Le Val-de-Guéblange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Val-de-Guéblange
Le Val-de-Guéblange
L'église Saint-Pierre du Val-de-Guéblange.
Blason de Le Val-de-Guéblange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Sonia Bur
2020-2026
Code postal 57430
Code commune 57267
Démographie
Gentilé Valguéblangeois
Population
municipale
850 hab. (2019 en diminution de 1,28 % par rapport à 2013)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 49″ nord, 6° 57′ 41″ est
Altitude Min. 211 m
Max. 261 m
Superficie 19,08 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sarreguemines (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sarralbe
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Le Val-de-Guéblange
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Le Val-de-Guéblange
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Val-de-Guéblange
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Val-de-Guéblange

Le Val-de-Guéblange est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve en Moselle-est. Elle est composée de cinq villages: Le Val-de-Guéblange (qui n'est autre que le chef-lieu), Audviller, Schweix, Steinbach et Wentzviller.

Communes limitrophes de Le Val-de-Guéblange
Hilsprich Holving
Kappelkinger Le Val-de-Guéblange Sarralbe
Hazembourg Kirviller

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Val-de-Guéblange est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarreguemines (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 48 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,5 %), forêts (26,4 %), terres arables (15,2 %), zones agricoles hétérogènes (5,6 %), zones urbanisées (4,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Guéblange : Villa Geboaldo (712-713)[8]; Gebeltingen (IXe siècle)[8]; Gueboldanges, Guebledanges (1354); Guebeldanges (1393); Gébeldange (1393); Gebledange (1415); Gebeldingen (1466); Gembelinga, Genbelinga, Geunbelinga, Gebeldinga, Gedeldinga (1544); Guebelange (1582); Guebling (1598); Gebling (1625); Guelbing (1664); Gueblange près Albestroff (1756)[9]; Guéblange-lès-Sarralbe[10] ; Geblingen bei Saaralben (1940-44); Le Val-de-Guéblange (1948)[10].
  • Audviller : Ottwiller (1522), Ottewiller (carte de Cassini), Audviler (1793), Audviller (1801), Anweiler et Andweiller (an X), Auvillers (an XI), Audweiller et Audwille (1825)[9]. Oodwiller en francique lorrain.
  • Schweix : Schwects (1598), Shemtize (1625), Schwei (1634), Scheveitz (1681), Schweix (1682), Schwecks (XVIIIe siècle), Schwert (1700), Zuwaige (1718), Schueix (1756)[9], Schveix (1801)[10]. Schwääcks en francique lorrain.
  • Steinbach : Steimbach (1682)[9]. Stäänboch en francique lorrain.
  • Wentzviller : Wentzweiller (1682), Wentveiller (1756)[9], Veustviler (1793), Vintzveiller (1801)[10]. Winzwiller en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Possession de l'abbaye de Wissembourg, acquise par la principauté épiscopale de Metz en 1393.
  • Ville fortifiée.
  • En 1395, la seigneurie du Val-de-Guéblange fut partagée entre les comtes de Salm, Rodolphe de Marimont et le duc de Lorraine.
  • Village ravagé par la guerre de Trente Ans. Annexé à la France en 1648.
  • Le Val de Guéblange (Geblingerdahl) est une ancienne communauté et paroisse qui existait en 1661 et comprenait Audwiller, Guéblange, Schweix, Steinbach et Wentzwiller. En 1801, les cinq villages du Val de Guéblange étaient érigés en communes séparées. Ils ont été ensuite successivement réunis par la demande des habitants[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Germain Clément    
mars 1995 mars 2014 Aloyse Reb    
mars 2014 En cours Sonia Bur    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2019, la commune comptait 850 habitants[Note 3], en diminution de 1,28 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
1131161301 0541 2251 1951 1041 0491 101
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 1171 1531 1251 1011 0891 1351 0761 011912
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
893898883847912977977916882
1990 1999 2006 2011 2016 2019 - - -
888904868868860850---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Forêt de Puttelange compte 252 hectares sur la commune.
  • Passage d'une voie romaine.
  • Autrefois un château dominait le Val (l'actuelle église du val a été bâtie sur son emplacement). Les châtelains, pour remplir les douves, avaient eu la mauvaise idée de détourner l'Albe. Du coup de nombreuses grenouilles s'installèrent autour du château et les empêchèrent de dormir. Pour ne plus être dérangés dans leur sommeil par toutes ces grenouilles, les gens du château les firent exterminer... Les habitants du village durent se lever la nuit et, à coup de pelles, tuèrent toutes les grenouilles. Depuis les grenouilles figurent dans l'emblème du val de Guéblange.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre du XVIe siècle, remaniée en 1671, agrandie en 1747 : clocher roman du XIIe siècle ; autels en stuc (1767), orgue (1866).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duSarreguemines (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Wolfgang Haubrichs, Hans Ramge - Zwischen den Sprachen: Siedlungs und Flurnamen in germanisch-romanischen Grenzgebieten (1983)
  9. a b c d e f g et h Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  10. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Geoplatt
  12. Max Besler - Die ortsnamen des lothringischen kreises Forbach (1888)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.