Vaux (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vaux
Vaux (Moselle)
Vue de Vaux.
Blason de Vaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Intercommunalité Metz Métropole
Maire
Mandat
Jean Combelles
2020-2026
Code postal 57130
Code commune 57701
Démographie
Gentilé Valois[1]
Population
municipale
810 hab. (2019 en diminution de 4,03 % par rapport à 2013)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 39″ nord, 6° 04′ 51″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 353 m
Superficie 6,63 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Metz
(banlieue)
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Coteaux de Moselle
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Vaux
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Vaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux
Liens
Site web http://mairievaux.free.fr/

Vaux est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Vaux est une commune située sur les versants des coteaux de la Moselle qui constituent la limite ouest du bassin parisien. Ce relief en cuesta a favorisé la culture de la vigne jusqu'à sa quasi-disparition à la fin du XIXe siècle. Le village est situé dans le pays messin. Il est caractéristique des villages de Moselle dite romane.

La commune fait par ailleurs partie du Parc naturel régional de Lorraine[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vaux est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Metz, une agglomération intra-départementale regroupant 42 communes[6] et 285 918 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (78,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (78,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (66,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,8 %), eaux continentales[Note 3] (10,3 %), zones urbanisées (9,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,9 %), terres arables (0,3 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Vallis (875) ; Vals (XIIIe siècle) ; Vault (1300) ; Val (XIVe siècle) ; Valz (1318) ; Vaut (1321) ; Walz (1358) ; Vaulz (1375) ; Vaul (1489) ; Valt (1493) ; Vaul (1594) ; Wals (1915-1918 et 1940-1944).

Vaux se nommait Vallis à l'époque gallo-romaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, le village est une possession des abbayes messines de Saint-Symphorien et de Sainte-Glossinde.

Au moyen âge, pour renforcer sa sécurité, Vaux a édifié des portes d'enceinte aux entrées du village. L’ancienne enceinte possédait cinq portes dont la porte de la Noue et celle de Champé. Ces portes devaient interdire l'accès à tout intrus. Trois sont encore à ce jour debout, dont deux en bon état de conservation.

Porte du champé Vaux 57.jpg

C’est le lieu d’une célèbre bataille entre les mille-deux-cents Écorcheurs qui voulurent enlever la ville et échouèrent et les habitants de la ville de Metz en 1444. L’église Saint-Rémy est attaquée et dévastée en 1325, 1429, 1434, 1448 ; elle servait de forteresse et de refuge. Gothique, fortifiée, elle comporte une tour carrée du XIIIe siècle, le chœur et la nef remontent au XVe siècle, les bas-côtés ont été ajoutés en 1878. Les vitraux datent de 1959 et sont de Chapuis.

L’Infanterie-Werk Bois-la-Dame, rebaptisé ouvrage d’infanterie du Bois-la-Dame après 1919, est un ouvrage militaire situé sur la commune. Il devait faire partie de la deuxième ceinture de fortification des forts de Metz mais n'a jamais été armé. Il est actuellement laissé à l'abandon.

Une route permet l'accès à celui-ci et au fort Marival (Infanterie-Werk Marival)

Ces ouvrages militaires valurent à Vaux de recevoir en 1914 la visite de l'Empereur d'Allemagne Guillaume II, venu visiter et inspecter les travaux en cours puis inaugurer la route de Guerre (actuelle route du Bois la Dame).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1806 1809 Général Laprun    
1977 1997 Sabatino Calandrini    
1997 2020 Roland Simon    
2020 En cours Jean Combelles    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2019, la commune comptait 810 habitants[Note 4], en diminution de 4,03 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
378338382462485433573628589
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
563587599489433509510505369
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
452523430355473551594667763
1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019 - -
784853872877865818810--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16]. |recens-prem=200.)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Vaux.

Une maison forte du XVIe siècle abrite une chapelle. Le village compte de nombreuses maisons vigneronnes anciennes avec inscriptions et caves voûtées ; et une halle, dont la réfection prévue vise à lui rendre sa fonction. Antique village viticole, on y produit du vin de Moselle (aujourd’hui, AOC).Le vignoble vallois est aussi le miroir de l’histoire parfois tragique de la région. Les caves du château, remontant au XIIIe siècle, produisent un crémant qui, lors de la période allemande de 1870-1918, est célèbre sous la marque Schloss Vaux et est distribué dans toute l’Allemagne. En décembre 1918, les propriétaires, comme beaucoup d’Allemands alors, sont expulsés d’Alsace-Lorraine. Ils recréent un vignoble dans la partie allemande des côtes de Moselle, exploitant la même marque[17]. Il existe donc deux vignobles du château de Vaux, l’un en Allemagne et l’autre en France[18]. Le château et le vignoble de Vaux sont progressivement restaurés, à partir de 1981, par un Messin, Jean-Marie Diligent. Repris en 1999 par un couple d'œnologues, le domaine est en pleine restructuration : des vins AOVDQS Moselle sont produits sur onze hectares de coteaux surplombant la Moselle.

L'église Saint-Rémy date quant à elle du XIVe siècle.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le vignoble est en appellation d'origine Moselle AOC.

Le château de Vaux (encore commercialisé en Allemagne sous la marque Schloss Vaux[19]) fournissait, aux cours princières de la Belle Époque et aux grandes tables comme Kempinski, un mousseux digne des meilleurs champagnes[20].

En 1999 la culture de la vigne est relancée. Une plantation de trois hectares de vigne voit le jour. Actuellement les vignobles Molozay exploitent cette vigne sous l'appellation Moselle en culture Biologique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Général Pierre Laprun : né à Bannes (Champagne) le . Il participa à la guerre d'indépendance Américaine et à la bataille de Yorktown (1781). Devenu général de division pendant les guerres de la Révolution, il commande les places de Metz et Landau. Il prend sa retraite à Vaux dont il devint maire ( au ) et meurt en 1822.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vaux Blason
D'azur à l'aigle d'or à la bordure du même; au chef de gueules chargé de trois besants d'or, le premier chargé d'une croix pattée.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Farges F. : le général Laprun et sa descendance, éditions Micoline, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

https://mairievaux.pagesperso-orange.fr/

Sur les autres projets Wikimedia :

Vignoble Molozay

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/ars/vaux.html
  2. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine, (lire en ligne)
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Metz », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. (de) « Site du Schloss Vaux ».
  18. « Site du château de Vaux ».
  19. « Schloss Vaux ».
  20. « « Il était une fois, la belle histoire du vignoble de Metz » », dans Le Républicain lorrain, 26 juillet 2016