Lixing-lès-Rouhling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lixing-lès-Rouhling
Lixing-lès-Rouhling
Église Saint-Maurice
Blason de Lixing-lès-Rouhling
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Christiane Mallick
2020-2026
Code postal 57520
Code commune 57408
Démographie
Gentilé Lixingeois
Population
municipale
907 hab. (2018 en diminution de 1,41 % par rapport à 2013)
Densité 215 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 16″ nord, 6° 59′ 43″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 343 m
Superficie 4,22 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Sarrebruck (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sarreguemines
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Lixing-lès-Rouhling
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Lixing-lès-Rouhling
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lixing-lès-Rouhling
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lixing-lès-Rouhling

Lixing-lès-Rouhling est une commune française de l'Aire urbaine de Sarrebruck-Forbach située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lixing-lès-Rouhling
Kerbach Alsting
Lixing-lès-Rouhling Grosbliederstroff
Nousseviller-Saint-Nabor Rouhling

Lixing-lès-Rouhling est située tout proche de la frontière franco-allemande, non loin de Sarrebruck (capitale du Land de Sarre). La commune est située au fond d'une vallée traversée par le Betting, petit ruisseau qui se jette bientôt dans la Sarre, qui matérialise la frontière, à Grosbliederstroff trois kilomètres à l'est.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lixing-lès-Rouhling est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarrebruck (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (29,3 %), terres arables (20 %), forêts (17,8 %), prairies (17,4 %), zones urbanisées (11 %), cultures permanentes (4,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Lideco ou Liuco suivi du suffixe -ingen[8], puis -ing.
  • Lüxinga ou Luxingen en 1315, Luchesingne en 1332, Lycksingen en 1343, Lüxingen en 1365, Luxingen en 1594, Lexing et Lixingen en 1783[9], Lixing en 1801[10].
  • En francique lorrain : Lixinge[11]. En allemand : Lüxingen[9], puis Lixingen en 1871-1918.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

Anciens sobriquets sur les habitants : Die Bachmatrose (les marins de ruisseau)[12], Die Wölf (les loups)[12], Die Kässfresser (les bouffeurs de fromage)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien fief des comtes de Sarrebruck, enclavé dans le duché de Lorraine, la seigneurie de Lixing n'a été rattachée à la France qu'en 1795[13].

En 1797, le village fut incorporé au département de la Sarre et au canton de Sarrebruck. Il fut réuni par décret impérial du , au département de la Moselle et au canton de Sarreguemines comme annexe de Rouhling. Puis érigé en commune par ordonnance royale du .

L'histoire de Lixing est marquée par les guerres successives entre l'Allemagne et la France, la commune devenant allemande avec le reste de la Moselle et l'Alsace en 1871, change de nom et s'appelle Lixingen. Elle redevient française en 1918, avant de redevenir allemande en 1940, contrairement au reste de la France, qui se divise entre zone libre et zone occupée, mais reste tout de même la France. Entre 1939 et 1940, la population du village est évacuée vers la Charente. De nombreux contacts existent encore entre les deux populations qui deviennent amies. Après 1940, de nombreux jeunes gens sont mobilisés par l'armée allemande (les malgré-nous) et iront mourir en Russie.

Le village est libéré en , neuf mois après le débarquement, par les soldats américains.

L'église, détruite, est alors reconstruite. Elle constitue le principal monument du village.

La commune prend le nom de Lixing-lès-Rouhling. À noter l'accent grave sur lès qui différencie ce mot de liaison de les : il est d'origine latine et signifie « à côté » ou « près ». Cela différencie le village (situé dans une vallée juste en contrebas de Rouhling) avec Lixing-lès-Saint-Avold.

Le village est aussi marqué par l'exploitation des mines de charbon du bassin houiller de Forbach, les Houillères du Bassin de Lorraine étant le premier employeur de la commune. Le dernier puits, celui de la Houve, a fermé le , laissant derrière lui de nombreux villageois en retraite anticipée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mai 2014 Michel Bour sans étiquette  
mai 2014 En cours Christiane Mallick sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 907 habitants[Note 3], en diminution de 1,41 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890
381360342359336338350354377
1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946
388404432433427427460488509
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010
551652675734717789830884930
2015 2018 - - - - - - -
932907-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains : monnaies, tessons.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maurice 1745, hors du village ; remplacée et déplacée au village en 1875 ; détruite en 1944.
  • Actuellement, église moderne : statues XVIIIe siècle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sarrebruck (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2.
  9. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Geoplatt
  12. a b et c entre Sarre & Blies, le journal de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences, n°22, avril 2010
  13. www.academie-stanislas.org/pdf04-05/Petiot.pdf
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.