Blies-Guersviller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blies-Guersviller
Blies-Guersviller
Le centre du village.
Blason de Blies-Guersviller
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Roland Roth
2020-2026
Code postal 57200
Code commune 57093
Démographie
Gentilé Blies-Guersvillerois
Population
municipale
646 hab. (2019 en augmentation de 8,03 % par rapport à 2013)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 56″ nord, 7° 05′ 01″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 287 m
Superficie 3,6 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Mandelbachtal (ALL)-Blies-Guersviller (partie française)
(ville isolée)
Aire d'attraction Sarrebruck (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sarreguemines
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blies-Guersviller
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blies-Guersviller
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Blies-Guersviller
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Blies-Guersviller

Blies-Guersviller est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à la frontière franco-allemande. Elle est composée de deux villages : Blies-Guersviller et Blies-Schweyen. Ce dernier est plus grand que le chef-lieu.

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Blies-Guersviller
Kleinblittersdorf
(Allemagne)
Mandelbachtal
(Allemagne)
Blies-Guersviller
Sarreguemines Frauenberg

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Blies[Carte 1].

La Blies, d'une longueur totale de 19,7 km, prend sa source en Allemagne, pénètre dans la commune de Bliesbruck, puis constitue une limite séparative naturelle avec l'Allemagne jusqu'à sa confluence avec la Sarre au droit de Sarreguemines[1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Blies-Guersviller.

La qualité de la Blies peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité. Ainsi en 2020, dernière année d'évaluation disponible en 2022, l'état écologique de la Blies était jugé médiocre (orange)[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Blies-Guersviller est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mandelbachtal (ALL)-Blies-Guersviller (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 1 communes[5] et 646 habitants en 2019, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarrebruck (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (60,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (29,4 %), zones agricoles hétérogènes (27,2 %), prairies (21,4 %), zones urbanisées (18,2 %), terres arables (3,5 %), cultures permanentes (0,3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Blies-Guersviller : Villare (777), Wylaru (796), Gereswilre (1261), Gerswilre (1312), Gersweiler et Kirssweiller (1594), Guercheweiller (XVIIIe siècle), Guercheviller (1751), Guersviller (1756), Guersweiller (1793), Blisquersviller (1801), Blies-Guerschweiler (an X), Bliesgersweiler (1871-1918). Gerschwiller en francique lorrain[12].
  • Blies-Schweyen : Schweygen et Swein (1594), Schweigen (1782 et 1793), Blisschweyen (1801), Blies-Schweyren (carte de l'état-major).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Village de l'ancienne province de Lorraine, châtellenie de Sarreguemines, possession de l'abbaye des prémontrés de Wadgassen (Saarland).
  • Le village de Blieschweyen, qui dépendait de la seigneurie de Blieskastel puis de la baronnie de Welferding, fut entièrement détruit au cours de la guerre de Trente Ans. Puis absorbé par Blies-Guersviller en 1811.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 En cours Roland Roth LR Retraité de l'enseignement
Président de la Communauté d'Agglomération de Sarreguemines Confluences

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2019, la commune comptait 646 habitants[Note 3], en augmentation de 8,03 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
120125139422443408385408384
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
400411395396386357361372371
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
375359394319344362373313542
1990 1999 2006 2007 2012 2017 2019 - -
628661616609610644646--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Quirin de Blies-Guersviller.
Église Saint-Eustache de Blies-Schweyen
  • Église Saint-Quirin de Blies-Guersviller : église retournée ; sous la tour massive il y a l'ancien chœur XIVe siècle. ; clé avec l'agneau pascal.
  • Église Saint-Eustache 1842 de Blies-Schweyen.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eugène Étienne Watrin, né dans cette commune le 20 décembre 1857, curé et poète.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Blies-Guersviller » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « la Blies »
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Mandelbachtal (ALL)-Blies-Guersviller (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sarrebruck (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Geoplatt
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.