Barst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barst
Marienthal
Château de Barst (Moselle).
Château de Barst (Moselle).
Blason de BarstMarienthal
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Canton Freyming-Merlebach
Intercommunalité Communauté de communes de Freyming-Merlebach
Maire
Mandat
Fernand Pawlak
2014-2020
Code postal 57450
Code commune 57052
Démographie
Population
municipale
566 hab. (2012)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 06″ N 6° 50′ 02″ E / 49.0683, 6.833949° 04′ 06″ Nord 6° 50′ 02″ Est / 49.0683, 6.8339
Altitude Min. 249 m – Max. 295 m
Superficie 5,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Barst
Marienthal

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Barst
Marienthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barst
Marienthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barst
Marienthal

Barst est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Barst
Macheren Seingbouse Henriville
Altviller Barst Hoste
Lixing-lès-Saint-Avold Leyviller Rémering-lès-Puttelange

Forêts communales[modifier | modifier le code]

D'une surface de 31,75 ha réparties en trois massifs : forêt de Barst, Kleinerwald et Grosserwald, les deux derniers appartenant à la section Marienthal. Elles sont principalement composées de chênes et hêtres auxquels s'adjoignent charmes, érables champêtres et merisiers. Elles ont subi de forts dégâts pendant la Seconde Guerre Mondiale par des prélèvements abusifs afin de construire des abris ou obstacles antichars et par les dégâts de mitraille très élevés (métal inclus dans les bois dus aux shrapnels, balles, fragments d'obus...). À noter la présence de tumuli. Source ONF 2009.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Barst: Barnecheyt (875), Barexem (962), Bacle (1093), Barnecheit (1139), Barrex & Barrexem (1292), Baxst (1606), Bartch/Barth/Barsch (1701), Barst (1769), Barste (1793). Barscht en francique lorrain.
  • Marienthal: Mariendale (1682), Mariendal (XVIIIe siècle), Mariendhal (1779), Mariend'hal (1793). Märjendall en francique lorrain

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Tumuli d'origine celtique[1],[2].
  • Vestiges romains[3].
  • Au Xe siècle, Barst était une possession de l'abbatiale Sainte-Glossinde de Metz[4].
  • Ancien fief épiscopal du bailliage de Vic.
  • Absorbe en 1811, Marienthal.
  • Zone de très forts combats en 1940 lorsque les Allemands ont tenté de percer la Ligne Maginot Aquatique. Ce qu'il réussiront à la suite de l'abandon de celle-ci sur ordre par les soldats français.

Depuis novembre 2005 la commune est dotée du haut débit internet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 1995 Bertrand Bigel    
1995 2014 Bruno Neumann    
2014   Fernand Pawlak    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 566 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
205 171 195 372 513 474 410 428 379
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
388 365 344 327 304 309 307 291 245
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
255 235 385 192 226 332 349 358 392
1990 1999 2006 2008 2012 - - - -
453 483 538 554 566 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains.
  • Château, construit en 1835 pour Louis Joseph Polti, maire de Barst, dans l'ancien jardin de la famille Forget ; restauré entre 1967 et 1977
  • La ligne Maginot aquatique, avec le wagon anti-chars.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Paroissiale Saint Wendelin, construite sans doute en 1736 sur l'emplacement d'une chapelle dédiée au XVIIe siècle à Notre-Dame ; agrandie en 1819, 1821
  • Église Paroissiale Saint-Michel à Marienthal, sans doute reconstruite dans la 2e moitié du XVIIIe siècle. Remplace un édifice plus ancien, mentionné au XVIIe siècle.
  • Ancien ossuaire, construit ou restauré en 1819 à l'occasion de l'agrandissement de l'église Saint-Wendelin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

D'azur à l'agneau d'argent surmonté d'une fleur de lys d'or; à la bordure d'argent.

L'agneau et le lys sont les emblèmes de Saint Wendelin, patron de la paroisse. La bordure, symbole de Sainte Glossinde, rappelle que l'abbaye messine de ce nom avait des biens dans la localité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Colbus, Lothr. Jahrb., XVII, 1905, 2, page 244.
  2. Émile Linckenheld, Archäologisches Repertorium der Kreise Forbach und Saargemünd, imprimerie L'Écho de L'Est, 1932, page 21
  3. E. Huber, Le Hérapel, I, 1907, page 148.
  4. Émile Linckenheld, Archäologisches Repertorium der Kreise Forbach und Saargemünd, imprimerie L'Écho de L'Est, 1932, page 22
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.