Louvigny (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louvigny.
Louvigny
Vestiges du château.
Vestiges du château.
Blason de Louvigny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du Sud messin
Maire
Mandat
Jean-Louis Girard
2014-2020
Code postal 57420
Code commune 57422
Démographie
Gentilé Louvignois [1]
Population
municipale
889 hab. (2014)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 45″ nord, 6° 11′ 06″ est
Altitude Min. 172 m – Max. 244 m
Superficie 15,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Louvigny

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Louvigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louvigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louvigny

Louvigny [luviɲi] est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.
Vue sur le village.
Entrée du village par la rue du Stade.

La commune de Louvigny est située en vallée de la Seille, cours d'eau marquant la limite occidentale de la commune.

Elle se situe en Moselle et est limitrophe avec le département de Meurthe-et-Moselle et la commune d'Éply dont le Ruisseau de Moince marque la limite sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Louvigny
Sillegny Pommérieux Goin
Cheminot Louvigny Pagny-lès-Goin
Eply Saint-Jure
Raucourt

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune possède deux écarts : la ferme de la Hautonnerie et celle de Moince.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 6 kilomètres de l'Aéroport Metz-Nancy-Lorraine.

La gare de Lorraine TGV est située sur la commune, le long de la Départementale 910 entre Louvigny et Cheminot.

Le village est desservi par les Départementales 910 (Pont-à-Mousson à Saint-Avold) et 913 (Metz à Nancy via Nomeny).

L'échangeur no 28 de l'autoroute A31 entre Metz et Nancy est situé à 7 kilomètres sur la commune de Lesménils.

Louvigny est relié directement à ses communes limitrophes par la Départementale 910 (Cheminot), la Départementale 913 (Pagny-lès-Goin, Goin et Saint-Jure) et la Route de Moince (Éply). L'ancien chemin reliant Pommerieux n'existe plus, de sorte qu'il faut passer par Verny pour rejoindre ce village par la route. De même, l'ancien chemin reliant Raucourt a disparu pour partie à hauteur de la LGV Est européenne, de sorte qu'il faut passer par Saint-Jure ou prendre la route d'Éply pour rejoindre ce village.

La commune n'a jamais été reliée à Sillegny.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Louvigny vient de Lupusacum, littéralement "chez Loup" ou "à Loup" signifiant l'appartenance du lieu à une personne s'appelant Loup. Cette racine a donné l'ensemble des homonymes et paronymes du village.
  • Anciennes mentions : Loviniacum (1130) ; Louveney , Loveney (1308) ; Loweny (XVe siècle) ; Loveney (1404); Loweney (1436) ; Louveneyum (XVIe siècle) ; Louvegny (XVIe siècle) ; Louveneyo, Louvigni (1544) ; Lovigny (XVIIe siècle) ; Louigni (XVIIe siècle)[2].
  • 1915–1918 : Loveningen, 1919-1939 : Louvigny-sur-Seille, 1940–1944 : Loweningen.
  • En lorrain : Lovni[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1387, l'évêque de Metz fit assiéger les trois maisons fortes de Louvigny.
  • Division en plusieurs fiefs jusqu'au début du XVe siècle.
  • Le sort de Louvigny dépendit des nombreuses guerres entre Lorrains et Messins jusqu'en 1604, date à laquelle fut conclu le traité de Nomeny : Louvigny appartint alors à l'Évêché de Metz.
  • La commune est rattachée à la France lors de l'annexion des Trois-Évêchés en 1648.
  • Dommages en 1914-1918.
  • Comme les autres communes de Moselle, Louvigny fut annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918 et au IIIe Reich de 1940 à 1944. Louvigny sera baptisée « Loveningen » pendant la première annexion, et « Loweningen (Westmark) » lors de la seconde annexion.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Louvigny Blason De gueules à la roue d'or, accompagnée de trois roses d'argent, boutonnées d'or et pointées de sinople[3].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
septembre 2014   Brigitte TORLOTING   Maire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 889 habitants, en augmentation de 11,54 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
834 691 822 1 042 900 939 877 879 811
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
822 809 779 733 692 640 666 647 558
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
590 576 531 411 483 417 411 501 677
1990 1999 2004 2009 2014 - - - -
680 724 728 797 889 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

L'église de Louvigny se trouve dans le centre du village. Elle est dédiée à Saint-Côme et à Saint-Damien.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village possède une école maternelle et une école élémentaire toutes les deux regroupées au sein du groupe scolaire "Des Racines et des Ailes".

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Église Saints-Côme-et-Damien de Louvigny.
  • Passage d'une voie romaine ; vestiges au lieu-dit la Grande Corvée.
  • Louvigny compte trois châteaux datant du XIVe siècle. Assiégées puis incendiées en 1387 par l'armée de l'évêque de Metz. Le château actuel cité en 1444, édifié pour empêcher le duc de Lorraine de s'approprier le Pays messin, de plan quadrangulaire, pourvu de tours, bordé par un fossé. Le château fut très gravement endommagé durant la Première Guerre mondiale et un long travail de consolidation a été entrepris grâce à des chantiers de jeunes (stages internationaux en juillet avec des Russes, Polonais). Malgré son état il est encore possible de le visiter.
  • maison forte détruite par les Suédois en 1633
  • cimetière israélite, construit en 1797.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saints-Côme-et-Damien 1751, détruite en 1944, remplacée par une église moderne.
  • Ancienne synagogue construite entre 1830 et 1840 puis désaffectée avant 1940 et détruite. Elle se situait rue des Marronniers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'historien spécialiste de la toponymie française Paul A. Piémont (1912 - 1984) est né dans la commune. Il est l'auteur de trois ouvrages édités à compte d'auteur : l'établissement de la frontière linguistique franco-germanique en 1963 (prix historique de l'Académie nationale de Metz), puis La toponymie. Conception nouvelle en 1969 et L'origine des frontières linguistiques en Occident en 1981 qui ont été reçus avec réserve et contestés par ses confrères historiens[8]. Il y propose en particulier une analyse du sens des lieux-dits de Louvigny qu'il étend ensuite de manière plus générale sur les toponymes d'Europe.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://www.mairie-louvigny57.fr

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/verny/louvigny.html
  2. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. http://www.genealogie-lorraine.fr/blasons/index.php?dept=57&blason=LOUVIGNY
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. [PDF] Nécrologie de Paul A. Piémont dans les Cahiers Lorrains en 1985, et [PDF] Peuplement et langues dans l'espace mosellan de la fin de l'Antiquité à l'époque carolingienne, Mémoire de thèse d'Alain Simmer, 2013, page 104, chapitre 2. Paul Piémont (+ 1986) : une interprétation nouvelle.