Vandelainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vandelainville
Vandelainville
Église Saint-Pierre.
Blason de Vandelainville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Jean-Louis Depierreux
2020-2026
Code postal 54890
Code commune 54544
Démographie
Gentilé Vandelainvillois, Vandelainviloise (patois lorrain -Vanderleche)
Population
municipale
139 hab. (2018 en augmentation de 0,72 % par rapport à 2013)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 03″ nord, 5° 58′ 38″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 366 m
Superficie 1,36 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-à-Mousson
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Vandelainville
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Vandelainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vandelainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vandelainville
Liens
Site web https://www.vandelainville.fr/

Vandelainville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est, dans la vallée du Rupt de Mad.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le coteau, bien exposé au sud, était autrefois couvert de vignobles qui ont aujourd'hui disparu. Proches des zones de combat, les vignes n'ont pas été replantées après la guerre de 1914-1918 et les ravages du phylloxéra.

Communes limitrophes de Vandelainville
Onville Gorze
Moselle
Onville Vandelainville Bayonville-sur-Mad
Onville Onville

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vandelainville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (47 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (47 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,5 %), terres arables (27,8 %), cultures permanentes (16,2 %), zones urbanisées (7,4 %), prairies (3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Wandilinvilla en 877.
  • Wandelai Villam dans un diplôme de l'Empereur Othon en 960.
  • Similaire avec Vadelaincourt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le domaine civil et en Droit public[modifier | modifier le code]

  • Village de l'ancienne prévôté de Prény, sa communauté villageoise devait payer divers impôts au domaine du duc de Lorraine.
  • Vandelainville a appartenu aux seigneurs de Roucelz (XVIIe siècle) puis aux comtes de Briey (XVIIIe siècle)[8].

Dans le domaine religieux[modifier | modifier le code]

  • En 1772, prieuré de l'ordre de Saint Augustin, dépendant de l'abbaye Saint-Léon de Toul[9].
  • Vandelainville avait perdu son titre de paroisse en 1804, devenant une simple annexe de sa voisine plus peuplée, Bayonville. Sous le règne de Charles X, une ordonnance royale du rendait son titre de paroisse à Vandelainville, placée sous le patronage de saint Pierre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Pelletier jusque vers 1970[réf. nécessaire]

Jean Romagnoli (-1994) son successeur[réf. nécessaire]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
(maire en 1981)   Gino Romagnoli[réf. nécessaire]    
mars 2001 En cours
(au 25 mai 2020)
Jean-Louis Depierreux
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Chef d'entreprise[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2018, la commune comptait 139 habitants[Note 3], en augmentation de 0,72 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
267253269235226218212194171
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
166160187194175168193155158
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
167169112147178164159177138
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
138156169138152148147141140
2018 - - - - - - - -
139--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur primaire ou Agriculture[modifier | modifier le code]

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[15]), la commune de Vandelainville était majoritairement orientée [Note 4] sur la production de céréales et d'oléagineux sur une surface agricole utilisée[Note 5] d'environ 33 hectares (très inférieure à la surface cultivable communale) en stagnation depuis 1988.

Le cheptel en unité de gros bétail s'est éteint entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus qu' 1 exploitation(s) agricole(s) ayant son siège dans la commune employant 1 unité(s) de travail[Note 6].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Présence gallo-romaine.
  • Aître fortifié.
  • Quelques maisons du XVIIIe siècle, avec encadrements d'ouvertures en bois. Linteau de porte réemployé : saint Pierre et les attributs de la Passion.
  • Église Saint-Pierre reconstruite en 1768 : clocher-tour romane de défense des XIIe/XIIIe siècles séparée, statue de sainte Anne des XVe/XVIe siècles, lutrin en bois sculpté du XVIIIe siècle. L'église du village présente la particularité, assez rare, d'avoir un clocher qui n'est pas attenant à l'église. Ce clocher-tour en est séparé par un passage d'environ 1,50 m de large. Il est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Simon (1836 à Metz - 1910 à Vandelainville), artiste-peintre, membre de la Société des Artistes français, président de l'Académie de Metz.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vandelainville Blason
D’or à trois pals au pied fiché de gueules au chef de même chargé de trois tours d’or.
Détails
Ce blason évoque les deux familles seigneuriales de Vandelainville du XVIIIe siècle. La famille de Saintignon portait trois tours d'or sur champ de gueules; et la famille de Briey avait trois pals fichés de gueules sur fond d'or.

[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Orientation technico-économique de la commune : production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  5. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  6. Unité de travail annuel : mesure en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Ch. Poplimont, La Belgique héraldique. Tome II, Adriaens, (lire en ligne), p. 185-186
  9. Recueil de documents sur l'histoire de Lorraine, Lepage, (lire en ligne)
  10. « Résultats municipales 2020 à Vandelainville », sur lemonde.fr (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip ».
  16. « Clocher de l'église Saint-Pierre », notice no PA00106424, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. UCGL, « le site de l'Union des Cercles Généalogiques Lorrains - Les Blasons des communes de Lorraine », sur www.genealogie-lorraine.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bazaille Manuel, Les recettes du domaine de 1604 à 1726 ; Nos Villages lorrains ; no 113 ; .
  • Histoires de cloches; Nos Villages lorrains ; no 119 ; .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :