Lironville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lironville
Lironville
Église Saint-Rémi.
Blason de Lironville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Édith Rambour
2014-2020
Code postal 54470
Code commune 54317
Démographie
Population
municipale
128 hab. (2016 en augmentation de 11,3 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 09″ nord, 5° 54′ 29″ est
Altitude Min. 217 m
Max. 319 m
Superficie 8,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lironville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lironville

Lironville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village à 55 Km de Nancy, 25 Km de Toul et 12 de Thiaucourt.

Fig 1 - Lironville (ban communal)

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 898 hectares comportait en 2011,  66 % de zones agricoles et 30 % de forêts. Le territoire communal est arrosé par le Ruisseau d'Esche sur 300 mètres.[1]

communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lironville
Limey-Remenauville Limey-Remenauville Mamey
Limey-Remenauville Lironville Martincourt
Noviant-aux-Prés Noviant-aux-Prés Martincourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Leronville (1283) ; Leronville-en-Helz (1308) ; Leronvilla (1402) ; Lyronville (1551) ; Lironville (1793) sont les graphies recensées par le Dictionnaire topographique du département de la Meurthe[2]. Le village est cité sous la forme latinisée de Lironis-Villa[3]

Ecarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

HEYMONRUPT, anc. moulin, commune de Lironville.

SAINT-JACQUES, éc. commune de Lironville

SAINT-REMY (LES), anc. gagnage au ban de Lironville, dont le revenu était employé au luminaire et aux fournitures de l'église[4]

Histoire[modifier | modifier le code]

Beaupré signale dans son ouvrage sur la Meurthe et Moselle[5], un gisement de silex ouvrés entre la butte de Lironville et le chemin de Manonville, indiquant que les abords du site ont été fréquentés par l'homme en des temps très reculés.

Le lieu-dit Saint-Jacques semble avoir été occupé de manière continue depuis longtemps puisqu'un site de type éperon-barré et une nécropole mérovingienne y ont été signalés au XXe siècle[6]

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

Terribles combats les 21/22 et 23 septembre 1914, au cours desquels 5 000 soldats français furent tués.[7]

Le village fut totalement détruit[Quand ?].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Après 1700 Avant 1751 Nicolas HAYEMONET    
Après 1740 Avant 1807 Firmin ANDRÉ    
mars 2001 2014 Alain Rambour    
2014 En cours Édith Rambour    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 128 habitants[Note 1], en augmentation de 11,3 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
244262249230233271280301306
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
316294266253228212204207199
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
19416711711510110597112114
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
11084849582105108116128
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les historiens s'accordent à décrire une économie essentiellement agricole et faiblement viticole au XIXe siècle :  

« Surf. territ. 887 ha dont 628 hect. en terres lab., 12 en prés, 2 en vignes, 223 en bois. Culture du blé. Élevage de vaches laitières. »[12],[13]

Secteur primaire ou Agriculture[modifier | modifier le code]

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[14]), la commune de Lironville était majoritairement orientée [Note 2] sur la production de céréales et d'oléagineux sur une surface agricole utilisée[Note 3] d'environ 707 hectares (au delà de la surface cultivable communale) en légère hausse depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est renforcé de 196 à 228 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus que 5 exploitation(s) agricole(s) ayant leur siège dans la commune employant 7 unité(s) de travail[Note 4].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le cimetière militaire français ; 416 Français ; 1 ossuaire (1914-1918).
  • L'église Saint-Rémi, reconstruite après 1918.
  • Quelques rares vestiges XVIIe du prieuré de Saint-Jacques en forêt.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lironville Blason Blasonnement : de gueules à la colombe d'argent tenant dans son bec la sainte ampoule d'or cantonnée de quatre lions d'argent armés, lampassés et couronnés d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Parrot-Lagarenne (1893-1914), officier et saint-cyrien, y trouve la mort lors des terribles combats de septembre 1914 où 5 000 Français furent tués.
  • Joseph Marie Roch DE JOANNIS DE PAGAN, écrivain "Les sons graves et doux", sergent au 367e RI, a été tué devant Lironville le 23 septembre 1914 à l'âge de 29 ans. Son nom est gravé sur le mur du Panthéon à Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. Orientation technico-économique de la commune :  production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  3. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  4. Unité de travail annuel : mesure  en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 12 novembre 2019)
  2. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  3. Claude de Maillet, Mémoires alphabétiques pour servir à l'histoire, au pouillié, et à la description générale du Barrois : contenant les noms des villes, bourgs, villages, censes & hameaux de tout ce duché, leurs diocèses, l'Office, le Bureau de recette... et les traits d'histoire les plus interessans & les plus curieux, Chez R. Briflot, (OCLC 887847203, lire en ligne), p. 260
  4. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe : réd. sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine, (lire en ligne), p. 64, 69, 133, 140
  5. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, (lire en ligne), p. 88 :

    « Lironville (c. de Thiaucourt). — Gisement de silex ouvrés à 1 kil. Sud-Est du village, entre le chemin de Manonville et la forêt (lames, couteaux, hache polie en serpentine). »

  6. Hamm, Gilles., La Meurthe-et-Moselle, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, (ISBN 2-87754-091-X et 978-2-87754-091-9, OCLC 890475393, lire en ligne)
  7. Historique des 39e et 239e régiments d'artillerie de campagne. 2e édition, (lire en ligne), p. 113 :

    « Les 21, 22 et 23 septembre 1914, ce sont les journées de Lironville. Le groupe est en batterie le long de la voie ferrée, au Nord- Est de Noviant-aux-Prés. Chaque batterie du groupe a tiré journellement, pendant ces trois jours, plus de 1.500 obus et a ainsi largement contribué à la prise du village. »

  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Henri Lepage, Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative, (lire en ligne), p. 305
  13. E. Grosse, Dictionnaire statistique du departement de la meurthe : contenant une introduction historique, Nabu Press (réimpr. 2012) (1re éd. 1836) (ISBN 1278248951 et 9781278248950, OCLC 936241814, lire en ligne)
  14. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip »