique lorrain : « l'Église de la Bièvre » (Biber)], où se trouvait l'église paroissiale.

En 1728 les États de Lorraine décidèrent que la Bièvre serait la frontière entre les bans de Troisfontaines et de Hartzviller.

De 1871 à 1918, la commune est rattachée à l'Empire allemand au sein de l'Alsace-Lorraine et prend pour nom Hartzweiler. Entre 1940 et 1944, elle est intégrée de fait au IIIe Reich allemand au sein du Gau Westmark et reprend pour nom Hartzweiler.

Une cristallerie est construite en 1932, fermée en 2004 et détruite en 2019.

Situation linguistique[modifier | modifier le code]

La commune de Hartzviller se situe sur la frontière linguistique mosellane, elle est linguistiquement rattachée au côté nord du département, où on parle - ou parlait - le francique rhénan, germanophone, alors que le lorrain roman et le français sont parlés juste au sud de la commune, à commencer par la commune limitrophe de Voyer.

Depuis Sarrebourg, la limite de l'allemand est marquée par Buhl, Schneckenbusch, Brouderdorf, Plaine-de-Walsch, Troisfontaines, Biberkirch, Hartzviller, Walscheid . Toute la vallée de la Bièvre se trouve donc dans l'aire linguistique allemande. En revanche, le français est parlé à Imling, Bebing, Xouaxange, Hesse, Hermelange, Nitting, Voyer, Abreschviller, Saint-Quirin et Lorquin[10].

Mais il semble qu’il y avait des locuteur français puisque, en 1714, d'après des archives, huit paroissiens de Biberkirch (dont Hartzviller dépendait, Hartzviller n’ayant pas alors d'église), venaient suivre le culte à Voyer car on le célébrait en français, et quinze autres à Walscheid où on le célébrait en allemand.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Joseph Gassmann (1672-1752)   Cabaretier
Les données manquantes sont à compléter.
Victor Bournique    
Martin Schmitt    
Constant Firtion (1864-1958)   polisseur à la verrerie
1935 Martin Schmitt    
Charles Ackermann (1882-1965)   menuisier à la verrerie de Vallerysthal; épicier
Albert Ackermann (1911-1985)   boulanger-épicier-aubergiste
Camille Firtion (1908-1984)    
Eugène Strubel (1923-2001)   entrepreneur BTP
Jean-Pierre Petremann (1937-2017)    
Marcel Strubel (1950) DVD  
En cours Laurent Chevrier (1971)   Technicien
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Hartzviller est jumelée depuis 1983 avec le village allemand de Queichhambach sur la commune d’Annweiler am Trifels dans l'arrondissement de la Route-du-Vin-du-Sud (Palatinat).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2019, la commune comptait 917 habitants[Note 3], en augmentation de 0,22 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
433531564556610742731739751
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
659716767724719890845848873
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
926955887789779778788781785
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
853899913849871919931905911
2019 - - - - - - - -
917--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle et primaire
  • Collège de la vallée de la Bièvre (320 élèves)
  • Caserne de pompiers SDIS 57
  • Station d'épuration de la vallée de la Bièvre

Économie[modifier | modifier le code]

  • Entreprise Eugène Strubel SAS (env. 50 salariés), BTP
  • Entreprise Alfred Klein SARL, menuiseries aluminium & PVC
  • Caract'R coiffure
  • Chez Yvette, brasserie/café + boulangerie/supérette

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’ancienne gare SNCF.
  • Église Saint-Léopold 1860 : autel principal et deux autels latéraux XVIIe siècle , provenant de l'abbaye de Rinting (brulée partiellement). Orgue Dalstein-Haerpfer (1901), remplacé en 1965 par un instrument Jean-Georges Koenig.
  • Ancienne cristallerie, ouverte en 1932 et fermée 2004, les bâtiments sont démolis en 2019[15]. Pendant 72 ans, une équipe de 60 Maîtres-verriers a produit des articles soufflés à la bouche et façonnés à la main à destination de la décoration de la table et de la maison : articles contemporains en grande série pour les listes de mariage, articles personnalisés et rehaussés d’un décor taillé à la main (facetés pour réfléchir les éclats de lumière) en petite série pour l’hôtellerie-restauration de renommée internationale (Ritz, Plaza, Restaurant Pierre Gagnaire, Crillon… etc.)
  • Ancienne gare, aujourd'hui arrêt de gare routière et piste cyclable.
  • Fontaine.
Église Saint-Léopold

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Serge Jung (ancien lutteur professionnel), 8 fois champion de France en lutte gréco-romaine.
  • Clément Stricher (1932-2002), artiste aquarelliste, né à Hartzviller, officier de l'Ordre International des Arts (1970), auteur d'une des quatre fresques du hall de la gare de Sarrebourg (1990).
  • Antoine Bertin (1834-1904), artiste verrier né à Hartzviller, auteur à Nancy des verrières de la maison Schott (6 quai Choiseul, 1900) et de la villa Olry (192 avenue du Général-Leclerc, arch. : Émile André, 1904). Ainsi que pour les églises de Fribourg (Moselle) et de Sorcy-St-Martin (Meuse) (1887). Il produit dans les Vosges des verrières pour Damas-aux-Bois (chapelle N.-D. de Bonsecours, 1875), Haillainville (1897), Hautmougey, Villers (1897).
  • Laurent Baumgartner (1736-1803), maire de Lutzelbourg nė à Hartzviller, aïeul de Augustin Schoeffler (1822-1851), missionnaire en Indochine, saint et martyr.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hartzviller Blason
Coupé d'or au lion léopardé d'azur armé, couronné et lampassé d'or, et de gueules à trois tours d'or, posées 2 - 1.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Strubel, André Linard, Denis Parisot et Marcel Strubel, Hartzviller : Haibertis Villare, 2012 (ISBN 295427560X et 9782954275604)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Sarrebourg », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Cahiers Lorrains ».
  9. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage
  10. « Peuplements et langues dans l’espace mosellan ».
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « Photos. Hartzviller : le chantier de démolition de l'ancienne cristallerie a démarré », Le Républicain lorrain le 31 juillet 2019.