Gondrexange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gondrexange
Gondrexange
La gare de Gondrexange vers 1900.
Blason de Gondrexange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Intercommunalité Communauté de communes Sarrebourg Moselle Sud
Maire
Mandat
Alain Staub
2020-2026
Code postal 57815
Code commune 57253
Démographie
Gentilé Gondrexangeois, Gondrexangeoises
Population
municipale
501 hab. (2019 en augmentation de 4,38 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 06″ nord, 6° 55′ 42″ est
Altitude Min. 266 m
Max. 319 m
Superficie 22,88 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sarrebourg
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sarrebourg
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gondrexange
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gondrexange
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Gondrexange
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Gondrexange

Gondrexange [ɡɔ̃dʁɛksɑ̃ʒ] est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique de Lorraine et fait partie du pays de Sarrebourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Lorraine[1] et de la ZNIEFF du pays des étangs[2].

Au niveau ferroviaire, elle est traversée par la ligne Paris - Strasbourg, cependant la gare de Gondrexange est aujourd'hui fermée à tout trafic.

Ecarts et lieux-dits : Ketzing

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le canal de la Marne au Rhin, le canal des houillères de la Sarre, le ruisseau de Gondrexange, le ruisseau le Neuf Etang, le ruisseau de l'Étang de Ketzing et le ruisseau du Pont de Six Francs[Carte 1].

Le canal de la Marne au Rhin, d'une longueur totale de 314 km, et 178 écluses à l'origine, relie la MarneVitry-le-François) au RhinStrasbourg). Par le canal latéral de la Marne, il est connecté au réseau navigable de la Seine vers l'Île-de-France et la Normandie[3].

Le Canal des houillères de la Sarre, d'une longueur totale de 65,1 km, prend sa source dans la commune de Grosbliederstroff et se jette dans la Sarre à Sarreguemines, après avoir traversé 24 communes[4].

Le ruisseau de Gondrexange, d'une longueur totale de 19,3 km, prend sa source dans la commune de Réchicourt-le-Château et se jette dans la Sarre à Imling, après avoir traversé sept communes[5].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Gondrexange.

La qualité des eaux des principaux cours d’eau de la commune, notamment du canal de la Marne au Rhin, du canal des Houilleres de la Sarre et du ruisseau de Gondrexange, peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gondrexange est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarrebourg, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 87 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (42 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (42,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (38 %), prairies (29 %), eaux continentales[Note 3] (17,6 %), terres arables (11,6 %), zones urbanisées (2,3 %), zones agricoles hétérogènes (1,4 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ancien noms[13]: 1240 : Gundersingen, 1246: Guntersingen[14], 1401-1402: Gunnedrakin, Gunnedrekin et Gunedrekin, 1460: Gondresenges, Gunderchingen et Gundeschingen, 1461: Gondressanges, 1519: Gondrechingen, 1751: Gunderichingen seu Gondrechanges, 1793: Gondrexauge, 1801: Gondrexange, 1915–1918 et 1940–1944: Gunderchingen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien territoire épiscopal avec Sarrebourg dans le comté de Réchicourt.

Établissement de l'étang en 1373 (698 ha).

Village reconstruit après la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 juin 1995 Maurice Houillon    
juin 1995 mars 2008 Irma Grandclaude DVD  
mars 2008 mai 2020 André Demange    
mai 2020 En cours Alain Staub    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2019, la commune comptait 501 habitants[Note 4], en augmentation de 4,38 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8207088178799441 0181 0621 0451 040
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
1 0011 0101 023955921805817907805
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
756712625596647580436459480
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
508526469435459472475480500
2019 - - - - - - - -
501--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Ketzing avant 1940 a encore sa tour (Photo Eugène Rosart).
Église Saint-Luc.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains ; sépultures mérovingiennes ;
  • L'école primaire ;
  • L'ancienne gare ;
  • Le cimetière.
  • Château de Ketzing

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Luc XVIIIe siècle, reconstruite après 1950.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Pierre Michel (1738 - après 1803?), général des armées de la République, né dans la commune ;
  • François, vicomte de Curel, romancier et auteur dramatique, né à Metz le et mort à Paris le ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Gondrexange » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine (région Lorraine), (lire en ligne)
  2. Comité Z.N.I.E.F.F. Lorraine, « ZNIEFF 410010373 - Pays des étangs » [PDF], sur inpn.mnhn.fr.
  3. Sandre, « le canal de la Marne au Rhin »
  4. Sandre, « le canal des houillères de la Sarre »
  5. Sandre, « le ruisseau de Gondrexange »
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sarrebourg », sur insee.fr (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage
  14. Vom Weiterleben der vorgermanischen Toponymie - Fritz Langenbeck, 1967.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.