Bambiderstroff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bambiderstroff
Bambiderstroff
Église Saint-Félix de Nole.
Blason de Bambiderstroff
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes du District urbain de Faulquemont
Maire
Mandat
Christian Zwiebel (d)
2020-2026
Code postal 57690
Code commune 57047
Démographie
Gentilé Bambigeois
Population
municipale
1 055 hab. (2019 en augmentation de 1,64 % par rapport à 2013)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 13″ nord, 6° 35′ 38″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 405 m
Superficie 11,05 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Faulquemont
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bambiderstroff
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Bambiderstroff
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bambiderstroff
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bambiderstroff

Bambiderstroff (en francique lorrain Bambidaschtroff) est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bambiderstroff se trouve dans le centre de la Moselle, à cinq kilomètres de Saint-Avold, la plus grande ville des environs et une quarantaine de kilomètres de Metz, la préfecture du département.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le ruisseau de Vigneulles[Carte 1].

Le ruisseau de Vigneulles, d'une longueur totale de 10,5 km, prend sa source dans la commune de Laudrefang et se jette dans la Nied allemande à Guinglange, après avoir traversé quatre communes[1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Bambiderstroff.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Bassin Houiller ». Ce document de planification, dont le territoire est approximativement délimité par un triangle formé par les villes de Creutzwald, Faulquemont et Forbach, d'une superficie de 576 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est la région Grand Est[2]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le SDAGE du Bassin Rhin-Meuse[3].

La qualité du ruisseau de Vigneulles, peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bambiderstroff est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (61,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (32,7 %), terres arables (31,5 %), prairies (19,4 %), zones agricoles hétérogènes (10,2 %), zones urbanisées (6,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciens noms[11] : Bumbiderstorf (1121), Buderstorf (1121), Budestroff (1180), Butrestorff (1210), Bouderstorf (1271), Budersdorff (1288), Buedestorff (1308), Bambuderstroff (1357), Bonbuderstorff (1544), Baumbiderstroff (1555), Baumbiedersstorff (1594), Bambidestroff (1614), Baumbiedrestorff (1633), Baumbiderstroff (1671), Baumbiedersdorff (1673), Bambiederstroff (1687), Baumbidestroff (1694), Baubidestorf (1702), Bambiedestroff (1710), Baumbiderstroff (1801 : Bull. des Lois).
Le village est nommé Baumbiedersdorf durant l'annexion de 1871 à 1918, puis durant la période 1940-1944, avant de devenir Bambiderstroff.
Le nom francique lorrain du village est Bidaschtroff / Bambidaschtroff.

À noter que l'élément germanique Bam- ou l'allemand Baum- (arbre), permettait jadis de différencier ce village et celui de Pontpierre dont la forme francique est Stémbidaschtroff (allemand : Steinbiedersdorf). L'élément -troff se retrouve dans de nombreux lieux de Lorraine et correspond à l'allemand Dorf « village » avec une métathèse du [r] et durcissement du [d] > [t]. Il est souvent traduit par le français ville dont le sens premier était celui de « domaine rural », puis de « village ». Bider- représente l'anthroponyme germanique Budhari[12], suivi du [s] du "génitif saxon".

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Surnom sur les habitants : Die hämbiche Kepp (les entêtés, les inflexibles)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bloc 3 de l'ouvrage du Bambesch près de Bambiderstroff.

Les vestiges de neuf villa rustica gallo-romaines sont découverts sur le ban de la commune, témoignant de l'occupation du site dès l'Antiquité. Au Moyen Âge, le village appartient au domaine de l'abbaye Saint-Martin-de-Glandières de Longeville. Détruit totalement lors de la guerre de Trente Ans, le village est par la suite reconstruit et des colons viennent le repeupler.

Faisant partie de l'exclave de Raville, il est réuni au royaume de France depuis le , lorsqu'il est cédé par l'Autriche[14].

Le village est rattaché à l'Allemagne de 1871 jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Revenu à la France (comme toute l'Alsace-Moselle), il se trouve au milieu du dispositif de défense des frontières mis au point dans les années 1930, et qui prendra le nom ligne Maginot. Plusieurs casemates ainsi que l'ouvrage du Bambesch[15]. sont construits sur le ban communal. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'ouvrage sera capturé par les Allemands le , préfigurant une nouvelle période d'annexion ; la commune sera finalement libérée le par les forces américaines.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1979 Nicolas Ancillon sans  
1979 mars 1983 Alex Bastien sans  
mars 1983 mars 1995 Michel Lipiec sans  
mars 1995 2001 Lucien Léonard sans  
2001 mars 2008 Jean-Luc François (d) sans  
mars 2008 février 2011 Pascal Biache (d) PS  
avril 2011 mars 2014 Gilles Danrosey (d) sans  
mars 2014 mars 2020 Jean-Luc François (d) sans  
mars 2020 En cours Christian Zwiebel (d) sans  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2019, la commune comptait 1 055 habitants[Note 2], en augmentation de 1,64 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
822832971908951950998981924
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
849803757713678632658590514
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
564556604590712762786808833
1990 1999 2006 2011 2016 2019 - - -
8859011 0091 0361 0471 055---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Liste des associations à Bambiderstroff[20] :

  • A.C.L.
  • Amicale des mineurs
  • Amicale des quilles
  • Angiomatose - Les amis de Théo
  • Association des arboriculteurs
  • Association des donneurs de sang
  • Association des guides du Bambesch
  • Association des personnes âgées
  • Bambi Air club
  • Chorale Saint-Félix
  • Club des joyeux (qui organise le traditionnel carnaval de Bambiderstroff)
  • Coco's billard club
  • Conseil de fabrique
  • Hembisch club (club épargne)
  • Moto cross club Créhange-Bambi
  • Ré création
  • Télé club
  • Tennis club
  • Union sportive de Bambiderstroff[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adrien Veber (1861-1932) né sur la commune, homme politique socialiste parisien.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bambiderstroff Blason
Mi-coupé burelé d'argent et d'azur de dix pièces au lion de gueules à double queue armé, lampassé et couronné d'or, et de gueules à un chêne arraché d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Bambiderstroff » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « le ruisseau de Vigneulles »
  2. « SAGE Bassin Houiller », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  3. « Les SDAGE des districts Rhin et Meuse (2022-2027) », sur www.eau-rhin-meuse.fr (consulté le )
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979, p. 50a.
  13. Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°3 (Septembre-Octobre 2011)
  14. Publications de la Société pour la Recherche et la Conservation des Monuments Historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, Volume 18, 1863.
  15. Il s'agit d'un ouvrage de trois blocs, reliés par des galeries souterraines à vingt-huit mètres de profondeur, comportant un équipage d'environ 115 hommes.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Sur http://bambiderstroff.pagesperso-orange.fr/pages/5.html
  21. L'US Bambiderstroff a été créée en 1961, plus récemment le club a rouvert ses portes, depuis 2 ans le président Thomas Schmitt tient le bon bout avec une équipe jeune et dynamique qui est déjà montée d'un échelon au niveau sportif. Leur slogan est "ICI C'EST BAMBI".