Thillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thillot
Thillot
L'église Saint-Abdon.
Blason de Thillot
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire de Fresnes en Woëvre
Maire
Mandat
Rémi Michel
2020-2026
Code postal 55210
Code commune 55507
Démographie
Gentilé Thillotins
Population
municipale
219 hab. (2019 en diminution de 8,37 % par rapport à 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 37″ nord, 5° 40′ 09″ est
Altitude Min. 226 m
Max. 402 m
Superficie 3,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Étain
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thillot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thillot
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Thillot
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Thillot
Liens
Site web thillot-sous-les-cotes.fr

Thillot est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Thillot est située au pied des Côtes de la Meuse, entre Hannonville-sous-les-Côtes et Saint-Maurice-sous-les-Côtes. La commune fait partie du parc naturel régional de Lorraine[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Thillot est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (46,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (46,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,8 %), cultures permanentes (27,1 %), prairies (13,6 %), zones urbanisées (7,6 %), terres arables (5,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 mars 2014 Michel Secret    
mars 2014 novembre 2016 Michèle Humbert   Démission[9]
2016 juillet 2020 Colette Reyter    
3 juillet 2020 En cours Rémi Michel [10]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2019, la commune comptait 219 habitants[Note 2], en diminution de 8,37 % par rapport à 2013 (Meuse : −4,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
431382510541623630566553567
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
434500473477498488456443421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
414399343260235197203214217
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
201172171179150158219237239
2018 2019 - - - - - - -
227219-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Abdon, origine 1824, reconstruite en 1926.
  • Un lavoir.
  • La Vierge aux raisins (statue).
  • La côte de Thillot.
  • Tombeau de M. Champlon. Histoire : Tombeau élevé en 1864. Représentation de Dieu le Père semblable à celle du tombeau des familles Guillaume Lesire à Herbeuville (Meuse). Type : Inventaire général du patrimoine culturel Époque : 3e quart XIXe siècle
  • Monument aux Morts de la Guerre 1914, 18. Histoire : Monument aux morts élevé début 2e quart XXe siècle par Duilio Donzelli, sculpteur à Lacroix-sur-Meuse (55) Adresse : place de la Mairie. Type : Inventaire général du patrimoine culturel Époque : 2e quart XXe siècle Auteur(s) : Donzelli Duilio (sculpteur)
  • Tombeau des Familles Champlon et Mettavant. Histoire : Tombeau élevé dans le 4e quart du XIXe siècle par Parisse, sculpteur à Fresnes-en-Woëvre (55). Type : Inventaire général du patrimoine culturel. Époque : 4e quart XIXe siècle Auteur(s) : Parisse (maître de l'œuvre).
  • Église paroissiale Saint-Abdon. Histoire : église bénite en 1824, détruite pendant la guerre 1914-1918, reconstruite en 1926 sur les plans de G. Lemaire, architecte à Commercy (Meuse), par l'entrepreneur Mescle, de Saint-Mihiel (Meuse), et bénite en 1927. Baptême d'une cloche en 1920 et de trois autres, provenant des fonderies Farnier à Robécourt (Vosges) en 1928. Érection du chemin de croix en 1929. Adresse : rue Église. Type : Inventaire général du patrimoine culturel. Époque : 1er quart XIXe siècle ; 2e quart XXe siècle. Année de construction : 1824 ; 1927. Auteur(s) : Lemaire G. (maître de l'œuvre) Mescle (entrepreneur).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Thillot Blason
Coupé : au 1er, de gueules, à une couronne antique à 7 pointes et deux demies sur deux rangs d'or surmontant, un lion dormant d'argent ; au 2d, d'or à une quintefeuille d'azur percée en pentagone, chargée de 10 triangles isocèles d'argent mis en cercle, base vers le centre, et senestrée d'une grappe de raisin de pourpre feuillée et tigée de sinople[15].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Soutien de l'écu : deux rameaux de mirabellier, supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d'or tachetés de pourpre, passés en sautoir
Détails
  • La quintefeuille d'azur est une fleur de lin, elle rappelle que le lin était jadis une culture importante de Thillot ainsi qu'en témoigne le lieu-dit Lignière.
  • La couronne antique est celle de saint Abdon, patron de la paroisse locale, qui subit le martyre par l'épée, symbolisé par le champ de gueules.
  • Le lion endormi rappelle la légende liée à saint Adon et son frère Sennen, qui raconte que, alors livrés aux fauves, ces derniers les respectèrent.
  • La grappe de raisin rappelle l'importance de la vigne jadis sur le finage du village. Cette culture a remplacé celle du lin.
  • Les rameaux de mirabelliers évoquent bien entendu les vergers qui s'étendent sous les côtes.

    Création Robert A. Louis et Dominique Lacorde, non adoptée mais utilisée de fait depuis le , M. Rémi MICHEL étant maire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Michèle Humbert a démissionné : 11-Novembre sans maire à Thillot sous les Côtes », sur le site de L'Est républicain, (consulté le ).
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « 55507 Thillot (Meuse) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).