Failly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Failly (homonymie).
Failly
Vrémy
Monument aux morts.
Monument aux morts.
Blason de FaillyVrémy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Le Pays messin
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Chemin
Maire
Mandat
Roland Teterchen
2014-2020
Code postal 57640
Code commune 57204
Démographie
Gentilé Queulot[1]
Population
municipale
523 hab. (2014)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 36″ nord, 6° 15′ 54″ est
Altitude Min. 187 m – Max. 304 m
Superficie 6,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Failly
Vrémy

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Failly
Vrémy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Failly
Vrémy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Failly
Vrémy

Failly est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est. Elle regroupe à l'est de Metz les deux villages de Failly et Vrémy, éloignés de deux kilomètres.

Le 7 juillet 2015, le clocher de son église, frappé par la foudre, s'embrase et est détruit[2] .

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Failly : Fadilica (914), Faillei (1256), Faeley (1501), Faily (1610), Failen (1915-1918 et 1940-1944).
  • Vrémy : Virmiez/Vermiez (1296), Vremiez (1337), Wermiez (1404), Wramiez (1490), Vramiez (1495)[3], Fremich (1915-1918), Fremmingen (1940-1944).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village dépendait du Pays messin : Haut-Chemin. C'était un domaine de l'évêché de Metz et du chapitre de la cathédrale.

Le queulot[modifier | modifier le code]

Les Keulos, le Keulo ou le quelot, une queule… Ces noms désignent les joueurs, le jeu et l'instrument utilisé d’une coutume de Failly. Il y a quatre siècles, le seigneur du château gêné par le bruit des grenouilles demanda aux habitants de parcourir le long des fossés en battant l’eau avec une longue gaule. La coutume suivit : le dimanche qui suit le mardi gras, on se promène avec une « queule » qu’on imbibe d’eau ou de purin pour distraire les badauds.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Fascé d’or et d’azur de huit pièces à la « queule » et à la « palate » d’argent, posées en sautoir, brochant le tout.

Les armes de Failly sont les armes du Pays messin appelée le Haut-Chemin, auquel le village appartenait ; on y a ajouté les emblèmes du fameux « quelot » de Failly.

Vrémy[modifier | modifier le code]

De gueules à six besants d’or, trois, deux et un.[4]

Ce sont les armes de Vrémy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1969 mars 2001 Louis Hennequin    
mars 2001 mars 2008 Jean-Marie Zimmer    
mars 2008   Roland Teterchen    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 523 habitants, en diminution de -7,43 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
366 348 387 367 363 358 271 248 223
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
241 222 222 214 198 207 428 223 185
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
177 160 165 160 169 147 155 321 490
1990 1999 2004 2009 2014 - - - -
546 522 559 565 523 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Failly[modifier | modifier le code]

Église Saint-Trudon de Failly.
  • Vestiges gallo-romain ;
  • église Saint-Trudon, gothique sur plan roman, connue pour sa nef du XIIe siècle et son chœur gothique ; trois nefs avec trois absides rondes ; restaurée en 1855 ; dans le cimetière fortifié reposent les soldats français tués durant la guerre de 1870 ;
  • grotte de la Vierge, construite en 1965 ;
  • croix de fer « Sous Bievou » ;
  • fontaine du cimetière ;
  • trois fontaines ;
  • monument aux morts de la guerre 1914-1918, près de l’église, Jeanne d’Arc est protégée par deux canons ;
  • calvaire au milieu du village, 1758, « Cette croix a été érigée par François et Jeanne Girard à la gloire de Dieu. » ;
  • cimetière de la guerre de 1870 sur la route de Bouzonville ;
  • blockhaus dans les champs ;
  • vestige du viaduc de Failly d’une longueur de 574 m, le plus long du réseau Alsace Lorraine lors de sa construction ; il fut détruit, au même titre que les autres ouvrages d'art de la ligne de chemin de fer Metz - Anzeling, en 1944 lors de la retraite de la Wehrmacht.
  • vestige du tunnel entre Failly et Nouilly (770 m). Il se trouve juste après l'ancien viaduc côté nord.
  • monument aux morts, 1870, flanqué de deux croix.
  • inauguration d’un gîte rural classé 3 épis au cœur du village pouvant accueillir jusqu'à 6 personnes (2009).

Vrémy[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Maur de Vrémy.
  • Château de Vrémy ; reconstruit pour le général Ardant, préfét de la Moselle, époux de Claire de Régicourt qui mourut le 25 novembre 1858 à Vincennes lors de l'éclatement accidentel d’un obus ; un incendie s'y déclare en 1949 ; son propriétaire le fait abattre début mai 1999 ;
  • pigeonnier, situé dans la rue Principale, seul vestige du château de Vrémy ;
  • chapelle Saint-Maur, remplace la chapelle du village qui se trouvait dans le pigeonnier du château, érigée à la mémoire de P. J. Ardant, général du Génie, ancien député de la Moselle et cédée par sa veuve C. Archeacon à la commune ; consacrée en 1864 par Mgr Dupont des Loges ;
  • fontaine/lavoir : le changement de l’auge a été effectué en 1886 ;
  • nombreuses croix :
    • croix, 1772, petite sculpture de sainte Barbe avec sa tour au pied de l’autel, inscription « Je meurs pour vous pecheur dans affreux suplice. Est-ce exiger de vous un trop grand sacrifice. Vous… pour moi. Cet croy. A ete pour la gloire de Dieu posse par les soins de Jean Thirion de Latte et de Barbe Girard. Dans l’ant 1772. » ;
    • croix, 1819, sur les faces du socle du calvaire on lit « Cette croix a été plantée en l’honneur de la mort et passion de notre seigneur Jésus Christ par les soins de Pierre Sar et Françoise Girard son épouse, Jean Nicolas et Anne Sar. Leurs enfants tous propriétaires… Iche. Le 5 avril 1819. ».
    • croix, 1732, porte l’inscription « Cy-et-decede-honnete-personne-man- In- Mangin-habiten- de Vremy-le-31-ovs-t- L.Anne 1732-Agee de 76-ans-Prie- Dieu-pour- son amme-P.O » ;
    • croix, 1896, inscription « Gloria in excelsis deo. » ;
    • calvaire proche de la chapelle, sur le fût on distingue un moine au pied de la croix, une femme et un enfant, sur le socle figure l’inscription « Louange à Dieu. Paix aux vivants et repos aux… Tu passes cette croix. A ete posse par les soins de E… Son epouse pour la gloire de Dieu en l’an 1739 (ou 1759) » ;
    • croix, à gauche du Christ, une femme et sa fille, une colombe au-dessus d’un moine ;
    • croix, « A la plus grande gloire de Dieu », érigée par J. P. Calba et Barbe Auburtin son épouse, bénie le 15 janvier 1878.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Auguste Champigneulle (1843-1933), agriculteur, maréchal des logis d’artillerie de la garde impériale, médaille militaire (1871), chevalier de la Légion d’honneur (1930), né à Vrémy[9].
  • Paul Mirguet (1911-2001), homme politique français, né à Failly.

Source[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Phillips, Patrimoine rural en Pays messin, Éditions Serpenoise, 2006, (ISBN 2-87692-698-9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :