Manonville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Manonviller.

Manonville
Manonville
Église Saint-Laurent.
Blason de Manonville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
Patrick Thiéry
2014-2020
Code postal 54385
Code commune 54348
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2016 en augmentation de 0,41 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 51″ nord, 5° 54′ 45″ est
Altitude Min. 218 m
Max. 307 m
Superficie 9,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Manonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Manonville

Manonville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

(Fig 1) - Manonville (ban communal).png

Ce village est situé sur la route départementale n° 4 de Nancy à Verdun, à 32 kilomètres environ de Nancy et de St-Mihiel. Il s'étend sur les dernières ondulations de cette contrée montagneuse appelée la Haye, qui viennent mourir contre la plaine de Woëvre. Au nord-ouest, dans un vallon très encaissé, coule le ruisseau d'Esch(e) qui reçoit la Réhanne[1]. Le territoire est également arrosé par le ruisseau de Naly-fontaine qui n'est pas recensé par le SANDRE.

D’après les données Corine land Cover , le ban communal de 950 hectares comprend en 2011, plus de 64% de terres arables et de prairies, 29% de forêt et seulement près de 3% de zones urbanisées.[2] (Fig1 ban communal)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mannonis villa (977), Monoldi villa (sans date), Menovile (1262), Menonville (1275), Magnonvilla (1402) et Manonville-le-Chastel (1477), sont les différentes graphies recensées dans le Dictionnaire topographique du département de la Meurthe[3].

Du nom propre germanique Manno, au cas régime, que l'on retrouve dans Manneville-es-Plains (Seine-Maritime, Manonis villam vers 1023), dans Manonviller, Manoncourt, etc. Le second élément est l'ancien français ville au sens de « domaine rural », puis « village ». Ce type de toponyme s'est formé au haut Moyen Âge[4].

La micro-toponymie de la commune est riche avec des lieux dits oubliés comme la justice, au moulin bois, au pressoir , Dieulouard (Dieu le garde) etc ... (Fig1)

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et préhistoire[modifier | modifier le code]

Les traces d'occupations humaines anciennes ne sont pas absentes puisqu' E OLRY signale la découverte de substructions non datées au lieu dit le Breuil[5] sur la commune et que des artéfacts de l'age de pierre ont été trouvés sur la limite avec la commune de Lironville[6].

Moyen-âge et renaissance[modifier | modifier le code]

Il est déjà parlé de Manonville dans une charte de l'empereur Othon II, en 977 par lequel il confirme les biens et privilèges de l'abbaye de St-Pierre de Metz[7] et En 1105, le patronage de la cure fut donné à l'église St-Gengoult de Toul, par Pibon, évêque de cette ville [8].

A partir du XIIIe siècle des seigneurs de Manonville dont H Lefevbre a détaillé la généalogie dans son ouvrage[9]sont nommés dans les chroniques. Depuis cette époque jusqu'à la Révolution, le château et la seigneurie ont été l'apanage de trois familles principalement, d'abord l'ancienne maison de Manonville éteinte depuis longtemps, jusqu'au milieu du XVe siècle. Louis XI roi de France, autorise alors son conseiller au pays d"Anjou à recevoir "les foi et hommage" de Jeanne de Manonville (fille de Jean et de Allarde de Chambley), veuve de Jean de Beauvau (1421 - 1468) pour le château de Rorthey. Puis la maison de Beauvau depuis le milieu du quinzième siècle jusqu'au commencement du dix-septième, et enfin la famille Barrois qui forma la seconde maison de Manonville, jusqu'à la Révolution[9].

Il y avait très anciennement à Manonville un hôpital Il était situé à l'extrémité du village à droite de la route en allant vers Noviant, le pressoir banal existe encore, il appartient au château (cf. rue du pressoir), il y avait également deux moulins sur l'Esche dont un a laissé son empreinte cadastrale au lieu-dit Moulin au bois[10]. La présence d'un gibet ou de fourches patibulaires est possible au lieu-dit La justice

les habitants possédaient un droit d'usage sur un bois appelé la Rappe, de quatre-vingts arpents environ qui explique l'excroissance communale sur la carte (Fig1) . L' Eglise renfermait le tombeau d'Alophe de Beauvau, mort en 1548 et de Charles de Beauveau.

La construction du château qui servit de tous temps d'abri aux seigneurs de ce lieu remonterait au siècle des premiers barons , soit vers 1240 au plus tard.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Après 1660 Avant 1722 Joseph VIVILLE    
1993 2014 Denis Vautrin    
2014 En cours Patrick Thiéry    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2016, la commune comptait 242 habitants[Note 1], en augmentation de 0,41 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
232260292262296300307304298
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
297306309302300271281263239
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
253227235224204226211222189
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
175182191189205230244244242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'Abbé Grosse indique dans son dictionnaire statistique pour cette commune vers 1836[15] :

«Territ : 709 hect. , dont 440 en terres labour. , 200 en forêts, 30 en prés et 20 en vignes, dont les qualités ne sont pas vantées.»

Indiquant les traditions agricoles et viticoles du village avant les épidémies qui ont détruit les vignes du toulois.(cf. vignoble lorrain)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Manonville
  • Château du Moyen Âge XIVe, ayant appartenu aux Barons de Manonville[16] Jean IV de Beauvau et ses descendants, remanié XVe/XVIe, puis XVIIIe/XIXe (gîte rural) : enceinte fossoyée. Un donjon quadrangulaire existait vers le milieu de la cour, il disparut à la fin du XVIIe.
  • Église Saint-Laurent XVIIIe : gisant XVIe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Louis Tardif d'Hamonville[17] (1830-1899) fut propriétaire du château de Manonville et y rassembla au XIXe siècle une importante collection ornithologique dont un inventaire a été constitué par le peintre animalier Roger Reboussin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Manonville Blason D'or à la croix de sable frettée d'argent, cantonnée de quatre lionceaux de gueules, armés, lampassés et couronnés d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Olry, « Répertoire archéologique de l'arrondissement de Toul, cantons de Domêvre, Toul-Nord et Thiaucourt. Manonville », dans Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, 1871, p. 315-317 (lire en ligne)
  • H. Lefèbvre, « Manonville et ses seigneurs », dans Mémoires de la Société d'archéologie lorraine et du musée lorrain, tome 41, 1891, p. 147-358 (lire en ligne)
  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ruisseau d'esche [A71-0200] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 8 avril 2019) : « Ruisseau d'esche [A71-0200] affluent Ruisseau la Rehanne (10 km) »
  2. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 8 avril 2019)
  3. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  4. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle : Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, , 313 p. (ISBN 2-914554-43-5).
  5. Société d'archéologie lorraine Auteur du texte, « Revue historique de la Lorraine / publiée tous les deux mois par la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2019), p. 107
  6. Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes , par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne), p. 87-88
  7. Lepage, Communes de la Meurthe, art. Manonville. Cartul. des évêques de Toul
  8. Lepage, Stat. de la Meurthe
  9. a et b H LEFEBRE MÉMOIRES DE LA SOCIÉTÉ D'ARCHÉOLOGIE LORRAINE ET DU MUSÉE HISTORIQUE LORRAIN. TOME XLI (3e SÉRIE, XIX. VOLUME)
  10. Le 6 octobre 1603, Claude Dayer, admodiateur de la terre de Manonville, amodie à François Gratian les deux tiers des moulins et pilons dudit Manonville avec les appartenances et dépendances,appelés communément les Moulins au Bois moyennant la quantité de cinquante-six quartes de bled. Arch. du chât. de Manonville
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. Grosse, E. abbé., Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe contenant une introduction historique sur le pays avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages, Creusat, (OCLC 611479374, lire en ligne)
  16. Le château de Manonville (Extrait d’un article paru dans les « Mémoires de la Société d’archéologie lorraine » – 1891)
  17. Jean-Charles Louis Tardif d'Hamonville, biographie en langue anglaise sur l'encyclopédie Wikipedia