Munster (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Munster.
Munster
Le village dominé par l'église Saint-Nicolas
Le village dominé par l'église Saint-Nicolas
Blason de Munster
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Château-Salins
Canton Le Saulnois
Intercommunalité Communauté de communes du Saulnois
Maire
Mandat
Jean-Luc Manns
2014-2020
Code postal 57670
Code commune 57494
Démographie
Population
municipale
230 hab. (2012)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 58″ N 6° 54′ 24″ E / 48.9161111111, 6.9066666666748° 54′ 58″ Nord 6° 54′ 24″ Est / 48.9161111111, 6.90666666667  
Altitude Min. 217 m – Max. 248 m
Superficie 6,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Munster

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Munster

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Munster

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Munster

Munster est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune rurale de la Moselle dans la région Lorraine, Munster faisait partie du canton d'Albestroff, elle est située sur le territoire du parc naturel régional de Lorraine. Située entre 217 et 248 mètres d'altitude et voisine des communes de Torcheville, d'Albestroff, de Givrycourt de Vibersviller, de Lhor et de Insviller. 217 habitants résident sur la commune de Munster sur une superficie de 6,6 km² (soit 33 hab/km²).

La plus grande ville à proximité de Munster est la ville de Sarreguemines située au nord de la commune à 33 km par la route.

La commune est située au carrefour des routes départementales 39 et 39c.

La majeure partie de la superficie de la commune est occupée par des activités agricoles, cultures et élevages. Les constructions sont groupées dans le village.

La commune est parcourue par plusieurs petits cours d'eau : les ruisseaux de la Rode, des roses et de l'étang rouge.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom provient de Münster = monastère ou cathédrale en allemand[1].
Anciens noms[2]: Monstre (1262), Munstre (1270), Monasterium (1271), Minster (1553), Munster (1793).
En Francique lorrain: Minschder. En allemand standard: Münster.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Surnom sur les habitants : Die Bachsputzer (ceux qui crachent dans le ruisseau)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Collégiale fondée sur la fin du XIIe siècle.
  • Village de la baronnie de Fénétrange, saccagé au cours des guerres de Religion et de la guerre de Trente Ans (notamment la basilique).
  • Albestroff avait absorbé en 1973 le village de Munster, mais Munster a repris son indépendance dès 1983.
  • Cette commune faisait partie du département de la Meurthe avant 1871.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Munster Blason De gueules au chien d'argent issant d'une champagne ondée du même, surmonté d'une croix de Lorraine d'or et accosté des lettres S et N aussi d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Yves Kesseler    
mars 2008 en cours Jean-Luc Manns    

Munster est membre de la communauté de communes du Saulnois.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 230 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
449 449 601 576 651 683 706 716 656
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
584 588 555 558 525 454 421 415 426
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
428 428 398 390 357 329 282 294 309
1968 1990 1999 2004 2006 2009 2012 - -
322 230 197 198 209 217 230 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lorina, limonade artisanale

Lorina est une marque de limonade et de boissons aux fruits gazeuses artisanales, présente en France et à l'international. La marque appartient aux Établissements Geyer Frères dont le site de fabrication est situé à Munster, depuis 1895. L’entreprise a été relancée en 1997 après son rachat par Jean-Pierre Barjon. Les produits Lorina sont aujourd’hui commercialisés dans près de quarante pays, principalement en Europe, en Asie et en Amérique. La filiale de Miami (aux États-Unis), ouverte en 2001, représente son plus gros marché à l’étranger[5].

Respectant les anciennes recettes, la Lorina dépasse les frontières lorraines et obtient, en 1997, l'oscar du meilleur soda à New-York[6]. En moins de dix ans, Lorina s'impose sur le marché des boissons gazeuses premium, tant en France qu'à l’international, grâce à des recettes naturelles et un positionnement premium[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Collégiale Saint-Nicolas
Vue de Munster et de sa collégiale
  • Collégiale Saint-Nicolas du XIIIe siècle, deux flèches de 73m de hauteur. On dit que le seigneur Guillaume de Torcheville la fit bâtir après s'être enlisé dans un marais : il aurait fait le vœu d'édifier une chapelle s'il parvenait à s'en extraire sain et sauf[8]. La collégiale Saint-Nicolas a été restaurée sous la direction de l'architecte Eugène Viollet-le-Duc de 1868 à 1874. La basilique-cathédrale de l'Immaculée-Conception de Denver en a repris de nombreux aspects architecturaux. À l’intérieur, des têtes de lions ornent les stalles et le mobilier est de style Louis XVI. Des vitraux contemporains de Didier Gallet ont été installés en 1988. L'église à l'exception de la façade a été classée monument historique par arrêté du 21 octobre 1896 ; la façade occidentale a été classée par arrêté du 28 décembre 1984[9]. Les deux tours, mutilées par la tempête du 26 décembre 1999 ont perdu leur sommet. L'ensemble de l'édifice a été fortement dégradé et de nombreux travaux restent à finir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ernest et Victor Geyer, créateur de la société Geyer Frères qui fabrique et commercialise depuis 1895 la limonade Lorina conçue par Victor.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°3 (Septembre-Octobre 2011)
  2. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  5. Lien vers l’article des Echos, juillet 2013
  6. Lien vers un article des Echos n°21215 du 28 Juin 2012
  7. Lien vers l’interview de Jean-Pierre Barjon dans Les Échos, Juin 2007
  8. Nicole Lazzarini, Contes et légendes de Lorraine, 1999.
  9. « Notice no PA00106925 », base Mérimée, ministère français de la Culture