Sarre (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarre.
la Sarre
(allemand : Die Saar)
Boucle de la Sarre (Saarschleife) près de Mettlach.Sarre (rivière) sur Commons
Boucle de la Sarre (Saarschleife) près de Mettlach.
Caractéristiques
Longueur 246 km [réf. nécessaire]
Bassin 7 431 km2 [réf. nécessaire]
Bassin collecteur Rhin
Débit moyen 75 à 80 m3/s (à la confluence avec la Moselle) [réf. nécessaire]
Régime pluvial
Cours
Source Donon
· Altitude 785 m
· Coordonnées 48° 40′ 36″ N 7° 00′ 45″ E / 48.67667, 7.0125 (Source - la Sarre)
Confluence Moselle
· Localisation Konz
· Altitude 130 m
· Coordonnées 49° 42′ 05″ N 6° 34′ 12″ E / 49.70139, 6.57 (Confluence - la Sarre)
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Sources : SANDRE:A9--0100, Géoportail, Banque Hydro

La Sarre (Saar en allemand et en luxembourgeois) est une rivière qui coule en Lorraine, en Alsace Bossue et dans les Lands de la Sarre (Saarland) et de Rhénanie-Palatinat (Rheinland-Pfalz). C'est un affluent de la Moselle et donc un sous-affluent du Rhin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du préceltique ser "couler, se mouvoir" suivi du suffixe gaulois -avus[1].
  • Saravus (IVe siècle), Sara (VIe siècle), Saroa (777 et 802), Sarowe (964), Saare (1768), Saarre (1776)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle naît dans le massif vosgien au pied du Donon, de la réunion[3] de la Sarre rouge et de la Sarre blanche. La Sarre délimite la frontière avec l'Allemagne sur une dizaine de kilomètres à partir de son confluent avec la Blies, avant de pénétrer entièrement en territoire allemand peu avant Sarrebruck, et se jette dans la Moselle, à Konz, non loin de Trèves. Pour le SANDRE, organisme officiel français, la Sarre blanche constitue le cours supérieur de la Sarre, et la Sarre rouge est son affluent.

Principales villes et villages traversés :

Affluents[modifier | modifier le code]

La Sarre près de Sarrelouis

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Sarre est une rivière assez irrégulière, régime courant dans les régions Est de la France. La partie amont de son bassin bénéficie des précipitations consistantes de la région des Vosges. Son débit a été observé durant une période de 12 ans (1997-2008), à Wittring, localité du département de la Moselle située à peu de distance en amont de Sarreguemines, donc peu avant sa sortie du territoire français[5]. Le bassin versant de la rivière y est de 1 719 km2 sur un total de 7 431 km2 pour l'entièreté du bassin[réf. nécessaire].

Le module de la rivière à Wittring est de 17,5 m3/s. La Sarre présente d'importantes fluctuations saisonnières, avec des hautes eaux d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau de 29,8 à 37,0 m3/s, de décembre à mars inclus (avec un maximum en février), et des basses eaux prolongées de fin de printemps-été, de mai à septembre inclus, avec un minimum mensuel moyen de 5,44 au mois de juillet.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : A9301010 - la Sarre à Wittring pour un bassin versant de 1 719 km2[5]
(données calculées sur 12 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

En période d'étiage, le VCN3 peut chuter jusqu'à 1,8 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui correspond à la norme des rivières du plateau lorrain.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues sont assez importantes comme un peu partout sur le plateau lorrain. Ainsi le débit instantané maximal enregistré a été de 559 m3/s le 26 février 1997, tandis que la valeur journalière maximale était de 500 m3/s le 30 décembre 2001. Les QIX 10, QIX 20, QIX 50, ainsi que les QIX 2 et QIX 5 n'ont pas encore été calculés en 2007, faute d'un délai d'observation suffisant. Cependant une comparaison avec la Meurthe qui a connu un débit instantané maximal de 808 m3/s (2006) et un débit journalier maximal de 754 m3/s en mai 1983, suggère que ces valeurs sont fort élevées, de l'ordre d'au moins 200 à 250 m3/s pour le QIX 10. Cela est confirmé par les chiffres publiés au niveau de Sarrebourg, sur une portion de bassin de 264 km2, qui nous donnent un QIX 10 de 56 m3/s pour un débit moyen de 2,77[6].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La Sarre est une rivière assez abondante, bien alimentée par les précipitations de la partie vosgienne de son bassin. La lame d'eau écoulée dans la partie française de son bassin versant est de 319 millimètres annuellement, ce qui est du même ordre de grandeur que la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, mais nettement inférieure à la moyenne de la totalité du bassin français de la Moselle (445 millimètres à Hauconcourt). Le débit spécifique (ou Qsp) est de 10,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Débits moyens[modifier | modifier le code]

En France, au-delà de Wittring (17,3 m3/s), la Sarre reçoit encore les eaux de la Blies qui lui apporte 20,7 m3/s, si bien qu'à l'aval de ce confluent le débit interannuel moyen de la Sarre a plus que doublé, passant à 39,7 m3/s. Elle reçoit également, sur le territoire français, les eaux de l'Altwiesenbach (0,74 m3/s), après quoi son débit se monte à 40,5 m3/s pour une portion de bassin versant de 3 735 km2. Dès lors elle passe en Allemagne où elle grossit encore, notamment en recevant les eaux venues de France de la Nied (13 m3/s) et de la Rosselle (plus de 2 m3/s).

La boucle de la Sarre[modifier | modifier le code]

La Sarre dessine en territoire allemand, peu en amont de Mettlach, un méandre appuyé que les Allemands nomment Saarschleife. Particulièrement prisée des touristes, cette boucle est entièrement visible depuis le belvédère Cloef (proche de la station thermale d'Orscholz, dépendance de la commune de Mettlach).

À remarquer - Le bassin de la Horn[modifier | modifier le code]

La Horn, qui baigne Bitche et sa région, présente la particularité d'être un sous-sous-affluent de la Sarre en France par le biais d'une rivière totalement allemande. En effet, quittant la France pour l'Allemagne, elle se jette dans la rivière allemande, le Schwarzbach, lequel est un affluent de la Blies en Allemagne. Or la Blies effectue le trajet inverse de celui de la Horn ; née en Allemagne, elle pénètre en France pour s'y jeter dans la Sarre, à Sarreguemines, à la frontière franco-allemande.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
External.svg
Trop de liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Irrmann, La Sarre en Alsace bossue, Scheuer, Drulingen, 2007 (ISBN 2-913162-73-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France
  2. Ernest Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  3. La confluence des deux rivières se produit sur le territoire de la commune de Lorquin.
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Sarre (A9--0100) » (consulté le 6 février 2016)
  5. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Sarre à Wittring (A9301010) » (consulté le 6 février 2016)
  6. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Sarre à Sarrebourg (A9021010) » (consulté le 6 février 2016)