Aller au contenu

Plesnois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plesnois
Plesnois
Blason de Plesnois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Intercommunalité Communauté de communes Rives de Moselle
Maire
Mandat
Marcel Jacques
2020-2026
Code postal 57140
Code commune 57546
Démographie
Gentilé Plesnoissiens
Population
municipale
792 hab. (2021 en diminution de 1,61 % par rapport à 2015)
Densité 255 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 23″ nord, 6° 06′ 24″ est
Altitude Min. 188 m
Max. 376 m
Superficie 3,11 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rombas
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Plesnois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Plesnois
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
Plesnois
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Plesnois
Liens
Site web http://www.plesnois.com
Rue Jeanne d'Arc.
Rue Jeanne d'Arc.
Rue de la Fontaine
Rue de la Fontaine.

Plesnois [plɛnwa] est une commune française située dans le département de la Moselle, près de Woippy et de Maizières-lès-Metz.

Ses habitants sont appelés les Plesnoissiens ou les Plesnoissiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plesnois est situé dans la vallée de la Moselle, au pied des côtes de même nom, à quelques kilomètres au nord de Metz.

Quelques dizaines de kilomètres séparent le village du Luxembourg, de la Belgique et de l'Allemagne.

Accès[modifier | modifier le code]

On se rend facilement dans le village en venant de Metz et Woippy par le sud ou en venant de l'est par une route communale qui donne accès à l'échangeur de Semécourt sur l'autoroute A4.

Le village est organisé de part et d'autre de la rue Jeanne-d'Arc, l'artère principale de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Plesnois
Norroy-le-Veneur
Plesnois Woippy
Saulny

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Wosnongue.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le ruisseau de Plesnois[Carte 1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Plesnois.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 804 mm, avec 13 jours de précipitations en janvier et 9,3 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Malancourt », sur la commune d'Amnéville à 10 km à vol d'oiseau[3], est de 10,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 884,1 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,3 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17,9 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Plesnois est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[9]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (55,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (34,4 %), terres arables (32,6 %), cultures permanentes (22,4 %), zones urbanisées (10,6 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

On aurait pu croire que le nom de Plesnois provenait des nombreux et immenses noyers qui se trouvaient sur le ban communal, mais pas du tout. Le nom Plenoy apparaît pour la première fois en 1685 et en 1689[13]. En 1756, nous trouvons Plenoy ou Pleneouf (Bo), puis Plenois ou Pléneuf en 1759[14] et enfin Plesnois en 1808[15] et en 1869. En 1917, le nom est changé en Plenau, pendant la période de l'occupation allemande. La signification viendrait de platanetum, du latin platanus[16], ou du patois roman plene, plenne[17], avec l'adjonction du suffixe collectif etum, signifiant une platanaie. Plesnois signifie donc un endroit planté de platanes.

En lorrain : Pianeu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dépendait de l'ancienne province du Barrois, dans la prévôté puis le bailliage de Briey. Au XVIIIe siècle, Plesnois dépendait de la commune de Norroy-le-Veneur. C'est dans les années 1840 que Plesnois devint autonome, créa sa propre commune, élit son conseil municipal et son maire. À cette époque, le village comptait 180 habitants. Petit village blotti dans l'ombre de ses forêts, paisible et tranquille, il était presque inconnu dans la région.

Le principal revenu des habitants provenait du travail de la terre. La principale culture était la vigne. S'ajoutaient les cultures maraîchères et les arbres fruitiers (mirabelles, cerises, pommes, poires et surtout les noix).

Il n'y a pas d'église sur le ban communal. La commune est propriétaire des 5/11e de l'église de Norroy-le-Veneur et participe donc à son entretien et aux travaux dans ces proportions.

Au XIXe siècle la commune avait pour annexes : le Point-du-Jour, Tourne-Bride, Villers-lez-Plesnois, Wasnanque (ou Wassenanque) et la tuilerie de Villers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
1880 1900 Émile Leroy    
1900 1914 Bassompierre    
1914 1930 Claude Jules    
1930 1945 Émile Gircourt   Agriculteur
1945 1970 Charles Gircourt   Agriculteur
1970 1989 Raymond Guedra   Boulanger
1989 1998 Paul Manuelli   Ingénieur
1998 En cours Marcel Jacques   Technicien agricole

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2021, la commune comptait 792 habitants[Note 3], en diminution de 1,61 % par rapport à 2015 (Moselle : +0,52 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1861 1866 1871 1875 1880 1885
311325352346332299309319310
1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936
292259318429293287286268271
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
206238279331515572627707741
2006 2010 2015 2020 2021 - - - -
760775805803792----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22]. |recens-prem=2005 |nom.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Calvaire de la Rue-Haute situé en haut de la rue du Centre accompagné de son écriteau.
Ancienne entrée de la mairie
Ancienne entrée de la mairie située rue Jeanne d'Arc.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maisons anciennes en tout ou en parties : millésimes 1580, 1700.
  • La tuilerie de Villers : ferme.
  • Calvaire de la Rue-Haute.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Plesnois n'a pas d'église. La messe a lieu à Norroy-le-Veneur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Plesnois

D'azur à deux bars adossés d'or, accompagnés de quatre roses d'or, feuillées de sinople.

Les deux bars sont repris des armoiries du duché de Bar, auquel appartenait Plesnois, dans le prévôté de Briey, jusqu'à l'annexion du duché par la France en 1766.

Les roses sont celles de l'abbaye de Saint-Pierremont, qui possédait la seigneurie[23].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Plesnois » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Plesnois et Amnéville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Malancourt », sur la commune d'Amnéville - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Malancourt », sur la commune d'Amnéville - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Plesnois ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. Bo p 202, Dorvaux p 494 et RL p 841
  14. Durival tome III p 333
  15. Dorvaux p 708
  16. Cange t V col 551, Plaisance p 187
  17. Léon Zéliqzon, Dictionnaire des patois romans de la Moselle, Serpenoise, 1924 (ISBN 287692532X), p. 521
  18. Mairie de Plesnois - Origine
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. Mairie de Plesnois - Armoiries