Sommedieue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommedieue
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Dieue-sur-Meuse
Intercommunalité Communauté de communes Val de Meuse - Voie Sacrée
Maire
Mandat
Daniel Sanzey
2014-2020
Code postal 55320
Code commune 55492
Démographie
Population
municipale
941 hab. (2014)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 09″ nord, 5° 27′ 51″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 392 m
Superficie 33,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Sommedieue

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Sommedieue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sommedieue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sommedieue

Sommedieue est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à une quinzaine de kilomètres de Verdun et à une cinquantaine de kilomètres de Bar-le-Duc, la préfecture du département, Sommedieue est un petit village très vallonné, traversé par la rivière la Dieue, un affluent de la Meuse, qui lui donne son nom. C'est d'ailleurs sur le territoire de la commune qu'elle prend sa source. La commune fait partie du parc naturel régional de Lorraine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Sommedieue provient du latin Summa, source et du gaulois Deva, divine, attesté en Summa Deuvia en 984 [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la source de la Dieue, le site de Sommedieue est occupé dès l'époque gallo-romaine, ainsi qu'en témoignent le mallus gaulois et les vestiges archéologiques découverts. Le village est, au Moyen Âge, situé dans une enclave barroise du Verdunois. La nomination à la cure est confiée par l'évêque de Verdun à l'abbaye Saint-Paul en 1201. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, Sommedieue reste une petite agglomération de maisons de bûcherons et de charbonniers ; c'est au XIXe siècle que le village entreprend une industrialisation en se dotant d'un moulin, d'une scierie, de tourneries et d'une fabrique de chaises et de meubles. À la fin du XIXe siècle, Sommedieue compte environ 300 ouvriers. Nombre de ces activités ont depuis périclité.

Durant la Première Guerre mondiale, en décembre 1914, la ligne de front se situe dans la commune, tenue par le 106e régiment d'infanterie. Le 25 décembre 1914, le 67e régiment d'infanterie attaque les Allemands, en réplique l'artillerie allemande bombarde la commune. "La canonnade s'exalte, rebondit et tressaille, avec des éclats cuivrés, de stridences, des espèces de rires. Elle nous cogne sur les nerfs, nous fait courir dans les reins de grands frissons glacés. On dirait une fanfare puissante et sauvage dont le rythme nous empoigne violemment, nous jette à une frénésie morne où nous nous enfonçons sans pouvoir nous débattre, sans le vouloir, vaincus."[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours Daniel Sanzey    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 941 habitants, en augmentation de 1,4 % par rapport à 2009 (Meuse : -1,29 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
615 601 639 738 926 1 024 1 159 1 202 1 172
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 100 1 172 1 260 1 233 1 197 1 308 1 336 1 126 1 287
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 498 1 365 1 418 1 362 1 184 1 232 1 230 871 1 018
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 037 983 879 949 968 980 937 941 941
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste.
La nécropole nationale.
  • L'hôtel de ville, dans la salle du conseil : Marianne du peintre Lucien Lantier
  • L'église Saint-Jean-Baptiste XVIIIe siècle.
  • Les deux maisons de maîtres appelées châteaux avec parc.
  • Le fort du Rozelier, 1887 - 1890, renforcé en 1904.
  • L'ouvrage Saint-Symphorien, 1804.
  • Les belles maisons de XVIIIe siècle, dont plusieurs datées.
  • Plusieurs lavoirs du XIXe siècle : Saint-Joseph, la Ninade, etc.
  • Les nombreuses sources dont la plus connue est la Fontaine du Curé.
  • Le camping municipal au lieu-dit les Épichées.
  • L'aérodrome communal ouvert à la circulation aérienne publique sur l'ancienne base aérienne américaine du Rozelier.
  • Le terrain militaire et abri souterrain de munitions.
  • Dans le Fond d'Hinvaux, vestige d'un chemin de fer militaire pour artillerie lourde sur voie ferrée (ALFV).
  • La nécropole nationale de 1914-1918.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Hohnadel et Philippe Bestetti, La Bataille des forts, éditions Heimdal, Bayeux, 1995

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 246
  2. 'La boue', Maurice Genevoix, p482, (ISBN 2-7441-1806-0)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .