Montauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montauville
Église Sainte-Marie-Madeleine.
Église Sainte-Marie-Madeleine.
Blason de Montauville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Pont-à-Mousson
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson
Maire
Mandat
Pascal Fleury
2014-2020
Code postal 54700
Code commune 54375
Démographie
Population
municipale
1 115 hab. (2014)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 06″ nord, 6° 01′ 18″ est
Altitude Min. 193 m – Max. 376 m
Superficie 16,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montauville

Montauville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les habitants de Montauville s'appellent les Montauvillois et Montauvilloises.

La commune de Montauville est située sur les côtes de la Moselle, dans la partie ouest du parc naturel régional de Lorraine. Elle est bordée au sud par la forêt de Puvenelle, à l’ouest par le plateau de Haye et au nord par le Bois le Prêtre où de violents combats se sont déroulés durant la Première Guerre mondiale.

Le territoire communal se compose principalement de forêts pour 66 % de sa surface, de terres cultivées pour 20 % et de quelques prairies. On y trouve même des pelouses calcaires qui abritent une flore riche : asters, orchidées, anémones…

Il est en outre coupé par trois vallées où coulent les ruisseaux de la fontaine du Père Hilarion, de la fontaine des Corbeaux et de la fontaine des Cerfs qui se rejoignent à l’entrée du village pour former le ruisseau du Grand Rupt.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vilcey-sur-Trey Norroy-lès-Pont-à-Mousson Lesménils Rose des vents
Fey-en-Haye N Maidières ; Pont-à-Mousson
O    Montauville    E
S
Mamey Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Jezainville
Atton

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence de débris de tuiles et de briques en mosaïque fait croire à la présence d’un village gallo-romain au-dessus de son implantation actuelle, le long de l’ancienne voie romaine de Pont-à-Mousson à Saint-Mihiel.

Au Moyen Âge, le village était alternativement sous la domination des comtes de Bar et de couvents. Sa population se composait de bûcherons et de cultivateurs (vigne et houblon).

Montauville fut rayé de la carte au XVIIe siècle ; en raison de la peste et de la guerre de Trente Ans ses habitants s’étaient réfugiés à Pont-à-Mousson.

En raison des nombreuses sources situées sur la commune, il y avait autrefois un établissement d’hydrothérapie qui fut abandonné au milieu du XIXe siècle.

Montauville reste particulièrement marqué par la Première Guerre mondiale en raison des offensives puis de la guerre des tranchées qui se déroula au Bois-le-Prêtre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 16 avril 2014)
Pascal Fleury PS puis SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 115 habitants, en diminution de -4,46 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
337 404 403 459 480 544 543 595 594
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
594 605 634 716 675 658 680 686 708
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
726 690 478 646 661 675 666 650 700
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
793 846 951 1 078 1 092 1 146 1 167 1 115 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cimetière militaire du Pétant.

Lieux de mémoire de la Grande guerre[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Camille Chemin et Édouard Pillet. Ces deux soldats du 37e régiment d’infanterie coloniale sont fusillés près de Montauville pour désertion le . Il s’agit d’un malentendu. En effet, les sacs laissés par les fantassins pendant une attaque ayant été pillés, les deux hommes sont désignés pour les garder afin d’éviter les vols. En , lors d’une attaque commandée par un nouveau capitaine, celui-ci les considère comme disparus au front alors qu’ils sont à l’arrière avec les sacs. Le 37e RIC fait ensuite mouvement et Chemin et Pillet réintègrent le régiment. Le colonel les considère comme déserteurs et les deux soldats sont traduits le devant un conseil de guerre et fusillés dès le lendemain. Ils sont réhabilités en 1934.
  • Jean de Lattre de Tassigny. Le , lors d'un combat à cheval contre une patrouille de uhlans bavarois, le lieutenant de dragons de Lattre, après avoir tué l'officier, est blessé par la lance d'un uhlan et chute de cheval. Il est ramené à Montauville et allongé dans la ferme des époux David. Il y demeure jusque dans la nuit du 15 au 16 où il est transporté vers Pont-à-Mousson et caché dans une cave[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montauville Blason Tranché au premier de sinople au chef d’argent à trois lances d’or brochant sur le tout, au deuxième d’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent.
Détails Le premier quartier évoque la bataille du Bois-le-Prêtre qui a eu lieu pendant la première guerre mondiale sur le territoire de Montauville. Les lances symbolisent l’arrêt de l’avancée ennemie grâce à la bravoure et au courage de l’armée française. Le second quartier indique que la commune est en terre lorraine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]