Escherange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Enscherange.
Escherange
Molvange
La mairie.
La mairie.
Blason de EscherangeMolvange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Canton Yutz
Intercommunalité Communauté de communes de Cattenom et environs
Maire
Mandat
Patrick Baily
2014-2020
Code postal 57330
Code commune 57199
Démographie
Population
municipale
590 hab. (2014)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 01″ nord, 6° 04′ 15″ est
Altitude Min. 313 m
Max. 428 m
Superficie 13,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Escherange
Molvange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Escherange
Molvange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escherange
Molvange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escherange
Molvange

Escherange est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est composée de deux villages: Escherange, le chef-lieu, et Molvange, petit village administrativement rattaché au premier.

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Escherange : Eskirinchingos (893), Eschiringas (IXe siècle), Enxeranges (1214), Encheringa (1396), Enseringa / Enschringa / Enscringen (1544), Einschringen (1572), Enschringen (1588), Escheringen (1588), Enschringe (1686), Enschrange / Enscrange (1694), Hesserange / Esserange (1725), Escherange (1793), Escheringen (1871-1918). Eschringen en allemand[1]. Eescheréngen et Escheréng en francique lorrain.
  • Molvange : Mœlfingen (1268), Molfingen (1473), Molwingen (1606), Molfange (1668), Molvingen (1686), Molvange (1793), Molvingen (1871-1918). Molwingen en allemand[1]. Muelwéngen, Muelwéng et Molweng en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Découvertes d'artefacs préhistoriques s'étendant du Paléolithique supérieur à l'âge du bronze. Affleurements de chaille bajocienne.

Diverticule secondaire gallo-romain. Traces de centuriations. Sépultures gallo-romaines du IVe siècle. Vestiges gallo-romains sur plusieurs gisements.

Important site occupé de l'âge du bronze à la période mérovingienne. Source guérisseuse (maladie des yeux) bénie, selon la légende, par saint Willibrord (+739). Ancienne maison franche au lieu-dit Buchhof. Dépendait de l'ancien duché de Luxembourg. Possessions des seigneurs d'Ottange, de l'abbaye de Gorze et (puis) de Munster (Luxembourg) jusqu'à la Révolution. Molvange fut réuni à la seigneurie de Meilberg de 1432 à 1735. Escherange et Molvange ont été totalement détruits pendant la Guerre de Trente Ans (XVIIe siècle), puis en 1939-45.

Commune indépendante jusqu'en 1811, Molvange est aujourd'hui rattachée à la commune d’Escherange.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 24 octobre 2006 Roland Hilbert    
24 octobre 2006 mars 2008 Roland Hamen    
mars 2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Patrick Baily    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 590 habitants, en diminution de -1,67 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
306 328 309 531 614 557 574 601 506
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
455 454 466 487 482 479 471 476 439
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
459 674 464 344 349 469 406 406 363
1990 1999 2004 2009 2014 - - - -
377 432 540 600 590 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Diverticule gallo-romain.
  • Anciens moulins.
  • Carrières de pierre.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre
Chapelle Saint-Willibrord de Molvange
  • Église paroissiale Saint-Pierre Saint-Paul ; construite au deuxième quart XIXe siècle à la place de l'ancienne église paroissiale construite sur un promontoire de l'autre côté de la vallée ; incendiée en 1940 ; reconstruite en 1961 (date portée sur la pierre de fondation dans le mur à côté de l'entrée). Le Mur de lumière (vitrail, 1962) est l'œuvre du peintre Jean Weinbaum ;
  • Chapelle Saint-Willibrord à Molvange ; construite au XVe siècle ou XVIe siècle ; sacristie construite et nef reconstruite en 1761, date portée sur le linteau du portail de la façade occidentale ; toiture refaite et campanile construit en 1845.

Ligne Maginot[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Escherange est très riche en vestiges de la ligne Maginot avec pas moins de quatre casemates, deux abris d'intervalles et un gros ouvrage :

Article détaillé : Abri du Grand-Lot.
Article détaillé : Casemate du Grand-Lot.
Article détaillé : Casemate d'Escherange Ouest.
Article détaillé : Casemate d'Escherange Est.
Article détaillé : Casemate du Petersberg Ouest.
Article détaillé : Casemate du Petersberg Est.
Article détaillé : Abri du Petersberg.
Article détaillé : Ouvrage de Molvange.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Griette, Les industries lithiques attribuées à l'Aurignacien dans la vallée de l'Orne et dans sa région. - Présentation préliminaire - Programme P5, Région Lorraine, 2006, pp.37, 38, 41 (Prospections Romain Wagner / Escherange, Molvange, Volmerange).
  • Romain Wagner, Escherange à travers les siècles, Hent, revue culturelle du Luxembourg français, no 2, Éditions Hemechtsland a Sprooch, 1988. ISSN non indiqué / DL 1988
  • Romain Wagner, Paléolithique supérieur, les gisements d'Escherange-Molvange et Volmerange Bilan scientifique de la Région Lorraine 1992, Publication du Service Régional de l'Archéologie, 1993. (ISSN 1240-8573).
  • Norbert Hebbert & Alain Simmer & Romain Wagner, Tombes du Bas-Empire à caractère militaire de la Région de Thionville (Moselle), revue archéologique de l'Est, no 50, Éditions Université de Bourgogne-CNRS, 1999-2000. (ISBN 2-9510239-2-8) / ISSN 0035-0745
  • Romain Wagner, Mélanges d'archéologie et de toponymie à Escherange-Molvange-Volmerange, Édition de l'auteur, 2008, (ISBN 978-2-9527697-1-6).
  • Henry de Ladonchamps, Michel Jalabert, Jean Hartenstein : Les Familles d'Escherange et de Molvange, Édition Cercle de Généalogie YUTZ 3 Frontières, 2013, 317 p.
  • Romain Wagner, Escherange et Molvange, monographie d'histoire locale, p. 11-58, dans Henry de Ladonchamps et alii : Les Familles d'Escherange et de Molvange, Édition Cercle de Généalogie YUTZ 3 Frontières, 2013, 317 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .