Aller au contenu

Télévision numérique terrestre en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
TNT française
Logo de la TNT.
Caractéristiques
Création
(19 ans) (métropole)
(13 ans) (outre-mer)
Format d'image
Langue
Site web
Diffusion
Aire
Drapeau de la France France métropolitaine et d'outre-mer
Chronologie

La télévision numérique terrestre (TNT) est lancée en en France métropolitaine puis l'année en France d'outre-mer. Comme dans le reste de l'Europe, ce service est conforme à la norme de télédiffusion DVB-T et il exploite le format de compression vidéo MPEG-4 AVC/H.264.

En métropole, l'offre comprend 31 chaînes nationales — dont 5 payantes — et 42 chaînes locales ; toutefois, en outre-mer la TNT ne compte que 7 chaînes nationales et 18 chaînes locales (soit 1 à 4 chaînes locales par DROM-COM).

En métropole, la plupart des chaînes sont diffusées en haute définition et les chaînes locales sont retransmises dans leur territoire respectif. Les signaux de la TNT peuvent potentiellement être reçus par environ 97 % de la population française, grâce à près de 2 200 émetteurs, répartis sur tout le territoire. Toutefois, il subsiste des zones géographiques mal ou pas desservies par ces émetteurs.

À l'étude depuis les années 1990, la TNT est lancée le en France métropolitaine, conformément à la norme DVB-T et aux formats vidéo MPEG-2 pour les chaînes gratuites et MPEG-4 pour les chaînes payantes. Cette technologie permet alors de diffuser jusqu'à 6 fois plus de chaînes par fréquence ou par canal de diffusion, que la télévision analogique, restreinte à une chaîne par fréquence. Les premières chaînes locales font leur apparition le . Les premières chaînes gratuites en haute définition sont lancées le . En France d'outre-mer, la TNT est lancée le , conformément à la norme DVB-T et au format vidéo MPEG-4.

La quasi-totalité des chaînes de la TNT exploite le format vidéo MPEG-4 depuis le . Cette évolution a permis la généralisation de la haute définition et la libération de certaines fréquences aux opérateurs de télécommunications.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant la TNT[modifier | modifier le code]

Avant le lancement de la TNT, six chaînes nationales sont diffusées conformément à la technologie historique, l'offre de télévision analogique terrestre française : TF1, France 2, France 3, Canal+ (chaîne payante avec certains programmes en clair), France 5 et Arte en canal partagé et M6. Plusieurs chaînes locales sont également diffusées dans certaines agglomérations. On compte aussi deux chaînes privées étrangères francophones reçues sur le sol français dans certaines régions : la chaîne monégasque TMC reçue dans le Sud-Est du pays et la chaîne luxembourgeoise RTL9 reçue dans le Nord-Est. Certaines villes et communes peuvent également recevoir les chaînes analogiques étrangères des pays limitrophes, comme le Nord-Pas-de-Calais et les Ardennes avec les chaînes belges ou en Alsace et en Moselle avec les chaînes allemandes ainsi que dans les Pyrénées avec les chaînes espagnoles, le Doubs et la Haute-Savoie avec les chaînes suisses, la Savoie et les Alpes françaises, avec les chaînes italiennes. Plus limitée, la réception des chaînes britanniques relayées notamment sur les îles anglo-normandes permet à certains foyers ou hôtels situés à proximité de cette côte bretonne ou normande et équipés d'un système d'antenne adapté et de téléviseurs compatibles, d'en capter localement les signaux.

Projet de la TNT[modifier | modifier le code]

Préparation et expérimentations (1994-2000)[modifier | modifier le code]

Le , les ministres des télécommunications de l'Union européenne réunis à Bruxelles décident d'établir une norme unique pour la télévision numérique, le Digital Video Broadcasting ou DVB. Des offres de télévision par satellite en numérique voient alors le jour dans les années qui suivent[1],[2].

En , le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) prend connaissance d'un rapport de Philippe-Olivier Rousseau sur la télévision numérique terrestre et décide de mener une concertation avec les acteurs de l'audiovisuel en vue de la mise en place d'expérimentations[3]. En , François Fillon, ministre délégué à la Poste, aux Télécommunications et à l'Espace, crée un groupe de travail sur la télévision numérique terrestre, placé sous la direction de Philippe Levrier, ex-directeur général de TDF et membre du CSA, qui lui a remis en mai un rapport sur ce sujet[4],[5]. En , l'Agence nationale des fréquences (ANFR) remet un rapport indiquant que six multiplex pourraient être diffusés avec l'infrastructure existante, dont quatre couvriraient 80 % de la population[6],[7]. En , un autre rapport de Jean-Pierre Cottet et Gérard Eymery préconise de s'engager dans la télévision numérique terrestre sans délai pour développer une nouvelle offre de programmes et de chaînes[6].

Après plusieurs expériences locales en Corse, en Creuse et dans les Pyrénées-Orientales, le CSA autorise TDF à expérimenter la diffusion numérique en Bretagne (autour de Rennes, Vannes et Lorient) le pour un premier multiplex et le pour un second. Les chaînes TF1, France 2, France 3, Arte et La Cinquième participent à cet essai. D'autres expérimentations ont lieu dans les Vosges (autour de Remiremont et Saint-Dié) dans un relief plus montagneux[6],[5],[7],[8].

La loi no 2000-719 du sur l'audiovisuel fixe le cadre juridique et le calendrier du développement de la télévision numérique terrestre en France[9],[10].

Sélection des chaînes (2001-2005)[modifier | modifier le code]

Le , le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) lance un appel à candidatures pour sélectionner 22 chaînes nationales qui seront diffusées sur la télévision numérique terrestre (TNT), étant donné que 8 canaux ont déjà été réservés pour le service public : France 2, France 3, La Cinquième (future France 5), Arte, La Chaîne parlementaire (canal partagé entre les chaînes LCP-AN et Public Sénat) et 3 canaux supplémentaires. Cependant, les chaînes privées historiques (TF1, M6 et Canal+) sont assurées d'être sélectionnées et se voient même attribuer un canal supplémentaire, appelé « canal bonus », à titre de dédommagement (LCI, M6 Music et I-Télévision). En parallèle, trois canaux sont réservés pour des chaînes locales en attente d'un futur appel d'offres. Le CSA reçoit au total 70 candidatures (69 dans les délais fixés et un dossier déposé hors délai). 66 dossiers sont admis à concourir dans le cadre de l'appel à candidatures tandis que quatre dossiers (TVST, Cinaps TV, Infoturf TV et Les Lumières de la rue) sont jugés irrecevables[11],[12],[13],[14],[15]. Les auditions publiques des candidats se déroulent du au et sont retransmises en direct sur LCP[16]. Ultérieurement, quatre candidats ont informé le Conseil du retrait de leur candidature : un candidat s'est retiré avant le début des auditions publiques (Shopping Avenue) et trois autres avant la sélection des chaînes (Cinéfaz, Cinétoile et Odyssée)[17].

Le , le CSA annonce avoir sélectionné les 30 chaînes nationales de la future TNT : 16 chaînes gratuites (Arte, Direct 8, France 2, France 3, France 5, i-MCM, LCP, M6, M6 Music, NRJ TV, NT1, TF1, TMC et trois autres chaînes publiques) et 14 chaînes payantes (AB1, Canal J, Canal+, CinéCinémas, Cuisine.TV/Comédie !, Eurosport, I-Télévision, LCI, Match TV, Paris Première, Planète, Sport+, TF6 et TPS Star). Cinq nouveaux éditeurs de chaînes de télévision (AB, Bolloré, Lagardère, NRJ et Pathé) rejoignent donc les trois existants (TF1, M6 et Canal+)[18],[19],[20]. Les chaînes privées sont réparties sur 4 multiplex tandis que les chaînes publiques sont réparties sur 2 autres[21]. Le CSA établit ensuite une convention avec les éditeurs de chaque chaîne avant de leur délivrer une autorisation d'émission[19],[20].

Le , le gouvernement indique finalement vouloir rassembler toutes les chaînes publiques sur un seul multiplex et décide de ne conserver qu'un seul des trois canaux supplémentaires préemptés et de l'attribuer à Festival (future France 4)[22]. De plus, le , le Conseil d'État annule six autorisations accordées au groupe Canal+ et à Lagardère Active par le CSA, sur la requête du groupe TF1. Cela concerne les chaînes Canal J, CinéCinéma Premier (ex-CinéCinémas), i-MCM, I-Télé (ex-I-Télévision), Planète et Sport+. Les deux groupes détenant ces chaînes ensemble, ils dépassent la limite de cinq chaînes par groupe imposée par le dispositif anti-concentration[23].

En conséquence, le , le CSA lance un nouvel appel à candidatures pour désigner 6 chaînes nationales[24]. En , les groupes Pathé, Canal+ et Lagardère Active décident de remettre en jeu les autorisations accordées aux chaînes Cuisine.TV/Comédie ! et Match TV. Le CSA repousse la date de clôture de l'appel à candidatures qui concerne désormais 8 chaînes[25],[26]. Le CSA reçoit au total 35 candidatures qui sont toutes jugées recevables. Les auditions publiques ont lieu du 18 au [27].

Le , le CSA révèle les 8 chaînes sélectionnées : 4 chaînes gratuites (BFM, Gulliver, i-MCM et I-Télé) et 4 chaînes payantes (Canal J, Canal+ Cinéma, Canal+ Sport et Planète)[28].

La TNT[modifier | modifier le code]

Lancement et développement (2005-2007)[modifier | modifier le code]

La télévision numérique terrestre (TNT) est lancée le à 17 h 30 en France métropolitaine. Elle compte 13 chaînes gratuites (TF1, France 2, France 3, France 5, M6, Arte, Direct 8, W9, TMC, NT1, NRJ 12, LCP et France 4) et une chaîne payante avec des plages en clair (Canal+), contre seulement 6 chaînes présentes sur la télévision analogique. Elle couvre 35 % de la population française grâce à 17 émetteurs situés dans les régions d'Île-de-France, de Bretagne, de Poitou-Charentes, les départements des Bouches-du-Rhône, de Seine-Maritime, de Gironde, et les agglomérations de Lille, Lyon et Toulouse. Les chaînes sont diffusées en définition standard (720 × 576 pixels) à balayage entrelacé (576i) sous la norme DVB-T et le format MPEG-2[29],[30],[31].

Entre les mois d'octobre et de novembre, la TNT s'enrichit de 4 nouvelles chaînes gratuites (BFM TV, I-Télé, Europe 2 TV et Gulli). De plus, à partir de novembre et jusqu'en mars 2006, 10 chaînes payantes viennent progressivement s'ajouter (TPS Star, Paris Première, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma, AB1, Planète, TF6, Canal J, LCI et Eurosport). Ces dernières sont diffusées sous le format MPEG-4 (et MPEG-2 pendant les plages en clair pour les chaînes payantes qui en proposent). La TNT compte alors 28 chaînes nationales, 17 gratuites et 11 payantes[29]. Dans le même temps, la couverture de la TNT est progressivement étendue à 50 % de la population à l'automne 2005, 65 % en 2006, 85 % en 2007 et 97 % en 2012[30],[32].

Le , le CSA lance un appel à candidatures pour des chaînes locales diffusées sur la TNT en région parisienne[33]. Il reçoit au total 29 candidatures qui sont toutes jugées recevables[34]. Le Conseil en sélectionne sept le  : trois chaînes à temps plein (Côté Seine, IDF1 et LTF) et quatre chaînes se partageant un même canal (Cinaps TV, BDM TV, Demain ! IDF et Télé Bocal)[35],[36]. Les chaînes commencent leur diffusion le sur la TNT francilienne[37].

La loi du relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle prévoit le basculement des chaînes de télévision locales analogiques vers le numérique[36]. Ainsi le , le CSA autorise 18 chaînes de télévision locales à diffuser simultanément en analogique et en numérique : TLM à Lyon, TLT à Toulouse, TV7 à Bordeaux, LCM à Marseille, Clermont 1re à Clermont-Ferrand, TV8 Mont-Blanc à Annecy et Chambéry, Nantes 7/Télénantes à Nantes, 7L TV à Montpellier, TV Rennes 35 à Rennes, Orléans TV à Orléans, Canal 8 au Mans, TéléGrenoble à Grenoble, TV Tours à Tours, Cityzen TV à Caen, Angers 7 à Angers, Bip TV à Issoudun et Canal 32 à Troyes[36],[38]. Elles commencent leur diffusion le après une recomposition des multiplex[39]. En outre, cette recomposition permet également la diffusion d'une deuxième antenne régionale de France 3 dans certaines zones, ainsi que de la chaîne France Ô en Île-de-France[40]. Par la suite, le CSA lance plusieurs appels à candidatures pour d'autres chaînes locales diffusées sur la TNT. L'organisme concentre d'abord ses efforts sur 25 zones jugées prioritaires en lançant 5 appels : Brest, Saint-Étienne, Strasbourg, Nice, Menton et Montluçon le , Saint-Raphaël/Cannes, Grasse, Belfort/Montbéliard, Lorient, Vannes, Limoges et Mulhouse le , Caen, Poitiers, Reims/Mézières et Perpignan le , Bayonne, Dijon, Lille et Meaux le , Bar-le-Duc, Épinal/Vittel, Privas et Toulon/Hyères le [36],[41],[42],[43],[44],[45].

Le , le CSA ouvre une consultation publique sur le basculement de la télévision analogique terrestre (TAT) vers la télévision numérique terrestre (TNT). L'arrêt définitif de la télévision analogique est prévu pour le [46]. Il en ressort que l'arrêt de la diffusion analogique doit se faire par zones géographiques en commençant dès 2009 dans deux régions[47]. Cela libèrera des fréquences afin d'améliorer la réception de la TNT et de lancer de nouveaux services comme la TNT HD, la télévision mobile personnelle, la radio numérique terrestre et l'Internet mobile à très haut débit. De plus, cela permettra aux chaînes historiques de supprimer les coûts de double diffusion analogique/numérique[48]. Le GIP France Télé Numérique est créé pour assister les téléspectateurs dans cette transition. Le , Coulommiers (Seine-et-Marne) est la première ville à passer au tout numérique. Deux autres expérimentations ont lieu à Kaysersberg (Haut-Rhin) et dans la région de Cherbourg et du Nord-Cotentin la même année. L'extinction de l'analogique dans le reste du territoire se déroule par zones géographiques correspondant au découpage régional de France 3 sur une période de deux années jusqu'au . De son côté, Canal+ suit son propre calendrier d'extinction de l'analogique de 2009 à 2010[48],[49],[50].

La chaîne publique France Ô (France Télévisions), déjà diffusée sur la TNT francilienne depuis le , commence sa diffusion nationale à partir du . L'offre nationale de la TNT en métropole passe ainsi à 18 chaînes gratuites[51].

TNT d'outre-mer (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

En , le gouvernement charge le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) d'une mission d'évaluation et de proposition sur le développement de la télévision numérique terrestre en France d'outre-mer[52]. Le rapport d'Alain Méar remis en met en évidence les différentes aspirations des départements, régions et collectivités d'outre-mer : certains veulent la même offre qu'en France métropolitaine, d'autres s'inquiètent d'une invasion culturelle et de la disparition des chaînes locales face aux grandes chaînes métropolitaines. Le rapport préconise donc un déploiement progressif en trois phases : une première avec les chaînes nationales publiques, une deuxième avec des chaînes locales privées, et une troisième avec les chaînes nationales privées volontaires. Ces dernières sont en effet réticentes à une diffusion gratuite en outre-mer à cause de coûts de diffusion trop importants — autour de 2 millions d'euros par chaîne et par an[53] — par rapport au potentiel du marché publicitaire local[54],[55].

La TNT est lancée le en outre-mer, récupérant les fréquences de la chaîne Tempo du Réseau France Outre-mer (RFO) arrêtée le même jour.

Elle ne compte alors que 7 chaînes nationales publiques (France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, France 24 et Arte), la déclinaison locale du réseau Outre-mer 1re et des chaînes privées et associatives locales selon le territoire.

Les chaînes sont diffusées en définition standard (720 × 576 pixels) à balayage entrelacé (576i), sous le format MPEG-4 pour pouvoir diffuser toutes les chaînes sur un seul multiplex (ROM1)[55],[56].

Les chaînes privées nationales françaises (groupe TF1, groupe M6…) ne sont pas diffusées sur la TNT d'outre-mer. Ces groupes de télévision jugent les coûts de diffusion trop importants — 2 millions d'euros par chaîne et par an selon le CSA — par rapport au potentiel du marché publicitaire local. Ces chaînes ne sont donc disponibles que via des bouquets payants (satellite, internet…)[57],[53].

L'extinction de l'analogique en outre-mer a eu lieu progressivement entre septembre et [58].

En , la chaîne France 24 arrête d'émettre sur la TNT d'outre-mer et est remplacée par France Info. Cette décision a été prise dans un souci d'économies par la direction de France Médias Monde[59].

Le , la chaîne France Ô cesse la diffusion de ses programmes. Cet arrêt fait suite à la signature, deux ans plus tôt du « Pacte pour la visibilité des outre-mer », entre France Télévisions et les ministres de la Culture et des Outre-mer. Le , le signal hertzien de la chaîne est définitivement coupé. La libération des canaux permet alors progressivement le passage en haute définition des chaînes du réseau La 1re[60]. Ainsi, depuis janvier 2022, tous les services de télévision de La 1re sont diffusés en Full HD (1920 × 1080 pixels) à balayage entrelacé (1080i)[61].

Le , l'Arcom autorise France Télévisions à diffuser France 2 et France 3 en qualité UHD dans neuf territoires ultra-marins (les collectivités de Saint-Barthélémy et Saint-Martin ne sont pas concernées). Concernant l'autorisation de France 3, la durée de diffusion en UHD est limitée à une période de 2 mois, soit du 10 juillet au 10 septembre 2024[62]. Une fois l'autorisation de France 3 arrivée à échéance, un canal évènementiel sera affecté aux chaînes La 1re qui pourront ainsi, pour chaque territoire ultra-marin, diffuser des évènements locaux en ultra-haute définition[63].

L'allumage officiel du nouveau multiplex ROMU diffusant France 2 UHD débute à partir de et se déroule en plusieurs phases[64],[65],[66] : première phase le avec l'allumage sur 9 émetteurs couvrant les régions de Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et Mayotte[67] ; deuxième phase le avec l'allumage sur 5 émetteurs couvrant les collectivités de Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna[68] ; dernière phase le avec l'allumage sur 1 émetteur couvrant la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon[69]. Au total, 15 émetteurs sont concernés par ce déploiement qui permettra de couvrir, à terme, une grande partie de la population de ces neuf territoires d'outre-mer[70].

Difficultés de la TNT payante (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

En , la chaîne AB1 (AB Groupe) arrête sa diffusion sur la TNT payante. La chaîne Canal J (Lagardère Active) cesse également d'émettre sur la TNT payante en raison de coûts de diffusion trop important. Ces deux retraits mettent en évidence le peu de succès de la TNT payante qui ne compte que près de 60 000 abonnés chez les distributeurs TV Num et TNtop[71]. Le CSA prévoit alors de lancer des appels à candidatures pour trois nouvelles chaîne payantes mais également pour deux nouvelles chaînes gratuites en HD[72].

Le , le CSA lance un appel à candidatures pour une chaîne nationale payante[73]. Le , la chaîne sportive CFoot de la Ligue de football professionnel est choisie face à Canal+ Family du groupe Canal+ et l'indépendant SelecTV[74]. Le , le CSA lance un appel à candidatures pour un service de médias audiovisuels à la demande (SMAD)[75]. Le service de vidéos à la demande SelecTV, filiale de TV Num, est choisi en pour rejoindre la TNT payante et proposer des films par abonnement ou en paiement à la séance[76]. Le service devait initialement être lancé fin 2011 sur le multiplex R3 mais face à l'appauvrissement de l'offre payante de la TNT et à la concurrence, TV Num est placé en liquidation judiciaire en 2012. Début 2013, faute de fonds, SelecTV qui espérait lancer son service avant l'été de la même année est liquidé à son tour[77].

À l'été 2011, les groupes TF1 et M6 demandent le passage en gratuit de leurs chaînes respectives LCI et Paris Première. Mais le , le CSA leur refuse la gratuité[78]. En , la chaîne premium payante TPS Star cesse d'émettre[79]. En juin, la Ligue de football professionnel ferme sa chaîne CFoot à cause de coûts de diffusion trop importants sur la TNT payante et la perte de droits sportifs consécutifs à l'arrivée de beIN Sports en France[80].

Au début de l'année 2014, LCI et Paris Première demandent de nouveau leur passage en gratuit[81]. Nonce Paolini, PDG du groupe TF1, menace de fermer LCI à la fin de l'année s'il n'obtient pas satisfaction[82]. Mais le , le CSA refuse de nouveau la gratuité aux deux chaînes, ainsi qu'à Planète+ (Groupe Canal+) qui leur embraye le pas sans réelle volonté[83],[84]. Le , les groupes TF1 et M6 ferment leur chaîne payante TF6, concurrencée par les chaînes gratuites et en manque de souffle sur la TNT payante[85]. À son tour, Eurosport quitte la TNT payante en janvier 2015 après que TF1 a vendu le groupe à l'américain Discovery[86].

Le , le Conseil d'État annule la décision du CSA du refusant la gratuité de LCI et Paris Première pour « procédure irrégulière »[87]. Le , le CSA autorise cette fois-ci le passage de LCI en gratuit considérant que le marché publicitaire a évolué et que la chaîne n'a plus d'avenir dans la TNT payante. Mais il refuse toujours celui de Paris Première et Planète+[88].

Le , le CSA ouvre une consultation publique préalable au lancement d’un appel aux candidatures pour un canal TNT payant rendu disponible à l'échéance de l'autorisation accordée à la chaîne Canal+, soit le [89]. L'appel est lancé le et porte sur l'édition d'un service de télévision à vocation nationale, diffusé sous condition d’accès et en haute définition[90]. Une seule candidature, celle de Canal+, est déposée auprès du Conseil et déclarée recevable par celui-ci[91]. Bien que Canal+ n'ait aucune concurrence pour le renouvellement de sa fréquence, ses dirigeants font planer la menace d'un retrait de la TNT et de ne pas aller jusqu’au bout de la procédure. Déjà vers fin , le Président du directoire du groupe Canal+ Maxime Saada évoquait un possible retrait de la chaîne cryptée du réseau hertzien. Ce dernier justifiait cette éventualité en invoquant les nombreuses contraintes et obligations qui pèsent sur Canal+, parmi lesquelles le durcissement de la fiscalité en France, les coûts importants de diffusion sur la TNT ainsi que le passage de 5,5 à 10 % de la TVA[92]. L'audition publique du candidat a lieu le [93]. Finalement, le , Canal+ obtient une nouvelle autorisation du CSA d’émettre sur la TNT payante. Cette autorisation est valable pour une durée de trois ans, à la demande des dirigeants de la chaîne. De son côté, le groupe Canal+ relativise la portée de cet évènement en rappelant dans un communiqué que la TNT « concerne un peu moins de 5 % de ses abonnés français », après avoir expliqué que cette technologie avait beaucoup perdu en attractivité, par rapport aux autres modes de diffusion[94].

La TNT haute définition[modifier | modifier le code]

Expérimentations et premières chaînes (2006-2012)[modifier | modifier le code]

Le , le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) lance un appel à projets en vue d'expérimentations de diffusion en haute définition sous la norme MPEG-4 AVC/H.264 dans les villes de Paris, Lyon et Marseille. Les chaînes TF1, M6, Canal+, Arte et les chaînes publiques de France Télévisions sont ainsi autorisées à diffuser en HD du au à l'occasion d'événements sportifs tels que Roland-Garros, Wimbledon et la Coupe du monde de football. Une seconde vague d'expérimentations a lieu du au avec cette fois-ci Canal+, M6, Arte, Direct 8, NRJ 12, BFM TV et les chaînes de France Télévisions[95],[96],[97]. Une troisième vague d'expérimentations se déroule du au et permet notamment la diffusion du Tour de France en HD[98].

En parallèle, le CSA ouvre le une consultation publique sur la haute définition pour recueillir les avis des acteurs de l'audiovisuel. Ces derniers affichent leur volonté de développer la HD, vue comme le futur standard de la télévision[99]. Le , le CSA lance un appel à candidatures pour la diffusion de deux chaînes privées nationales en haute définition sur la TNT. Un canal est également réservé pour une chaîne du service public[100]. Le , les chaînes gratuites TF1 et M6 sont choisies aux côtés de France 2[101],[102]. Le , un nouvel appel à candidatures est lancé pour la diffusion d'une chaîne nationale privée payante en haute définition[103]. La chaîne Canal+ est choisie le [104]. En , le ministère de la Culture décide également de préempter au bénéfice de la chaîne Arte l'usage d'un canal de diffusion en HD sur la TNT[105].

Canal+ commence à émettre ses programmes cryptés en haute définition le sur la TNT[106]. En ce qui concerne les chaînes gratuites, TF1, France 2, M6 et Arte débutent leur diffusion en haute définition (1440 × 1080 pixels) à balayage entrelacé (1080i dégradé) le à 17 h. Dès leur lancement, Arte HD et les programmes cryptés en HD de Canal+ bénéficient d'une couverture géographique identique aux autres chaînes de la TNT tandis que TF1 HD, France 2 HD et M6 HD ne sont diffusées que via 27 émetteurs ne couvrant que 40 % de la population. Cela est dû au fait qu'une intervention est nécessaire sur chaque émetteur pour activer le nouveau multiplex R5 contenant les versions HD des trois chaînes[107]. La couverture des trois chaînes gratuites (TF1 HD, France 2 HD et M6 HD) s'étend alors progressivement au cours des années et atteint 96 % de la population métropolitaine en [108],[109]. À partir de fin , les quatre chaînes gratuites HD passent à une résolution supérieure et sont désormais diffusées en Full HD (1920 × 1080 pixels) à balayage entrelacé (1080i)[110].

Développement (2011-2016)[modifier | modifier le code]

En , la Commission européenne juge que les « chaînes bonus » promises aux groupes TF1, M6 et Canal+ sont illégales vis-à-vis du droit européen. Ces chaînes bonus (TV Breizh pour TF1, M6 Famille pour M6 et Canal 20 pour Canal+) leur avaient été réservées par la loi de 2007 en compensation des efforts financiers pour le passage au tout numérique et l'arrivée de la concurrence, et devaient être lancées après l'extinction de l'analogique en [111],[112]. Ainsi, prenant acte de cette décision, le CSA lance le un appel à candidatures pour 6 chaînes en haute définition[113]. Il reçoit au total 34 candidatures, toutes jugées recevables et portant uniquement sur des projets de chaînes gratuites. Les auditions publiques se déroulent du 5 au [114].

Le , le CSA révèle les 6 chaînes sélectionnées : 6ter, Chérie HD (future Chérie 25), HD1, L'Équipe HD (future L'Équipe 21), RMC Découverte et TVous la Télédiversité (future Numéro 23). Les six nouvelles chaînes commencent à émettre le mais ne sont accessibles que pour seulement 25 % de la population[115],[116]. Leur couverture est progressivement étendue par zones géographiques. 13 phases de déploiement sont prévues entre et . Plus de 97 % de la population métropolitaine sera alors couverte, comme pour la TNT en définition standard[117].

Le , le CSA lance un appel à candidatures pour des chaînes nationales en haute définition[118]. Il reçoit 26 candidatures qui sont toutes jugées recevables. Les auditions publiques ont lieu du 21 au [119],[120].

Compte tenu que l'État a préempté 5 canaux HD pour les chaînes publiques France 3, France 4, France 5, France Ô et LCP et que les chaînes déjà présentes sur la TNT sont prioritaires, le CSA sélectionne 12 chaînes le  : BFM TV, Canal+ Cinéma, Canal+ Sport, D8, D17, Gulli, I-Télé, NRJ 12, NT1, Planète+, TMC et W9[121].

En , le groupe NextRadioTV (BFM TV, RMC Découverte) annonce racheter la chaîne Numéro 23 pour un montant de près de 90 millions d'euros[122]. Mais en octobre, le CSA retire son autorisation d'émettre à la chaîne — une première dans l'histoire de la télévision —, considérant que son propriétaire, Pascal Houzelot, les a berné en réalisant une manœuvre de pure spéculation qui consiste à vendre avec une belle plus-value le canal obtenu gratuitement seulement deux ans et demi auparavant[123]. Cependant, le Conseil d'État casse la décision du CSA le jugeant que la fraude n'est pas démontrée[124]. Finalement, NextRadioTV ne prend qu'une participation minoritaire de 39 % dans le capital de la chaîne[125].

Évolution et généralisation de la HD en France métropolitaine (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Jusqu'en , la majorité des chaînes de la TNT sont encore diffusées en définition standard (720 × 576 pixels) — sauf France 3 qui est diffusée en 544 × 576 pixels pour gérer correctement les décrochages régionaux et locaux[126] — à balayage entrelacé (576i) sous le format MPEG-2. Le , toute la TNT métropolitaine passe au MPEG-4, une norme de compression plus performante que le MPEG-2. Cette évolution permet le passage en haute définition de 14 chaînes gratuites (France 3, France 5, D8, W9, TMC, NT1, NRJ 12, LCP, France 4, BFM TV, I-Télé, D17, Gulli et France Ô), ainsi que des plages en clair de Canal+ et de 3 chaînes payantes (Canal+ Sport, Canal+ Cinéma et Planète+), portant au total le nombre de services de télévision diffusés en HD à 28 (contre seulement 11 jusqu'à présent). TF1, France 2, M6 et Arte arrêtent leur double diffusion SD/HD et une recomposition des multiplex a lieu pour répartir les chaînes sur seulement six multiplex au lieu de huit[127],[128]. Ce changement de norme conduit dans le même temps à la libération des fréquences de la bande des 700 MHz (deuxième dividende numérique) que le gouvernement vend aux opérateurs de réseau mobile pour le développement de la 4G[129]. Cependant, cette cession a également pour conséquence une dégradation temporaire de la résolution de 8 chaînes de la TNT (France 3, France 5, M6, Arte, W9, France 4, France Ô et 6ter), qui sont par conséquent diffusées en haute définition (1440 × 1080 pixels) à balayage entrelacé (1080i dégradé) au lieu du Full HD (1920 × 1080 pixels)[130]. Le même jour, la chaîne d'information payante LCI du groupe TF1 commence sa diffusion en clair, mais seulement en définition standard. Une trentaine de chaînes locales passent à la haute définition comme les chaînes nationales[131]. En revanche, la généralisation de la haute définition ne concerne pas les chaînes de la TNT d'outre-mer.

Le , le CSA autorise la création d'une chaîne publique d'information, associant France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l'Institut national de l'audiovisuel[132]. France Info commence sa diffusion en définition standard sur la TNT le à 20 h[133]. La chaîne France Ô doit abandonner la haute définition au passage pour lui faire de la place sur le multiplex R1[134].

En 2018, la ministre de la Culture Françoise Nyssen dévoile ses propositions de réforme de l'audiovisuel public[135]. Parmi les grands axes, on retrouve notamment la suppression des chaînes France 4 et France Ô. En début d'année 2020, on apprend que l'arrêt des deux chaînes publiques est fixé au [136]. Finalement, le ministère de Culture annonce dans un communiqué du , l'arrêt de la chaîne France Ô à compter du , soit deux semaines après l'échéance initiale. Le à h 49, France Ô cesse la diffusion de ses programmes et le signal hertzien de la chaîne est définitivement coupé dans la nuit du 1er au . La libération du canal no 19 permet ainsi le passage en HD de la chaîne France Info[137]. Quant à France 4, dont la fermeture était prévue en même temps que France Ô, la chaîne a réussi à démontrer son importance sur le plan éducatif pendant la période de confinement liée à la pandémie de Covid-19[138], et obtient ainsi un an de sursis[139] avant d'être finalement pérennisée à la suite d'une annonce du président de la République Emmanuel Macron le [140].

Fin , France Télévisions annonce le lancement une déclinaison TV de l'offre Culturebox, déjà disponible depuis le sur la plateforme france.tv, afin de soutenir le secteur de la culture particulièrement pénalisé par la crise du Covid-19. À vocation éphémère, la chaîne culturelle est autorisée à diffuser des programmes pendant une période de trois mois, soit normalement jusqu'à la réouverture des lieux culturels. Culturebox est lancée le à 20 h 35 sur le canal no 19, laissé vacant après l'arrêt de France Ô à la fin de l'été [141]. Par ailleurs, France 4 et France Info sont contraintes de repasser temporairement en SD pour permettre à Culturebox d'émettre en HD sur le multiplex R1[142]. En avril 2021, le ministère de la Culture annonce dans un communiqué le prolongement de la chaîne sur le canal no 14 en soirée à partir de 20 h 10. Culturebox devient ainsi une chaîne à temps d'antenne partagé avec France 4 à partir du 3 mai 2021. Ce prolongement est prévu pour durer jusqu'à l'arrêt de France 4 en août 2021[143]. Mais à la suite de l'annonce du maintien de cette dernière en , une décision publiée au Journal officiel acte l'arrêt de Culturebox en tant que chaîne de télévision à compter du 20 août 2021[144],[145].

Le , l’Arcom ouvre une consultation publique destinée à préparer le lancement d'un appel aux candidatures portant sur l'attribution de la ressource hertzienne rendue disponible à l’échéance, le , des autorisations accordées à TF1 et M6 pour la diffusion de leurs programmes sur la TNT[146]. L'appel est lancé le et porte sur l'édition de deux services de télévision à vocation nationale diffusés en clair, à temps complet et en haute définition[147]. 3 candidatures sont jugées recevables par l'Autorité : M6 et TF1, chaînes historiques candidates à leur renouvellement, ainsi que le projet SIX porté par la société NJJ Projet 5523, filiale de la holding personnelle du milliardaire Xavier Niel, et qui a pour ambition de récupérer la fréquence de M6[148],[149]. Les auditions publiques des candidats ont lieu le [150]. Le , l'Arcom annonce, sans surprise, avoir sélectionné les chaînes TF1 et M6 qui conservent ainsi leur fréquence pour une durée supplémentaire de dix ans[151],[152].

Près de 20 ans après le lancement de la TNT, les autorisations de 15 chaînes nationales métropolitaines arrivent à échéance en 2025. Dans le détail, les autorisations de C8, W9, TMC, TFX, NRJ 12, LCI et Paris Première courent jusqu'au , celle de Canal+ jusqu'au , et celles de BFM TV, CNews, CStar, Gulli, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma(s) et Planète+ jusqu'au [153]. Ce renouvellement d'une partie des chaînes nationales constitue un évènement majeur pour la télévision numérique terrestre car l'Autorité explique qu'il s'agit de « la plus importante vague d’attribution de fréquences depuis le lancement de la TNT au début des années 2000 ». Pour préparer ce processus, l'Arcom ouvre deux consultations publiques : la première le , destinée à recueillir les observations des parties intéressées sur l’impact de l’affectation de ces ressources et sur les modalités de mise en appel de celles-ci[154] ; la seconde le , visant à modifier les règles de partage de la ressource radioélectrique pour les multiplex de la TNT afin de permettre à l'ensemble des services nationaux d’être diffusés en haute définition[155]. Le , l'Arcom lance un appel aux candidatures pour l’édition de services de télévision à vocation nationale, à temps complet et en haute définition[156]. L'Autorité reçoit au total 27 candidatures parmi lesquelles 25 sont déclarées recevables[157],[158],[159]. Les auditions publiques des candidats se déroulent du au et sont retransmises en direct sur le site internet de l’Arcom[160].

La TNT ultra-haute définition et haute définition améliorée[modifier | modifier le code]

Expérimentations et premières chaînes (2014-2024)[modifier | modifier le code]

En , le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) autorise la société TDF à expérimenter la diffusion en ultra-haute définition (3840 × 2160 pixels) à balayage progressif (2160p) sous les normes DVB-T2 et HEVC/H.265 depuis l'émetteur de la Tour Eiffel à Paris. Ces nouvelles normes, déjà utilisées dans d'autres pays, pourraient permettre de diffuser sur la TNT des chaînes en haute définition à balayage progressif (1080p) — contre de la HD à balayage entrelacée (1080i) jusqu'à maintenant — ou des chaînes en ultra-haute définition[161],[162],[163],[164]. D'autres expérimentations ont lieu en 2016 et 2017 à Rennes et Paris[165],[166].

Chaque année entre 2014 et 2023, France Télévisions retransmet le Tournoi de Roland-Garros en ultra-haute définition sur une chaîne évènementielle baptisée France TV Sport UHD, diffusée sur les zones de Paris, Nantes et Toulouse sur les canaux no 81, 82 et 83[167],[168],[169],[170],[171],[172],[173],[174],[175],[176]. Du 12 au , Arte réalise des tests grandeur nature de diffusion de ses programmes en UHD et HD améliorée avec HDR, accessibles sur les zones de Paris, Nantes et Toulouse sur les canaux no 81 et 82[177]. Une autre chaîne évènementielle baptisée Réunion La 1re UHD est lancée pour suivre l'édition 2021 du Grand Raid à La Réunion. Cette chaîne temporaire est disponible dans le département d'outre-mer mais également en métropole sur les zones de Paris, Nantes et Toulouse sur le canal no 81[178]. L'expérimentation est renouvelée lors des éditions 2022 et 2023[179],[180].

Le CSA engage des travaux préparatoires en 2017 avec l’ensemble des acteurs du secteur pour préparer les prochaines évolutions de la TNT en France. Les Jeux olympiques de Paris en 2024 constituent l’horizon auquel une plateforme TNT modernisée serait proposée aux téléspectateurs. Des travaux sont engagés au premier trimestre 2018 pour les standards d’images et de son. Un nouveau multiplex pourrait être déployé sur une partie du territoire métropolitain pour assurer la couverture de 60 % de la population[181].

Dolby et TDF annoncent en avril 2021 de nouvelles expérimentations à Paris, Nantes et Toulouse en utilisant pour le son la norme Dolby AC-4. Cette dernière permet de séparer chaque élément audio (musiques, voix, audio-description, version originale…) et de les régler indépendamment. Bien que cette nouvelle norme permettrait de réduire grandement la bande passante, elle pourrait ne pas être compatible avec un tiers des téléviseurs 4K actuellement sur le marché. De plus, les constructeurs doivent payer une licence pour pouvoir intégrer cette technologie sur leur produit[182].

Le , le groupe France Télévisions ouvre un appel d'offres sur le marché de service d'un transport de multiplex TNT ultra-haute définition (UHD) en France métropolitaine. Le groupe public de télévision souhaite en effet lancer les versions UHD des chaînes France 2 et France 3 avant le début des Jeux olympiques de Paris[183]. Pour mener à bien cette opération, des travaux sont engagés sur un certain nombre d'émetteurs. Un multiplex précurseur utilisant des normes nouvelles (DVB-T2 et HEVC) est progressivement déployé à partir de septembre 2023 sur les différents sites concernés[184].

Le , le gouvernement demande à l’Arcom (ex-CSA) d’autoriser France Télévisions à diffuser en ultra-haute définition les chaînes France 2 et France 3, en métropole comme en outre-mer, à partir de 2024. En réaction, l'Arcom ouvre le une consultation publique sur la préparation du lancement de services de la TNT en ultra-haute définition dans le but de recueillir les avis des acteurs de l'audiovisuel sur le sujet. Outre la diffusion en ultra-haute définition des chaînes publiques France 2 et France 3 demandé par France Télévisions, le communiqué de l'Arcom souligne que d'autres acteurs ont manifesté un intérêt à opérer une diffusion de leurs services en UHD. Cette consultation vise également à déterminer la capacité du nouveau multiplex déployé, et notamment le nombre de services en ultra-haute définition qu’il pourrait héberger[185]. Dans le cadre des travaux engagés depuis plusieurs années par l'Autorité, deux formats améliorés ont été identifiés : un premier, baptisé « HD-HDR », qui se caractérise par une résolution en haute définition complète (dite « Full HD ») et des améliorations du contraste et des couleurs (« HDR » pour « High Dynamic Range ») ; un second, nommé UHD, qui présente, outre ces mêmes améliorations du contraste et des couleurs, une résolution spatiale qui est quatre fois supérieure à celle du format HD-HDR, ce qui permet d’afficher plus de détails à l’écran[186],[187].

Le , l'Arcom autorise France Télévisions à diffuser France 2 et France 3 (antenne nationale) en qualité UHD sur le territoire métropolitain. Concernant l'autorisation de France 3, la durée de diffusion en UHD est limitée à une période de 2 mois, soit du 10 juillet au 10 septembre 2024[188].

Le démarrage en test de France 2 et France 3 au format UHD a lieu le sur l'émetteur de la Tour Eiffel. D’autres tests sont également effectués via un tout petit nombre d’émetteurs. Cette phase d'expérimentation permet d'effectuer les derniers réglages techniques afin de garantir une diffusion optimale en vue du lancement officiel prévu pour le début de l'année 2024 sur plusieurs grandes villes[189],[190].

L'allumage officiel du nouveau multiplex R9 diffusant France 2 UHD débute à partir de et se déroule en plusieurs phases[64],[65],[66] : première phase le avec l'allumage sur 19 émetteurs couvrant les zones de Paris, Nantes, Bordeaux, Angers, Saint-Nazaire, Meaux, La Roche-sur-Yon, Corbeil-Essonnes et Melun[67] ; deuxième phase le avec l'allumage sur 8 émetteurs couvrant les zones de Toulouse, Rennes, Saint-Malo et Agen[68] ; troisième phase le avec l'allumage sur 20 émetteurs couvrant les zones de Marseille, Montpellier, Avignon, Lorient, Vannes, Alès et Laval[69] ; quatrième phase le avec l'allumage sur 23 émetteurs couvrant les zones de Lyon, Saint-Étienne, Le Mans, Rouen, Évreux, Mantes-la-Jolie, Saint-Chamond et Roanne[191] ; cinquième phase le avec l'allumage sur 12 émetteurs couvrant les zones de Clermont-Ferrand, Tours, Annecy, Quimper, Blois et Carcassonne[192] ; sixième phase le avec l'allumage sur 32 émetteurs couvrant les zones de Brest, Limoges, Perpignan, Orléans, Pau, Troyes, Niort, Saint-Brieuc, Angoulême, Auxerre, Romans-sur-Isère, Nevers et Châtellerault[193] ; septième phase le avec l'allumage sur 77 émetteurs. Au total, 215 émetteurs sont concernés par ce déploiement qui permettra de couvrir, à terme, environ 70 % de la population en métropole[70].

Le , l'Arcom délivre une autorisation à la chaîne M6 pour une diffusion temporaire en HD-HDR, c'est-à-dire en Full HD (1920 × 1080 pixels) à balayage progressif (1080p) avec HDR. La chaîne est autorisée à émettre du 14 juin au 14 juillet 2024 pour permettre la retransmission des matchs de l'Euro de football en haute définition améliorée. Elle occupera le multiplex R9 lancé en janvier 2024 et exploitant les normes DVB-T2 et HEVC[194],[195].

La norme HbbTV[modifier | modifier le code]

La norme HbbTV permet d'apporter de l’interactivité aux utilisateurs de la TNT et offre un accès à des services associés. Cette norme allie diffusion, IPTV et transmission de divertissements haut débit via des téléviseurs et des décodeurs connectés. Elle offre également le moyen d’accéder à d’autres contenus éventuellement proposés par les diffuseurs de télévision, y compris la télévision à diffusion traditionnelle, la vidéo à la demande et les services de télévision à la demande[196].

Les premières expérimentations sur la TNT débutent en mai 2011 à l'occasion des Internationaux de France de tennis. Les chaînes concernées par ces tests sont France 2 HD et France 4[197]. La chaîne NRJ 12 propose quant à elle ses premiers contenus interactifs à partir de juillet 2011[198]. À l'issue des expérimentations menées lors du tournoi de Roland-Garros, le groupe France Télévisions lance son portail HbbTV sur la TNT début septembre 2011[199]. D'autres chaînes comme M6 et Arte réalisent des expérimentations en lien avec des applications interactives. Du côté d'Arte, une application baptisée Arte+7 qui permet de regarder des émissions en replay est testée via les flux HbbTV[200]. En novembre 2011, l'AFDESI lance un bouquet de services en HbbTV sur la TNT dans la région d’Auxerre, baptisé « Mes Services TV » et accessible sur le canal no 29. Il s’agit d’une offre pilote comprenant différents types de contenus (jeux, infos, VOD, paris sportifs, services pratiques, etc.)[201].

À partir de 2012, les chaînes TF1, Direct 8 (puis D8) et Direct Star (puis D17) proposent à leur tour des contenus interactifs sur la TNT[202]. Début juillet 2012, France Télévisions lance l'application Salto en TV connectée qui permet de reprendre au début un programme en cours de diffusion. Cette fonction gratuite est proposée tous les jours pour les programmes diffusés à partir de 20 h sur France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô[203].

Début 2013, I-Télé lance son application interactive sur la TNT[204]. À partir du , les deux chaînes parlementaires diffusées en temps partagé sur la TNT lancent chacune leur application interactive. Celle de LCP-AN est dénommée Salto (marque créée par France Télévisions) tandis que celle de Public Sénat s'intitule « Retour au début du programme »[205].

Le , Chérie 25 lance son application HbbTV et propose ainsi de nouveaux services complémentaires (télévision de rattrapage et grille TV). L'application intègre également des passerelles vers les autres contenus du groupe NRJ. On retrouve ainsi l'application HbbTV de NRJ 12 entièrement mise à jour en adoptant la même interface[206]. De son côté, Gulli lance son application Gulli Replay sur les TV connectées au 3e trimestre de 2014[207].

En juin 2016, France Télévisions abandonne le HbbTV et son application Salto lancée en 2012. L'arrêt de Salto permet de gagner de la capacité en bande passante et ainsi faire de la place dans le multiplex R1 pour le lancement de la nouvelle chaîne d'information publique France Info[208].

Le 8 avril 2021, le service interactif Arte.tv est lancé sur le canal no 77 via les flux HbbTV pour une expérimentation de 6 mois. Ce service fonctionne uniquement pour les téléspectateurs possédant une télévision connectée à Internet et suffisamment récente pour lire la norme HbbTV[209]. À partir du 19 avril, deux autres services sont également lancés. Le premier, baptisé « Le portail interactif de la TNT » est accessible sur le canal no 50, regroupant les plateformes Arte.tv, Salto, NRJ Play ainsi qu'un guide électronique des programmes géré par France Télévisions, TF1 et M6[210],[211]. Le second, Salto, plateforme SVOD relancée en 2020 par les groupes France Télévisions, TF1 et M6, est disponible sur le canal no 51[212],[213]. Le portail interactif et Salto disparaissent de la TNT le 15 janvier 2022 en raison de tests peu concluants[214]. L'expérimentation du service Arte.tv, qui connait quant à elle un meilleur succès, est prolongée par l'Arcom jusqu'au [215],[216].

La technologie 5G Broadcast[modifier | modifier le code]

TowerCast, filiale du groupe NRJ spécialisée dans la radio et la télédiffusion, travaille depuis le début de l'année 2016 sur l'évolution de la technologie 5G Broadcast et depuis 2018 sur la mise en service du réseau. Cette technologie, intégrée à la 5G depuis 2017 et issue du monde des télécoms permet d’adresser les terminaux mobiles grâce à un flux de broadcast. TowerCast décrit la 5G Broadcast comme étant « la promesse d'une expérience linéaire complémentaire, seamless et indépendante, qui s'appuie sur des points hauts broadcast afin d'offrir une expérience de consommation de contenus audiovisuels unique aux téléspectateurs. Ainsi, une zone comme Paris peut alors être couverte par quelques points hauts synchronisés, contrairement à plusieurs centaines pour les opérateurs ». Grâce à cette technologie, tout smartphone compatible 5G pourrait alors, indépendamment de l’abonnement mobile et de sa carte SIM, recevoir l'ensemble des chaînes de la TNT, mais aussi des services de télévision de replay comme la vidéo à la demande[217].

En , on apprend que les acteurs de l’industrie veulent se servir des Jeux olympiques de 2024 pour développer cette technologie à grande échelle en France. De plus, la 5G Broadcast a déjà été testée durant l'année 2022 lors de la retransmission des matchs du Tournoi de Roland-Garros et du Concours Eurovision de la chanson. Le directeur général de TowerCast explique que « la 5G est une petite révolution pour nous. La TNT, vous l’aurez dans la poche. Cette mobilité, c’est du temps d’audience à capter pour les éditeurs ». Cependant, tout n’est pas encore prêt pour un lancement à grande échelle. En effet, la démonstration a été réalisée sur des smartphones spécifiques fournis par Qualcomm, les puces supportant cette technologie n’étant pas produites en masse ou intégrées par les fabricants. Toutefois, cela pourrait changer d’ici 2024 à 2026[218].

À l’occasion de l'édition 2023 du Tournoi de Roland-Garros, l'entreprise TDF obtient l'autorisation de l'Arcom pour expérimenter la diffusion de contenus audiovisuels de France Télévisions avec la technologie 5G Broadcast, depuis la tour Eiffel avec des tests de réception en mobilité sur smartphone dans l’enceinte du tournoi. Cette innovation permettra ainsi de recevoir la TNT en extérieur, c’est-à-dire depuis un smartphone compatible 5G Broadcast, sans abonnement de téléphonie mobile, ni Wi-Fi[219],[220].

Les chaînes de la TNT[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine, les chaînes nationales sont disponibles dès le lancement de la TNT le [221] tandis que les premières chaînes locales sont apparues le , soit deux ans et demi plus tard[222].

En France d'outre-mer, les chaînes nationales ainsi que les premières chaînes locales sont disponibles lors du lancement de la TNT le , soit plus de cinq ans et demi après le lancement de la TNT en France métropolitaine[223].

France métropolitaine[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine, la télévision numérique terrestre (TNT) compte 31 chaînes nationales — dont 8 chaînes publiques, 18 chaînes privées gratuites et 5 chaînes privées payantes (avec des plages en clair ou non) — et 42 chaînes locales[224].

Chaînes nationales[modifier | modifier le code]

Liste des chaînes nationales de la TNT en France métropolitaine[225],[226]
No  Chaîne Logo Type Accès Propriétaire Début de diffusion Multiplex Format
1 TF1
Généraliste privée Gratuit Groupe TF1 R6 HD (1080i)
2 France 2
Généraliste publique France Télévisions R1
3 France 3[N 1]
4 Canal+
Généraliste privée Payant (plages en clair) Groupe Canal+ R3
5 France 5
Généraliste publique Gratuit France Télévisions R4
6 M6
Généraliste privée Groupe M6
7 Arte
Généraliste publique Arte France
8 C8
Généraliste privée Groupe Canal+ R2
9 W9
Groupe M6 R4
10 TMC
Groupe TF1 R6
11 TFX
12 NRJ 12
NRJ Group
13 LCP
Thématique publique Parlement français
14 France 4
Généraliste publique France Télévisions R1
15 BFM TV
Thématique privée Altice Média R2
16 CNews
Groupe Canal+
17 CStar
Généraliste privée
18 Gulli
Groupe M6
20 TF1 Séries Films
Groupe TF1 R7
21 L'Équipe
Thématique privée Groupe Amaury
22 6ter
Généraliste privée Groupe M6 R4
23 RMC Story
Altice Média R7
24 RMC Découverte
Thématique privée
25 Chérie 25
Généraliste privée NRJ Group
26 LCI
Thématique privée Groupe TF1 R3 SD (576i)
27 France Info
Thématique publique France Télévisions R1 HD (1080i)
41 Paris Première
Généraliste privée Payant (plages en clair) Groupe M6 R3 SD (576i)
42 Canal+ Sport
Thématique privée Groupe Canal+ HD (1080i)
43 Canal+ Cinéma(s)
Payant
45 Planète+
52 France 2 UHD
Généraliste publique Gratuit France Télévisions R9 UHD (2160p)

Chaînes locales[modifier | modifier le code]

Liste des chaînes locales de la TNT en France métropolitaine[227]
No  Chaîne Logo Propriétaire Zone(s) de diffusion Début de diffusion Multiplex et/ou simplex Format
30 Angers Télé
Media7 Angers R1 HD (1080i)
BFM Alsace
Altice Média Strasbourg, Mulhouse
BFM Lyon
Lyon, Villefranche-sur-Saône, Vienne R1, R15
BFM Marseille Provence
Marseille R1
BFM Paris Île-de-France
Île-de-France
BFM Toulon Var
Toulon, Hyères
Télé Paese
Société Télé Paese Calvi, L'Île-Rousse, Corte, Ajaccio, Bastia, Porto-Vecchio R15
TVPI
Groupe Sud Ouest Bayonne R1
Wéo Nord-Pas-de-Calais
Groupe Rossel - La Voix Lille
31 8 Mont-Blanc
Mountain Next Savoie, Haute-Savoie R15
BFM DICI Alpes du Sud
Altice Média Gap R1
BFM DICI Haute-Provence
Digne-les-Bains, Serres, Sisteron, Château-Arnoux R15
BFM Grand Lille
Lille
BFM Nice Côte d'Azur
Nice, Menton, Cannes, Grasse, Saint-Raphaël, Mercantour R1
Canal 31
Région parisienne Multi 7
Tébéo
Groupe Télégramme Brest R1
Télénantes
Media7 / Groupe Sipa - Ouest-France Nantes
TL7
Saint-Étienne, Roanne
ViàOccitanie Montpellier
Groupe La Dépêche Montpellier
ViàOccitanie Toulouse
Toulouse R1, R15
Vosges TV
Épinal, Vittel R1
32 20 Minutes TV Île-de-France
Groupe Rossel - La Voix / Groupe Sipa - Ouest-France Région parisienne Multi 7
BFM Grand Littoral
Altice Média Boulogne-sur-Mer, Dunkerque R1
Canal 32
Troyes R15
33 BFM Normandie
Altice Média Rouen, Neufchâtel-en-Bray R1
France 3 Via Stella
France Télévisions Corse
LDV Média
Monistrol-sur-Loire R15 SD (576i)
LMtv Sarthe
Le Mans R1 HD (1080i)
Moselle TV
Metz, Forbach, Sarrebourg
TébéSud
Groupe Télégramme Lorient, Vannes
TLC
Vendée, Maine-et-Loire TVO
TV7
Groupe Sud Ouest Bordeaux, Arcachon R1
ViàOccitanie Pays Catalan
Groupe La Dépêche Perpignan
ViàOccitanie Pays Gardois
Nîmes, Alès R1, R15
34 Le Figaro TV Île-de-France
Groupe SECOM / Groupe Figaro Région parisienne Multi 7
MATÉLÉ
E-Facto Saint-Quentin, Hirson, Laon R1
TV Vendée
Vendée, Maine-et-Loire TVO
35 TVR
Rennes R1
Wéo Picardie
Groupe Rossel - La Voix Abbeville, Amiens
36 Bip TV
Issoudun, Argenton-sur-Creuse R1, R15
37 TV Tours-Val de Loire
Groupe NRCO Tours, Blois R1
38 TéléGrenoble
Grenoble, Voiron

France d'outre-mer[modifier | modifier le code]

En France d'outre-mer, la télévision numérique terrestre (TNT) compte seulement 7 chaînes nationales publiques et 18 chaînes locales (soit 1 à 4 chaînes locales par DROM-COM)[224].

Chaînes nationales[modifier | modifier le code]

Liste des chaînes nationales de la TNT en France d'outre-mer[228]
No  Chaîne Logo Type Propriétaire Début de diffusion Multiplex Format
2/3/4 France 2
Généraliste publique France Télévisions ROM1 SD (576i)
3/4/5 France 3[N 2]
4/5/6 France 4
5/6/7 France 5
7/8/9 Arte
Arte France
8/9/10 France Info
Thématique publique France Télévisions
22 France 2 UHD[N 3]
Généraliste publique ROMU UHD (2160p)

Chaînes locales[modifier | modifier le code]

Liste des chaînes locales de la TNT en France d'outre-mer[229]
Zone de diffusion No  Chaîne Logo Propriétaire Début de diffusion Multiplex ou simplex Format
Guadeloupe 1 Guadeloupe La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
3 Canal 10
SD (576i)
Guyane 1 Guyane La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
Martinique 1 Martinique La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
2 ViàATV
SD (576i)
3 KMT
11 Zitata TV
ROML
Mayotte 1 Mayotte La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
9 Kwezi TV
SD (576i)
10 Chiconi FM-TV
Nouvelle-Calédonie 1 Nouvelle-Calédonie La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
10 Caledonia
SD (576i)
Polynésie française 1 Polynésie La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
2 TNTV
SD (576i)
La Réunion 1 Réunion La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
2 Antenne Réunion
Saint-Barthélemy 1 Guadeloupe La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
Saint-Martin 1 Guadeloupe La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
Saint-Pierre-et-Miquelon 1 Saint-Pierre-et-Miquelon La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)
Wallis-et-Futuna 1 Wallis-et-Futuna La 1re
France Télévisions ROM1 HD (1080i)

Régions frontalières[modifier | modifier le code]

Les Français vivant dans des zones frontalières peuvent recevoir partiellement ou intégralement les services de télévision numérique terrestre (TNT) des pays frontaliers sous réserve de compatibilité des équipements techniques et des normes de diffusion. Il est ainsi possible de capter :

Anciennes chaînes[modifier | modifier le code]

De nombreuses chaînes nationales ou locales, métropolitaines et/ou ultra-marines ont été diffusées sur la TNT et n'en font plus partie. Soit elles se sont arrêtées — généralement pour des raisons économiques —, soit ont été renommées, soit ont abandonné ce moyen de diffusion.

Chaînes nationales en métropole[modifier | modifier le code]

  • Europe 2 TV : chaîne généraliste privée gratuite du groupe MCM diffusée du au (renommée Virgin 17) ;
  • AB1 : chaîne généraliste privée payante d'AB Groupe diffusée du au (sortie de la TNT) ;
  • Canal J : chaîne thématique privée payante de Lagardère Active diffusée du au (sortie de la TNT) ;
  • Virgin 17 : chaîne généraliste privée gratuite du groupe MCM diffusée du au (renommée Direct Star) ;
  • Planète : chaîne thématique privée payante du groupe Canal+ diffusée du au (renommée Planète+) ;
  • TPS Star : chaîne thématique privée payante du groupe Canal+ diffusée du au (disparue) ;
  • CFoot : chaîne thématique privée payante de la Ligue de football professionnel diffusée du au (disparue) ;
  • Direct 8 : chaîne généraliste privée gratuite du groupe Bolloré diffusée du au (renommée D8) ;
  • Direct Star : chaîne généraliste privée gratuite du groupe Bolloré diffusée du au (renommée D17) ;
  • TF6 : chaîne généraliste privée payante du groupe TF1 et du groupe M6 diffusée du au (disparue) ;
  • Eurosport : chaîne thématique privée payante du groupe TF1 diffusée du au (sortie de la TNT) ;
  • Arte HD : chaîne généraliste publique d'Arte France diffusée du au (disparue) ;
  • France 2 HD : chaîne généraliste publique de France Télévisions diffusée du au (disparue) ;
  • M6 HD : chaîne généraliste privée gratuite du groupe M6 diffusée du au (disparue) ;
  • TF1 HD : chaîne généraliste privée gratuite du groupe TF1 diffusée du au (disparue) ;
  • L'Équipe 21 : chaîne thématique privée gratuite du groupe Amaury diffusée du au (renommée L'Équipe) ;
  • D17 : chaîne généraliste privée gratuite du groupe Canal+ diffusée du au (renommée CStar) ;
  • D8 : chaîne généraliste privée gratuite du groupe Canal+ diffusée du au (renommée C8) ;
  • I-Télé : chaîne thématique privée gratuite du groupe Canal+ diffusée du au (renommée CNews) ;
  • HD1 : chaîne généraliste privée gratuite du groupe TF1 diffusée du au (renommée TF1 Séries Films) ;
  • NT1 : chaîne généraliste privée gratuite du groupe TF1 diffusée du au (renommée TFX) ;
  • Numéro 23 : chaîne thématique privée gratuite de NextRadioTV diffusée du au (renommée RMC Story) ;
  • France Ô : chaîne généraliste publique de France Télévisions diffusée du au (disparue) ;
  • Culturebox : chaîne thématique publique de France Télévisions diffusée du au (disparue) ;
  • Canal+ Cinéma : chaîne thématique privée payante du groupe Canal+ diffusée du au (renommée Canal+ Cinéma(s)).

Chaînes locales en métropole[modifier | modifier le code]

Chaînes nationales en outre-mer[modifier | modifier le code]

Chaînes locales en outre-mer[modifier | modifier le code]

  • GTV : diffusée du au en Guadeloupe (disparue) ;
  • ATV : diffusée du au en Martinique (renommée ATV Martinique) ;
  • Carib’inTV : diffusée du à à Saint-Barthélemy et Saint-Martin (sortie de la TNT) ;
  • ATG : diffusée du au en Guyane (renommée ATV Guyane) ;
  • KTV : diffusée du à en Guyane (sortie de la TNT) ;
  • IO TV : diffusée de à à Saint-Martin (sortie de la TNT) ;
  • NCTV : diffusée du au en Nouvelle-Calédonie (renommée Caledonia) ;
  • Outre-mer 1re : diffusées du au dans chaque territoire (renommées Outre-mer La 1re)[231] ;
  • ATV Martinique : diffusée du au en Martinique (renommée ViàATV) ;
  • ATV Guyane : diffusée du à en Guyane (renommée ViàGuyane) ;
  • ViàGuyane : diffusée de à en Guyane (disparue) ;
  • Télé Kréol : diffusée du au à La Réunion (sortie de la TNT)[232] ;
  • Télémante : diffusée de à à Mayotte (sortie de la TNT) ;
  • Éclair TV : diffusée du à en Guadeloupe (sortie de la TNT) ;
  • Alizés TV : diffusée d' à en Guadeloupe (sortie de la TNT) ;
  • Zouk TV : diffusée du au en Martinique (sortie de la TNT)[233].

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Mode de désignation des chaînes[modifier | modifier le code]

L'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) a pour mission d'autoriser les éditeurs publics comme privés à utiliser la ressource radioélectrique. Le secteur public a un droit d’accès prioritaire à toutes les ressources qui lui permettent de diffuser ses services de télévision. Le secteur privé doit quant à lui se soumettre à des appels aux candidatures.

L'Arcom lance un appel aux candidatures dans lequel il définit les caractéristiques de ce dernier : la zone géographique concernée (nationale ou locale), les caractéristiques des services concernés par l’appel (gratuits ou payants, généralistes ou thématiques, à temps complet ou à temps partagé) et, le cas échéant, les obligations de programmation liées aux caractéristiques des services concernés par l’appel. Une consultation publique et une étude d’impact sont organisées préalablement à un appel si les autorisations sont susceptibles de modifier de façon importante le marché en cause. Après le lancement de l’appel, les candidats disposent d’un délai de plusieurs semaines pour constituer leurs dossiers de candidatures. Une fois les dossiers déposés, l'Autorité vérifie si les candidatures respectent bien les conditions requises et publie la liste des candidats déclarés recevables au Journal officiel. Des auditions publiques sont ensuite organisées lors desquelles les candidats présentent leur projet et répondent aux questions des membres de l'Autorité. À l’issue des auditions publiques, l'Arcom effectue une sélection des candidats qu’elle envisage d’autoriser. En conséquence, une convention est élaborée pour définir les obligations et les engagements propres au service conformément aux conditions prévues dans l’appel. Enfin, elle délivre les autorisations aux candidats avec lesquels elle a conclu une convention et notifie leur rejet aux candidats non retenus.

L’autorisation accordée à un service de télévision, hors secteur public, est valable pendant dix ans maximum[234]. Ces autorisations peuvent faire l’objet d’une reconduction, pour une durée de cinq ans. La procédure prévoit alors que l'Arcom se prononce dix-huit mois avant l'expiration de l’autorisation et publie sa décision motivée de recourir ou non à la procédure de reconduction hors appel aux candidatures. En cas de reconduction, l'Autorité doit signer au cours des neuf mois suivants une nouvelle convention avec l’éditeur du service[235].

Déploiement de la TNT[modifier | modifier le code]

À son lancement le , la télévision numérique terrestre (TNT) n'est retransmise que par 17 émetteurs situés principalement dans des grandes agglomérations et n'est alors disponible que pour 35 % de la population métropolitaine. Par la suite, 95 autres émetteurs sont mis en service en 5 phases de à , couvrant ainsi 80 à 85 % de la population[236],[237],[238].

Calendrier du déploiement des principaux émetteurs de la TNT
Phase Date Zones Couverture
1 Bordeaux (2 sites), Brest, Lille, Lyon, Mantes-la-Jolie, Marseille (2 sites), Niort, Paris (4 sites), Rennes, Rouen, Toulouse et Vannes 35 %
2 Ajaccio, Bayonne, Bourges, Caen, Cherbourg, Grenoble, Le Havre, Lyon, Le Mans, Nantes, Orléans, Reims, Saint-Étienne, Toulon et Toulouse 50 %
3 - Agen, Alençon, Angers, Arcachon, Argenton-sur-Creuse, Bastia, Besançon, Brive, Caen, Cannes, Clermont-Ferrand, Évreux, Laval, Lorient, Meaux, Nice, Roanne, Saint-Raphaël et Tours 59 %
4 - Albi, Alès (2 sites), Aubenas, Aurillac, Autun, Bergerac, Carcassonne, Chartres, Dieppe, Guéret, Hyères, La Rochelle, Le Puy-en-Velay, Limoges, Mende, Montluçon, Montpellier, Neufchâtel-en-Bray, Perpignan, Poitiers, Privas, Ussel et Valence 66 %
5 mars - Annecy, Auxerre, Avignon, Bar-le-Duc, Belfort, Chambéry, Chaumont, Le Creusot, Dijon, Épinal, Mâcon, Menton, Montbéliard, Montmélian, Parthenay, Sens, Troyes, Vittel et Voiron -
6 octobre - Abbeville, Amiens, Boulogne-sur-Mer, Charleville-Mézières, Cluses, Dunkerque, Forbach, Hirson, Lille, Longwy, Maubeuge, Metz, Mulhouse, Nancy, Sarrebourg, Strasbourg, Valenciennes, Verdun 80 - 85 %

De nombreux émetteurs sont activés par vagues successives entre 2008 et 2009 pour étendre la couverture de la TNT. Puis, d'autres émetteurs sont mis en service au cas par cas. Ainsi, il est prévu par la loi de couvrir 95 % de la population métropolitaine avec 1 626 émetteurs avant le , date de l'arrêt de la télévision analogique[239].

  • 55 émetteurs en 2008[240] ;
  • 77 émetteurs entre le et le [240] ;
  • 36 émetteurs le [241] ;
  • 42 émetteurs le [242] ;
  • 24 émetteurs le [242] ;
  • 59 émetteurs le [243],[244]
  • 22 émetteurs le [243] ;
  • 45 émetteurs le [245].

Extinction du réseau analogique[modifier | modifier le code]

Schéma d'arrêt de l'analogique[modifier | modifier le code]

La loi no 2007-309 du relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur fixe l'extinction définitive de la télévision analogique terrestre au au plus tard. Le , le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) ouvre une consultation publique sur le basculement de la télévision analogique vers la télévision numérique. Il en ressort que l'arrêt de la diffusion analogique doit se faire par zones géographiques en commençant dès 2009[48],[46],[47].

L'arrêt de la diffusion analogique permettra de libérer les fréquences dans la bande des 800 MHz, constituant le premier dividende numérique, mais également d'étendre et améliorer la réception de la TNT sur le territoire français, ainsi que de lancer de nouveaux services comme la TNT HD, la télévision mobile personnelle, la radio numérique terrestre et l'Internet mobile à très haut débit. De plus, cela permettra aux chaînes historiques de mettre fin aux coûts de double diffusion analogique/numérique[48].

La transition des émetteurs de l'analogique vers le numérique se fait en deux étapes successives et rapprochées : premièrement, l'arrêt des chaînes analogiques, et deuxièmement, le basculement des multiplex sur les fréquences définitives de la TNT[48]. Les fréquences utilisées sont issues d'une coordination internationale mise en place avec le plan numérique de Genève de 2006 afin de limiter les brouillages en zones frontalières[246].

Pour accompagner les téléspectateurs dans cette transition, un groupement d'intérêt public (GIP) dénommé France Télé Numérique est créé en 2009 par l'État et les chaînes analogiques historiques. Plusieurs campagnes publicitaires sont diffusées par les chaînes de télévision nationales pour informer les téléspectateurs du changement à venir. Des campagnes locales et régionales d'information sont lancées quelques mois avant la date de basculement dans les régions concernées. Des dépliants sont distribués dans les boîtes aux lettres, des points d'information fixes et mobiles sont ouverts, et un centre d'appel et un site web sont mis en place pour répondre à toutes les questions. De plus, un fonds d'aide subventionne l'achat d'adaptateurs numériques et le réglage de l'antenne de télévision pour les foyers les moins aisés. Une prestation de service à domicile est offerte aux personnes âgées et aux personnes handicapées pour régler les équipements techniques grâce à 8 000 intervenants et 43 000 bénévoles. Un fonds d'aide complémentaire est mis en place à destination des personnes qui ne peuvent plus recevoir la télévision terrestre et doivent changer de mode de réception[48],[247].

Calendrier du passage au « tout numérique »[modifier | modifier le code]

Avant de généraliser l'extinction de la télévision analogique, trois opérations pilotes sont organisées par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, le GIP France Télé Numérique, et les représentants des chaînes. Il s'agit d'examiner les difficultés rencontrées par les Français lors de l'opération, de mesurer l'efficacité de la campagne de communication auprès des foyers, et de vérifier les capacités d'intervention et de coordination des acteurs[48].

Le calendrier prévoit ensuite un arrêt de l'analogique selon les zones géographiques correspondant au découpage régional de la chaîne France 3 en France métropolitaine et selon les territoires en France d'outre-mer[48],[247].

Cas particulier de Canal+

L'autorisation de diffusion analogique de Canal+ arrivant à échéance le , soit avant les autres chaînes hertziennes, la chaîne est obligée de suivre son propre calendrier d'extinction de l'analogique en avance par rapport au calendrier général[247],[252].

Reprise par d'autres moyens de diffusion[modifier | modifier le code]

La télévision numérique terrestre (TNT) couvre 97 % de la population française métropolitaine grâce à 1 626 émetteurs. Pour les Français ne recevant pas la TNT, d'autres moyens de réception doivent être utilisés, tels que le satellite, le câble et Internet[253],[254],[255]. Les chaînes nationales et certaines chaînes locales y sont reprises gratuitement, et des offres payantes permettent de recevoir des chaînes supplémentaires.

Les chaînes nationales gratuites sont accessibles en clair (free to air) sur le satellite Eutelsat 5 West B[256]. De plus, deux bouquets gratuits mais sous contrôle d'accès proposent de recevoir les chaînes de la TNT. D'un côté, le bouquet TNT Sat du groupe Canal+ lancé en et accessible sur Astra 1. De l'autre, le bouquet Fransat du groupe Eutelsat lancé en et accessible sur Eutelsat 5 West B. Ils permettent tous deux de recevoir des radios et des chaînes supplémentaires françaises ou étrangères gratuitement. Ils proposent aussi des offres payantes contenant des chaînes thématiques supplémentaires[253],[257],[258],[259].

Les chaînes nationales gratuites sont également disponibles sans abonnement sur le câble[260].

Les chaînes nationales gratuites sont aussi proposées dans les offres télévisuelles des opérateurs de télécommunications mais sous réserve de disposer d'un abonnement[260].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Transport du signal[modifier | modifier le code]

L'éditeur de service responsable d'une chaîne de télévision fournit son signal vidéo numérique à un opérateur de multiplex[261].

L'opérateur de multiplex se charge d'abord de compresser le flux vidéo pour en réduire le débit. Puis, il assemble les flux compressés de plusieurs chaînes dans un même canal correspondant à une gamme de fréquences pour former un multiplex. Ce multiplexage permet à la télévision numérique de diffuser plusieurs chaînes sur un même canal contrairement à la télévision analogique où chaque chaîne est diffusée sur son propre canal. Le multiplex créé est ensuite confié à un opérateur de diffusion[262],[263],[264].

L'opérateur de diffusion tel que TDF ou TowerCast achemine le multiplex par liaison satellite, faisceau hertzien ou fibre optique jusqu'aux émetteurs de télévision répartis sur tout le territoire français. L'opérateur est choisi par un appel d'offres pour une durée limitée dans chaque zone d'émission[262],[263],[264].

Normes[modifier | modifier le code]

Normes de diffusion

La télévision numérique terrestre (TNT) est diffusée en France sous la norme DVB-T (Digital Video Broadcasting - Terrestrial), comme dans une bonne partie du monde, notamment en Europe. Il est envisagé dès 2011 que cette norme soit remplacée un jour par son évolution, la DVB-T2, aux performances accrues[265]. Des expérimentations de diffusion en DVB-T2 ont lieu depuis l'émetteur de la Tour Eiffel à Paris à partir de [161],[162]. Le passage de la TNT à la norme DVB-T2 n'est pas prévu avant les années 2020[266].

Normes de codage/compression

Au lancement de la TNT en France métropolitaine le , les chaînes gratuites sont diffusées sous la norme de codage/compression MPEG-2 en définition standard (720 × 576 ou 544 × 576 pixels). Cette norme est choisie car elle repose sur une technologie confirmée, moins couteuse. Elle permet de respecter le calendrier du lancement de la TNT, contrairement au récent format MPEG-4 qui n'est pas encore totalement défini techniquement[267]. Cependant, la norme MPEG-4 est retenue pour la diffusion des chaînes payantes en métropole[268], et pour toutes les chaînes en outre-mer[56]. Les chaînes en haute définition (1440 × 1080 puis 1920 × 1080 pixels) sont diffusées sous la norme de codage/compression MPEG-4 depuis les expérimentations de 2006. La quasi-totalité des chaînes de la TNT sont diffusées sous cette même norme depuis le , qu'elles soient en haute définition ou non[269]. Les chaînes en ultra-haute définition (3840 × 2160 pixels) et haute définition améliorée sont diffusées sous la norme de codage/compression HEVC depuis les expérimentations de 2014.

Normes de chiffrement

Les chaînes de la TNT payante disposent d'un contrôle d'accès (Simulcrypt ou Multicrypt)[réf. nécessaire]. L'accès aux chaînes de la TNT payante est réservé aux détenteurs d'un décodeur spécialisé vendu avec un contrat d'abonnement. En effet, les adaptateurs standards vendus sans abonnement permettent uniquement de recevoir les plages en clair et ne permettent pas de décrypter ces chaînes. Pour les téléviseurs dotés de la TNT intégrée, seule une carte d'abonnement suffit. Elle s'insère dans le poste de télévision, et est activable avec abonnement.

Réseau de télédiffusion[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du site d'émission du puy de Dôme.

Le réseau de télédiffusion de la TNT compte 1 626 émetteurs en France métropolitaine et plus de 200 en France d'outre-mer. Gérés par les opérateurs techniques tels que TDF et TowerCast, les émetteurs sont de deux types[270],[271],[272],[273] :

  • les sites d'émission « principaux » ou « primaires », qui comptent des émetteurs de forte puissance (plusieurs milliers de watts) situés sur des points hauts (grands pylônes ou montagnes) et des émetteurs de puissance moyenne (quelques centaines de watts) situés en plaine ;
  • les sites d'émission « secondaires », dont les émetteurs sont de faible puissance (quelques watts ou dizaines de watts).

De plus, les collectivités locales peuvent installer et maintenir à leurs frais des ré-émetteurs locaux avec l'autorisation de l'Arcom. Ainsi, plus de 360 ré-émetteurs sont en service en France[274],[275].

Canaux et fréquences de la TNT[modifier | modifier le code]

La télévision numérique terrestre (TNT) utilise les fréquences UHF comprises entre 470 MHz et 694 MHz (canaux 21 à 48)[276].

L'arrêt de la télévision analogique pour le passage à la télévision numérique en 2011 permet de libérer les fréquences dans la bande des 800 MHz (791 MHz - 862 MHz) afin de développer le réseau de téléphonie mobile à très haut débit 4G/LTE. Il constitue le premier dividende numérique. Ainsi, l'Arcep vend ces fréquences aux opérateurs de réseau mobile pour des montants variant entre 600 millions et 1 milliard d'euros. Mais l'utilisation de ces fréquences pour la 4G peut entraîner un brouillage avec la TNT[277],[278].

La généralisation de la norme MPEG-4 en 2016 permet de libérer de nouvelles fréquences dans la bande des 700 MHz (694 MHz - 790 MHz) pour continuer le développement de la 4G. Elle représente le deuxième dividende numérique. L'Arcep a vendu aux opérateurs mobiles, fin 2015, deux blocs de fréquences, 703 - 733 MHz et 758 - 788 MHz. Le calendrier de transfert comprend quatorze étapes se déroulant entre le et le [279].

Correspondance des canaux et des fréquences[280],[281]
Canal Fréquence Canal Fréquence Canal Fréquence Canal Fréquence
21 474 MHz 28 530 MHz 35 586 MHz 42 642 MHz
22 482 MHz 29 538 MHz 36 594 MHz 43 650 MHz
23 490 MHz 30 546 MHz 37 602 MHz 44 658 MHz
24 498 MHz 31 554 MHz 38 610 MHz 45 666 MHz
25 506 MHz 32 562 MHz 39 618 MHz 46 674 MHz
26 514 MHz 33 570 MHz 40 626 MHz 47 682 MHz
27 522 MHz 34 578 MHz 41 634 MHz 48 690 MHz

Composition des multiplex[modifier | modifier le code]

Un multiplex est un ensemble de chaînes de télévision diffusées sur un même canal, c'est-à-dire sur une même gamme de fréquences. Contrairement à la télévision analogique où chaque chaîne est diffusée sur son propre canal, la télévision numérique permet de diffuser plusieurs chaînes sur le même canal grâce à la technique du multiplexage[282],[283]. Un multiplex est géré par un opérateur de multiplex qui rassemble les éditeurs des chaînes de télévision[284].

Métropole[modifier | modifier le code]

Les chaînes nationales diffusées en métropole sont réparties dans sept multiplex, à raison d'une à six chaînes par multiplex : R1 (opéré par la SAS Société de gestion du réseau R1) ; R2 (opéré par la SAS Nouvelles télévisions numériques) ; R3 (opéré par la SA Compagnie du numérique hertzien) ; R4 (opéré par la SAS Société opératrice du multiplex R4) ; R6 (opéré par la SA Société d'exploitation du multiplex R6 - SMR6) ; R7 (opéré par la SAS Multiplex haute définition 7) ; R9 (opéré par la SAS GR UHD1).

Au cours des années, les multiplex ont été remaniés à plusieurs reprises :

  • Le , cinq multiplex hébergeant quatorze chaînes au total sont lancés : R1, R2, R3, R4 et R6[285] ;
  • Au 3e trimestre de 2005, quatre chaînes sont ajoutées dans le multiplex R2 (BFM TV, I-Télé, Europe 2 TV et Gulli), quatre dans le R3 (Canal+ Sport, Canal+ Cinéma, Planète et Canal J), trois dans le R4 (Paris Première, AB1 et TF6) et trois dans le R6 (TPS Star, LCI et Eurosport) ;
  • Le , afin de permettre la diffusion de chaînes locales, d'antennes régionales de France 3 supplémentaires et de France Ô en Île-de-France dans le multiplex R1, plusieurs chaînes sont déplacées : France 4 du R1 au R2, TMC du R2 au R6 et TPS Star du R6 au R3[286] ;
  • Le , Canal+ commence la diffusion de ses plages cryptées en HD dans le multiplex R3[106] ;
  • Le , 4 chaînes commencent leur diffusion en HD : Arte HD dans le multiplex R4, TF1 HD, France 2 HD et M6 HD dans le nouveau R5[287]. Pour faire de la place à Arte HD dans le multiplex R4, TF6 est déplacée sur le R6 tandis qu'AB1 quitte la TNT[288] ;
  • Le , Canal J quitte la TNT, libérant une place dans le multiplex R3 ;
  • Le , Arte est déplacée dans le multiplex R6 pour permettre une diffusion nationale de France Ô dans le multiplex R1[289] ;
  • Le , CFoot intègre le multiplex R3 ;
  • Le , TPS Star cesse la diffusion de ses programmes, libérant une place dans le multiplex R3 ;
  • Le , CFoot cesse la diffusion de ses programmes, libérant une place dans le multiplex R3 ;
  • Le , deux nouveaux multiplex HD sont créés : R7 (HD1, L'Équipe 21 et Chérie 25) et R8 (6ter, Numéro 23 et RMC Découverte)[290] ;
  • Le , TF6 cesse la diffusion de ses programmes, libérant une place dans le multiplex R6 ;
  • Le , Eurosport quitte la TNT, libérant une place dans le multiplex R6 ;
  • Le , la norme MPEG-4 est généralisée à toute la TNT. L'ensemble des chaînes (sauf Paris Première et LCI) passe en HD et TF1, France 2, M6 et Arte arrêtent leur double diffusion SD/HD. Grâce à ce gain de place, les multiplex R5 et R8 sont supprimés et ceux restants sont recomposés : France 5 (R1 à R4), LCP (R1 à R6), France 4 (R2 à R1), Paris Première (R4 à R3), NT1 (R4 à R6), LCI (R6 à R3), Arte (R6 à R4), 6ter (R8 à R4), Numéro 23 (R8 à R7) et RMC Découverte (R8 à R7)[291] ;
  • Le , France Info intègre le multiplex R1 en SD et France Ô doit abandonner la HD pour lui faire de la place[292] ;
  • Le , France Ô cesse la diffusion de ses programmes, libérant une place dans le multiplex R1 à partir du . Dans le même temps, France Info passe en HD[293] ;
  • Le , Culturebox intègre le multiplex R1, France 4 et France Info repassent en SD pour lui permettre de diffuser en HD[142] ;
  • Le , dans le multiplex R1, la fréquence du canal no 19 est libérée à la suite du transfert de Culturebox sur le canal no 14 le . France 4 et France Info repassent de nouveau en HD[294] ;
  • Le , France 2 commence sa diffusion en UHD dans le nouveau R9[295].
Composition des multiplex nationaux en métropole
R1 R2 R3 R4 R6 R7 R9
2
8
4
5
1
20
52
3
15
26
6
10
21
14
16
41
7
11
23
27
17
42
9
12
24
(***) 18
43
22
13
25
45
(***) 30-38 : chaîne locale ou 2e antenne régionale de France 3
  • Chaînes gratuites en SD
  • Chaînes gratuites en HD
  • Chaînes gratuites en UHD
  • Chaînes payantes avec plages en clair en SD
  • Chaînes payantes avec plages en clair en HD
  • Chaînes payantes en HD

Concernant les chaînes de télévision locales diffusées en métropole, la majorité d'entre elles émettent sur un canal du multiplex national R1, réservé à cette occasion depuis le . Une chaîne différente est diffusée selon les zones et les émetteurs. Si aucune chaîne locale n'occupe le canal, une deuxième antenne régionale de France 3, généralement celle d'une région voisine, est éventuellement retransmise.

Il existe également des simplex et multiplex locaux diffusés uniquement dans certaines zones. Le simplex R15 permet notamment de diffuser une chaîne locale ou antenne régionale de France 3 supplémentaire si le dernier canal du multiplex R1 est déjà occupé. Dans certaines régions, il existe des multiplex rassemblant plusieurs chaînes locales : le Multi 7 (opéré par la SAS Multi 7) depuis le en région parisienne[296] et le TVO (opéré par la SARL Ouest TV) depuis le en Vendée et Maine-et-Loire[297].

Composition des multiplex locaux en métropole
R1 R15 Multi 7 TVO
30
30
31
31
31
32
32
32
33
33
33
34
34
34
35
36
36
37
38
  • Chaînes en SD
  • Chaînes en HD

Outre-mer[modifier | modifier le code]

La quasi-intégralité des chaînes diffusées en outre-mer est regroupée au sein d'un seul multiplex, le ROM1 (opéré par la SAS Réseau outre-mer 1). Le simplex/multiplex ROML a également été aménagé dans certaines zones où le ROM1 n'a plus la capacité d'accueillir de chaîne supplémentaire. Le multiplex ROMU (opéré par la SAS Réseau outre-mer 1) permet quant à lui de diffuser des chaînes en ultra-haute définition dans la plupart des territoires ultra-marins.

Composition des multiplex en outre-mer
Guadeloupe Guyane Martinique Mayotte Nouvelle-Calédonie Polynésie française La Réunion Saint-Barthélémy Saint-Martin Saint-Pierre-et-Miquelon Wallis-et-Futuna
ROM1
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
ROML
11
ROMU
22
  • Chaînes en SD
  • Chaînes en HD
  • Chaînes en UHD

Réception[modifier | modifier le code]

Le décodeur[modifier | modifier le code]

Les chaînes de la télévision numérique terrestre (TNT) étant compressées et multiplexées, il est nécessaire d'avoir un adaptateur ou décodeur TNT pour les recevoir. Il est soit directement intégré au téléviseur, soit se présente sous la forme d'un boîtier externe placé entre l'antenne et le téléviseur. Il peut être à double tuner pour pouvoir recevoir deux chaînes de multiplex différents simultanément. Pour enregistrer des programmes télévisés, il peut intégrer un disque dur interne ou être connecté à un disque dur externe ou à une clé USB[298].

Il est également possible de recevoir la TNT sur un ordinateur grâce à une carte tuner TNT ou une clé USB TNT. Les deux dispositifs peuvent être connectées à une antenne externe ou utiliser leur propre petite antenne[299],[300].

Avec la généralisation de la norme MPEG-4 en 2016, de nombreux adaptateurs deviennent obsolètes car ils ne peuvent décoder que la norme MPEG-2. Les Français concernés doivent donc racheter un décodeur compatible MPEG-4[301],[302].

Antenne individuelle ou collective[modifier | modifier le code]

Antennes Yagi.

Pour recevoir les chaînes de la TNT, il est nécessaire d'avoir une antenne Yagi, dite « antenne râteau ». Installée en extérieur, l'antenne individuelle doit être « large bande » pour recevoir les bandes de fréquences UHF IV et V. L'antenne est ensuite reliée au décodeur TNT via un câble coaxial. Il est aussi possible d'utiliser une antenne intérieure si la zone est située à proximité d'un émetteur[303]. La bonne réception dépend notamment du gain d'antenne lié à sa taille et à sa directivité, et à la qualité du câble coaxial. De nombreux composants peuvent s'adjoindre à l'antenne selon les situations : préamplificateur, amplificateur, coupleur, découpleur, filtre (notamment 4G), répartiteur, parafoudre, éclateur

En habitat collectif, l'antenne collective est à la charge de la copropriété et distribue la TNT à tous les habitants qui doivent chacun disposer d'un décodeur TNT. Chaque locataire ou propriétaire peut cependant s'équiper à ses frais d'une antenne individuelle. Ce principe est le droit à l'antenne individuelle, garanti par la loi[304].

Lors du passage au tout numérique, 32 % des antennes individuelles et 48 % des antennes collectives ont nécessité l'intervention d'un antenniste[303].

Problèmes de réception[modifier | modifier le code]

La bonne réception de la TNT peut être sensiblement affectée par plusieurs phénomènes[305],[306] :

Confusion sur les sigles, labels et logos[modifier | modifier le code]

Logo apposé sur certains appareils.

Depuis le lancement de la TNT en 2005, plusieurs sigles officiels ou commerciaux sont apposés sur les téléviseurs, vidéoprojecteurs, décodeurs TNT et autres appareils électroniques : HD Ready, HD Ready 1080p, Full HD. L'utilisation de ces sigles contradictoires entraine une grande confusion dans l'esprit des consommateurs — probablement entretenue par la distribution et les fabricants — : si les téléviseurs sont bien capables d'afficher la haute définition, l'éventuel décodeur intégré ne permet généralement pas en 2008 de décoder les chaînes de la TNT HD[307].

L'article 19 de la loi no 2007-309 du clarifie la situation pour le public. Il établit un calendrier rendant obligatoire l'intégration d'un tuner TNT aux téléviseurs neufs à partir de , puis d'un tuner TNT HD aux téléviseurs HD à partir de , aux téléviseurs de plus de 66 cm de diagonale à partir de et enfin à tous les téléviseurs à partir de [308]. La France fait également un grand ménage dans les logos et seuls deux sigles peuvent être utilisés, HD TV et HD TV 1080p, depuis le [309],[310].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En France métropolitaine, chaque émetteur diffuse une des 24 antennes régionales de France 3, avec des décrochages locaux dans certains territoires.
  2. En France d'outre-mer, tous les émetteurs diffusent l'antenne nationale de France 3.
  3. France 2 UHD n'est pas diffusée dans les territoires de Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chronologie - La télévision numérique », sur Vie-publique.fr (consulté le ).
  2. « Projet de loi de finances pour 1996 - III. Le Satellite et le numérique », sur Sénat (consulté le ).
  3. « Télévision numérique terrestre : le CSA engage une réflexion »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  4. « Télé numérique: François Fillon prône "un décodeur unique" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Libération, (consulté le ).
  5. a et b « Les 10 ans de la TNT : historique et chronologie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur fan2tv.com, (consulté le ).
  6. a b et c Raphaël Hadas-Lebel, « Rapport - La télévision numérique de terre : Propositions pour une stratégie de développement » [PDF], sur le site de La Documentation française, (consulté le ).
  7. a et b Martine Esquirou, « Rennes inaugure le premier bouquet de télévision numérique hertzienne », sur Les Échos, (consulté le ).
  8. « La télévision numérique hertzienne terrestre - La plate-forme Bretagne », sur Ministère de la Culture (consulté le ).
  9. « TNT : le processus de sélection des chaînes privées nationales - Les enjeux de la télévision numérique terrestre »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  10. « Loi no 2000-719 du modifiant la loi no 86-1067 du relative à la liberté de communication », sur Légifrance, (consulté le ).
  11. « Appel aux candidatures TNT : la date de remise des dossiers sera fixée le 5 février 2002 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  12. « TNT : 66 dossiers de candidature recevables »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA, (consulté le ).
  13. « Rapport d'activité 2002 », sur csa.fr (consulté le )
  14. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « 69 télés tentées par la TNT », sur Libération, (consulté le ).
  15. « Les conditions d`une réussite technologique, économique et », sur manualzilla.com (consulté le )
  16. « Télévision numérique terrestre : audition et sélection des candidats »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  17. « TNT : le processus de sélection des chaînes privées nationales - Le dépouillement de la consultation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  18. « Projet de loi de finances pour 2003 : Communication audiovisuelle », sur senat.fr (consulté le ).
  19. a et b « Le CSA a sélectionné 23 services de télévision pour la télévision numérique terrestre (TNT) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  20. a et b S.L., « TNT : le CSA a choisi les chaînes », sur Le Parisien, (consulté le ).
  21. « TNT : affectation des réseaux aux multiplex et composition envisagée pour les multiplex »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  22. « La TNT - Le droit de priorité du service public », sur le site de la DGMIC (consulté le ).
  23. « Annulation de six autorisations délivrées par le CSA dans le cadre du lancement de la télévision numérique terrestre (TNT) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Conseil d'État, (consulté le ).
  24. « TNT : lancement d'un appel aux candidatures »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA, (consulté le ).
  25. « Appel aux candidatures TNT : modification du nombre de canaux disponibles et nouvelle date de remise des dossiers »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  26. « TNT : nouveau délai pour les nouvelles chaînes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Libération, (consulté le ).
  27. « TNT : recevabilité des dossiers déposés dans le cadre de l'appel du 14 décembre 2004 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  28. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « L'info déboule sur la TNT gratuite », sur Libération, (consulté le ).
  29. a et b « Rapport d'activité 2005 - La Télévision hertzienne numérique terrestre (TNT) », sur CSA (consulté le ).
  30. a et b Florence Renard, « 31 mars 2005 : la TNT bouleverse le paysage audiovisuel français », sur Les Échos, (consulté le ).
  31. Julien Jay, « Le dossier TNT - Une question de standard… », sur Clubic, (consulté le ).
  32. Julien Jay, « Le dossier TNT - Présentation de la TNT », sur Clubic, (consulté le ).
  33. « Télévisions locales en région parisienne par voie hertzienne numérique : lancement d'un appel aux candidatures »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  34. « Décision no 2006-749 du 28 novembre 2006 relative à la liste des candidats recevables dans le cadre de l'appel à candidatures pour l'édition de services privés de télévision à vocation locale diffusés en clair ou sous conditions d'accès par voie numérique hertzienne sur la région parisienne », sur legifrance.gouv.fr (consulté le )
  35. « TNT en Ile-de-France : les candidats retenus pour les quatre canaux »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  36. a b c et d « La TNT - Les chaînes locales », sur le site de la DGMIC, (consulté le ).
  37. G.P. et J.H., « Les chaînes franciliennes de la TNT démarrent leurs émissions jeudi », sur Les Échos, (consulté le ).
  38. « Le CSA lance la diffusion des télévisions locales en mode numérique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  39. « Recomposition des multiplex de la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  40. « Des chaînes locales de la TNT bientôt disponibles », sur La Gazette des Communes (consulté le )
  41. « Lancement de cinq appels aux candidatures pour des télévisions locales numériques »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  42. « Lancement de cinq nouveaux appels à candidatures pour des télévisions locales numériques »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  43. « Troisième appel aux candidatures pour des télévisions locales sur la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  44. « Quatrième appel aux candidatures pour des télévisions locales sur la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  45. « Cinquième phase d'appels aux candidatures pour des chaînes locales de la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  46. a et b « Le CSA lance une consultation publique pour préparer le basculement vers la diffusion numérique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA, (consulté le ).
  47. a et b « Le CSA estime nécessaire de commencer le passage de la télévision analogique au tout-numérique dans 2 régions dès 2009 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  48. a b c d e f g h i j et k « Arrêté du 23 juillet 2009 portant approbation de la révision du schéma national d'arrêt de la diffusion analogique et de basculement vers le numérique », sur Légifrance, (consulté le ).
  49. « Le début de la fin pour la télé analogique », sur 60 millions de consommateurs, (consulté le ).
  50. « La TV analogique a définitivement laissé la place à la TNT », sur 01net, (consulté le ).
  51. Jean Paul Champagne, « France Ô arrive sur la TNT gratuite – Le Premium Echirolles – Conseil syndical », (consulté le ).
  52. « Une mission sur le développement de la TNT outre-mer »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  53. a et b « Alain Méar, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel : "La TNT doit être un plus" », sur France-Antilles, (consulté le ).
  54. Morgane Tual, « La TNT débarquera en outre-mer au début de 2010 », sur Les Échos, (consulté le ).
  55. a et b Chloé Woitier, « La "TNT au rabais" des territoires d'outre-mer », sur Le Monde, (consulté le ).
  56. a et b Marc Rees, « La TNT outre-mer lancée aujourd'hui en MPEG-4 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Next INpact, (consulté le ).
  57. Chloé Woitier, « La "TNT au rabais" des territoires d'outre-mer », sur Le Monde, (consulté le ).
  58. Marc Rees, « Fin de la TV analogique : les dates officielles pour l'Outre-Mer »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Next INpact, (consulté le ).
  59. « Outre-mer : franceinfo va remplacer France 24 sur la TNT », sur ozap.com (consulté le ).
  60. « Les chaînes France Télévisions passent en HD sur la TNT en Outre-mer », sur Martinique la 1ère (consulté le ).
  61. « Outre-mer : les chaînes de France Télévisions sont désormais toutes disponibles en HD », sur alloforfait.fr, (consulté le ).
  62. Jonathan, « TNT UHD : Dans quelle zone pourrez-vous capter les chaînes France 2 UHD et France 3 UHD ? », sur ActuMédias Outre-Mer (consulté le ).
  63. Jonathan, « Certains contenus de La 1ère seront disponibles en Ultra Haute Définition sur la TNT ! », sur ActuMédias Outre-Mer (consulté le )
  64. a et b « Lancement de France 2 UHD dès le 23 janvier et de France 3 UHD le 10 juillet », sur FranceTvPro.fr, (consulté le ).
  65. a et b « Bienvenue sur la page dédiée aux professionnels : déploiement de l’ultra-haute définition sur la télévision numérique terrestre », sur arcom.fr (consulté le ).
  66. a et b « Recevoir la TNT: Calendrier », sur Recevoir la TNT (consulté le )
  67. a et b « La TNT en UHD est disponible pour 16 millions de Français », sur tdf.fr (consulté le )
  68. a et b « Actu - La diffusion de la TNT en qualité UHD élargie », sur tdf.fr (consulté le )
  69. a et b « Actualité - TNT en UDH : Sud, Bretagne et Outre-Mer », sur tdf.fr (consulté le )
  70. a et b « FAQ TNT UHD - 4K - TDF répond à vos questions », sur tdf.fr (consulté le )
  71. Guy Dutheil, « L'arrêt de la diffusion de Canal J met en péril l'avenir de la TNT payante », sur Le Monde, (consulté le ).
  72. « TNT : le CSA va lancer un nouvel appel à candidatures », sur ozap.com, (consulté le )
  73. « Appel aux candidatures pour une chaîne de télévision payante sur la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  74. « La Ligue lance sa chaîne CFoot face au monopole de Canal+ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Les Échos, (consulté le ).
  75. « Le CSA lance un appel à candidatures pour la diffusion de services de médias audiovisuels à la demande (SMAD) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  76. « La TNT accueille son premier service de vidéo à la demande », sur ozap.com, (consulté le ).
  77. « SelecTV ne verra pas le jour », sur telesatellite.com (consulté le ).
  78. « Le CSA refuse la gratuité à LCI et à Paris première », sur Le Monde, (consulté le ).
  79. « TPS Star a cessé sa diffusion sur la TNT payante », sur Télérama, (consulté le ).
  80. « Droits TV : Al-Jazira enterre CFoot », sur Le Monde, (consulté le ).
  81. Louis Haushalter, « TF1 et M6 enterrent la TNT payante », sur Europe 1, (consulté le ).
  82. « TF1 : Nonce Paolini menace de fermer LCI si la chaîne ne passe pas en clair », sur Le Monde, (consulté le ).
  83. « La chaîne Planète+ bientôt gratuite ? », sur Les Echos, (consulté le )
  84. « TNT: le CSA refuse la gratuité pour LCI et Paris Première », sur le site de L'Express, (consulté le ).
  85. « Télévision : TF1 et M6 arrêtent TF6, leur chaîne de la TNT », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  86. Grégoire Poussielgue, « Le retrait d'Eurosport fragilise un peu plus une TNT payante déjà moribonde », sur Les Échos, (consulté le ).
  87. « Le Conseil d’Etat annule la décision du CSA de refuser le passage de LCI et Paris Première en gratuit », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  88. Alexis Delcambre, « LCI va passer en gratuit, BFM contestera la décision », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  89. « Consultation publique préalable au lancement d’un appel aux candidatures métropolitain sur la télévision numérique terrestre », sur csa.fr, (consulté le )
  90. « Décision n° 2020-207 du 26 février 2020 portant appel aux candidatures pour l’édition d’un service de télévision à vocation nationale, diffusé sous condition d’accès par voie hertzienne terrestre et en haute définition », sur csa.fr, (consulté le )
  91. « Appel aux candidatures du 26 février 2020 pour l’édition d’un service de télévision payant à vocation nationale : recevabilité de l’unique candidat », sur csa.fr, (consulté le )
  92. Arnaud, « CANAL+ est le seul candidat à avoir déposé un dossier pour renouveler sa fréquence TNT », sur alloforfait.fr, (consulté le )
  93. « Canal+ passe devant le CSA pour garder sa fréquence TNT », sur telesatellite.com (consulté le )
  94. « Canal+ : le CSA renouvelle sa fréquence sur la TNT payante pour 3 ans », sur satellifacts.com (consulté le )
  95. « Rapport d'activité 2006 - La diffusion de services de télévision en haute définition », sur CSA (consulté le ).
  96. « Expérimentations de TNT en haute définition », sur telesatellite.com, (consulté le ).
  97. « Le CSA annonce de nouvelles expérimentations de TNT en HD »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site des Échos, (consulté le ).
  98. « Appel à projets d'expérimentation de télévision numérique de terre en haute définition »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  99. « Lancement de la télévision numérique terrestre en haute définition »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  100. « Télévision en haute définition : le Conseil lance un appel aux candidatures »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  101. « Haute définition : le CSA retient deux chaînes privées et va lancer de nouveaux appels à candidatures »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  102. Guillaume Deleurence, « TF1, M6 et France 2 en HD sur la TNT mi-2008 », sur 01net, (consulté le ).
  103. « Appel à candidatures pour la diffusion d'un service de télévision payante en haute définition »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA, (consulté le ).
  104. « Appel à candidatures pour une chaîne payante HD : Canal+ sélectionnée »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA, (consulté le ).
  105. « Arte en haute définition sur la TNT le 30 octobre », sur Challenges, (consulté le )
  106. a et b « TV haute définition : Canal+ passe à la vitesse supérieure », sur Les Echos, (consulté le ).
  107. Daniel Pascoal, « TNT HD gratuite : lancement le jeudi 30 octobre 2008 », sur CNET, (consulté le ).
  108. « Le CSA augmente la couverture de la TNT haute définition »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  109. « Diffusion sur tous les émetteurs de la TNT des chaînes gratuites en haute définition »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  110. « La TNT HD passe enfin à la qualité supérieure en France » (consulté le )
  111. Emmanuel Berretta, « Chaîne bonus : Bruxelles remontée contre Paris », sur Le Point, (consulté le ).
  112. Isabelle Repiton, « Les chaînes bonus sont mortes, vive les canaux TNT libérés ! », sur le site de Télérama, (consulté le ).
  113. « Appel à candidatures pour six chaînes de télévision en haute définition sur la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  114. « Résultat de délibération du 25 janvier 2012 relatif aux auditions publiques des candidats déclarés recevables dans le cadre de l'appel aux candidatures prévu par la décision no 2011-999 du 18 octobre 2011 modifiée pour l'édition de services de télévision à vocation nationale diffusés par voie hertzienne terrestre en haute définition », sur legifrance.gouv.fr (consulté le )
  115. « Sélection de six nouvelles chaînes en haute définition pour la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  116. Émilie Leoni, « Les six nouvelles chaînes de la TNT arrivent le 12 décembre ! », sur Télé Loisirs, (consulté le ).
  117. « Calendrier de déploiement des nouvelles chaînes HD de la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  118. Décision no 2015-294 du 29 juillet 2015 portant appel aux candidatures pour l'édition de services de télévision à vocation nationale diffusés par voie hertzienne terrestre en haute définition (lire en ligne)
  119. « Décision no 2015-336 du 14 septembre 2015 relative à la liste des candidats recevables dans le cadre de l'appel aux candidatures prévu par la décision no 2015-294 du 29 juillet 2015 pour l'édition de services de télévision à vocation nationale diffusés par voie hertzienne terrestre en haute définition », sur legifrance.gouv.fr (consulté le )
  120. « Résultat de délibération du 16 septembre 2015 modifiant le résultat de délibération du 14 septembre 2015 relatif aux auditions publiques des candidats déclarés recevables dans le cadre de l'appel aux candidatures prévu par la décision no 2015-294 du 29 juillet 2015 pour l'édition de services de télévision à vocation nationale diffusés par voie hertzienne terrestre en haute définition », sur legifrance.gouv.fr (consulté le )
  121. « Appel aux candidatures TNT en haute définition : sélection des candidats »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  122. Alexandre Piquard, « TNT : Numéro 23 dans l'escarcelle de NextRadioTV », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  123. Jérôme Ivanichtchenko, « TNT : le CSA retire l'autorisation d'émettre à Numéro 23 », sur Europe 1, (consulté le ).
  124. Alexandre Piquard, « Numéro 23 : le Conseil d’Etat désavoue le CSA », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  125. Alexandre Piquard, « Numéro 23 : "NextRadioTV devient un partenaire minoritaire avec 39 % du capital" », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  126. Pierre Dandumont, « Petite analyse du passage en (presque) tout HD en TNT », sur journaldulapin.com, .
  127. Sébastien Gavois, « Le passage à la TNT HD (MPEG-4) c'est pour cette nuit : tout ce qu'il faut savoir », sur Next INpact, (consulté le ).
  128. « Le passage à la TNT HD : Le 5 avril 2016 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur recevoirlatnt.fr (consulté le ).
  129. Sébastien Gavois, « 700 MHz, 4G, TNT et MPEG-4 : tout ce qu'il faut savoir », sur Next INpact, (consulté le ).
  130. « La TNT passe à la HD au rabais », sur telesatellite.com (consulté le )
  131. « TNT HD : le CSA sélectionne 27 chaînes locales », sur CB News, (consulté le ).
  132. « Autorisation pour la nouvelle chaîne publique d’information de France Télévisions »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  133. Laurent Marsick, « Franceinfo, nouvelle chaîne moderne et connectée sur la TNT », sur RTL, (consulté le ).
  134. « Francei Info TV, la nouvelle chaîne d'info a son canal sur la TNT », sur telesatellite.com, (consulté le ).
  135. « France 4, France Ô, gouvernance: ce qu'il faut retenir du plan de réforme de l'audiovisuel public »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur LExpress.fr, (consulté le ).
  136. « France 4 et France Ô vont cesser d'émettre le 9 août », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  137. « Décision sur l'avenir des chaînes de France Télévisions », sur culture.gouv.fr, (consulté le ).
  138. « Censée s’arrêter en août, France 4 aura-t-elle droit à un sursis ? », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  139. « France 4 sauvée jusqu'en 2021, France Ô s'arrêtera fin août », sur ozap.com (consulté le ).
  140. « France 4 sauvée, "une excellente nouvelle" pour le numéro 2 de France Télé », sur Europe 1 (consulté le ).
  141. « La chaîne de France Télé, Culturebox, occupera l'ex-canal TNT de France Ô à partir du 1er février », sur ozap.com (consulté le ).
  142. a et b « Culturebox : pour faire de la place à la chaîne en HD, France 4 et franceinfo repassent en SD », sur satellifax.com (consulté le ).
  143. « Covid-19 : la chaîne Culturebox, créée pour aider la culture, est prolongée jusqu'en août », sur Franceinfo, (consulté le ).
  144. « Rapport au Premier ministre relatif au décret no 2021-785 du 19 juin 2021 portant modification du cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  145. « Décision no 2021-868 du 28 juillet 2021 portant abrogation de la décision no 2021-423 du 28 avril 2021 attribuant à la société nationale de programme France Télévisions une ressource radioélectrique pour la diffusion par voie hertzienne terrestre en mode numérique en haute définition et à temps partagé du service Culturebox », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  146. « Consultation publique préalable au lancement d’un appel aux candidatures métropolitain sur la télévision numérique terrestre », sur arcom.fr (consulté le )
  147. « Appel aux candidatures du 7 décembre 2022 pour l’édition de deux services de télévision à vocation nationale diffusés en clair par voie hertzienne terrestre, à temps complet et en haute définition », sur arcom.fr (consulté le )
  148. « Décision n° 2023-22 du 23 janvier 2023 relative aux candidats recevables dans le cadre de l'appel aux candidatures prévu par la décision n° 2022-752 du 7 décembre 2022 pour l'édition de deux services de télévision à vocation nationale diffusés en clair par voie hertzienne terrestre, à temps complet et en haute définition », sur legifrance.gouv.fr (consulté le )
  149. « En quoi consiste « SIX », le projet présenté par Xavier Niel pour remplacer M6 », sur Le HuffPost, (consulté le )
  150. « TNT : l’ARCOM auditionnera TF1, M6 et NJJ le 15 février », sur CB News, (consulté le )
  151. « Appel aux candidatures pour deux services de la TNT : sélection des candidats », sur arcom.fr (consulté le )
  152. Benoît Daragon, « Fréquence TNT de M 6 : le projet de Xavier Niel éliminé de la procédure », sur leparisien.fr, (consulté le )
  153. Arnaud, « TNT : 15 chaînes vont devoir renouveler leur fréquence en 2025 », sur alloforfait.fr, (consulté le ).
  154. « Consultation publique préalable à l’attribution de ressources radioélectriques pour la diffusion de services de la télévision numérique terrestre en métropole », sur arcom.fr (consulté le ).
  155. « Consultation publique portant sur la modification de la délibération no 2015-33 du 18 novembre 2015 relative à la fixation de règles de partage de la ressource radioélectrique pour les multiplex de télévision numérique hertzienne terrestre », sur arcom.fr (consulté le ).
  156. « Appel aux candidatures du 28 février 2024 pour l’attribution de fréquences pour la diffusion de chaînes de la TNT nationale », sur arcom.fr (consulté le )
  157. « Appel aux candidatures pour l’édition de services nationaux de la télévision numérique terrestre (TNT) : 25 candidatures déclarées recevables » (consulté le )
  158. « Fréquences de la TNT : « Ouest-France », « L’Express », TF1 et Le Média parmi les 25 candidatures retenus », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  159. « Voici les chaînes qui sont candidates surprises à une fréquence sur la TNT », (consulté le )
  160. « Appel aux candidatures pour l’édition de services nationaux de la télévision numérique terrestre (TNT) : les 25 candidats seront reçus en audition du lundi 8 juillet 2024 au 17 juillet 2024 », sur arcom.fr (consulté le )
  161. a et b « Ultra haute définition : expérimentation à Paris »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA, (consulté le ).
  162. a et b Pierre Dandumont, « Retour sur les expérimentations de TNT Ultra HD/4K », sur Tom's Hardware, (consulté le ).
  163. Romain Heuillard, « TNT en France : 1080p et Ultra HD approchent »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Clubic, (consulté le ).
  164. « Ultra haute définition : prolongation d’expérimentation à Paris »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA, (consulté le ).
  165. « Rennes : expérimentation DVB-T2 », sur CSA, (consulté le ).
  166. « Le DVB-T2 expérimenté à Rennes et Paris », sur telesatellite.com, (consulté le ).
  167. « Roland Garros 2014 : France Télévisions lance l'Ultra HD 4K », sur Daily Geeks, (consulté le ).
  168. Guillaume, « Roland Garros 2015 en Ultra HD sur la TNT ! », sur blog.cobrason.com, (consulté le ).
  169. « Roland-Garros 2016 : Ultra HD et 360 degrés à l'honneur ! », sur hdnumerique.com (consulté le ).
  170. Guillaume, « Rolland Garros 2017 en 4K HDR (TNT + Satellite) », sur blog.cobrason.com, (consulté le ).
  171. « Roland Garros 2018 également en 4K sur la TNT et via Fransat », sur hdnumerique.com (consulté le ).
  172. Guillaume, « Comment regarder Roland Garros 2019 en Ultra HD 4K ? », sur blog.cobrason.com, (consulté le ).
  173. Vincent Morette, « Comment profiter de Roland Garros Ultra HD/4K HDR sur France TV Sport UHD 4K ? », sur AVCesar (consulté le ).
  174. Vincent Morette, « Roland Garros 2021 Ultra HD 4K HDR sur France TV Sport UHD 4K », sur AVCesar (consulté le ).
  175. Guillaume, « Où et comment regarder Roland Garros 2022 en Ultra HD 4K ? », sur blog.cobrason.com, (consulté le ).
  176. Vincent Morette, « Roland Garros 2023 en Ultra HD 4K HDR sur France TV Sport UHD 4K », sur AVCesar (consulté le ).
  177. Geoffrey, « Arte teste la diffusion en UHD HDR du 12 au 22 septembre sur TNT, satellite et Molotov », sur alloforfait.fr, (consulté le )
  178. Jonathan, « Grand Raid 2021 : Réunion La 1ère, France Télévisions et Globecast ont expérimenté la diffusion en 4K ! », sur ActuMédias Outre-Mer (consulté le ).
  179. Geoffrey, « TDF diffusera le Grand Raid de la Réunion en 4K sur la TNT du 20 au 23 octobre », sur alloforfait.fr, (consulté le ).
  180. Jonathan, « Grand Raid 2023 : France Télévisions lance pour la 3ème fois la chaîne éphémère « Réunion La 1ère Ultra-HD » ! », sur ActuMédias Outre-Mer (consulté le ).
  181. « A quoi ressemblera la TNT en 2024 ? », sur CSA, (consulté le ).
  182. Cassim Ketfi, « La TNT en 4K teste du son Dolby AC-4 incompatible avec de nombreux téléviseurs », sur Frandroid, (consulté le ).
  183. Patrice de Goy, « La TNT en 4K, c'est pour 2024 ! », sur Smart Intégrations Mag, (consulté le ).
  184. « France 2 et France 3 se préparent à leur diffusion en Ultra HD sur la TNT gratuite », sur telesatellite.com (consulté le ).
  185. « Consultation publique pour la préparation du lancement de services de la TNT en ultra-haute définition », sur arcom.fr (consulté le ).
  186. « France 2 et France 3 vont être diffusées en 4K sur la TNT et sur les box, et peut être d'autres chaînes », sur Univers Freebox, (consulté le ).
  187. Arnaud, « TNT : France 2 et France 3 vont passer à l'UHD en 2024 », sur alloforfait.fr, (consulté le ).
  188. « L’Arcom autorise la diffusion en ultra-haute définition de France 2 et de France 3 sur la TNT », sur arcom.fr (consulté le ).
  189. Geoffrey, « TNT : les tests de France 2 UHD et France 3 UHD démarrent sur l’émetteur de la Tour Eiffel », sur alloforfait.fr, (consulté le ).
  190. Paul Abran, « Ile-de-France : France 2 et France 3 en 4K sur la TNT grâce aux antennes de la tour Eiffel », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  191. « Actu - TDF élargit la TNT en UHD : Nord-Ouest et Sud-Est », sur https://www.tdf.fr/ (consulté le )
  192. « Actu - La TNT UHD élargie : Centre, AURA, Occitanie, Bretagne » (consulté le )
  193. « TDF élargit la TNT en UHD : 50 % de la population couverte », sur https://www.tdf.fr/ (consulté le )
  194. « Décision n° 2024-398 du 7 mai 2024 autorisant la société Métropole Télévision à utiliser une ressource radioélectrique pour la diffusion par voie hertzienne terrestre en mode numérique et en haute définition améliorée du service de télévision à vocation nationale dénommé M6 - Légifrance » (consulté le )
  195. « L'Euro 2024 de football en HDR mais pas en 4K sur une version éphémère de M6 », (consulté le )
  196. « A quoi va ressembler la TNT du futur et qu'est-ce que la norme HbbTV ? », sur Smart Intégrations Mag, (consulté le ).
  197. Olivier Ezratty, « Le lancement de HbbTV en France », sur oezratty.net (consulté le )
  198. « TV interactive : NRJ12 teste l’HBBTV », sur hdnumerique.com, (consulté le )
  199. « France Télévisions poursuit ses développements en Télévision Connectée - VF and english version - Le blog de FTVEN », sur blog.francetv.fr, (consulté le )
  200. Eric Le Ven, « Et si la HbbTV faisait mieux que la Smart TV ? », sur CNET France, (consulté le )
  201. Eric Le Ven, « HbbTV : Mes Services TV en test à Auxerre », sur CNET France, (consulté le )
  202. « Secret Story : Une application HbbTV lancée par TF1 », sur hdnumerique.com, (consulté le )
  203. « France Télévisions lance le service Salto en TV connectée pour reprendre au début un programme en cours de diffusion - The Media Leader FR », sur the-media-leader.fr, (consulté le )
  204. « i>Télé lance son application pour TV compatibles HbbTV », sur hdnumerique.com, (consulté le )
  205. « Public Sénat et LCP-Assemblée nationale à l’heure de la TV connectée avec TDF », sur tdf.fr (consulté le )
  206. « Lancement du service HbbTV de Chérie 25 », sur telesatellite.com (consulté le )
  207. « Gulli accélère son développement digital et ses diversifications - The Media Leader FR », sur the-media-leader.fr, (consulté le )
  208. « France Télévisions abandonne le HbbTV », sur www.telesatellite.com (consulté le )
  209. « Le service Arte.tv arrive sur la TNT », sur telesatellite.com (consulté le ).
  210. Damien Choppin, « Salto arrive sur la TNT, voici comment ça va fonctionner », sur Business Insider France, (consulté le ).
  211. « Décision no 2021-391 du 14 avril 2021 autorisant la société Salto à utiliser une ressource radioélectrique pour la diffusion par voie hertzienne terrestre en clair du service de communication audiovisuelle dénommé Canal 50 - Le Portail Interactif de la TNT », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  212. « Salto bientôt sur la TNT en HbbTV », sur telesatellite.com (consulté le ).
  213. « Décision no 2021-392 du 14 avril 2021 autorisant la société Salto à utiliser une ressource radioélectrique pour la diffusion par voie hertzienne terrestre en clair du service de communication audiovisuelle dénommé SALTO - Légifrance », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  214. « Salto : les tests sur la TNT n'ont pas vraiment fonctionné », sur alloforfait.fr, (consulté le ).
  215. « Décision no 2023-23 du 18 janvier 2023 portant prolongation de l'autorisation délivrée à la société Arte France », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  216. Maxime Raby, « TNT : prolongation jusqu'en janvier 2026 du portail interactif d'Arte », sur Univers Freebox, (consulté le ).
  217. « Leader sur le marché français de la 5G Broadcast », sur towercast.fr (consulté le ).
  218. Lucas Musset, « La TNT bientôt captée sur les smartphones 5G, pas besoin de forfait », sur Univers Freebox, (consulté le ).
  219. « TDF et France Télévisions diffusent la TNT en UHD et expérimentent la TNT nomade », sur tdf.fr (consulté le ).
  220. Geoffrey, « TDF va lancer une expérimentation en 5G Broadcast », sur alloforfait.fr, (consulté le ).
  221. Mickaël Frison, « À quoi ressemblait la TNT il y a 10 ans ? », sur le site d'Europe 1, (consulté le ).
  222. « Renumérotation des chaînes de la TNT », sur telesatellite.com, (consulté le ).
  223. Marc Rees, « La TNT outre-mer lancée aujourd'hui en MPEG-4 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Next INpact, (consulté le ).
  224. a et b « Les chaînes de la TNT », sur arcom.fr (consulté le ).
  225. « Les chaînes nationales gratuites de la TNT - Le CSA et l'Hadopi deviennent l'Arcom », sur csa.fr (consulté le ).
  226. « Les chaînes nationales payantes de la TNT - Le CSA et l'Hadopi deviennent l'Arcom », sur csa.fr (consulté le ).
  227. « Les chaînes locales ou régionales de la TNT en métropole », sur csa.fr (consulté le ).
  228. « La numérotation des chaînes », sur csa.fr (consulté le ).
  229. « Les chaînes locales ou régionales de la TNT en outre-mer », sur csa.fr (consulté le ).
  230. « Le CSA donne un avis favorable au nouveau départ de France 4 le 21 août articulé autour de Okoo et Culturebox sans publicité », sur offremedia.com (consulté le ).
  231. « La 1ère : changement d’appellation pour nos chaînes en 2018 », sur Wallis-et-Futuna la 1ère (consulté le ).
  232. Alexis Vallée, « Télé Kréol en sursis », sur la1ere.francetvinfo.fr/reunion, .
  233. Zouk TV stoppera la diffusion de ses programmes sur la TNT à partir du 31 mars 2021, zayactu, 17 mars 2021
  234. « Article 28-1 - Loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard) », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  235. « Création et régulation d'une chaîne télévisée », sur arcom.fr (consulté le ).
  236. « Le démarrage de la TNT est pour mars 2005 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA, (consulté le ).
  237. « Projet de loi de finances pour 2006 : Médias - Les grandes tendances du secteur audiovisuel », sur Sénat (consulté le ).
  238. « Rapport relatif à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur », sur Assemblée nationale, (consulté le ).
  239. « Le CSA publie la liste des sites de la TNT mis en service en 2009, 2010 et 2011 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  240. a et b « L’extension de la TNT se poursuit avec l’ouverture de 77 nouveaux émetteurs »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  241. « La télévision numérique terrestre reçue dans 36 nouvelles zones »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  242. a et b « Progression de la télévision numérique terrestre aux mois d’avril et mai 2009 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  243. a et b « Déploiement de la TNT : 55 nouvelles zones desservies en octobre et novembre 2009 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  244. « Déploiement de la TNT : 4 nouvelles zones desservies en Provence-Alpes-Côte-d’Azur en octobre 2009 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  245. « TNT : 45 nouvelles zones desservies à partir du 18 décembre 2009 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  246. « La coordination nécessaire pour les fréquences frontalières »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  247. a b et c « La télévision numérique terrestre (TNT) - Le passage à la télévision tout numérique », sur DGMIC (consulté le ).
  248. « Coulommiers, 1re ville à expérimenter le passage au tout numérique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  249. « Jour J à Coulommiers: la TV numérique supplante l'analogique », sur Le Parisien, (consulté le ).
  250. « 18 novembre 2009 : arrêt de la TV analogique pour le Nord-Cotentin et Cherbourg »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  251. « Arrêt de la diffusion analogique sur Cherbourg et sa région », sur telesatellite.com, (consulté le ).
  252. « Craintes sur une sortie de Canal+ du GIP France Télé Numérique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Les Échos, (consulté le ).
  253. a et b « Les différents modes de réception de la télévision »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur recevoirlatnt.fr (consulté le ).
  254. « La réception de la TNT par l'antenne "râteau" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  255. « Les autres moyens de réception de la télévision numérique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  256. « MISE EN SERVICE DU NOUVEAU SATELLITE EUTELSAT 5 WEST B », sur fr.fransat.fr (consulté le ).
  257. « Les autres moyens de réception de la télévision numérique - La télévision numérique par satellite »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  258. « Fransat - Qui nous sommes ? », sur Fransat (consulté le ).
  259. « TNT Sat - À propos », sur le site de TNT Sat (consulté le ).
  260. a et b « Les autres moyens de réception de la télévision numérique - La télévision par câble et par ADSL »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  261. Vincent Birebent et Olivier Lapirot, « La TNT, comment ça marche ? », sur 01net, (consulté le ).
  262. a et b Vincent Birebent et Olivier Lapirot, « La TNT, comment ça marche ? », sur 01net, (consulté le ).
  263. a et b « La TNT expliquée - Présentation », sur le site de TDF (consulté le ).
  264. a et b « La diffusion de la télévision numérique terrestre (TNT) : un marché en concurrence »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur le site de l'ARCEP, (consulté le ).
  265. Jamal Henni et Delphine Cuny, « Eric Besson veut libérer des fréquences pour de nouveaux services mobiles », sur La Tribune, (consulté le ).
  266. Eric Le Ven, « La 4K aussi sur la TNT en 2018 », sur CNET, (consulté le ).
  267. Christophe Guillemin, « Le format MPeg-2 retenu pour le lancement de la TNT », sur ZDNet, (consulté le ).
  268. Enguérand Renault, « TNT : la norme MPEG4 pour les chaînes payantes », sur Les Échos, (consulté le ).
  269. Sébastien Gavois, « Le passage à la TNT HD (MPEG-4) c'est pour cette nuit : tout ce qu'il faut savoir », sur Next INpact, (consulté le ).
  270. « La réception de la TNT par l'antenne "râteau" - La couverture de la TNT en métropole »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  271. « Liste des 1627 sites numérisés par les chaînes de télévision », sur csa.fr (consulté le ).
  272. a et b « Les Émetteurs de votre département (Métropole et Outre-Mer) », sur tvnt.net (consulté le ).
  273. « La TNT comment ça marche ? », sur les-industries-technologiques.fr (consulté le ).
  274. « La réception de la TNT par l'antenne "râteau" - La prise en charge d'un émetteur par une collectivité locale »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  275. « Liste des réémetteurs de métropole au 23-07-2013 », sur csa.fr (consulté le ).
  276. « La bande 700 MHz attribuée à la téléphonie mobile »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du CSA (consulté le ).
  277. « L'ARCEP publie les résultats de la procédure d'attribution des licences mobiles 4G dans la bande 800 MHz (le dividende numérique) », sur ARCEP, (consulté le ).
  278. G. de C., « Le brouillage de la TNT par la 4G embarrasse les autorités », sur Les Échos, (consulté le ).
  279. « Transfert de la bande 700 : Un franc succès », sur csa.fr, (consulté le )
  280. « Classeur1 », sur tvignaud.pagesperso-orange.fr (consulté le ).
  281. « Tableau de conversion des Canaux UHF en fréquences », sur tvnt.net (consulté le ).
  282. « Définition : Multiplex », sur telesatellite.com (consulté le ).
  283. « La TNT expliquée - Présentation », sur TDF (consulté le ).
  284. « Désignation des opérateurs de multiplex de la télévision numérique terrestre »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  285. « Projet de loi de finances pour 2006 : Médias », sur Sénat (consulté le ).
  286. « TNT : le CSA réorganise les multiplex »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  287. Christophe Gauthier, « TNT HD enfin là », sur 01net, (consulté le ).
  288. « Recomposition des multiplex »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  289. Coralie Cathelinais, « Arte et France Ô échangent leurs places ce soir sur la TNT », sur 01net, (consulté le ).
  290. « Lancement des six nouvelles chaînes HD sur la TNT : le 12 décembre 2012 », sur hd-motion.com, (consulté le ).
  291. « Préparation du passage au tout MPEG-4 : nouvelle composition des multiplex »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr, (consulté le ).
  292. « France Info TV, la nouvelle chaîne d'info a son canal sur la TNT », sur telesatellite.com, (consulté le ).
  293. « France 4 gagne un sursis d'une année », sur Echos du Net, (consulté le ).
  294. « France 4 et Franceinfo repassent en HD sur la TNT », sur telesatellite.com (consulté le ).
  295. Vincent Morette, « TNT 4K, calendrier France 2 UHD et France 3 UHD en métropole (officieux) », sur AVCesar (consulté le ).
  296. « CSA - Décision no 2008-200 du 19 février 2008 », sur Légifrance, (consulté le ).
  297. « Lancement du multiplex TVO le 18 mai 2010 », sur tvnt.net, (consulté le ).
  298. « Le terminal (ou récepteur) TNT, qu’est-ce que c’est ? comment ça marche ? »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur telesatellite.com (consulté le ).
  299. David Namias, « Dix clés USB TNT HD pour ne rien rater », sur 01net, (consulté le ).
  300. « À savoir avant d'acheter un adaptateur TNT pour PC »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur L'Internaute, (consulté le ).
  301. Bruno Cormier, « TNT en 2016 : faut-il changer votre équipement ou pas ? », sur 01net, (consulté le ).
  302. « Quel décodeur TNT choisir ? », sur Les Numériques, (consulté le ).
  303. a et b « Les antennes pour recevoir la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur telesatellite.com (consulté le ).
  304. « La réception de la TNT par l'antenne "râteau" - La réception de la TNT en habitat collectif »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CSA (consulté le ).
  305. « Mauvaise réception de la TNT : à qui s'adresser ? », sur avicca.org, (consulté le ).
  306. « Votre zone est théoriquement couverte, pourtant vous recevez aléatoirement la TNT »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur csa.fr (consulté le ).
  307. « Téléviseurs obsolètes en promo », sur 60 millions de consommateurs, (consulté le ).
  308. « Article 19 de la loi no 2007-309 du relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur », sur Légifrance (consulté le ).
  309. Marc Rees, « Haute définition : pour faire le point sur les logos HD »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Next INpact, (consulté le ).
  310. « Haute définition : la fin des logos HD Ready et Full HD », sur L'Express, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Denis-Laroque, Télévision numérique terrestre : fondamentaux et perspectives, Paris, Éditions Dunod, coll. « Audio-photo-vidéo », , 149 p. (ISBN 2-10-049576-3, BNF 40136070).
  • Didier Maïsto, TNT, un scandale d'État : (Numéro 23, etc), Les Enquêtes de Lyon Capitale, , 192 p..

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • La guerre de la TNT, documentaire en deux parties (Avis de tempête pour les chaînes hertziennes, puis La Loi du plus fort), réalisé par Bertrand Delais, diffusé fin 2011 sur France 5.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]