Sainte-Barbe (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Barbe
Sainte-Barbe (Moselle)
Clocher de l'ancien prieuré, actuelle église paroissiale.
Blason de Sainte-Barbe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Intercommunalité Communauté de communes Haut Chemin-Pays de Pange
Maire
Mandat
Christian Perrin
2020-2026
Code postal 57640
Code commune 57607
Démographie
Gentilé Barbésiens et Barbésiennes
Population
municipale
761 hab. (2019 en augmentation de 4,53 % par rapport à 2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 34″ nord, 6° 18′ 09″ est
Altitude Min. 225 m
Max. 318 m
Superficie 13,84 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pays messin
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Barbe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Barbe
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Sainte-Barbe
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sainte-Barbe
Liens
Site web www.mairie-saintebarbe.fr

Sainte-Barbe est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est. Ses habitants sont les Barbésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Barbe est situé à l'est - nord-est de Metz sur le Plateau lorrain. Le village possède trois hameaux : Avancy au nord, Cheuby à l'est et Gras au sud.

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le ruisseau la Bevotte, le ruisseau de Quarante et le ruisseau de Libaville[Carte 1].

Le ruisseau la Bevotte, d'une longueur totale de 12,1 km, prend sa source dans la commune de Vry et se jette dans la Moselle à Argancy, après avoir traversé six communes[1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Sainte-Barbe.

La qualité des eaux des principaux cours d’eau de la commune, notamment du ruisseau la Bevotte, peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Barbe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (69,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (55,7 %), forêts (24,9 %), prairies (11,6 %), zones urbanisées (4,3 %), zones agricoles hétérogènes (1,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Sainte-Bairbe (1300), Sainte-Bairbe (1404), Sainte-Bairbe aux Chants (1516), Sainte Barbe (1793).
  • 1871-1915 : Sainte Barbe[9], 1915-1918 : Sankt Barbara, 1940-1944 : Sankt Barbara.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Les habitants de Sainte-Barbe avaient pour surnom patois lés cinguieus (= les « Par la chair (de) Dieu »)[10]. Cette explication qui n'est pas une traduction du patois n'est pas partagée par le site cartographie des blasons populaires de Lorraine qui y voit une sorte de double calembour. Cinguieu peut être compris dans l'ancienne langue locale comme sanglier qui est un sobriquet courant à proximité de massifs forestiers ce qui est le cas ici ; mais on peut aussi entendre cent-dieux. Il s'agirait alors d'un juron sans blasphème puisque le nom de Dieu n'est pas strictement prononcé. Cette pratique était courante jusqu'au début du XXe siècle.

Les habitants d'Avancy étaient surnommés les canards. Gras était affublé d'une sentence : N-y è i vlèje qu'at tojos grâ[11](c'est un village qui est toujours gras)

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2000 Arthur Conrad    
2000 En cours Christian Perrin    
Les données manquantes sont à compléter.

Sports[modifier | modifier le code]

Sainte-Barbe possède son propre club de football : l’AS Sainte-Barbe Sanry Méchy[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2019, la commune comptait 761 habitants[Note 3], en augmentation de 4,53 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
168149166602592658555596476
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
492485456437407402398375349
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
307296287274258268269302403
1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019 - -
525672717710711726761--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[16]. |recens-.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Laboratoires LEHNING

EPC FRANCE ( site classé Seveso haut)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Puits découvert devant l'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains : découverte de trois bas-reliefs.
  • Puits découvert devant l'église.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Barbe, construite en 1516, nef détruite en 1827, reconstruite. Le clocher fortifié appartenait à un ancien prieuré bénédictin (vanniste), partie occidentale et tour carrée XVIe siècle ; groupe de la Nativité XVIIe siècle saint Benoît et sainte Scholastique XVIIe siècle reliquaire de sainte Barbe XIXe siècle ;
  • Lors de la démolition de la nef, les vitraux datés de 1524 de Valentin Bousch sont transférés en 1842 et 1856 dans les chapelles respectivement nord et sud du déambulatoire de la cathédrale de Metz.

Avancy[modifier | modifier le code]

  • ferme ;
  • puits fleuri ;
  • fontaine à roue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Brondex né à Sainte-Barbe le et décédé le [11]. Il est l'auteur de Chan Heurlin ou les fiançailles de Fanchon. Menacé de prison, il quitte précipitamment la région et laisse son manuscrit inachevé. Cette œuvre est souvent considérée comme "le joyau de la littérature lorraine".
  • Auburtin de Sainte-Barbe, pseudonyme de Joseph Auburtin, capitaine quartier-maître né en 1773, qui fit paraître une Nouvelle théorie de l'univers en 1842 : ce poème scientifique réfutant Newton et Copernic valut à son auteur d'entrer dans la catégorie des fous littéraires (cf. André Blavier).
  • Philippe Amand Lapointe (1825-1896), maréchal des logis à la 4e légion de gendarmerie, médaille militaire (1869), chevalier de la Légion d’honneur (1873), né à Sainte-Barbe[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sainte-Barbe Blason
De gueules à la tour d’église d'or mouvant de la pointe accostée de deux cailloux d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Site officiel de la mairie de Sainte-Barbe

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Sainte-Barbe » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « le ruisseau la Bevotte »
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Sainte-Barbe », sur genealogie-metz-moselle.fr (consulté le ).
  10. PASSE-PRESENT, La Moselle dévoilée N°13, Mars-Avril-Mai 2015
  11. a et b « passé-présent, la Moselle dévoilée », sur passe-present.com, (consulté le ).
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Site officiel de l'AS Sainte-Barbe.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/pays-messin/personnages/lapointe-philippe-amand.pdf