Willerwald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Willerwald
Willerwald
Église Saint-Nicolas
Blason de Willerwald
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Henri Haxaire
2020-2026
Code postal 57430
Code commune 57746
Démographie
Gentilé Willerwaldois
Population
municipale
1 548 hab. (2019 en augmentation de 2,86 % par rapport à 2013)
Densité 245 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 40″ nord, 7° 02′ 09″ est
Altitude Min. 206 m
Max. 265 m
Superficie 6,31 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sarreguemines (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sarreguemines
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Willerwald
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Willerwald
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Willerwald
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Willerwald

Willerwald (en français [vilœʁvald], en dialecte [vilɐvalt]) est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Willerwald est une commune d'environ 1 500 habitants située à 12 km au sud de Sarreguemines. L’autoroute A4 est à 1 km de Willerwald. Situé sur une hauteur entre Sarralbe et Hambach, le village s’est développé le long d’un axe nord-sud représenté aujourd’hui par la RN 61. Une douzaine de rues sont perpendiculaires à cet axe. Cette trame viaire tisse une morphologie urbaine originale mais très dispersée. En parallèle de la RN 61 mais contournant le village, la voie ferrée desservant l’Europôle de Hambach traverse la commune.

Malgré son nom, la commune ne possède pas de forêt. Trois ruisseaux traversent la commune : le Hoppbach, le Waldscheingraben et le Dorrenbach. La commune est aussi traversée par le canal des houillères de la Sarre et la Sarre.

Rue Principale de Willerwald

.

Communes limitrophes de Willerwald
Hambach
Sarralbe Willerwald Herbitzheim
Bas-Rhin
Sarralbe Sarralbe

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Willerwald est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarreguemines (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 48 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (40,6 %), zones agricoles hétérogènes (22,4 %), zones urbanisées (14,6 %), prairies (13,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,1 %), forêts (1,5 %), mines, décharges et chantiers (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1240 : Wilre ; 1751 : Villervaldt ; 1756 : Willerwart et Weillerwaldt ; 1793 : Willerwaldt ; 1801 : Villervald[8].
  • Willerwalt en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un premier village nommé Weiler/Alberweiller[9] ou Albweiler est connu dès le XIIIe siècle. Il fut détruit au XVIe siècle. Depuis 1601, un nouveau village commença à s’élever sur l’ancien ban défriché. En 1766, Willerwald passa avec le duché de Lorraine sous la souveraineté de la France ; et le prince de Sarrebruck céda à la France les biens qu’il possédait à Willer.

Une première église, dédiée à saint Nicolas, fut bâtie en 1777.
Une nouvelle église de style gothique, avec un clocher de 60 m, fut construite en 1910-1911, consacrée solennellement le . Endommagée par faits de guerre le , elle fut totalement démolie pendant l’occupation.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le village a été évacué le dans le département de la Charente (à Salles-d'Angles, puis à Châteaubernard et Saint-Félix). Le village fut bombardé le et occupé par les troupes allemandes le .
Également bombardé le , 47 maisons furent détruites complètement et les autres fortement endommagées. Il fut libéré par l’armée américaine le .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Willerwald Blason
D'argent à la fasce d'azur chargée d'une étoile d'or, accompagnée de trois têtes de civette de gueules, deux en chef et une en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    René Staub    
mars 1995 mars 2008 Alfred Manns    
mars 2008 mars 2020 Albert Masslo DVD Retraité
mars 2020 En cours Henri Haxaire    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2019, la commune comptait 1 548 habitants[Note 3], en augmentation de 2,86 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
431505677634796808659740787
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
789779766751810818837808777
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
7717998638058419359349881 132
1990 1999 2006 2011 2016 2019 - - -
1 1731 2251 4151 5211 5441 548---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[12]. |recens-prem=2006 |.)
Histogramme de l'évolution démographique

Associations[modifier | modifier le code]

  • Comité des Fêtes
  • Amicale de l’Harmonie Municipale
  • Entente Sportive de Willerwald – Club de Football
  • Club Pongiste
  • Club de l’Amitié (3e âge)
  • Chorale Sainte Cécile
  • Club de marche « Les Traîne-Savates »
  • Société des Arboriculteurs
  • Société des Aviculteurs
  • Société d’Entraide aux Mineurs
  • Les Amis des Roses
  • Cyclo-club « La Flamme Rouge »
  • Fitness club « Les Musclés »

☆ Douce Parenthèse Créative

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Première église dédiée à saint Nicolas bâtie en 1777.
  • Nouvelle église de style néo-gothique, construite en 1910-1911, détruite pendant la guerre, totalement démolie pendant l'occupation. Remplacée par l'église Saint-Nicolas (1955).

Économie[modifier | modifier le code]

  • Entreprise pétro-chimique INEOS.

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Terrains de football (terrain en herbe + terrain d’entraînement schiste)
  • Salle de ping-pong
  • Aire de jeux

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • École maternelle (2 classes) et primaire (4 classes)
  • Salle socio-culturelle
  • Foyer communal

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sarreguemines (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.