Boucheporn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boucheporn (homonymie).
Boucheporn
Le chevet de l'église Saint-Rémi.
Le chevet de l'église Saint-Rémi.
Blason de Boucheporn
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du District de Faulquemont
Maire
Mandat
Micheline Fickinger
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57095
Démographie
Gentilé Bouchepornois
Population
municipale
574 hab. (2014)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 30″ nord, 6° 36′ 35″ est
Altitude Min. 232 m
Max. 414 m
Superficie 6,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Boucheporn

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Boucheporn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boucheporn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boucheporn

Boucheporn est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Façades de l'église et de l'ossuaire.

Le petit village de Boucheporn se situe à huit kilomètres de Saint-Avold et à neuf kilomètres de Boulay-Moselle, tandis qu'il est distant de trente-et-un kilomètres de la ville de Metz. Village-rue caractéristique de l'habitat lorrain, il s'étale sur le rebord du plateau lorrain, au bord de la cuvette boisée du Warndt. Le petit cours d'eau de la Bisten prend sa source sur le ban de la commune, avant de se diriger vers Bisten-en-Lorraine, situé dans une profonde vallée. La rivière file ensuite à travers les villages de Varsberg et de Ham-sous-Varsberg, où elle reçoit les eaux du ruisseau de Guerting. La Bisten prend alors la direction de Creutzwald et de l'Allemagne, où elle confluera avec la Sarre à Wadgassen.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Dérive de l’ancien allemand « busch-brunen »[1].
  • Busbrunno (760-62), Buxbrunno (766), Bosburno (1121), Bousporno (1221), Bousperon (1272), Besperon (1361), Boupperon (1391), Boucheborn (1478), Banschborn (1594), Bousporn (1662), Boucheporne (1681), Bouchborn (1683), Bouschberen (1762), Boucheport (1793), Bouchporn (Bulletin des lois de 1863), Buschborn (1871-1918 et 1940-44).
  • En francique lorrain : Boschborn.
  • Durant le XIXe siècle, Boucheporn était également connu au niveau postal sous l'alias de Boschporn[2].

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Surnoms sur les habitants : Die hämbische Kepp (Hainbuchen-Köpfe) = les fortes têtes[1]. Die Schwinn (Schweine) = les cochons, les avares[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est occupé depuis l'Antiquité, comme en témoignent les nombreux vestiges gallo-romains découverts sur le ban de la commune. Une voie romaine passe en effet à proximité du village, près de laquelle on peut voir les traces d'une villa rustica. Il s'agit d'un centre important de production de céramique sigillée durant la période romaine. Des déchets d'atelier et de poterie retrouvés le confirment. La localité dépend au Moyen Âge de l'ancienne province de Lorraine.

Les terres de Boucheporn appartinrent, pour la plus grande partie, aux seigneurs de Créhange du XIVe siècle jusqu'en 1688, quand elles furent cédées à Abraham Mangin puis à la famille George, de Metz. À la suite du mariage de Nicole George, fille de Jean George, trésorier de France, avec Claude-François Bertrand, conseiller au parlement de Metz (1708), la moitié des terres de Boucheporn devinrent possession des Bertrand de Boucheporn, l'autre moitié appartenant à un frère de Nicole George, Jean Gabriel George de Lesseville[3].

Les armes de la famille Bertrand de Boucheporn sont rappelées dans le blason du village de Boucheporn, qui reprend également, au premier quartier, les armes de l'abbaye de Longeville-lès-Saint-Avold, dont le village dépendait au Moyen Âge[4].

Cultes[modifier | modifier le code]

Du point de vue spirituel, le village est au Moyen Âge à la tête d'une vaste paroisse, avec pour succursales les villages voisins de Bisten-en-Lorraine, Zimming et Obervisse. L'état civil ne débute alors qu'en 1792 dans la paroisse-mère. L'église paroissiale, dédiée à saint Rémi, est édifiée en 1770.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Jean-Marie Sutrell    
mars 2008 en cours Micheline Fickinger    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 574 habitants, en augmentation de 4,17 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
307 280 333 292 370 422 476 452 470
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
447 462 420 386 393 392 385 402 407
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
381 381 384 360 344 431 442 453 524
1990 1999 2005 2010 2014 - - - -
627 554 574 544 574 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • Le monument aux morts, rappelant les victimes des deux guerres mondiales.
  • Passage de la voie romaine.
  • Traces de villa romaine.
  • Déchets d'atelier et poterie gallo-romaine.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

La façade de l'ossuaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Passé-Présent-La Moselle dévoilée N° 8 Décembre-Janvier-Février 2013
  2. Administration générale des postes, Dictionnaire des postes aux lettres, contenant les noms des villes, communes et principaux lieux habités de la France, Paris, Imprimerie Royale, 1845.
  3. Joseph Colbus - Boucheporn, 2000 ans d'histoire - Collection historique « Monographies de la Lorraine Mosellane » - Fasc. 71 - pages 29 et suiv. - 1987
  4. Héraldique du village de Boucheporn - Union des cercles généalogiques lorrains [1]
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .