Henridorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henridorff
Image illustrative de l'article Henridorff
Blason de Henridorff
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Phalsbourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Phalsbourg
Maire
Mandat
Bernard Kalch
2014-2020
Code postal 57820
Code commune 57315
Démographie
Gentilé Henridorfféens
Population
municipale
678 hab. (2014)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 03″ nord, 7° 12′ 40″ est
Altitude Min. 215 m – Max. 367 m
Superficie 7,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Henridorff

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Henridorff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Henridorff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Henridorff

Henridorff est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

La commune fait partie depuis le 1er Janvier 2016 de la région administrative Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se trouve à 3 km au sud de la Nationale 4, au nord de la vallée de la Zorn (et son affluent le Teigelbach) où se trouve l'annexe Hofmuhl (altitude 225 m). Le col de Henridorff, la " Steig ", avec une pente de 6 % relie la vallée au village, situé 120 m plus haut sur le plateau lorrain aux formes douces. C'est un village-clairière ceinturé de belles forêts de feuillus (principalement des futaies de hêtres) et de conifères où il fait bon se promener sur les sentiers du Club Vosgien, avec des vues magnifiques sur la vallée, sur la piscine et sur le Plan Incliné. Le soubassement géologique est formé de grès vosgien ou grès rouge. Aussi le ban de la commune est-il parsemé de nombreuses carrières d'où on extrayait la pierre de grès nécessaire, d'abord à la construction des ouvrages du canal et du chemin de fer, puis pour faire du commerce par voie fluviale et naturellement pour la construction des diverses églises et maisons. Ces carrières, au nombre d'une dizaine, sont aujourd'hui toutes abandonnées. Le soubassement est recouvert par le conglomérat ou poudingue de Sainte-Odile contenant des galets blancs pris dans une matrice gréseuse ; celui-ci forme l'armature des " felsen " de la barre rocheuse surplombant le chemin de fer et le canal. Au-dessus se trouvent le Grès à Voltzia et le Grès coquillier, qui ne constituent pas une terre arable d'une grande fertilité.(source Auguste Kolopp).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du prénom Henri + dorf (village en allemand).
  • Henry-Dorff en 1614, Henrydorff en 1793, Heinrichsdorf en 1871-1918.
  • partage une étymologie similaire avec la commune de Henriville.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

  • Die Gugucke (les coucous)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le duc Henri II de Lorraine fit défricher en 1614 le bois de Schwangen pour y construire le village de Henridorff destiné aux catholiques expulsés du territoire du prince palatin.
  • Franchises élargies par le prince de Guise-Phalsbourg en 1622.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 1995 Auguste Kolopp    
mars 1995 mars 2008 René Heitzmann    
mars 2008 août 2014[2] Jean-Jacques Kaiser   Décédé en fonction
octobre 2014[3] en cours Bernard Kalch   Agent SNCF

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 678 habitants, en augmentation de 3,67 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378 445 520 569 632 677 680 748 713
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
720 746 713 722 711 687 679 734 736
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
730 733 646 653 692 659 671 593 654
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
627 590 537 493 531 631 661 678 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Traces d'établissements agricoles gallo-romains.
  • Village typique avec de larges usoirs gazonnés
  • Orgue Verschneider-Blési, classé parmi les monuments historiques, restauré entre 2002 et 2007. Il possède trois claviers et un pédalier.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Croix 1883.
  • Henridorff possède une dizaine de beaux calvaires, qui ponctuent les abords du villages. Certains datent du XVIIIe siècle.

Patrimoine végétal[modifier | modifier le code]

On peut observer plusieurs beaux arbres sur les usoirs de la Grand'rue (marronniers, noyers, tilleuls). La plupart sont très beaux et doivent être protégés. Un superbe spécimen de châtaignier pousse à proximité de l'école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Julien Freund (1921-1993), sociologue et philosophe français. Il fut professeur de philosophie au lycée Mangin de Sarrebourg et occupa la chaire de sociologie de l'Université de Strasbourg. Il fut aussi professeur à l'Université de Louvain et de Montréal. Couronné par le Prix Emile Girardeau de l'Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, il est notamment l'auteur de L'Essence du politique, Sociologie du conflit, Philosophie philosophique, La Décadence. Traducteur de Max Weber, qu'il fit connaitre en France, il laisse une œuvre immense, traduite en de nombreuses langues.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. paysdephalsbourg.fr - Henridorff
  2. « Décès du maire Jean-Jacques Kaiser », Dernières Nouvelles d'Alsace, édition de Saverne,‎ (lire en ligne).
  3. « Conseil municipal octobre 2014 », Vie municipale, sur http://www.henridorff.com (consulté le 24 mai 2016).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .