Euvezin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Euvezin
Euvezin
La place avec le château, la mairie, et le monument aux morts.
Blason de Euvezin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Jacques Pérantoni
2014-2020
Code postal 54470
Code commune 54187
Démographie
Population
municipale
108 hab. (2016 en augmentation de 13,68 % par rapport à 2011)
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 29″ nord, 5° 50′ 20″ est
Altitude Min. 208 m
Max. 328 m
Superficie 11,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Euvezin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Euvezin

Euvezin est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village dans un vallon, sur le Rupt-de-Mad, à 45 km de Nancy, 31 de Toul, 5 de Thiaucourt.

Fig 1 - Euvezin (ban communal)

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 1132 hectares comportait en 2011,  50 % de zones agricoles et 50 % de forêts.

communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Euvezin
Pannes Bouillonville Thiaucourt-Regniéville
Essey-et-Maizerais Euvezin Limey-Remenauville
Essey-et-Maizerais Flirey Limey-Remenauville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Unvisin ou Uuvisin , 1288 - Euvisin, 1436 - Uvezin, 1594 sont les graphies recensées par le Dictionnaire topographique du département de la Meurthe.[1]

Concernant l'étymologie du nom de ce village, on peut chercher un début d'explication en comparant Euvezin avec les communes de Beuvezin (en patois lorrain prononcez Bûv'zet) et Pleuvezin (nom actuel que le patois lorrain rend par Piow'zet) dont les différentes orthographes ont été analysées par l'instituteur de Tramont-Saint-André, M Pernot, dans une note publiée par la société savante de Nancy[2].

Ecarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

HAYE (la), moulin d'Euvezin[3]

L'abbé Grosse signale dans son ouvrage de 1836 quelques lieux importants :

« Il y a près du village une cense appelée Robert-ménil , on voit aussi deux moulins à grains, un moulin à vent, qui est peut-être l'unique dans le pays , et deux brasseries. Le principal commerce consiste en vins. »[4]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a longtemps produit du vin (jusqu'au début du XXe siècle), commercialisé sous l'appellation vin de Thiaucourt. Certains disent même que des bouteilles de ce vin auraient été embarquées à bord du Titanic.[5]

D'après les sources, le village pourrait être de fondation assez récente car dépendait primitivement de la commune de Bouillonville[6].

Antiquité et préhistoire[modifier | modifier le code]

Outre la présence à proximité du ban communal de liaisons d'importance historique (Chemin Brabant, voie Brunehautetc.), Beaupré signale des traces d'occupations anciennes de l'âge des métaux et de l'occupation romaine dans son répertoire archéologique :

« Au lieudit Corée-Colas, débris de tuiles et de pierres de taille. A la Côte belle tache, tumulus contenant une forte épée de fer, un vase de terre et un squelette. Près de là, à 2 mètres de profondeur, découverte de pièces de monnaies romaines en bronze, os taillés, poteries. »[7]

Moyen-âge [modifier | modifier le code]

H Lepage parle de ce village dans son ouvrage :

« Un document de 1299 fait état d'une chapelle située au lieu-dit Robert-ménil , puis , en 1458 Jean Guiotin, habitant de Pont-à-Mousson, vend au seigneur d'Apremont, tout ce qui peut lui appartenir en la ville, ban et finage d'Euvezin, on trouve également des actes de dénombrement de la seigneurie ou de partie de la seigneurie d'Euvezin, donnés à Jacomin Simon (1435) ; Poince Baudoche (1457) ; Varry Roucel (1466) et Pierre Baudoche (1479), tous habitants de Metz… »[3]

Cette terre fut érigée en comté, le 17 mars 1736, par le duc François  III, en faveur de Charles-Gabriel comte de Rosières, d'une maison originaire de Touraine,  établie dans le Barrois trois siècles auparavant[6] . C'est à cette période que le château d'Euvezin, qui date peut être de 1611[8], est décrit dans les sources comme installé dans un méandre du Mad qui en facilitait la défense :

« la seigneurie d'Euvezin, consistant en un château et  chapelle castrale, cour, basse-cour, colombier, bergerie, moulin, pressoirs et fours banaux, etc., »[3]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

La revue de Guerre "Pages de guerre écrites au jour le jour" relate :

« La population d'Euvezin a été évacuée par ordre des Allemands le 24 juillet 1915 et dirigée sur Arnaville, Conflans et Bruville. Les évacués dirigés sur Bruville ayant demandé à rentrer en France libre, furent emmenés en Allemagne, au camp d'Holzminden, où ils restèrent neuf mois. »[9]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 André Defaux    
mars 2008 En cours
(au 16 avril 2014)
Jacques Perantoni    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2016, la commune comptait 108 habitants[Note 1], en augmentation de 13,68 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
366447446387400417404390407
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
384377354355346356337341314
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
307277166158146149136151139
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
133118107818410995108-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les historiens s'accordent à décrire une économie essentiellement agricole et viticole,  au XIX ème siècle, 

« Surf. territ.1200 ha : dont 487 hect. en terres lab., 17 en prés, 73 en vignes, 504 en bois, 17 en jardins, chènevières., pâtures et vergers. L'hectare semé en blé peut rapporter de 5 à 6 hectol., en orge de 6 à 7, en seigle de 3 à 4, mais on en sème en petite quantité, en avoine de 6 à 7, planté en vignes de 60 à 75. Chevaux, vaches, porcs ; ces derniers sont d'un grand rapport, à cause de la quantité qu'on en élève. Culture des terres avec assez de développement, des vignes avec toute la perfection désirable. Deux moulins à grains. »[4],[6]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Gorgon.
  • Le château d'Euvezin, qui date du XVe siècle, a été entièrement restauré au XVIIIe siècle. Il comporte des canonnières à la base des deux tours carrées du château primitif. En outre, il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [14].
  • Église Saint-Gorgon, tour romane remaniée, nef XVIIIe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine de Rozières, président des Grands Jours de Saint-Mihiel, mort en 1611[15].
  • Pillot, instituteur d'Euvezin (Meurthe-et-Moselle) en poste vers 1880[16], contributeur à la Revue Géographique de l'Est.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Euvezin Blason D'or à deux léopards contournés d'azur, lampassées de gueules, passant l'un au-dessus de l'autre; à la bordure engrelée de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Il s’agit des armes de la famille De Rosières. En effet, François III érigea la terre d’Euvezin en comté en faveur de Charles Gabriel De Rosières[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Dictionnaire topographique de la France. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe / réd. sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine par M.Henri Lepage,..., (lire en ligne)
  2. Société d'archéologie lorraine Auteur du texte et Comité du Musée lorrain (Nancy) Auteur du texte, « Journal de la Société d'archéologie et du Comité du Musée lorrain », sur Gallica, (consulté le 14 octobre 2019) : « « Notes sur les noms de Beuvezin et de Pleuvezain, et sur Frédéric de Pluvoise, évêque de Metz  »,P 140 »
  3. a b et c Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 1 / par Henri Lepage,..., (lire en ligne), p. 333
  4. a et b Grosse, E., abbé., Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe : contenant une introduction historique sur le pays avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages ..., Creusat, (OCLC 65309428, lire en ligne), p. 18
  5. Sur le lieu de naufrage du Titanic, on n’a à ce jour retrouvé aucune bouteille de vin de Thiaucourt. Mais la présence supposée de ce pinot noir lorrain à bord est entretenue de générations en générations dans la mémoire collective de cette petite commune du Rupt-de-Mad en Meurthe-et-Moselle (républicain lorrain Le 08/04/2012 à 05:00)
  6. a b et c Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative / publ... par Henri Lepage, (lire en ligne), p. 179
  7. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle : époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, (lire en ligne), p. 61
  8. « Château d'Euvezin à Euvezin - PA54000072 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le 7 novembre 2019)
  9. « Pages de guerre écrites au jour le jour », sur Gallica, (consulté le 7 novembre 2019)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Château d'Euvezin », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Henri Lepage et Alexandre de Bonneval, Les Offices des duchés de Lorraine et de Bar et la maison des ducs de Lorraine, par Henri Lepage, avec la collaboration de M. Alexandre de Bonneval, L. Wiener, (lire en ligne)
  16. Société de géographie de l'Est Auteur du texte, « Bulletin de la Société de géographie de l'Est », sur Gallica, (consulté le 8 novembre 2019)
  17. Louis Alexandre Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, (lire en ligne), p. 811