Rosemary Standley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rosemary Standley
Description de cette image, également commentée ci-après
Rosemary Standley en 2011.
Informations générales
Naissance
Paris
Activité principale chanteuse
Instruments guitare
Années actives depuis 1999
Labels Naïve
Air Rytmo
Outhere
Site officiel moriartyland.net

Rosemary Standley est une chanteuse franco-américaine, née à Paris en 1979.

Chanteuse du groupe Moriarty depuis 1999, Rosemary Standley mène plusieurs projets en parallèle. Elle chante dans plusieurs spectacles musicaux et enregistre des albums avec The Lightnin 3, Dom La Nena et l'ensemble Helstroffer.

Biographie[modifier | modifier le code]

   Jeunesse et formation artistique 

Rosemary Standley naît à Paris en 1979. Bien que résidant dans la capitale elle passe ses vacances en Bretagne chez ses grands parents maternels. Sa mère, Sylvie L'Hénoret originaire de Quimper est correctrice de presse et travaille au quotidien Le Monde[1]. C'est à Paris qu'elle rencontre le père de Rosemary, Wayne Standley, un musicien folk originaire de l'Ohio. C'est lui qui initie leur fille au chant durant son enfance. Par la suite, Rosemary Standley étudie les arts plastiques à la Sorbonne[2] puis entre au conservatoire du 20e arrondissement de Paris pour y travailler le chant lyrique auprès de Sylvie Sullé[3].

Moriarty[modifier | modifier le code]

Rosemary Standley fait partie du groupe Johnny Cash Revival[3] avant de rejoindre Moriarty en 1999[2],[4]. Leur 1er album, Gee Whiz But This Is a Lonesome Town, sorti en 2007, se vend à 150 000 exemplaires[5].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Rosemary Standley en 2011.

Rosemary Standley chante dans Private Domain, spectacle de la chef d'orchestre Laurence Equilbey, dite Iko, réunissant des musiciens de différents horizons, créé en 2009 dans le cadre du Printemps de Bourges[3]. En 2010, Camille, Jeanne Cherhal, Emily Loizeau, Olivia Ruiz, La Grande Sophie et Rosemary Standley se produisent au Printemps de Bourges sous le nom Les Françoises. Leur spectacle est arrangé par Édith Fambuena et mis en scène par Juliette Deschamps[6].

Avec Brisa Roché et Ndidi Onukwulu, elle participe au projet The Lightnin 3. En 2012, le trio enregistre Morning, Noon & Night, un album de reprises réalisé par Toby Dammit, et se produit notamment au Café de la Danse[7]. En 2013, elle chante dans le spectacle musical A Queen of Heart mis en scène par Juliette Deschamps. Il est créé en septembre au théâtre de la Bastille. La chanteuse et le pianiste Sylvain Griotto, qui l'accompagne, partent ensuite en tournée[8]. Un nouvel album de reprises, intitulé Birds on a Wire, enregistré avec la violoncelliste brésilienne Dom La Nena, sort en 2014[9]. L'année suivante, Rosemary Standley enregistre l'album Love I Obey avec l'ensemble Helstroffer, qu'elle accompagne en tournée[3]. En 2016, elle participe à la sortie de deux albums : A queen of hearts, avec Sylvain Griotto et Juliette Deschamps et Zanz in Lanfer, avec le Wati Watia Zorey Band, un projet en hommage à Alain Péters, fondé notamment avec Marjolaine Karlin.

En 2019, elle joue et chante dans la pièce Lewis versus Alice de Macha Makeïeff lors du Festival d'Avignon.

Le est sorti l'album Schubert in Love en collaboration avec Johan Farjot[10],[11] qui prend en charge les arrangements. Rosemary Standley assure la partie lyrique avec des participations de la soprano Sandrine Piau sur 3 pistes[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Moriarty[modifier | modifier le code]

The Lightnin 3[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Morning, Noon & Night (True Velvet Records)

Rosemary Standley & Dom La Nena[modifier | modifier le code]

Rosemary Standley & Helstroffer's Band[modifier | modifier le code]

Rosemary Standley, Sylvain Griotto et Juliette Deschamps[modifier | modifier le code]

Wati Watia Zorey Band[modifier | modifier le code]

Le Wati Watia Zorey Band est composé de Rosemary Standley, Marjolaine Karlin, Arthur B Gillette, Thomas Puéchavy, Rémi Sciuto et Salvador Douézy.

Participations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Moriarty : l'enfance finistérienne de Rosemary », sur Ouest-France
  2. a et b Léa Iribarnegaray, « Rosemary Standley, pluriarty », Libération,
  3. a b c et d Véronique Mortaigne, « Pour Rosemary Standley, la chanson est une grammaire douce » Inscription nécessaire, Le Monde,
  4. « Rosemary Standley, chanteuse », France Inter,
  5. Stéphane Davet, « Evasion dans une Amérique fantasmée avec le groupe Moriarty », Le Monde,
  6. Olivier Nuc, « Les Françoises secouent Bourges », Le Figaro,
  7. Victor Hache, « Un trio de filles à écouter matin, midi et soir… », L'Humanité,
  8. Véronique Mortaigne, « Rosemary Standley joue les amoureuses » Inscription nécessaire, Le Monde,
  9. Anne Berthod, « Birds on a Wire, Rosemary Standley & Dom La Nena », Télérama,
  10. « [SORTIE CD] Schubert In Love - Rosemary Standley, Johan Farjot, Arnaud Thorette, Ensemble Contraste », sur France Musique (consulté le )
  11. « Quand Rosemary Standley s’empare de Schubert », sur ICI Musique (consulté le )
  12. redaction, « Rosemary Standley et Ensemble Contraste – Schubert In Love « Chroniques Albums « Diversions, l'info multimédia en Alsace Bourgogne Franche-Comté » (consulté le )
  13. « VINCENT DELERM, "Les amants parallèles" I My Happy Culture - Blog Musique, Livres, Voyages », sur My Happy Culture - Blog Musique, Livres, Voyages, (consulté le )
  14. « Vincent Delerm: «Quand j'entends ma voix d'avant, j'entends Laurent Gerra» », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  15. « Psychopharmaka », sur Festival d'Avignon (consulté le )
  16. Le Point magazine, « Jeanne Cherhal, une histoire de femme sur "Histoire de J." - Page 2 », sur Le Point, (consulté le )
  17. Dernières Nouvelles du Jazz, « AUTOUR DE CHET », sur les dernières nouvelles du jazz (consulté le )
  18. « La tribu de Pierre Perret Au café du canal », sur pierreperret.fr (consulté le )
  19. Communique De Presse, « HAMON MARTIN QUINTET -CLAMEURS- folk francophone », sur 7seizh.info, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]