Talence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Talence
Église Notre-Dame illuminée.
Église Notre-Dame illuminée.
Blason de Talence
Blason
Talence
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton Talence
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Bordeaux Métropole
Maire
Mandat
Emmanuel Salleberry
2017-2020
Code postal 33400
Code commune 33522
Démographie
Gentilé Talençais
Population
municipale
41 182 hab. (2014 en augmentation de 0,95 % par rapport à 2009)
Densité 4 974 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 31″ nord, 0° 35′ 18″ ouest
Altitude Min. 9 m
Max. 30 m
Superficie 8,28 km2

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Talence

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Talence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Talence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Talence
Liens
Site web www.talence.fr

Talence est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Par sa population, Talence est la quatrième commune du département de la Gironde après Bordeaux, Mérignac et Pessac.

Ses habitants sont les Talençais[1].

La ville de Talence abrite le collège Sciences et Technologies de l'Université de Bordeaux (anciennement Université Bordeaux 1) et de nombreuses écoles, écoles d'ingénieurs (Arts et Métiers ParisTech, ENSC, ENSEIRB-MATMECA, Sup-Agro-Bordeaux, Institut d'optique d'Aquitaine), écoles de commerce (KEDGE BS) et d'architecture (ENSAP).

Géographie[modifier | modifier le code]

Talence au sein de la Bordeaux Métropole.

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située dans son unité urbaine au sud de Bordeaux, elle fait partie de la première ceinture. Talence est la commune la plus densément peuplée de la région avec plus de cinq mille habitants au kilomètre carré.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Talence
Bordeaux
Pessac Talence Bègles
Gradignan Villenave-d'Ornon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le territoire de l'actuelle ville de Talence fut longtemps couvert de forêts dans lesquelles étaient disséminés quelques hameaux. La présence de ces forêts serait à l'origine du nom « Talence ». Ce dernier serait en effet dérivé du mot « Tala » qui signifie « coupe du bois ». C'est au XIIIe siècle qu'apparaissent des noms comme « Talanssa », « Talencia », « Talance ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le véritable peuplement de Talence, qui fut un lieu constamment dévasté (ravages et pillages dus aux continuelles guerres), date du XVIIe siècle. La proximité de Bordeaux et la présence de trois grandes routes commerciales devenues plus sûres (routes de Bayonne, Toulouse et la Teste) attirèrent les riches bourgeois de Bordeaux. De nombreux bourgeois bordelais firent construire des châteaux et de magnifiques maisons à Talence. Ainsi le banquier Samuel Charles Peixotto fera bâtir le château de Peixotto qui devint plus tard la mairie de la Ville. En 1783 une famille d'exilés du Portugal fuyant l’Inquisition, les Raba, confient à Victor Louis, l'architecte du Grand Théâtre de Bordeaux, la construction d'une demeure et l'aménagement d'un parc dont la réputation dépasse les limites de la commune.

Talence gardera cependant sa vocation rurale. Ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle que Talence affirme son caractère urbain et va voir se développer de nombreuses activités industrielles : métallurgie, chaudronnerie, chimie, abattoirs, avionique, chaussures, alimentaire (biscuiterie, chocolaterie…).

En 1939, un camp d’internement est ouvert pour interner les réfugiés espagnols fuyant la dictature franquiste[2].

À partir des années 1970-1980, ces industries vont disparaître ou se délocaliser sur d'autres secteurs de la communauté urbaine de Bordeaux pour laisser la place à des immeubles résidentiels. L'une des dernières à partir sera Cartonnages de France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Talence

Le blason de Talence se lit : « D'or, aux talles de sinople posées sur une terrasse du même ; au sanglier de sable défendu et allumé de gueules brochant sur les tiges ».

Les talles (pousses latérales) évoquent le nom de Talence (armes parlantes) et rappellent que la ville était autrefois recouverte de forêts. Le sanglier symbolise la chasse que les riches bordelais de l'époque venaient pratiquer sur le territoire de l'actuelle Talence.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 1983 Henri Deschamps
(1909-1987)
SFIO puis PS Professeur de lettres
Député (1973-1981)
mars 1983 1993 † Gérard Castagnéra
(1943-1993)
RPR Médecin
Député (mars 1993- septembre 1993)
1993 2017[5] Alain Cazabonne UDF puis MoDem Administrateur de sociétés
Ancien conseiller général
2017 en cours Emmanuel Sallaberry Sans étiquette Directeur financier

La ville de Talence fait partie du canton de Talence qui englobe toute la commune et, depuis la réforme territoriale entrée en vigueur avec les élections départementales de 2015, une partie de la commune de Bègles. Les conseillers départementaux du canton sont Arnaud Dellu et Denise Greslard-Nédélec (PS), qui succèdent au conseiller général sortant de Talence Gilles Savary (PS), élu en mars 2004.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2017, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 41 182 habitants[Note 2], en augmentation de 0,95 % par rapport à 2009 (Gironde : +6,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 489 1 181 1 340 1 194 1 322 1 288 1 232 1 402 1 434
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 693 2 430 2 577 3 604 3 873 4 621 6 642 7 921 9 221
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11 227 11 832 13 224 15 823 17 130 18 944 20 380 21 650 22 695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
25 874 29 161 34 127 34 692 34 485 37 210 40 920 40 763 41 182
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 4 4 4 4 4 4 4 4
Nombre de communes du département 548 543 543 542 542 542 542 542

La ville de Talence compterait actuellement 42 697 habitants (2012, estimation de l'Insee), 41 358 habitants sans doubles comptes (2012, estimation de l'Insee). Sa population est en forte hausse par rapport aux recensements de 1999 (37 210 habitants), 1990 (34 485 habitants) et de 1982 (34 692 habitants). Cette augmentation s'explique par l'excès de naissances par rapport aux décès (3 955 naissances contre 2 602 décès entre 1990 et 1999), mais aussi par un solde migratoire positif (+ 0,43 % par an entre 1990 et 1999). La présence du campus bordelais à Talence explique ce solde positif, la ville attirant en effet de nombreux étudiants. Ainsi 28,7 % de la population talençaise est encore scolarisée contre 13 % pour le reste de la France. La population est jeune, 12 964 Talençais ont entre 15 et 30 ans soit 34,8 % de la population contre 20 % dans le reste de la France (chiffres de l'INSEE pour 1999).

Sexe Talence
(2011)
Talence
(2005)
France entière
(2005)
Talence
(1999)
Hommes
47,5 %
46 %
48,3 %
47 %
Femmes
52,5 %
54 %
51,7 %
53 %
Tranches d'âge Talence
(2011)
Talence
(2005)
France entière
(2005)
Talence
(1999)
Moins de 19 ans
21,5 %
23 %
25,4 %
20,2 %
Entre 20 et 39 ans
40,4 %
38 %
26,6 %
40 %
Entre 40 et 59 ans
19,8 %
23 %
27,7 %
21,4 %
Plus de 60 ans
18,3 %
16 %
20,3 %
19,4 %

Économie[modifier | modifier le code]

La ville de Talence est une ville de services, le secteur tertiaire y est très largement majoritaire, dépassant même les 90 % de la population active. L'agriculture est quasi absente et l'industrie est très faible dans cette ville universitaire.

Répartition des actifs (1999, INSEE) :

  • Secteur primaire : 0,1 %
  • Secteur secondaire : 9,2 %
  • Secteur tertiaire : 90,7 %

Taux de chômage : environ 14 % en 1999.

Viticulture[modifier | modifier le code]

Talence est une commune viticole située en plein cœur du vignoble des Graves. Sur son aire géographique peuvent être produits les vins: AOC Pessac-Léognan, AOC Crémant de Bordeaux, AOC Bordeaux supérieur, AOC Bordeaux, AOC Graves et AOC Graves supérieures[14].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L’inventaire du patrimoine a été réalisé par le service régional[15],[16], citons en particulier :

Les immeubles protégés au titre des monuments historiques

Les édifices non protégés au titre des monuments historiques

  • Château de Thouars (première moitié du XIIIe siècle)[23]
  • Château Monadey
  • Le chalet Les Échos, charteuse du XVIIIe siècle avec puits-tour servant de château d'eau, 31 rue Pacaris. Surélévation en briques au milieu du XIXe siècle. Date inscrite : 9 thermidor an IV (27 juillet 1794), fin de la Terreur.
  • L'ancienne auberge de Plume la poule, 2 rue Pacaris, : depuis le Moyen-Age jusqu'à la création des boulevards, les habitants de Talence devaient payer une redevance (l'octroi), pour rentrer des marchandises dans Bordeaux. Plusieurs petits locaux étaient situés à chaque barrière pour percevoir cet impôt. Une taxe commerciale plus élevée était perçue si l’on voulait vendre de la volaille vivante. Une chanson en gascon est dédiée à cette auberge[24].
  • Les édifices religieux
    • Église Notre-Dame de Talence[25] et son orgue[26]
    • La chapelle de la Sainte Famille[27]
    • La chapelle du Christ Rédempteur[28]

Le patrimoine bâti et paysager remarquable au titre de l’article L 123-1-7

Objectif[29] : Repérer les sites remarquables ; Classer les zones boisées afin d’assurer leur conservation ; Définir des prescriptions qualitatives dans le PLU, à travers une identification graphique sur le plan de zonage ; Possibilité de classer uniquement des arbres isolés remarquables.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Une partie du domaine universitaire de Bordeaux se situe à Talence. Cette dernière abrite notamment les établissements suivants :

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby[modifier | modifier le code]

Le 19 mai 2011, Talence devient champion de France de rugby minimes à Orléans en battant Bayonne en finale. Le 31 mai 2013, Talence redevient champion de France UNSS catégorie minimes à Évreux, après une victoire en finale contre Mont-de-Marsan.

Athlétisme[modifier | modifier le code]

Talence est une ville importante dans le monde de l'athlétisme car elle organise le meeting d'athlétisme Décastar, consacré aux épreuves combinées que sont l'heptathlon et le décathlon. Cette rencontre se déroule au stade de Thouars.

Depuis 1998, cette épreuve compte pour le challenge mondial IAAF, dont elle clôt la saison annuelle. Le premier décathlon féminin international s'y est déroulé en 2004, Marie Collonvillé y obtenant le premier record du monde.

Parallèlement à cette compétition, l'association pour le développement des épreuves combinées et du meeting de Talence (ADEM), qui est chargée de l'organisation du Décastar, participe depuis 1981 à la formation des jeunes athlètes de haut niveau par le « Collège Athlètes », structure d'entraînement spécifique en partenariat avec les clubs d'athlétisme d'Aquitaine et les sections sport études du lycée Victor-Louis.

Il existe également un club d'athlétisme, l'US Talence Athlétisme, fondé en novembre 1975 dans le cadre du club omnisport, puis indépendant à partir de 2001. Ce club a remporté la finale Nationale 2-A du Sud-Ouest en 2012. Il a terminé en 3e place de la finale de Nationale 1-C le 19-05-2013 à Sotteville-lès-Rouen. En mai 2015, il remporte la finale Nationale 1-B à Bordeaux et évoluera en 2016 en N1-A, deuxième échelon national.

Installations sportives[modifier | modifier le code]

  • Le Complexe Sportif de Thouars
  • Le Stade Nautique Henri-Deschamps
  • Le Complexe sportif Pierre-de-Coubertin
  • La Salle Léo-Lagrange
  • La Salle Jean-Bouin
  • La salle Boris-Diaw

CREPS[modifier | modifier le code]

  • le CREPS (Centre de ressources, d'expertise et de performance sportives) Bordeaux, situé à Talence, est l'un des plus vieux centres du genre en France. Créé en mars 1941, il est à l'origine destiné à la formation des enseignants en EPS, et en 1985, il se transforme en CPEF (Centre Permanent d'Entraînement et de Formation), actuellement renommé en Pôle de Haut Niveau, ou plus couramment « Pôle France ». Le CREPS de Talence est très réputé pour son niveau de formation, avec notamment 8 handballeuses évoluant en Élite féminine (Division 1), des cyclistes professionnels (Fabien Sanchez, coureur de la FDJ, ou encore Matthieu Ladagnous, présent aux derniers J.O. d'Athènes), mais également des volleyeurs professionnels, le centre d'entraînement de l'équipe de France féminine d'escrime

Culture[modifier | modifier le code]

Rocade de Bordeaux[modifier | modifier le code]

Sorties
Sortie 16 → Talence-Centre, Domaine Universitaire
Sortie 17 → Talence-Thouars

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnes célèbres[modifier | modifier le code]

Personnes célèbres nées à Talence[modifier | modifier le code]

(classement par année de naissance)

Personnes célèbres mortes à Talence[modifier | modifier le code]

Personnes célèbres ayant vécu à Talence[modifier | modifier le code]

  • Jean-Joseph Sanfourche, dit « Sanfourche », peintre et poète français, a vécu les premières années de sa vie à Talence.
  • Bruno Loubet, chef cuisinier français, fut élève du lycée hôtelier de Talence.
  • Émile Durkheim, sociologue français, a vécu de 1887 à 1897 à Talence.
  • Michel Slitinsky, résistant et historien français, a vécu de 1992 à 2012 à Talence.

Transports[modifier | modifier le code]

Train TER Aquitaine[modifier | modifier le code]

Gare de Talence-Médoquine.

La ville possède une gare (gare de Talence-Médoquine) située sur la ligne de ceinture de Bordeaux et desservie par les TER assurant la liaison entre Bordeaux Saint-Jean et le Médoc. Malgré sa situation (croisement de la ligne de bus (Liane 8) desservant le CHU et le campus), la gare n'est plus desservie depuis les années 1980[31].

Réseau TBM[modifier | modifier le code]

Le réseau Transports Bordeaux Métropole (TBM) dessert la commune à travers la ligne B du tramway de Bordeaux, qui dessert le campus et le centre-ville, mais aussi à travers les lignes de bus 8, 10, 20, 21, 34, 35 et 87.

Réseau Trans Gironde[modifier | modifier le code]

Les lignes 502 à 505 partent de la station de tram Peixotto à destination de La Brède, Saint-Symphorien, Hostens et Le Barp ou Belin-Béliet.

BlueCub[modifier | modifier le code]

Article détaillé : BlueCub.

Le , la communauté urbaine de Bordeaux a mis en service des voitures électriques en autopartage du groupe Bolloré. Le système porte sur une centaine de véhicules, 36 stations dans la ville de Bordeaux et une station dans les six communes voisines dont Talence.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 29 juillet 2014.
  2. René Grando, Jacques Queralt, Xavier Febrés, Camps du mépris : des chemins de l’exil à ceux de la Résistance (1939-1945). 500 000 républicains d’Espagne indésirables en France, Llibres del Trabucaire, Perpignan, 1991, 2e édition. (ISBN 2-905828-32-3), p. 62
  3. Maires de Talence sur le site officiel de la commune, consulté le 31 juillet 2014.
  4. Après l’exécution des Girondins et la fuite de Pierre Brun
  5. http://www.sudouest.fr/2017/10/19/mairie-de-talence-alain-cazabonne-a-passe-la-main-3876123-3200.php
  6. Site des villes et villages fleuris, consulté le 3 décembre 2017.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. Placido Llorca, « Talence, commune viticole », sur Vin Vigne, (consulté le 28 août 2012)
  15. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site officiel du ministère français de la Culture (base architecture et patrimoine), archives de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine, et service de l'inventaire général de l’Aquitaine
  16. Patrimoine historique
  17. « Château Belair », notice no PA33000130, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Château de Brama », notice no PA00083846, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Domaine du château Raba », notice no PA00083847, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Château Margaut », notice no PA00083844, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Château de Peixotto », notice no PA00083845, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Notice no PA00083895, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. La façade sud du château de Thouars de Talence et son cadran solaire – France
  24. Mairie de Talence, « Parcours patrimoine », Cadre de vie,‎ (lire en ligne).
  25. Histoire de l’église Notre Dame
  26. Historique de l'orgue de Notre-Dame de Talence
  27. La sainte famille
  28. Le Christ rédempteur
  29. Le patrimoine bâti et paysager remarquable au titre de l’article L 123-1-7, : « Le P.L.U. peut identifier et localiser les éléments de paysage et délimiter les quartiers, îlots, immeubles, espaces publics, monuments, sites et secteurs à protéger, à mettre en valeur ou à requalifier pour des motifs d’ordre culturel, historique ou écologique et définir, le cas échéant, les prescriptions de nature à assurer leur protection »
  30. Annuaire des villes jumelées
  31. Patrick Faure, « La gare et ses valeurs », Sud Ouest,‎ (ISSN 0299-0288, lire en ligne)