Herny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Herny
Herny
Église Saint-Étienne.
Blason de Herny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes du District urbain de Faulquemont
Maire
Mandat
Dominique Lerond
2020-2026
Code postal 57580
Code commune 57319
Démographie
Population
municipale
521 hab. (2019 en augmentation de 9,22 % par rapport à 2013)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 59″ nord, 6° 28′ 57″ est
Altitude Min. 225 m
Max. 303 m
Superficie 9,64 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Faulquemont
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Herny
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Herny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Herny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Herny

Herny est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Ecarts et lieux-dits : Hernicourt (Arnico).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Herny est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,9 %), forêts (28,6 %), prairies (19,5 %), zones urbanisées (3,7 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %), eaux continentales[Note 3] (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Culturalisme lorrain[modifier | modifier le code]

La commune est connue par les linguistes et historiens pour sa situation sur la limite linguistique et culturelle du monde roman et germanique. Après le Moyen Âge, Herny fait partie de la liste des dernières communes francophones avant la partie germanophone de la Lorraine et où l'on parlait le patois messin, un patois issu du gallo-roman.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Herny est attesté sous les formes Herlingen en 1385[8]; Harnex et Hernex en 1409; Harney en 1442, Herney en 1497; Herneyo en 1537; Helling en 1570[8]; Harny en 1756; Herny en 1793; Herny ou Herlingen en 1845[9]; Herlingen en 1871-1918.

D'un gallo-roman *Hariniacu et/ou germanique *Hariningas[8]. Il s'agit d'un composé gallo-roman en -(i)acum[10] ou germanique en -ing-, précédé du nom de personne germanique Harin[8], Harin- ou Herin-[10].

Remarque : en ce qui concerne la forme germanique Herlingen, il faut nécessairement postuler que *Herining- ait évolué en Heriling- > Herlingen. À priori le nom de personne germanique Herilo convient davantage.

Le nom de Hernicourt est mentionné sous les formes Hermerstorf (1210), Hermerstorf (1310), Hermerstorff (1383), Hermerstorfe (1385), Herniecourt (1453), Hermstorff (1594)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1995 Yvon Arnould    
mars 1995 mars 2014 André Doyen    
mars 2014 mai 2020 Michel Hombourger    
mai 2020 En cours Dominique Lerond    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2019, la commune comptait 521 habitants[Note 4], en augmentation de 9,22 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
646740726899994896906926807
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
803766721705679594589609509
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
484463469438452454450450436
1990 1999 2006 2007 2012 2017 2019 - -
412394453461477508521--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges d'une villa romaine.
  • Margelle du puits de Seutry, construite à l'époque gallo-romaine, inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [15].

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame-de-Bons-Secours à Seutry.
  • Église Saint-Étienne 1829 : statue de saint Étienne XIIIe siècle.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours à Seutry 1828.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Metz », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b c d et e Onoma - Volumes 36 à 37 - International Centre of Onomastics (2001)
  9. Administration générale des postes, Dictionnaire des postes aux lettres, contenant les noms des villes, communes et principaux lieux habités de la France, Paris, Imprimerie Royale, 1845.
  10. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 350b.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « Puits gallo-romain », notice no PA00106784, base Mérimée, ministère français de la Culture.