Siersthal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Siersthal
Frohmühl, Holbach, Légeret
Siersthal
L'ouvrage du Simserhof.
Blason de Siersthal Frohmühl, Holbach, Légeret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Daniel Zintz
2020-2026
Code postal 57410
Code commune 57651
Démographie
Gentilé Siersthalois
Population
municipale
639 hab. (2020 en diminution de 3,18 % par rapport à 2014)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 39″ nord, 7° 20′ 57″ est
Altitude Min. 258 m
Max. 403 m
Superficie 10,51 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bitche
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bitche
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Siersthal [siʁstal] est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est. Le village fait partie du pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Se succédant le long de la Schwalb, le village de Siersthal et ses écarts Frohmühl et Holbach sont situés en pays couvert, dans la zone où la forêt est largement trouée par les essartages.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le confluent de la Schwalbbach et du Schwangerbach a favorisé l'implantation du village, aujourd'hui niché au cœur des forêts qui ont envahi les versants. Comme dans le village voisin de Lambach, le paysage a connu au cours des quarante dernières années une profonde mutation, la culture et les prairies ayant laissé la place aux feuillus.

Commune membre du parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géologie : Carte géologique ; Coupes géologiques et techniques

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité 2 faible[1].

Accès[modifier | modifier le code]

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le Schwalbach, le ruisseau Schwangerbach, le ruisseau du Grossthal, le ruisseau du Kleinthal, le ruisseau Flegels et le ruisseau le Steschbach[Carte 1].

Le Schwalbach, d'une longueur totale de 23,4 km en France, prend sa source dans la commune de Lemberg traverse onze communes françaises puis, au-delà de Schweyen, poursuit son cours en Allemagne où elle se jette dans la Horn[2].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Siersthal.

La qualité des eaux des principaux cours d’eau de la commune, notamment du Schwalbach, peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Siersthal est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bitche, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (71 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (70,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (71 %), zones agricoles hétérogènes (20,4 %), zones urbanisées (4,8 %), prairies (3,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Sigersthal (1356), Sitelstat/Sigelstat/Sigestal/Seierstal (1544), Sigersstal (1594), Syersdhal (1681), Siristhall (XVIIIe siècle), Sirstal (1751), Sirysthal (1756), Sigestal et Sierstal (1762), Sirsthal (1763), Siersthal (1771).
  • En francique lorrain : Siirschel[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Siersthal est mentionné en 1356 sous la forme Sigersthal, du nom d'homme germanique Sigiher et du substantif Thal, de l'allemand Tal, la vallée. Au début du XVIe siècle, une verrerie est fondée à Holbach par le comte Jacques de Deux-Ponts-Bitche. Abandonnée en 1585, elle est relayée l'année suivante par la verrerie de Münzthal, berceau de la verrerie de Saint-Louis-lès-Bitche.

Du point de vue spirituel, Siersthal est paroisse de l'archiprêtré de Hornbach jusqu'en 1802 avec quatre succursales, puis est passé dans celui de Rohrbach-lès-Bitche. Du point de vue administratif, le village est commune de l'éphémère canton de Lemberg de 1790 à 1802 puis entre dans celui de Bitche.

C'est à Siersthal, tout près de l'église, que dans les années 1770, le Père Dominique Lacombe, ami du Père Jean-Marie Moÿe, fonde une école de formation pour les religieuses enseignantes de la Providence de Saint-Jean-de-Bassel[11]. À deux kilomètres de là, sur le Wasenberg dominant Holbach, la chapelle Notre-Dame-de-Fatima, constitue de nos jours un haut-lieu spirituel du Bitscherland, but d'un important pèlerinage marial.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995   Daniel Zintz UMP conseiller général

Budget et fiscalité 2021[modifier | modifier le code]

En 2021, le budget de la commune était constitué ainsi[12] :

  • total des produits de fonctionnement : 529 000 , soit 799  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 409 000 , soit 617  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 178 000 , soit 270  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 142 000 , soit 215  par habitant ;
  • endettement : 455 000 , soit 687  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 18,06 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 33,02 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 74,83 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2019 : médiane en 2019 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 840 [13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2020, la commune comptait 639 habitants[Note 3], en diminution de 3,18 % par rapport à 2014 (Moselle : +0,38 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
3684344797351 1011 0259901 0391 077
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 008911897848808803833857880
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
800770759606614578591592656
1990 1999 2005 2006 2010 2015 2020 - -
673694663659632671639--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17]. |recens-prem=2005 |n.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Culture de céréales, de légumineuses et de graines oléagineuses[18].
  • Culture et élevage associés.
  • Élevage d'autres bovins et de buffles.
  • Élevage d'autres animaux

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Hébergement à Siersthal, Petit-Réderching, Hottviller, Reyersvillers, Lemberg, Bitche.
  • Restauration à Bitche, Lambach.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services de proximité[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux :

Autres patrimoines :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Siersthal Blason
Coupé d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent, et de gueules au lion de saint Marc d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de la commune sur www.pop.culture.gouv.fr/

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Siersthal » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didacticiel de la réglementation parasismique
  2. Sandre, « le Schwalbach »
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bitche », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Geoplatt
  11. « École de soeurs de la Providence de Saint-Jean de Bassel », notice no IA00056356, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Les comptes de la commune
  13. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  18. Annuaire
  19. Commerces et services de proximité
  20. « Église paroissiale Saint-Marc », notice no IA00056355, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Chapelle de la-Trinité », notice no IA00056291, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Chapelle Notre-Dame-de-Fatima », notice no IA00056358, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Liste de répliques de la grotte de Lourdes
  24. Les grottes de Lourdes en Moselle-Est. Siersthal : La grotte devant l’église
  25. « Fontaine en face du n°1 rue de Bitche », notice no IA00056294, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Moulin à farine dit Rothmüuhl ou Moulin Rouge », notice no IA00056359, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Meule chemin du Moulin ; Moulin », notice no IM57002486, base Palissy, ministère français de la Culture.