Goetzenbruck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Goetzenbruck
Gœtzenbruck
Althorn, Sarreinsberg
Vue sur le village depuis le clocher de l'église de la visitation.
Vue sur le village depuis le clocher de l'église de la visitation.
Blason de GoetzenbruckGœtzenbruckAlthorn, Sarreinsberg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Joël Romang
2014-2020
Code postal 57620
Code commune 57250
Démographie
Gentilé Goetzenbruckois
Population
municipale
1 595 hab. (2014)
Densité 196 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 41″ nord, 7° 22′ 50″ est
Altitude Min. 260 m – Max. 432 m
Superficie 8,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Goetzenbruck
Gœtzenbruck
Althorn, Sarreinsberg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Goetzenbruck
Gœtzenbruck
Althorn, Sarreinsberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Goetzenbruck
Gœtzenbruck
Althorn, Sarreinsberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Goetzenbruck
Gœtzenbruck
Althorn, Sarreinsberg

Goetzenbruck, également orthographié Gœtzenbruck, est une commune française du département de la Moselle en région Grand Est.

Village rural de Lorraine, du pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-est, Goetzenbruck est situé à 51,6 km au nord-ouest de Strasbourg, dans le terroir du parc naturel régional des Vosges du Nord. Au niveau intercommunal, la municipalité est intégrée dans le communauté de communes du Pays de Bitche qui regroupe 37 localités autour de Bitche. En 2014, la population légale est de 1 595 habitants, appelés les Goetzenbruckois et Goetzenbruckoises, qui font de Goetzenbruck le 4e village le plus peuplé du pays de Bitche après Bitche, Rohrbach et Montbronn.

Le village est fondé en . Dépendante du Comté de Bitche, la localité est à l'époque la propriété des ducs de Lorraine. Durant la guerre de Trente Ans, la population souffre des multiples passages de troupes et sort du conflit exsangue et décimée. Le village devient français en sous Louis XV avec le rattachement du duché de Lorraine au royaume de France. Comme le reste de la Moselle, Goetzenbruck devient allemand durant la période du Reichsland (-) puis lors de l'occupation nazie (-).

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géographie de Moselle-est.

Localisation et communes avoisinantes[modifier | modifier le code]

Située à l’est du département de la Moselle, la commune de Goetzenbruck appartient au pays de Bitche; elle jouxte le département voisin du Bas-Rhin, région communément appelée Alsace Bossue. Goetzenbruck appartient au canton de Bitche et à l’arrondissement de Sarreguemines.

À vol d'oiseau, Goetzenbruck se situe à 52 km au nord-ouest de Strasbourg, chef-lieu de région, à 88 km à l'est de Metz, chef-lieu de département, à 27 km au sud-est de Sarreguemines, chef-lieu d'arrondissement et à 9 km au sud-ouest de Bitche, chef-lieu du canton et de la communauté de communes du Pays de Bitche[1].

Communes limitrophes de Goetzenbruck
Saint-Louis-lès-Bitche Lemberg
Schieresthal Goetzenbruck Mouterhouse
Meisenthal Sarreinsberg Althorn

Présentation du ban communal[modifier | modifier le code]

carte en couleur
Plan contemporain du territoire communal de Goetzenbruck
Article connexe : Géographie du pays de Bitche.

Culminant à 430 mètres, le village se développe sur le rebord du plateau, en limite des pays couvert et découvert.

En , la densité de la commune est de 198 habitants au km2. Elle est bien supérieure à celle du canton de Bitche (59 habitants au km2) dont Gœtzenbruck fait partie, et à celle du département de la Moselle (168 habitants au km2). Cela est principalement dû à une population assez importante au vu de la petite superficie du ban communal : 812 hectares.

Le village possède une annexe, Althorn sur la frange sud-est du ban, rattachée en en même temps que Sarreinsberg, village complétement aggloméré à Goetzenbruck. Althorn comprend elle même un appendice noyé dans la forêt, Schoenthal, ne comptant que quelques maisons isolées. Le découpage des limites communales comporte une particularité, une enclave au sud-est entre Sarreinsberg et Althorn, essentiellement constituée de forêts, appartient à la commune voisine de Mouterhouse.

Le ban communal comprend une part considérable de forêts, 504 hectares (62 % du territoire communal). Le reste de l’espace est ainsi occupé par un tissu urbain étendu représentant 226 hectares (28% du territoire communal) et par un domaine agricole de 82 hectares (seulement 10 % du territoire communal). Le village s’implante selon un axe nord-sud, avec une poche vers l’est, jouxtant la limite est de la commune. Il est installé sur les flancs d’un vallon orienté est-ouest, et partiellement sur les crêtes de part et d’autre, occasionnant par là-même d’ originaux vis-à-vis.

Aucun cours d'eau d’importance n’est présent sur le territoire communal, quelques ruisseaux ou plutôt des fossés récoltant les eaux de ruissellement se situent dans les différents Talwegs. Le ruisseau le plus important, le Breidenbach, prend sa source sur le territoire de Goetzenbruck, longe l’extrémité sud-est du territoire, passe par Althorn et vient se jeter dans la Zinsel du Nord à Mouterhouse[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article connexe : Vosges du Nord.

Le paysage de Goetzenbruck et de ses alentours est caractéristique de la chaîne septentrionale des Vosges, les montagnes couvertes de forêt offrent une forme arrondie, le terrain est extrêmement accidenté. Le village correspond globalement à un plateau découpé par un vallon bien encaissé. La commune se développe de part et d’autre du Talweg, laissant en contrebas du cœur du village une longue zone humide parfois marécageuse.

Le point le plus haut du ban communal est constitué d’une ligne de crête formant un replat, à 430 m d’altitude, traversant le territoire selon une ligne sud-est d’environ 3 km. Une seconde ligne de crête sur un éperon au nord lui fait face à la côte de 410 m. Le point le plus bas se situe dans la vallée du Breidenbach, en contrebas de l’écart Althorn, à 255 m d’altitude au croisement des deux vallons. À proximité se trouve une succession de petits étangs, il s’agit du site de l’ancien moulin d’Althorn.

La zone urbaine de Goetzenbruck s’étend sur les deux replats des éperons respectivement à 430 et 410 m, reliés par un étranglement à une altitude de 380 m, centre du village où s’est implantée la verrerie, noyau originel duquel est partie l’urbanisation. Le second noyau, Sarreinsberg, s’est développé sur le replat au Sud, en vis-à-vis. La dénivelée entre le centre et les crêtes accuse une différence de 50 m, extrêmement présente dans le paysage urbain. L’écart d’Althorn est quant à lui implanté dans une vallée à 278 m d’altitude[3].

Le territoire de la commune de Gœtzenbruck appartient aux Vosges gréseuses (la Haarth). Ce terroir au sol maigre favorise les grandes forêts de conifères. Le paysage présente une structure tabulaire entrecoupée de vallées profondes aux pentes raides. Un élément tectonique remarquable est l’importante faille qui traverse la commune d’ouest en est, coupant toutes les strates géologiques présentes sur le ban[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Goetzenbruck se situe partiellement dans le bassin hydrographique de la Sarre, pour le secteur nord et ouest, et dans le bassin hydrographique du Rhin pour le secteur est et sud, Sarreinsberg étant la zone de partage des eaux.

De part et d’autre du resserrement, entre les deux massifs, une zone humide de fond de vallée s’étend l’une, de l’est vers l’ouest correspondant au Talweg, l’autre de l’ouest vers l’est en direction de Mouterhouse où s’écoule le Moderbach, mais déjà sur le territoire de la commune voisine. La zone humide de l’ouest est plutôt marécageuse, avec une végétation caractéristique, elle recueille les eaux de ruissellements des deux versants, mais ne présente ainsi aucune menace d’inondation, car située en contrebas des zones urbanisées[3].

Occupation du sol[modifier | modifier le code]

Photo
Une forêt à Goetzenbruck

Goetzenbruck se situe en « Pays couvert » (Wasgau) qui constitue l’une des deux grandes entités paysagères du pays de Bitche. L’occupation des sols découlant du relief et de la géologie se décompose de la façon suivante :

Les forêts[modifier | modifier le code]

Elles représentent 62 % du ban communal et sont constituées essentiellement de feuillus, hêtres, charmes, chênes ou de mélange de feuillus et de conifères, sauf sur une portion ouest du ban, vers Meisenthal ainsi que dans les vallées et vallons autour d’Althorn où conifères et épicéas dominent.

Les replats, prairies et cultures[modifier | modifier le code]

Les cultures sont très peu présentes sur les crêtes, quelques champs de maïs alternent avec de grands prés, ponctués quelquefois de beaux vergers. Les prairies naturelles exploitées en prés de fauche occupent de vastes espaces, notamment vers les lignes de crête au nord et au sud de la partie urbaine. Elles prédominent par rapport aux pâturages aménagés en parcs à animaux. Une pointe au sud-ouest du territoire comprend des surfaces enherbées denses composées essentiellement de graminées, ces pelouses sont principalement pâturées.

Les coteaux[modifier | modifier le code]

Le village est entièrement ceinturé de jardins ou de vergers, quand l’urbanisation ne les a pas mis à mal. Cette frange végétale sert de tampon avec les grandes étendues de pâturages, situées en amont. Les vergers apparaissent généralement diversifiés avec une présence régulière de pommiers et de pruniers. Les friches sèches ont tendance à envahir ces coteaux, de nombreux jardins et vergers n’étant plus entretenus, en particulier sur le coteau sud bordant le Talweg.

Le vallon humide[modifier | modifier le code]

La prairie humide, située dans le Talweg ouest en contrebas de la verrerie, possède une végétation caractéristique de zone humide. Elle se compose essentiellement de formations fauchées, évoluant parfois vers une friche à jonc. On note la présence de quelques étangs dans la vallée du Breidenbach en contrebas d’Althorn, non loin de l’emplacement d’un ancien moulin, ces étangs constituent des réserves de pêches pour les associations locales[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Les données météorologiques du tableau ci-dessous sont celles de la station météo de l'aéroport de Sarrebruck-Ensheim, située à 33 km au nord-ouest de Goetzenbruck.

Températures et précipitations moyennes à Sarrebruck[6]

Mois Jan. Fév. Mars Avr Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Températures moyennes (°C) 1,0 2,0 5,5 8,4 12,9 15,7 18,0 18,0 14,3 9,7 4,5 2,1
Précipitation moyenne totale (mm) 69,9 59,0 64,5 56,8 74,1 77,6 78,0 59,7 66,1 81,8 84,4 93,3
Sources des données : Deutscher Wetterdienst

Le climat qui règne à Goetzenbruck est tempéré, froid et de type océanique. Situé au nord du massif montagneux des Vosges, dans le pays couvert, le village est peu exposé aux vents mais des précipitations importantes y sont enregistrées toute l'année. Ainsi, les hivers connaissent des précipitations neigeuses assez fréquentes.

Voies de communications et transport[modifier | modifier le code]

La RN62 à Bannstein

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Le village de Goetzenbruck est relié à la N62, jonction de Sarreguemines à Haguenau en passant par Bitche, par la RD37 traversant la commune de Lemberg. Par ailleurs, il est bien desservi par les routes secondaires : il est traversé selon un axe nord-sud par la RD37 permettant de relier d’une part Meisenthal et d’autre part Wingen-sur-Moder et Wimmenau en Alsace, puis vers Ingwiller et Haguenau par la RD919. Selon un axe est-ouest, la RD37A mène à Saint-Louis-lès-Bitche vers l’ouest et à l’annexe d’Althorn et à Mouterhouse vers l’est.

La situation de Goetzenbruck est fort éloignée de Metz, la liaison vers la capitale mosellane se fait par l’autoroute A4 via les échangeurs de Sarre-Union ou de Sarreguemines. Aussi, naturellement les habitants sont plus orientés vers l’Alsace, Haguenau n’étant distante que d’une quarantaine de kilomètres[7].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer Sarreguemines-Bitche desservait de à la gare ferroviaire de la commune voisine de Lemberg. La ligne ferroviaire étant désaffectée depuis , la gare de Lemberg est maintenant desservie par une liaison d'autocars TER Lorraine. La gare de Saint-Louis-lès-Bitche, un autre village voisin, fut de à le terminus d'une ligne de chemin de fer allant à Wingen-sur-Moder. De nos jours, la gare ferroviaire SNCF la plus proche est la gare de Wingen-sur-Moder, en service depuis sur la ligne Sarreguemines-Strasbourg[8].

Des ramassages vers le collège de Lemberg[9] et vers les lycées et collège de Bitche sont organisés lors des périodes scolaires.

Réseau aérien[modifier | modifier le code]

L’aéroport de Sarrebruck-Ensheim se situe à 45 km (liaison avec les grandes villes allemandes), celui de Strasbourg-Entzheim à 70 km (liaison avec les grandes villes françaises et européennes). L’aéroport international de Francfort est distant de 200 km du village. L’aéroport de Deux-Ponts37 km) qui offrait des liaisons quotidiennes vers Berlin et Majorque n'est plus exploité depuis .

Toponymie[modifier | modifier le code]

Goetzenbruck[modifier | modifier le code]

  • Lors de sa création en 1721, le village se présente sous l'appellation Gotzbrick, dont l'origine est partagée. Il pourrait venir de l'allemand Götze-Brück, le pont qui porte la statue d'un saint, ou alors plus probablement de Gaetzenbrück, c'est-à-dire un assemblage de rondins juxtaposés recouvrant un sol marécageux sur le parcours d'une route[10].
  • Anciennes mentions[11],[12] : Gotzembruck (XVIIIe siècle) ; Gotzbruck () ; Goetzembruck () ; Goltzembruch () ; Gotzbrick () ; Goetzenbruck () ; Getzenbruck () ; Götzenbrück (-).
  • En francique lorrain : Getzebrikk[13] et Getzebrigg. En allemand : Götzenbrück.

Écarts[modifier | modifier le code]

Ces deux écarts ont été rattachés à la commune de Goetzenbruck après la Seconde Guerre mondiale.

Althorn[modifier | modifier le code]

  • Althorn, cité depuis 873 et reconstruit après la guerre de Trente Ans. Althorn se situe à 1,5 km au sud de la commune.
  • Anciennes mentions[14] : Altthann () ; Althehorn (XVIIIe siècle) ; Arthorn ().
  • En francique lorrain : Althoern[13].
  • Sobriquet des habitants : Althorner Ratzer ou Althorner Rotzbuben, « les roupieux d'Althorn ». Les roupieux sont ceux qui laissent pendre en bas du nez les humeurs sécrétées par la muqueuse nasale au lieu de se moucher, ce qui dénote la plus grande malpropreté[10]...

Sarreinsberg[modifier | modifier le code]

  • Sarreinsberg, ou Könisberg, datant de 1746. Cet écart était quasi-attenant à Goetzenbruck. La frontière se situe de l'axe passant par la rue le Forêt, le tronçon de la rue Harpe à la rue de l'École, le début de la rue Saint-Hubert jusqu'au croisement de la rue d'Ingwiller et de la rue du Foyer, Sarreinsberg étant situé versant sud et, Goetzenbruck versant nord.
  • Anciennes mentions : Mont-Royal ou Königsberg (carte Cassini) ; Montroïal () ; Mont-Royal ou Kœnigsberg () ; Sarrheimberg () ; Saareinberg (An II) ; Sar-Rhinberg (An X).

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Reflet du long passé linguistique allemand du pays de Bitche, les micro-toponymes ruraux (ou lieux-dits cadastraux) ne sont pas en français mais en allemand. On compte notamment:

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du pays de Bitche.

L’histoire de Gœtzenbruck est indissociable de l’histoire d'Althorn et Sarreinsberg, et de manière plus générale des communes voisines (Mouterhouse, Saint-Louis, Meisenthal, ...) et de l’ensemble de la région[18].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

À l’époque préhistorique, le pays de Bitche était déjà peuplé, des occupations éparses ayant été relevées dans la contrée, à Gœtzenbruck la seule trace de cette occupation est une hache polie du Néolithique, découverte à l’extrémité de la rue des Bruyères[18].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Moyen Âge central[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, le pays de Bitche apparaît comme une entité territoriale de la Lotharingie orientale. Au XIIe siècle, l’évêque de Metz et le duc de Lorraine cherchent à contrôler une partie de la route du sel ; pour une fois, le duc remporte cette lutte d’influence et tente de s’installer en Alsace du Nord.

À la fin du XIIIe siècle, le duché se recentre sur l’axe meurthois et échange, avec le comte de Deux-Ponts, la seigneurie de Bitche contre Sarreguemines, Lindre et Marimont, tout en conservant son droit de suzeraineté. C’est à cette époque, que l’on peut situer la création d’un monastère datant du Bas Moyen-Âge au Klostenberg, aujourd’hui disparu et malheureusement non localisé[18].

Moyen Âge tardif[modifier | modifier le code]

Comté de Deux-Ponts-Bitche vers 1400
Le comté de Deux-Ponts-Bitche vers (en rose au centre).

Au XIVe siècle, une importante route commerciale servait au trafic des produits manufacturés dans les Flandres vers l’Italie, et dans l’autre sens des marchandises plus lointaines (« Le Levant ») vers le nord. Les sires de Bitche, alors comtes de Deux-Ponts percevaient un droit de péage sur cette route, route qui ne pouvait éviter le col étroit surplombant des marécages (future localisation de la verrerie), ainsi un pont « formé d’un grand nombre de corps d’arbres juxtaposés » fut construit pour rendre cette voie carrossable.

De là l’origine du nom de Gœtzenbruck (pont de rondins) avec ses différentes variantes, initialement « Gätterbrick », « Gotzbrick » en , « Goetzembruck » en pour acquérir sa forme définitive en .

Au cours du XVe siècle, les premières verreries s’établissent dans le pays de Bitche, on en dénombre une douzaine dans la forêt de Bitche depuis le Bas Moyen-Âge jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Ces petites verreries s’élevaient toujours dans les vallées à proximité du bois et à côté de petites maisons également en bois destinées à l’habitation. L’établissement ne durait que peu de temps, le temps nécessaire à rouler le bois, puis une nouvelle verrerie était construite plus loin, c’était l’ère des verreries nomades, les « Glashütten »[18],[19].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La bataille contre les Rustauds à Saverne (gravure de Gabriel Salmon illustrant le livre de Nicolas Volcyr de Serrouville, 1526)

Au XVIe siècle, le pays de Bitche retombe de force dans le giron lorrain dans le but d’une pénétration du duc vers l’Alsace. Au cours des XVe et XVIe siècles, plusieurs villages sont détruits par les guerres successives : guerre des Rustauds en , querelle entre le comte d’Eberstein et le comte de Nassau en , lutte d’Henri IV contre la Ligue en . Ainsi sont anéantis « Horn » à l’emplacement duquel sera construit Althorn en et « Smalendalen » dans la vallée de Mouterhouse aujourd’hui disparu[19].

Guerre de Trente Ans (1618-1648)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Trente Ans.

La Guerre de Trente Ans sera encore plus désastreuse. Les Croates et les Cosaques mettent la région à feu et à sang en , et ensuite la peste de décime une bonne partie de la population du comté de Bitche. Les catholiques et les protestants s’entre-tuent, Richelieu tente de s’emparer de Phalsbourg pour avoir la route libre en direction de l’Alsace. Les Suédois en ne laissent après leur passage que misère et désolation. En , la contrée est déserte, plus de 80 villages, hameaux et fermes ne sont plus que ruines désertes et abandonnées. Le , la conférence de paix à Münster met fin à cette guerre. En , Sarreinsberg ne comptait plus que deux habitants, le repeuplement ne s’effectuant que petit à petit[19].

Guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de la Ligue d'Augsbourg.

En , des bans déserts sont donnés en gage au colonel de Verveine. À la fin du XVIIe siècle, l’éclatement du duché mène à la création d’une principauté autonome de la Sarre dirigée par le prince de Vaudémont. Le duc rejoint la coalition anti-française, et capitule finalement en face à Louis XIV. Ce dernier édicta en des mesures de revitalisation de cette région qui vit renaître une industrie régionale traditionnelle, la verrerie et la fabrication du cristal, initialement créée en à Müntzthal (Saint-Louis), aussi de nouveaux habitants repeuplent progressivement la région.

À partir de cette période, Althorn connaît un développement lié à l’exploitation de mines de fer sur le Plackenberg par les forges de Mouterhouse (voir carte de l’atlas topographique du comté de Bitche)[19].

Réunion de la Lorraine par la France (1705-1766)[modifier | modifier le code]

Stanislas Leszczynski, duc de Lorraine et roi de Pologne

En , le retour des Français met en place une souveraineté territoriale : les Français protègent les frontières, alors que les Lorrains assurent la police intérieure. Le comté de Bitche se ruine alors dans l’aménagement de ses fortifications. Sous Stanislas, duc de Lorraine et roi de Pologne, les impôts sont tellement écrasants que s’amorce un exode vers les pays de l’Est (Hongrie et Transylvanie), environ 1 400 personnes quittent l’arrondissement à la fin du XVIIe siècle[19].

Fondation de Goetzenbruck (1721)[modifier | modifier le code]

En , la fondation du village de Gœtzenbruck est liée à la création de la verrerie sur le col entre les deux éperons Scweizerberg et Sarreinsberg. Cette usine, propriété de MM. Walter, Berger et Rimlinger, des verriers de Meisenthal ayant reçu du duc Léopold Ier de Lorraine 600 arpents de bois pour y établir leur industrie, était spécialisée dans la fabrication des verres de montre et dans la gobeleterie. L’usine était éclatée sur deux sites, le verre de montre était soufflé dans une usine située en contrebas dans la vallée (ancien moulin à farine de ) alors que le travail de finition était assurée dans les actuels bâtiments de l’usine. La proximité des bois ainsi que le peu de taxes que la population devait payer pour l’exploitation du bois explique également le développement rapide de la verrerie. Le déboisement intensif lié à cette industrie a laissé des marques sur le paysage comme le dénotent les cartes postales anciennes[10],[20].

Fondation de Sarreinsberg (1746)[modifier | modifier le code]

En , est fondé le village de Sarreinsberg, l’origine du nom provenant de la ligne de partage des eaux, au nord vers la Sarre et au sud vers le Rhin. Le village est également connu sous le nom de Mont-Royal ou Königsberg, noms supprimés après la Révolution française[20].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le découpage administratif du district de Bitche en .

À la Révolution française est créé le district de Bitche qui se heurte au clergé et sème la terreur. Les impôts sont toujours aussi difficiles à supporter. En , le district est éclaté en trois cantons (Bitche, Volmunster et Rohrbach), qui sont rattachés à l’arrondissement de Sarreguemines. Le pays de Bitche perd alors neuf siècles d’unité, et le « repliement » (c’est-à-dire le départ de l’élite locale) s’amorce.

En , Gœtzenbruck devient une paroisse indépendante, auparavant, le village avec celui de Sarreinsberg, était la succursale de la paroisse de Soucht, en est construite la chapelle des Verreries à l’emplacement d’une chapelle plus ancienne datant de . Elle est actuellement inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des monuments Historiques.

De à , une nouvelle église est construite à la jonction entre Gœtzenbruck et Sarreinsberg. Althorn est érigée en paroisse de l'archiprêtré de Bitche en .

Annexion par l'Empire allemand (1871-1918)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Alsace-Lorraine.

Lorsque la guerre éclate en , les soldats du Kaiser s’arrêtent à Goetzenbruck et le village ainsi que toute la Lorraine mosellane deviennent allemands. À la suite de ce changement de nationalité, de nombreux verriers quittent le pays de Bitche pour aller s’installer à Nancy et à l’intérieur de la France. De ce fait, la région perd des artistes comme Daum, Muller et Gallé qui travaillaient avec les cristalleries locales[21].

En , est créée la Manufacture d’optique « Mont-Royal » qui sera florissante jusque dans les années 1960, après une restructuration importante à la fin des années 1990, cette entreprise est devenue un modèle industriel de notoriété internationale[20].

Seconde Guerre mondiale (1939-1945)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Annexion de la Moselle (1940).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la commune est évacuée dans la nuit du 6 au dans la région de Sarre-Union jusqu'à fin mars 1945. La mairie est repliée à Bischtroff-sur-Sarre. Le village est bombardé du au et libéré par les troupes américaines le . « Village de Lorraine éprouvé par les bombardements, Goetzenbrück, dont la population a été l'objet de nombreuses vexations et sollicitations de l'occupant, supporta toutes les épreuves avec un courage admirable. Par ses sacrifices, par son attachement à la France, s'est acquis des droits à la reconnaissance du Pays. » Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze. En , la commune édite le livre Freiheitswind écrit par Philippe Koffler et Lise Pommois qui retrace la libération du village en par les troupes alliées et regroupe des témoignages d'habitants ayant vécu cette période. Le paysage urbain en sera fortement modifié avec de nouvelles constructions possédant une nouvelle forme urbaine[10],[20].

Après avoir connu des situations diverses et dépendu de Mouterhouse, Althorn et Sarreinsberg ne sont définitivement rattachés à Gœtzenbruck qu'en . La date officielle du rattachement de Sarreinsberg à Gœtzenbruck est le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

carte en couleur
Situation de Goetzenbruck (rouge) au sein du canton de Bitche (gris).

Depuis , Goetzenbruck est rattachée à l'arrondissement de Sarreguemines. La commune dépend de la cinquième circonscription de Moselle. Le député de cette circonscription est Céleste Lett candidat sortant investi par l'UMP aux élections législatives françaises de 2012. Le 17 juin 2012, il remporte son troisième mandat avec 60,24 % des suffrages exprimés au second tour[22].

De à , Goetzenbruck a fait partie de l'éphémère canton de Lemberg du district de Bitche. Depuis cette date, la commune dépend du canton de Bitche (46 communes pour près de 35 000 habitants). Selon le principe de parité, deux conseillers départementaux - une femme, un homme - sont nécessairement issus des suffrages. À la suite des élections départementales des 22 et , les représentants auprès du conseil départemental de la Moselle sont Anne Mazuy-Harter (DVD) et David Suck (UDI), ancien vice-président du conseil général[23].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans le ressort de la Cour d'appel de Metz, Goetzenbruck relève du tribunal de grande instance, du tribunal d'instance, du tribunal pour enfants et du bureau foncier de Sarreguemines, de la Cour d'Assises de Moselle, du tribunal administratif de Strasbourg et de la cour administrative d'appel de Nancy[24].

La commune se trouve dans la circonscription de gendarmerie de la communauté de brigades (COB) de Bitche[25].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

carte en couleur
Situation de la C.C. du Pays de Bitche (rouge) au sein de la Moselle (gris).

Goetzenbruck fait partie de la communauté de communes du Pays de Bitche (CCPB) qui regroupe en son sein trente-sept communes situées autour de Bitche. Depuis , cette institution est présidée par Francis Vogt, conseiller municipal de Bitche. Les trois délégués de Goetzenbruck pour cette structure intercommunale sont le maire Joël Romang ainsi que les conseillers municipaux Pierrette Dorckel et Franck Hinsberger[26].

Parmi ses nombreuses compétences, la CCPB gère le gymnase et le plateau sportif du collège de Lemberg, le gymnase et le plateau sportif du collège Kieffer de Bitche, La piscine et la médiathèque Rocca de Bitche, le site du Simserhof au Légeret, le site verrier de Meisenthal, le musée du Sabotier de Soucht, le site du moulin d'Eschviller, la collecte des ordures ménagères, l’entretien des cours d’eau et le développement touristique. Le siège administratif et les bureaux de la CCPB se situent à Bitche, au 4 rue du Général Stuhl[27].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Lors du second tour de l'élection présidentielle de 2002, Jacques Chirac, RPR, élu, avait obtenu à Goetzenbruck 82,21 % des suffrages et Jean-Marie Le Pen, FN, 17,79 % des suffrages ; le taux de participation était de 77,49 %[28].

Cinq ans plus tard, lors du second tour de l'élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy, UMP, élu, avait obtenu à Goetzenbruck 53,27 % des suffrages et Ségolène Royal, PS, 46,73 % des suffrages ; le taux de participation était de 80,12 %[29].

Cinq ans plus tard, lors du second tour de l'élection présidentielle de 2012, François Hollande, PS, élu, avait recueilli 50,97 % des suffrages et Nicolas Sarkozy, UMP, 49,03 % des suffrages ; le taux de participation était de 78,22 %[30].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la réunion des deux communes
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1953 Robert Kirrmann NC NC
1953 1958 Théophile Stenger NC NC
1958 1965 Louis Rohr NC NC
1965 1971 Emile Fuhrmann NC NC
1971 1983 Marcel Goebel NC NC
mars 1983 mars 2008 Gilbert Maurer PS Enseignant
mars 2008 en cours Joël Romang NC NC

Rattachements géographiques[modifier | modifier le code]

 Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[32],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 595 habitants, en diminution de -6,07 % par rapport à 2009 (Modèle:Données/Goetzenbruck/informations générales : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
215 232 283 784 1 102 524 624 697 678
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
685 674 752 757 793 883 950 965 930
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
942 931 954 1 850 1 869 1 905 1 979 1 899 1 759
1990 1999 2008 2013 2014 - - - -
1 720 1 751 1 703 1 608 1 595 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Après une forte croissance de population à la fin du XIXe siècle (passage de 1 735 habitants en à presque 2 400 en ), due à l’industrialisation de la région de Bitche et à la verrerie implantée dans la commune, la population de Gœtzenbruck a connu une chute linéaire et importante lors de la première moitié du XXe siècle. En effet, la commune a perdu plus de 500 habitants en 54 ans (elle atteint 1 869 habitants en ), cela est notamment dû aux deux guerres et aux restructurations de l’industrie verrière.

Une légère reprise a ensuite lieu, jusqu’à la fin des années 1960 (gain de 110 habitants en 14 ans). Après cela, on observe a nouveau une chute importante de la population au cours des années 1970 : la commune a perdu 140 habitants entre et . Dans les années 1980, Gœtzenbruck a continué à perdre des effectifs (39 habitants sur une période de 8 ans). On observe pour finir une légère reprise dans les années 1990 (31 habitants sur une période de 9 ans). La construction d’un lotissement, comme celui de Gœtzenbruck (années 1980 et 1990), permet d’amoindrir la perte de population, mais ne suffit pas pour retrouver un réel dynamisme démographique[34].

Depuis les villages de Sarreinsberg et d'Althorn appartiennent à la commune de Goetzenbruck. Sarreinsberg avait déjà appartenu à la commune de Goetzenbruck de à .

Activité et aspect social[modifier | modifier le code]

Répartition sociale des habitants de Goetzenbruck
Pourcentage
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 2,4 %
Cadres 2,3 %
Professions intérimaires 9,1 %
Employés 13,3 %
Ouvriers 26,7 %
Étudiants 7,9 %
Retraités 23,5 %
Sans activité 15,3 %

La population active représente 53,50 % des habitants de la commune, se classant ainsi dans le premier tiers national.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Goetzenbruck est rattachée à l'académie de Nancy-Metz. Cette académie fait partie de la zone B pour son calendrier de vacances scolaires, et ce depuis le redécoupage des régions françaises de 2015. Avant, elle faisait partie de la zone A[35].

Le village dispose de deux écoles, l'école maternelle « Les Premiers Pas »[36] et l'école élémentaire du Mont-Royal[35]. Les élèves de Goetzenbruck vont ensuite au collège La Paraison de Lemberg. Pour poursuivre leurs études en lycée, ils se rendent principalement à Bitche ou à Sarreguemines.

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • L'Union sportive de Gœtzenbruck est le club de football de la commune fondé en 1928. L'équipe fanion sénior évolue actuellement en deuxième division de district. Au début des années 1980, l'équipe évoluait en Division d'Honneur Régionale (DHR), où il pouvait affronter les réserves des clubs professionnels de la région Lorraine. Le , le club fusionne avec l'AS Meisenthal pour former l'entente US Gœtzenbruck-Meisenthal[37].
  • « Les Éclaireurs », association regroupant les adeptes de la marche sportive, organise tous les ans la fameuse marche populaire permettant à tous, qu'ils soient néophytes ou confirmés, de découvrir les magnifiques forêts avoisinantes.

Médias[modifier | modifier le code]

Logo du Républicain lorrain

Le Républicain lorrain est un quotidien régional d’information dont le siège social se situe à Metz. Dans son édition de Sarreguemines-Bitche, il consacre régulièrement des articles à l’actualité communale[38].

Dans le domaine des médias audiovisuels, trois chaînes de télévision sont accessibles aux habitants de Goetzenbruck et relaient les informations locales : France 3 Lorraine, Mosaïk et TV Cristal. Parmi les nombreuses stations de radio disponibles, on peut citer Radio Studio 1 et Radio Mélodie, basées respectivement à Bitche et à Sarreguemines, ainsi que Radio Salü, radio de langue allemande basée à Sarrebruck.

Économie[modifier | modifier le code]

Activité historique[modifier | modifier le code]

Le fondement de l'économie depuis 1721 est l'industrie du verre. La verrerie fut créée par Jean-Georges Poncet, artisan verrier de Meisenthal.

Les premières verreries étaient très petites (« Stuetzenhuetten », de simples huttes en bois). Les habitants étaient très pauvres et la construction de ces verreries était sommaire : quatre troncs d'arbres enfoncés dans le sol formaient les quatre coins, les parois et la toiture étaient en planches. Un vestige subsiste rue du Schweizerberg.

De la fabrication de statuettes de la Vierge à l'élaboration de burettes de chimiste, les verriers locaux se sont spécialisés dans l'élaboration de boules de Noël qui se répandent grâce à l'usine Vergo (nom composé de « ver » pour verrerie et « go » de Goetzenbruck) qui les produira en grand nombre à la fin du XIXe siècle pour décorer les sapins de Noël du monde entier. La production passera de 80 000 unités dans les années 1930, à 200 000 en 1950. En 1964, Vergo arrête de souffler des boules de Noël car les usines de production automatisée permettent de produire des boules beaucoup moins chères. En 1981, l'usine dépose son bilan et est rachetée par la société britannique Pilkington pour y fabriquer des verres ophtalmiques (verres de lunettes). Depuis, la société a été rachetée par Sola optique (groupe Zeiss) qui, en 2006, décide de délocaliser l'unité de production au Mexique. À ce jour le complexe industriel est en cours de reconversion.

Parallèlement à l'essor du groupe Vergo, l'usine familiale Mont Royal, implantée sur le Königsberg, fait son nid dans les verres ophtalmiques. Toujours à la pointe des évolutions technologiques, fournissant les grands opticien nationaux, Mont Royal perpétue la tradition locale verrière.

Activité actuelle[modifier | modifier le code]

Dans un secteur rural voué à l'exode à la fin du XXe siècle, la commune a su garder les petits commerces et artisans locaux. En 1993, fut entreprise la création d'une Zone Artisanale et Commerciale afin de promouvoir l'essor de la commune. L'économie de la commune se répartit d'après le tableau suivant:

Économie de la commune de Goetzenbruck
Nombre
Industries 21
Construction/Bâtiment 5
Commerces/Réparations 13
Sociétés de service 18

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La verrerie, fondée en 1721 ;
  • Plusieurs grandes maisons du début du XIXe siècle bordent la rue de Bitche, l'axe principal nord-sud du village. Celle située aux 7 et 8 de la rue, sans doute un ancien relais de poste, s'impose par sa longue façade très largement percée. En dépit d'une date, 1789, dans un cartouche sur le linteau de la porte piétonne semble avoir été regravée à une date bien postérieure, la maison paraît remonter au début du XIXe siècle. La partie la plus soignée de l'élévation, située à droite, se distingue par ses fenêtres pourvues d'exceptionnelles allèges à table saillante séparant les deux niveaux. La porte cochère couverte d'un arc en anse de panier est appareillée, tandis que la porte piétonne de droite au chambranle mouluré est finement décorée de baguettes enrubannées, de piastres enfilées, d'oves et de rais de cœur, tous ces éléments décoratifs appartenant au répertoire de l'art classique, comme les denticules et les modillons qui soulignent l'entablement et le pot à feu qui le couronne ;
  • Élevée à la fin du XVIIIe siècle ou au tout début du XIXe siècle, la ferme située au 19, rue Saint-Hubert, abrite sous un même toit le logis et l'exploitation. La façade sur rue est encadrée par deux chaînes d'angle à bossages et les niveaux sont séparés par un bandeau, une corniche moulurée contenant l'élévation. Particulièrement soignée dans le rythme des couvertures, la façade de l'exploitation, de composition symétrique, s'ouvre par deux portes en plein cintre correspondant à l'étable et à l'écurie, encadrant la porte charnière de la grange, de même forme.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Dialecte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Francique rhénan de Lorraine.

Sur le plan culturel, la seconde moitié du XXe siècle se caractérise par la diffusion de la langue française dans le village et plus largement dans l'ensemble de la population alsacienne et mosellane. Depuis le traumatisme de l'occupation nazie de 1940-1945, la langue allemande et le dialecte francique sont en net recul même si le canton de Bitche comptait encore 80 à 90% de locuteurs du francique lorrain en [39].

Dans les conversations en français de Moselle germanophone, outre les spécificités de l'accent francique lorrain (non distinction entre le p et le b, le ch et le j, le d et le t), la syntaxe est fréquemment bousculée par celle de l'allemand. Parmi les autres tendances lourdes figurent l'inversion entre le prénom et le nom (Muller Michel), l'usage fréquent d'abréviations pour les noms de localités (Goetz', 'Bronn, Ench', Meis', Stras'), et l'emprunts de mots à la langue francique rhénane (Bix, Flammkuche, Schnaps, Scheslon, Kirb).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le créateur anonyme de la Boule de Noël. Traditionnellement, on accrochait des pommes au sapin, mais en 1858, l'hiver fut si rigoureux qu'il n'y eut plus de pommes. Un artisan verrier eut l'idée pour donner quand même un peu de joie à la fête de créer des boules représentant une pomme et d'autres fruits. La boule de Noël était née. Aujourd'hui de Tokyo à New York et de Stockholm à Johannesburg durant toute la période des fêtes de Noël sa création est représentée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Goetzenbruck Blason Mi-parti coupé : au 1er de gueules au cor de chasse d'argent, lié et virolé d'or, surmonté d'un alérion d'argent ; au 2e d'argent à un mont à trois coupeaux de gueules, les deuxième et troisième coupeaux bordés d'azur vers les flancs, sommé d'un étendard d'azur à trois fleurs de lys d'or ; au 3e d'azur à la fasce vergetée d'argent, au cuveau d'or soutenu de flammes de gueules brochant
Détails Le cor de chasse (Horn) et l'alérion symbolisent le hameau d'Althorn, où les ducs de Lorraine possédaient un château. Le mont et l'étendard représentent Sarreinsberg, qui s'appela d'abord Mont-Royal ; les filets d'azur évoquent les cours d'eau qui en descendent vers la Sarre via l'Eichel et le Rhin via la Zinsel du Nord. Le pont fretté (Gitterbrücke) constitue un emblème parlant. Enfin le vase rappelle l'industrie du verre[10].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Joël Beck, Moulins : huileries, tailleries, scieries du pays de Bitche, Sarreguemines, Éditions Pierron, , 503 p. (lire en ligne)
  • (fr) Joël Beck, Le Pays de Bitche 1900-1939, , 128 p.
  • (fr) Nöelle-Vix Charpentier, Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck : Rapport de présentation, Metz, , 116 p. (lire en ligne)
  • (fr) Marie-France Jacops, Jacques Guillaume et Didier Hemmert, Le Pays de Bitche (Moselle), Metz, Éditions Serpenoise, , p. 53-55
  • (fr) Francis Kochert, Laurette Michaux et Gérard Michaux, Moselle : Metz et le pays messin, pays de Bitche, Nied, Sarrebourg, Saulnois, trois frontières et bassin houiller, , 345 p.
  • (fr) Philippe Koffler, Les boules de Noël de Goetzenbruck,
  • (fr) Philippe Koffler, Freiheitswind - la libération de Goetzenbruck, Sarreinsberg et Althorn,
  • (fr) Joseph Schaefer, Le Pays de Bitche, passionnément, , 174 p.
  • (fr) André Schutz, Bitche et son pays,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie », sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 9 août 2016).
  2. Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 5.
  3. a et b Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 7.
  4. Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 9.
  5. Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 11.
  6. Fiche climatologique du Deutscher Wetterdienst
  7. Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 3.
  8. « TER Lorraine », sur le site de la SNCF (consulté le 9 août 2016).
  9. « Les transports scolaires », sur le site du conseil départemental de la Moselle (consulté le 9 août 2016)
  10. a, b, c, d et e « Passé présent - La Moselle dévoilée n°14 », sur icareconcept.com (consulté le 9 août 2016)
  11. Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en , Impr. nationale, Paris
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. a et b « Kräse vun der Mosel - Saargeminn », sur Geoplatt (consulté le 20 septembre 2016).
  14. http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=1426
  15. « Lieux-dits du cadastre », sur la carte du projet OpenStreetMap (consulté le 15 octobre 2016)
  16. « Lieux-dits du cadastre », sur la carte cadastrale de France (consulté le 15 octobre 2016)
  17. « Goetzenbruck », sur communes-francaises.info (consulté le 15 octobre 2016)
  18. a, b, c et d Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 15.
  19. a, b, c, d et e Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 16.
  20. a, b, c et d Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 17.
  21. Plan local d'urbanisme de Montbronn, p. 27.
  22. « Céleste Lett », sur www.nosdeputes.fr (consulté le 9 août 2016).
  23. « Le Conseil Départemental », sur http://www.moselle.fr (consulté le 9 août 2016)
  24. « Liste des juridictions compétentes pour une commune » (consulté le 9 août 2016).
  25. « Brigade la plus proche / Goetzenbruck », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le 9 août 2016).
  26. « Les élus de la Communauté de Communes du Pays de Bitche », sur http://www.cc-paysdebitche.fr/ (consulté le 9 août 2016)
  27. « La communauté de communes » (consulté le 9 août 2016).
  28. Ministère de l'Intérieur - Moselle (Lorraine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2002 à Goetzenbruck » (consulté le 9 août 2016)
  29. Ministère de l'Intérieur - Moselle (Lorraine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2007 à Goetzenbruck » (consulté le 9 août 2016)
  30. Ministère de l'Intérieur - Moselle (Lorraine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Goetzenbruck » (consulté le 9 août 2016)
  31. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  34. Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck, p. 18.
  35. a et b « École élémentaire publique du Mont-Royal », sur le site de l'Éducation nationale (consulté le 15 octobre 2016).
  36. « École maternelle publique Les Premiers Pas », sur le site de l'Éducation nationale (consulté le 15 octobre 2016).
  37. « L’Union sportive et l’AS Meisenthal fusionnent », Le Républicain lorrain, (consulté le 15 octobre 2016)
  38. « Goetzenbruck », Le Républicain lorrain (consulté le 15 octobre 2016).
  39. S. Legrand - d'après les chiffres de l'INSEE.