Sponville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sponville
Sponville
Église paroissiale Saint-Maximin.
Blason de Sponville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Briey
Canton Jarny
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Denis Wahu
2014-2020
Code postal 54800
Code commune 54511
Démographie
Gentilé Sponvillois
Population
municipale
126 hab. (2016 en augmentation de 10,53 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 23″ nord, 5° 50′ 01″ est
Altitude Min. 199 m
Max. 235 m
Superficie 7,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Sponville

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Sponville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sponville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sponville

Sponville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sponville est située dans la partie nord du parc naturel régional de Lorraine à environ 70 km au nord-ouest de Nancy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Latour-en-Woëvre Ville-sur-Yron
Hannonville-Suzémont
Mars-la-Tour Rose des vents
Jonville-en-Woëvre N Puxieux
O    Sponville    E
S
Hadonville-lès-Lachaussée Lachaussée Xonville
Chambley-Bussières

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sponville est un village de l'ancienne province des Trois-Évêchés (bailliage de Metz), dépendant de l'abbaye de Gorze.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1961 mars 2008 Serge Wahu[1]    
mars 2008 En cours
(au 16 avril 2014)
Denis Wahu    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 126 habitants[Note 1], en augmentation de 10,53 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
253228253219254257300275303
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
325282284262249214208189180
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
17115514914112414612310398
1990 1999 2004 2009 2014 2016 - - -
112136124115122126---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants sont scolarisés à Chambley-Bussières (6km) pour les primaires, à Jarny (13 km) pour les collégiens et lycéens. Un transport scolaire par cars assure leurs déplacements vers les établissements d'enseignement.

Santé[modifier | modifier le code]

Un médecin généraliste et une pharmacie sont disponibles à Mars-la-Tour (7 km).

Sports[modifier | modifier le code]

Le terrain de football situé près du cimetière est dédié à un jeune footballeur de la commune, Romain Mourey, décédé en 2002 à l'âge de 18 ans. Son inauguration — ainsi que celle des jeux d'enfants — a lieu le [6] en présence d'une grande partie des habitants de Sponville ainsi que de Maryse Marion, conseillère générale du canton de Chambley-Bussières, décédée en [7].

Économie[modifier | modifier le code]

Commerce et artisanat[modifier | modifier le code]

Sponville est essentiellement rurale ; outre plusieurs exploitations agricoles de type familial, un commerce de transformation laitière est présent sur la commune : Les Délices de Cipponis[8]. Plusieurs commerces de vente directe et de type produits du parc sont disponibles dans les villages environnants. Le magasin de type grande surface le plus proche est à Conflans-en-Jarnisy (17 km).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Maximin, édifice daté de 1716 dont le chœur est revoûté au XIXe siècle, remplace l'ancienne église de Neulan qui sert d'église mère aux villages de Sponville et de Xonville jusqu'au début du XVIIIe siècle.

Le monument aux morts, rénové, est inauguré le en présence du doyen du village. Le nom des treize victimes de la Première Guerre mondiale, tombés sur le ban communal, y est inscrit en lettres dorées[9].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Un ensemble comprenant une salle avec tables et chaises, une cuisine équipée (évier, réfrigérateur, congélateur, appareil de cuisson, tables de préparation), un local de rangement pour la vaisselle et un bloc sanitaire est intégré dans l'immeuble de la mairie. Cet équipement communal est mis à la disposition des habitants pour l'organisation de rencontres festives (repas familiaux privés, soirée dansante du 14-Juillet, etc.) ; il est complété en extérieur par un jeu de quilles pour adultes et des jeux d'enfants.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Sponville Blason Tranché: au 1er de sinople à la tour d'or ouverte, ajourée et maçonnée de sable, au 2e d'azur au fer de moulin (anille) d'or percé de sable; à la bande ondée d'argent chargée d'une crosse contournée de gueules, surmontée et soutenue par deux croisettes pattées du même posées à plomb, brochant sur la partition.
Détails
Ce blason est inscrit, depuis le , dans le registre coté Lorraine, à l'association « Maintenance héraldique de France », organisme privé « Sous la Haute Protection de Mgr Le Comte de Paris[10] ».

Pour créer les armoiries de Sponville, Dominique Larcher, héraldiste amateur de Jarny s'est « inspiré du passé de Sponville trouvé dans les archives à Metz et à Nancy ». Elles sont présentées pour la première fois le au maire, Serge Wahu, et aux habitants de Sponville réunis à la salle des fêtes communale[6].

Les symboles de la composition des armoiries sont motivés par le fait que Sponville est un village agricole dont le passé est relié à la terre et l'eau. L'écu (ou blason) comprend :

  • une tour qui a existé à l'endroit de l'ancien cimetière au plus haut du village (le vert représente les prés et les champs) ;
  • une anille, pièce en fer qui sert à entraîner une meule d'un moulin à vannes alimenté par un étang avec l'eau de l'Yron (le bleu représente l'étang) ;
  • la bande ondulée représente l'Yron qui commence à grandir, il est pur (le blanc c'est la source) :
  • la crosse abbatiale symbolise l'église saint Maximin patron de la paroisse ;
  • les deux croisettes pattées symbolisent l'abbaye de Neulan et le monastère de Dontaines situés sur le territoire communal.

En langage héraldique, ce blasonnement se lit : tranché de sinople et d'azur, au 1 chargé d'une tour d’or, au 2 chargé d'une anille d’or, fasce ondée d’argent chargée d’une crosse de gueules surmontée et soutenue de deux croisettes de gueules.

En plus de l'écu décrit ci-dessus, les armoiries complètes[Note 2] comprennent :

  • une couronne murale d'or rappelant l'abbaye de Neulan dont Sponville est l'annexe avant 1716 ;
  • les tenants : le paysan à dextre et le cultivateur à senestre montrent que le territoire de la commune est toujours agricole. Les fourches symbolisent l'évolution des outils et des costumes. Le personnage à senestre porte dans ses poches un carnet et un crayon indiquant qu'il gère lui-même ses terres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. L'illustration dans l'infobox n'est qu'une représentation de la partie blason (écu) des armoiries

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sponville : Anciens maires de Sponville », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 9 octobre 2016)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. a et b le Républicain lorrain, édition du 30 septembre 2003
  7. « Maryse Marion n’est plus », sur republicain-lorrain.fr, le Républicain lorrain, (consulté le 17 novembre 2017)
  8. « Les Délices de Cipponis », sur lespaniersdesophie.fr (consulté le 7 avril 2018)
  9. « Sponville : la résurrection d’un monument », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 17 novembre 2017)
  10. « L'Armorial des villes et villages de France : Sponville », sur armorialdefrance.fr (consulté le 9 octobre 2016)