Société française du radiotéléphone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis SFR)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « SFR » redirige ici. Pour les autres significations, voir SFR (homonymie).
SFR Télécom[1]
logo de Société française du radiotéléphone

Création
Dates clés 2008 : Rachat de Neuf Télécom
2011 : Rachat complet par Vivendi
2014 : Rachat par Altice
2016 : Branche télécom de SFR Group
Fondateurs Alain Bravo, Richard Lalande
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Slogan SFR en chemin vers le meilleur, Altice
Siège social
Paris
Drapeau de France France
Direction Alain Weill (Directeur Général)
Actionnaires AlticeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Opérateur de télécommunications
Produits Internet
Téléphonie mobile
Téléphonie fixe
Télévision IP
Vidéo à la demande
Société mère SFR Group
Sociétés sœurs Omea Telecom, SFR Business, SFR Réunion, Société du haut débit, Altice Media Group, NextRadioTV (49 %)
Effectif 6 799 salariés (au 31/12/2015)
Site web sfr.fr

Capitalisation 14,28 milliards d' (2017)[2]
Chiffre d’affaires 9,312 milliards (2015)
Résultat net 439 millions (2015)

La Société française du radiotéléphone (SFR) ou SFR Télécom est un opérateur de télécommunications français, branche regroupant les activités télécoms de SFR Group.

Cette société est créée par la Compagnie générale des eaux en 1987. Possédée entièrement par Vivendi depuis 2011, elle est rachetée par Altice en 2014, pour former le groupe Numericable-SFR. En 2016 naît SFR Group, un groupe Télécom, Média et Publicité[3]. La marque Numericable n'est plus utilisée par le groupe.

SFR était, mi 2016, le deuxième opérateur français en parts de marché ; la société compte plus de 19,9 millions de clients mobiles, 6,234 millions de foyer abonnés au haut débit, 1,925 million de foyers abonnés au très haut débit[4], plus de 250 opérateurs clients et 190 000 entreprises, administrations et collectivités clientes[5].

En mai 2017, le groupe Altice annonce avoir l'intention de regrouper la plupart de ses activités sous son nom. Dans le cadre de ce regroupement, SFR sera rebaptisé Altice[6].

Le 11 octobre 2017, le réseau mobile SFR prend le nom « SFR altice », afin d'habituer les clients au nouveau nom bientôt adopté par SFR : Altice[7].

Historique[modifier | modifier le code]

Origines dans le radiotéléphone[modifier | modifier le code]

La Société française du radiotéléphone a été créée en 1987 par la Compagnie générale des eaux, notamment sous la direction de Richard Lalande et d'Alain Bravo. La SFR proposait alors à ses clients un service de radio-télécommunications analogique (norme suédoise NMT), en concurrence avec le Radiocom 2000 de France Télécom. Le service s’appelait alors « SFR NMT ».

Le 15 décembre 1992, SFR, sous la présidence de Philippe Glotin, ouvre le deuxième réseau GSM du téléphone mobile[8].

Groupe SFR-Cegetel[modifier | modifier le code]

Logo du groupe SFR-Cegetel

En 1996, la Compagnie générale des eaux, réorganise, sous la direction de Philippe Germond, ses activités de télécommunications en créant avec un consortium d'autres actionnaires (Mannesman, British Telecom, SBC) un nouveau groupe d'abord baptisé Cegetel (Compagnie générale de télécommunication) puis SFR-Cegetel.

Ce groupe est le premier opérateur privé de téléphonie fixe et mobile alternatif à France Télécom. Il est un des pionniers technologiques dans la téléphonie mobile avec la marque SFR et dans la téléphonie fixe dé-régulée avec les marques Cegetel et le « 7. » Il est également fournisseur d'accès à Internet. Il a été l'actionnaire d'AOL France.

En 2000, l'entreprise achète à Avenir Télécom son réseau de 160 magasins Phone Shop.

En huit ans (1999- 2007), le chiffre d'affaires des activités du groupe a été multiplié par 30 par croissance interne. Par son chiffre d'affaires et sa valeur financière, il figure alors parmi les 40 premiers groupes français. Il est le seul opérateur téléphonique européen à conserver des marges positives lors de la crise de croissance du secteur des télécommunications de 2001-2003. Cette croissance a fait l'objet de recherche en doctorats de gestion[9], de communication dans les universités françaises, allemandes et américaines, et d'un cas d'école.

En 2003, avec la fusion de Cegetel avec Télécom Développement, opérateur télécom détenu par le groupe SNCF, le groupe SFR-Cegetel devient le plus important opérateur privé de télécommunications fixe en France[10]. La même année, il est sélectionné, avec Sanofi et L'Oréal, au titre des trois entreprises françaises les plus dynamiques et appréciées en matière de politique sociale[11].

Le , il est le premier opérateur à lancer une offre sur son nouveau réseau de téléphonie mobile UMTS[12].

Groupe SFR[modifier | modifier le code]

Le groupe SFR-Cegetel disparaît en tant que tel le 11 mai 2005, à l'occasion de l'achat par Neuf telecom de sa filiale Cegetel devenu dès lors Neuf Cegetel. SFR garde 28 % du capital de l'opérateur fixe. Une scission (provisoire) a alors lieu, entre SFR et les activités fixes, ex-Cegetel, devenues Neuf Cegetel.

Le nouveau Groupe SFR est dirigé par Frank Esser[13], jusqu'au 26 mars 2012, date à laquelle il est évincé de son poste par Jean-Bernard Lévy, alors PDG de Vivendi, et lui-même remplacé en juin 2012 par Stéphane Roussel, ancien DRH de SFR.

Disposant de ses propres réseaux GSM/GPRS et UMTS/HSDPA, elle produit pour les particuliers, les professionnels et les entreprises des services de téléphonie mobile, de donnée mobile et de multimédia mobile. Opérateur référent des nouveaux usages du mobile, elle a lancé les premiers services 3G et 3G+ du marché français. Elle comptait, en 2006, 3 millions de clients 3G.

En 2006, avec 17,9 millions de clients et 8 000 collaborateurs, elle est le premier opérateur privé de télécommunications mobiles en France et le numéro un du marché en ventes nettes (nouveaux clients) en 2003, 2004 et 2005.

En 2007, SFR lance sa première offre ADSL et achète les activités fixe de Tele2 en France.

Le , SFR est devenu l’actionnaire majoritaire de Neuf Cegetel en reprenant les parts du groupe Louis Dreyfus, donnant naissance à une nouvelle entité, présente dans la téléphonie fixe, l'accès à Internet (ADSL-FTTH) et la téléphonie mobile (2G,3G) capable de rivaliser avec Orange. Dans la foulée, SFR a lancé une OPAS (OPA Simplifiée) sur le flottant en Bourse de Neuf Cegetel en vue d’obtenir 100 % de cette société. Cette OPA, d’une durée de 4 semaines boursières, a pris fin le a coûté environ 4,5 milliards d'euros à SFR.

Depuis le mois d’, les sites Internet, options et prestations de la marque Neuf Cegetel sont regroupés sous la marque SFR, et par la même occasion l’ancienne NeufBox 4 est rebaptisée NeufBox de SFR. Le logo de SFR a aussi été modernisé. La « NeufBox de SFR » a été remplacée en septembre 2012 par « La box de SFR ».

Au mois d’, 1 900 salariés de SFR Service Client, principalement des téléconseillers de Lyon, Poitiers et Toulouse, sont transférés à des sous-traitants partenaires (Arvato et Teleperformance)[14] après un conflit social d’une ampleur sans précédent dans l’entreprise[15].

Fin , on recensait 3,879 millions d’abonnés haut débit[16].

À partir du , SFR lance des forfaits low-cost : les forfaits RED[17].

Le 4 avril 2011, Vivendi rachète pour 8 milliards d'euros les 44 % de SFR possédés par Vodafone et contrôle désormais totalement l'entreprise[18],[19].

Fin août 2012, la société comptait près de 21 millions de clients à la téléphonie mobile et plus de 5 millions de clients à la téléphonie fixe (offres Internet haut débit et fixe)[20].

Le 11 septembre 2013, à la suite d'un accord entre Jean-René Fourtou et Vincent Bolloré qui conduit ce dernier au poste de vice-président du conseil de surveillance de Vivendi, la scission de l'entreprise est annoncée, dans le but d'une prochaine introduction en bourse de SFR[21], qui n'aura pas lieu.

Filiale de Numericable-SFR[modifier | modifier le code]

Logo du groupe Numericable-SFR
Article détaillé : Numericable-SFR.

Le , le groupe Vivendi entre en négociations exclusives avec Altice (Numericable) pour la vente de SFR[22]. Le , Vivendi annonce avoir choisi Altice pour la vente de SFR. D'avril à juin, la filiale d'Altice procède à la levée des fonds nécessaires au paiement d'une partie des 13,5 milliards promis à Vivendi lors de la finalisation de l'accord de rachat de sa filiale télécoms, indique le directeur financier du groupe, Thierry Lemaître.

Après l'accord[23] de l'Autorité de la concurrence survenu fin octobre 2014, les deux sociétés (Numericable et SFR) fusionnent fin 2014[24].

Le , Vivendi accepte de vendre ses 20 % de parts restantes à Altice dans le cadre de la fusion entre SFR et Numericable[25],[26].

Le , le groupe annonce le lancement du service de vidéo à la demande Zive, et lance une nouvelle box arborant également cette marque[27].

En février 2016, l'opérateur change l'URL de son site institutionnel en http://www.sfr.com. Le logo Numericable n'apparaît plus à côté de SFR.

Le , Numericable Belux devient SFR en Belgique et au Luxembourg[28].

Branche télécom de SFR Group[modifier | modifier le code]

En avril 2016, le groupe Numericable-SFR disparaît et devient SFR Group[29]. SFR se rapproche du pôle média d'Altice pour, d'une part racheter la participation minoritaire de 49 % d'Altice dans NextRadioTV et d'autre part pour acquérir Altice Media Group[29], afin de donner naissance au premier opérateur de contenus en France[30]. Cette opération donnera naissance à trois pôle : SFR Telecom, SFR Média et SFR Publicité[31].

  • SFR Telecom est la branche actuelle et connue de SFR. En juin 2016, la presse annonce que l'entreprise a perdu un million d’abonnés en un an et qu'elle accuse une perte trimestrielle de 41 millions d’euros au premier trimestre 2016[32]. Elle pointe également du doigt l'importance de l'endettement du groupe estimé à 50 milliards[33].

En août 2016, SFR annonce la suppression de 5.000 postes, soit un tiers de ses effectif d'ici à 2019[34].

  • SFR Média est dirigée par Alain Weill. Il est composé d'un bouquet de 5 chaînes de sport (SFR Sport), pour diffuser notamment les matchs de la Premier League anglaise de football, dont les droits ont été acquis par Altice, ainsi que de BFM Sport, une chaine d'information sportive s'appuyant sur les équipes de RMC, et BFM Paris, une chaîne d'information locale en Île-de-France. Une fiction dénommée Les Medicis : Maîtres de Florence, avec Dustin Hoffman, et une application kiosque (SFR Presse) pour les titres de presse du groupe sont également prévues[35].
  • SFR Publicité se charge de la monétisation des contenus édités et diffusés pour l'ensemble du nouveau groupe.

Dans un communiqué publié le , le groupe SFR annonce avoir finalisé l'acquisition d'Altice Media Group[36].

Le 22 juin 2016, Patrick Drahi évoque une situation de sur-effectif de SFR[37].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Identité vocale[modifier | modifier le code]

  • 1995-2010 : Solange du Part (comédienne-voix)[38],[39].

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1987-1990 : « Parce qu’un abonné SFR n’est pas qu’un simple numéro »
  • 1990-1994 : « Ligne SFR, Le téléphone liberté »
  • 1994-1996 : « SFR, Le monde sans fil est à vous »
  • 1996-1999 : « Sans fil SFR, le monde est à vous »
  • 1999-2000 : « Vous n'avez pas fini d'être LIBRE »
  • 2000-2001 : « SFR, le meilleur réseau »
  • 2001-2003 : « Vous serez toujours plus qu’un simple numéro »
  • 2003-2005 : « Plus de plaisir »
  • 2005-2007 : « Parlons mieux, parlons mobile »
  • 2007-2008 : « Vivons mobile »
  • 2008-2010 : « SFR, et le monde est à vous »
  • 2010-2014 : « Carrément vous »
  • 2014-2015 : « Smart comme vous »
  • 2015-2016 : « SFR, et tout s'accélère »
  • 2016-2017 : « #NewSFR »
  • 2017 : « Pour vous, SFR change »
  • 2017 : « SFR en chemin vers le meilleur, Altice »

Organisation[modifier | modifier le code]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

La Direction générale de la Société, qui est dissociée des fonctions de Président depuis le 27 novembre 2014, a été exercée par Eric Denoyer sur l’année 2015 et jusqu’au 7 janvier 2016, date à laquelle Eric Denoyer a démissionné et a été remplacé à titre provisoire par Michel Combes.

Les fonctions de président du conseil d’administration et de directeur général étaient réunies depuis la constitution de la société. Lors de l’acquisition de SFR par Numericable Group le 27 novembre 2014, ces deux fonctions ont été dissociées, Patrick Drahi a alors exercé les fonctions de Président du conseil d’administration, pour une durée correspondant à celle de son mandat d’administrateur, et la Direction générale de la Société est restée confiée à Eric Denoyer.

En septembre 2015, Michel Combes a été nommé Président en remplacement de Patrick Drahi, démissionnaire de son mandat d’administrateur et Eric Denoyer a continué à exercer ses fonctions de Directeur général de la Société. Eric Denoyer a démissionné le 7 janvier 2016 et a été remplacé à titre provisoire par Michel Combes qui exerce les fonctions de Directeur général jusqu’à la prise de fonctions effective de Michel Paulin qui devrait intervenir dans le courant du mois d’avril 2016. Ce dernier a été nommé lors du conseil d’administration du 11 mars 2016. Eric Denoyer exerce les fonctions de conseiller du Président jusqu’au 7 juillet 2016. Il est par ailleurs administrateur de la Société en remplacement de Dexter Goei[40].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Président de SFR 
PDG de SFR Group
  • De novembre 2014 à janvier 2016 : Éric Denoyer
  • Depuis janvier 2016 : Michel Combes[44]
DG Délégué de SFR Télécom 

Capital[modifier | modifier le code]

Le groupe SFR-Cegetel avait un actionnariat multiple : CGE puis Vivendi Telecom, Vodafone, Mannesmann, SBC et British Telecom. L'actionnaire de référence du groupe SFR Cegetel était Vivendi Telecom. Le comité exécutif était composé de Philippe Germond président, Abdesslam Aizoun, Bruno Curis, Jérome Duval-Hamel et Pierre Trotot.

En 2003, Vivendi prend 55,8 % du capital de SFR, Vodafone gardant 43,9 % ; le groupe SFR-Cegetel devient ainsi une filiale de Vivendi. Cette filiale représente plus de 60 % des revenus du groupe Vivendi. Cet actionnariat est stable avec ses deux grands actionnaires depuis cette date.

En avril 2011, Vivendi rachète les parts de Vodafone pour 7,75 milliards d'euros. La transaction a lieu le .

En 2015, le groupe fait partie intégralement de l'entité Numericable-SFR.

Le 27 avril 2016, le groupe se diversifie dans les contenus et la vente d'espace publicitaire et donne naissance à SFR Group[47].

Siège du groupe et « Campus SFR »[modifier | modifier le code]

Le siège social du groupe était jusqu'en décembre 2013 situé dans la Tour SFR, à la Défense. Depuis la prise de contrôle par Numéricable, il est à présent situé au 1 square Bela-Bartok – 75015 Paris. Les quelque 4 000 collaborateurs des sites de La Défense, Boulogne-Billancourt et Paris Cambray sont désormais installés sur le « Campus SFR », 12 rue Jean-Philippe-Rameau à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis.

Activités[modifier | modifier le code]

Pour le grand public, le groupe commercialise ses offres sous les marques SFR et RED by SFR et pour l'entreprise, sous la marque SFR Business.

Téléphone fixe et internet[modifier | modifier le code]

Sur la majeure partie du territoire français le réseau SFR utilise en pratique l'ancien réseau filaire des PTT , devenus ultérieurement pour le téléphone France Telecom, puis celui-ci, Orange. Dans les régions rurales ce réseau de câbles aériens sur poteaux, toujours en possession de Orange, est en délabrement, et le fonctionnement des services de SFR ou d'autres opérateurs locataires est fréquemment interrompu, avec des pannes répétées et prolongées pouvant atteindre plusieurs mois.

En novembre 2010, SFR est le premier fournisseur d'accès à commercialiser une Box de nouvelle génération (Neufbox Évolution). En mai 2012, SFR a renommé ses offres Internet et son modem en « La Box de SFR »[48].

Fin décembre 2012, SFR comptait 5,075 millions de clients haut et très haut débit[49].

Aujourd'hui, SFR compte 6,353 millions de foyer abonnés au haut débit et 1,814 million de foyers abonnés au très haut débit[5].

La Box de SFR[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La box de SFR.

La box de SFR (anciennement Neufbox) est un boîtier permettant aux abonnés du fournisseur d'accès SFR d'accéder à l’internet au moyen d'une connexion ADSL.

Cet appareil sert principalement de modem ADSL, mais permet aussi à SFR de proposer des services ajoutés comme la télévision ou la téléphonie. Elle peut également être utilisée sans fil. Les versions les plus récentes sont compatibles avec l'ADSL 2+.

SFR créé un espace communautaire de bêta-test de produits et services : l'Atelier SFR dirigé par Chloé MaGeek, une animatrice de communauté virtuelle.

SFR donne accès à sa plateforme nuagique dans sa « box » et ses forfaits de téléphone mobile depuis novembre 2013, permettant à ses clients de sauvegarder leurs données sur des serveurs gérés par l'opérateur [50].

En novembre 2013, SFR lance son « décodeur TV SFR avec Google Play », une offre destinée principalement aux abonnés ADSL qui ne sont pas éligibles à la télévision par l’internet. Il permet de recevoir les chaînes de la TNT, reprend les services de rediffusion et vidéo à la demande des décodeurs classiques et intègre les services de Google[51].

En mai 2014, SFR présente sa nouvelle offre « premium », un boitier internet destiné aux clients haut de gamme de l’opérateur téléphonique, associé à un service de surveillance à distance du domicile.

Cette nouvelle offre, disponible le 3 juin 2014 permet à tous les abonnés d'accéder à de nouveaux contenus : sport, musique, cinéma, séries, jeux, information routière et presse. De plus, SFR ajoute un service de contrôle intelligent de la maison permettant aux abonnés de recevoir des alertes concernant le détecteur de fumée ou la caméra installés à leur domicile[52].

Depuis octobre 2014, Netflix est disponible sur le décodeur SFR[53].

La Box Fibre de SFR[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Box Fibre de SFR.

Le 18 novembre 2014, SFR annonce le lancement d’une nouvelle box, La Box Fibre, permettant de toucher les 8,6 millions de foyers éligibles au réseau Numericable. Elle reprend l'ensemble des services disponibles sur l’actuelle box fibre de Numéricable tels que l'affichage et l'enregistrement de deux programmes en simultané, une quarantaine de chaîne et un service de VOD. Il est également possible de combiner les services de domotique de Home by SFR.

Si elle ne fonctionne pour l’instant pas avec la technologie FTTH (fibre jusque dans l’appartement ou la maison), le groupe proposera à terme une box capable de fonctionner à la fois avec le câble et la fibre classique[54].

La Box THD 4K[modifier | modifier le code]

En novembre 2015, SFR lance une nouvelle box appelée "La Box Fibre Zive" reservée jusqu'à début 2016 aux clients par câble et pouvant aller jusqu'à 1 Gb/s en descendant et 200 Mb/s en montant. Elle possède un décodeur 4K, un disque dur de 500 Go et un support du protocole NFC pour la communication avec les smartphones. SFR lance avec cette box un service de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) appelé Zive avec un catalogue d'abord composé de 5 000 films et séries, mais il est prévu de l'étendre à 10 000 titres d'ici six mois et 15 000 titres d'ici un an[55],[56].

Depuis le 1er juin 2016, la réglementation exige de préciser la nature de la terminaison. Or SFR, depuis le rachat par Numéricable, vend essentiellement du câble et non de la fibre, la box est donc renommée et devient "La Box THD 4K"[57]. Il s'agit de la box la plus puissante du marché

Téléphonie mobile[modifier | modifier le code]

Le groupe compte 21,9 millions de clients mobile[5]. Depuis le 24 mars 2017, la 4G illimitée est proposée aux clients box internet avec un forfait mobile Power via l'avantage SFR Family[58].

SFR Business[modifier | modifier le code]

Article détaillé : SFR Business.

Le 20 septembre 2008, SFR Entreprise devient SFR Business Team, lors de l'achat de Neuf Cegetel par SFR, qui propose aux entreprises des solutions mobiles et fixes.

Depuis octobre 2011, la stratégie de SFR Business Team porte sur 3 axes majeurs :

  • Le développement dans la valeur autour du cloud computing (IaaS et SaaS notamment) ;
  • Le développement des partenariats à l'international afin d'assurer un SLA de bout en bout autour de l'alliance Network Team ;
  • Le développement de la fibre, avec un plan d'investissement renforcé afin de poper les zones industrielles et les zones occupées par les entreprises.

En 2012, SFR Business Team s’associe avec Bull pour obtenir le soutien de l'État français pour le déploiement d'une infrastructure de cloud computing à vocation nationale et européenne. Le projet représente un investissement de 225 millions d’euros et prévoit la création directe d’environ 400 nouveaux emplois. Le capital de la nouvelle société (Numergy) se répartit entre SFR (47 %), Bull (20 %) et la Caisse des dépôts et consignations via le FSN PME (33 %)[59].

Le , SFR Business Team compte 150 000 clients entreprises dont 98 % des entreprises du CAC 40[60].

D'avril à décembre 2014, SFR lance le déploiement de la plateforme Cloudera Enterprise Data Hub édition, « une plate-forme qui, combinée à son entrepôt de données, le dote d'un environnement big data taillé pour améliorer la connaissance du parcours de ses clients et se doter de moyens pour stocker et analyser les données de logs omnicanal (mobile, web, téléphone, magasins...) afin de mettre en place des actions pour retenir ses clients » [61]

Le 18 septembre 2015, SFR Business Team devient SFR Business[62] et compte 190 000 entreprises clientes[5].

Couverture du réseau[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine[modifier | modifier le code]

Téléphonie mobile[modifier | modifier le code]

SFR affirmait en 2010 couvrir 99,6 % de la population française en GSM/GPRS, 98,6 % en 3G/3G+[63] et disposait également de plus de 4 millions de points SFR WiFi[64]. Aujourd'hui, plus de 99 % de la population est couverte en 3G/3G+[5]. En France, SFR serait d'après une étude allemande, l'un des opérateurs possédant le réseau le plus sécurisé de France suivi de l'opérateur Orange qui possède le moins de risques d'intrusions sur le propre réseau.[réf. souhaitée]

Avec son réseau 3G+, SFR utilise la technologie HSPA afin d'augmenter les débits par rapport à ceux obtenus avec le 3G. Ces normes permettent d'atteindre des débits théoriques maximums de 14,4 Mbit/s descendant et 5,8 Mbit/s montant. Dès 2012, le réseau de SFR supportait tous les débits de la norme HSDPA (soit de 1,8 Mbit/s jusqu'à 14,4 Mbit/s descendant) et jusqu'à 5,8 Mbit/s montant avec la norme HSUPA[65]. Ces débits sont accessibles selon la compatibilité du téléphone.

Pour compléter son réseau 3G, SFR propose depuis novembre 2011 des femtocells sous le nom commercial SFR FEMTO, dont le prix est remboursé, et offre ainsi un mini réseau 3G dans le domicile des personnes ayant un accès Internet haut débit (câble ou ADSL, minimum 512 kb/s).

SFR lance en 2012 la 2G et la 3G/3G+ dans le métro parisien ainsi que dans le tunnel sous la manche et en profite pour mettre à jour son application SFR Wifi en y intégrant SFR Auto Connect : service pour concurrencer l'EAP Sim de Free. En octobre 2012, SFR et la RATP lancent la 3G+ dans les gares RER A de Châtelets-les Halles et Gare de Lyon à Paris[66].

Le débit de 14,4 Mbit/s, est largement déployé et était disponible, à fin 2010, dans 92 % de son réseau[67].

Début 2014, SFR et Bouygues Telecom signent un accord de mutualisation d’une partie de leurs réseaux d’accès mobiles. L'accord prévoit le déploiement d'un réseau partagé sur une zone représentant 57 % de la population (soit l’ensemble du territoire en dehors des 32 plus grosses agglomérations de plus de 200 000 habitants et des zones blanches)[68].

Pour assurer la meilleure couverture en très haut débit mobile, SFR a poursuivi l’extension de la technologie Dual Carrier (la toute dernière évolution de la 3G), touchant ainsi plus de 70 % de la population et permettant de doubler les débits descendants [69] .

4G[modifier | modifier le code]

4G de SFR

SFR a déployé à partir de fin 2012 un réseau 4G (LTE) accessible au grand public à Lyon, puis à Montpellier et dans le secteur de La Défense (Puteaux, Courbevoie) et l'étend, à l'instar d'Orange, dans les grandes agglomérations.

SFR a été le premier opérateur à déployer la 4G sur la ligne A du RER parisien grâce à un partenariat avec la RATP.

L'opérateur prévoit de couvrir entièrement la ville de Paris pour fin 2013. Si 400 antennes sont nécessaires pour couvrir Paris en 3G, il en faut moins pour la 4G, celle-ci exploitant, en partie, des fréquences plus basses (800 MHz (donc de plus grande portée) en plus du 2 600 MHz).

Le 11 juillet 2013, SFR officialise l’ouverture de son réseau 4G à Strasbourg, qui devient ainsi la 7e agglomération couverte en 4G par l'opérateur[70].

Le 27 août 2013, l'opérateur officialise l'ouverture de son réseau 4G sur Paris[71] affirmant proposer « la couverture 4G la plus importante sur Paris » et une couverture intégrale de la capitale dès fin 2013[72].

En décembre 2014, SFR annonce couvrir désormais 50 % de la population en 4G et plus de 75 % de la population en très haut débit mobile[73] (ce qui inclut la 3G+). Cette extension de couverture, permet à SFR de proposer la 4G dans la quasi-totalité des villes de plus de 50 000 habitants.

Fin 2015, la couverture 4G s'élève à 64 % de la population avec un objectif de 90 % d'ici fin 2017[5].

Début 2017, la couverture de la 4G LTE en France métropolitaine est passée à 81 %, et SFR a effectué tout au long de 2016 le plus gros déploiement d'antennes mobiles jamais vu en France[74].

L’extension rapide de la couverture Très Haut Débit mobile, historique en termes de volume est le fruit de la véritable usine de production conçue par SFR et soutenue par des investissements sans précédent (2,3 milliards d’euros en 2016). Ce rythme se poursuit en 2017 et permet à SFR de couvrir en juillet 2017 91 % de la population en 4G. SFR atteint avec plus de 6 mois d’avance sur son calendrier son objectif et annonce être en bonne voie pour couvrir 99 % de la population en 4G d’ici la fin de l’année 2018[75].

Antennes relais[modifier | modifier le code]

SFR dit participer au financement de la recherche dans le domaine des radiofréquences et de la santé, et poursuivre "une démarche d’information et de concertation renforcée avec ses parties prenantes dans le cadre du Guide des relations entre opérateurs et communes, signé entre l’Association des maires de France (AMF) et la Fédération française des télécoms (FFT)" [69].

SFR aurait participé à plus de 500 réunions d’information sur le sujet de la santé et des radiofréquences. [76].

Fibre optique[modifier | modifier le code]

SFR affirme posséder en 2013, 74 000 km de réseau en fibre optique[77]. 200 000 foyers étaient abonnés aux offres Fibre de SFR (avant le rachat par Numericable) et 1,6 million de logements y étaient éligibles.

En octobre 2013, SFR et Orange signent à Lille les deux premières conventions « France très haut débit » pour le déploiement de la fibre optique [78]

Fin 2015, 7,7 millions de logements et de locaux professionnels sont éligibles à la fibre de SFR avec un objectif de 12 millions en 2017, 18 millions en 2020 et 22 millions en 2022[5]

Dans les DOM-TOM[modifier | modifier le code]

À La Réunion et à Mayotte, la Société réunionnaise du radiotéléphone SRR est détenue par SFR.

En Guadeloupe, en Martinique et en Guyane, SFR Caraïbe (Outremer Telecom) est détenu par Numericable-SFR.

Le 7 avril 2015, la marque Only disparaît des Antilles au profit de SFR Caraïbe[79].

International[modifier | modifier le code]

En Belgique et au Luxembourg, SFR Belux (ex- Numericable Belux) est détenu par le Groupe SFR.

Position de l’opérateur dans les différents classements[modifier | modifier le code]

Activités fixes[modifier | modifier le code]

  • 4e pour la satisfaction Client en 2016 selon l'AFUTT[80]
  • 3e sur le 16e baromètre des FAI de l’Internaute avec 12,2/20 (juillet 2010) [81];
  • 3e sur le baromètre des FAI du Monde Informatique et de Witbe avec 94,91/100 (juin 2009) [82]

Activités mobiles[modifier | modifier le code]

  • 2e sur la qualité des communications selon l'ARCEP en 2017[83]
  • 3e sur la couverture réseau 4G[84]

Responsabilité environnementales[modifier | modifier le code]

Le Campus SFR est équipé d’une gestion automatisée et centralisée censée réduire la consommation d’énergie, de l’éclairage, et du chauffage. La "dématérialisation" des factures économise des frais de courrier à la compagnie et la consultation des factures rendue ainsi plus difficile lui évite nombre de réclamations par les clients.

Filiales et participations[modifier | modifier le code]

Principales filiales opérationnelles :

  • Société réunionnaise du radiotéléphone (SRR) ou SFR Réunion, 100,00 % : filiale de l’opérateur sur l'île de La Réunion
  • Société mahoraise du radiotéléphone, 100,00 % : filiale de l’opérateur à Mayotte
  • Compagnie d’Investissements Diversifiés (CID), 40,00 % SFR et 60,00 % Somart : Gestion et prise de participation dans des sociétés actives dans le secteur des télécommunications. Holding de Futur Télécom (100,00 %), de Simplicime ex Simpleo-Debitel (100,00 %), distributeur SFR dans ses boutiques en France et de Cinq sur cinq « 5sur5 » (100,00 %).
  • Guet@li haut débit, 100,00 % : fournisseur d’accès Internet dans l’île de La Réunion destiné aux professionnels.
  • SFR Service Client, 99,96 % : gestion des services clients et centres d’appel SFR.
  • Société du haut débit (SHD), 100 % : Société qui a obtenu de l’Arcep des licences WiMAX. Elle déploie cette technologie sur les 2 régions où elle a obtenu ces licences : en Île-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Depuis la prise de contrôle à 100 % de Neuf-Cegetel par SFR, la SHD est contrôlée à 100 % par le groupe SFR.
  • Ancienne filiale réintégrée à SFR :
    • SFR Systèmes d’information : 99,98 % (janvier 2007)
  • Autres filiales à participation majoritaire :
    • SFR 9 - Participation : 99,81 %
    • Société de télécommunication à réseau virtuel : 99,81 %
    • SFR 8 : 99,77 %
    • SFR 7 : 99,73 %

Le groupe exploite également des projets comme Wengo destiné à concurrencer Skype ou encore le Beautifulphone, devenu Twin, qui est une offre de téléphonie mobile basée sur un téléphone unique hybride GSM/Wi-Fi.

En avril 2008, après le rachat des parts du Groupe Louis Dreyfus, SFR devient l'actionnaire majoritaire de Neuf Cegetel.

Le 15 avril 2008, Bercy a donné son accord et a validé le rachat de Neuf Cegetel par SFR. Cela a entraîné la démission des trois administrateurs du Groupe Louis Dreyfus dont celle du P-DG Jacques Veyrat, remplacé par l'ex P-DG de SFR, Frank Esser. SFR a lancé en mai 2008 une OPA simplifiée sur le flottant en Bourse de Neuf Cegetel en vue d'obtenir la totalité des actions de cette dernière.

SFR détient environ 80 % des parts de Neuf Cegetel et se présente donc comme le principal concurrent d'Orange, cela lui permet également de devenir un opérateur intégré, à l'image d'Orange, c'est-à-dire proposant des services comprenant de la téléphonie mobile et de l'accès fixe à Internet. À l'issue de l'OPA, SFR est devenue propriétaire à 100 % (ou plus de 95 %) de Neuf Cegetel.

Le flottant de l'opérateur, 20,13 % du capital, ont été rachetés par SFR via une OPA entre le 19 mai 2008 et le 13 juin 2008 au prix de 35,90 euros par action, avec le coupon 2007 détaché (ou 36,50 euros avec le dividende mis en paiement le 2 mai 2008). À la fin de cet OPA le nouvel ensemble, SFR + Neuf Cegetel pèsera 12 milliards d'euros de chiffre d'affaires, et sera le premier opérateur alternatif (non issu des opérateurs historiques) en Europe[85].

Participations
  • 100 % : AOL France SNC;
  • 100 % : Club Internet (T-Online France)[86];
  • 100 % : LDCollectivités;
  • 100 % : Fibres Optiques Défense (FOD);
  • 100 % : AMSE[87]
  • 100 % : Médiafibre
  • 100 % : Erenis
  • 100 % : OzoneParis
  • 100 % : Tradingcom
  • 100 % : Jet Multimédia France
  • 67 % : Wengo
  • 100 % : Efixo
  • 100 % : Numergy
  • 25 % : Irisé
Autres raisons sociales liées historiquement à SFR

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

SFR est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2013, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 250 000 et 300 000 euros[88].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

SFR est inscrit depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2014 pour cette activité 1 collaborateur à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 25 000 et 50 000 euros[89].

Affaires judiciaires et sanctions administratives[modifier | modifier le code]

Le , SFR a été condamné par le Conseil de la concurrence à une amende de 220 millions d'euros dans l'affaire de l'entente entre trois opérateurs de téléphonie mobile en France[90].

Le , sur plainte de l'UFC - Que Choisir, le tribunal de Nanterre a condamné en première instance la société Neuf Télécom pour diverses clauses illicites et abusives contenues dans ses conditions générales. Le jugement a été affiché sur le site de Neuf Télécom durant un mois (juin 2010)[91].

Le , le Tribunal de Grande Instance de Paris a prononcé la nullité de la marque TEXTO et « Texto, Dites le en toutes lettres, dites le texto » pour défaut de distinctivité[92].

À l’automne 2008, deux arrêts de cours d’appel ont condamné les pratiques de l’opérateur envers ses boutiques, suivant d’autres arrêts du même type les mois précédents. Des avocats expliquent que SFR « est allé chercher des gens pour qu’ils montent des boutiques à la fin des années 1990 (…) tout en leur cachant qu’il était en train de monter son propre réseau.  » et les laisserait maintenant tomber ou leur imposerait des changements de contrat. De surcroît, selon les avocats, SFR « utiliserait le faux statut de gérant de société (franchise) pour imposer à ces patrons des contraintes supérieures au salariat mais sans les avantages. [93] »

En 2011, la Cour de Cassation [94] et la 6e Chambre sociale de la Cour d'appel de Versailles ont jugé que les distributeurs « Espaces SFR » étaient des « salariés » de SFR ; et qu'un « salarié » d'un distributeur SFR était lui aussi « salarié » de SFR[95].

SFR et sa filiale réunionnaise SRR sont condamnées le 13 juin 2014 à une sanction de 45,6 millions d'euros par l'autorité de la concurrence française, à cause d'une différenciation tarifaire pour les appels sur les réseaux SFR[96].

Difficultés de restructuration depuis 2014[modifier | modifier le code]

Technique[modifier | modifier le code]

Depuis le rachat Patrick Drahi du 7 avril 2014 par le groupe Altice à Vivendi, la société, déjà en situation de faiblesse au regard des services techniques, n'a pas su investir dans l'entretien de ses réseaux télécoms.

Dans le cas de la gamme box ADSL (service Internet), l'Arcep (Autorité de régulation des télécoms) notait une amélioration de SFR quant au nombre de pannes des nouvelles lignes, classant SFR "bon dernier en débit", avec 16 Mbit/s (sur ligne courte et mire proche) contre 21 Mbit pour Bouygues, principal concurrent à la reprise.

Concernant la téléphonie mobile, l'Arcep évaluait sur une base 100, correspondant à la moyenne du secteur, la note de SFR passant de 93 à 78 entre 2014 et 2015.

Il est à signaler que durant les neuf mois qui ont précédé la vente (effective en novembre 2014), Vivendi et son groupement d'actionnaires réduisaient alors ses investissements de 10 % dans la qualité des services (entretiens des réseaux 3G et 4G). Toutefois, un choix stratégique a été opéré à la reprise du groupe SFR qui pris le risque de geler les investissements au profit des marges et à la satisfaction des actionnaires actuels. La qualité des réseaux exigeants des réglages adaptés au besoin du trafic (augmentation de capacité d’absorption de la hausse du trafic Internet mobile, construction de nouveaux sites pour l’amélioration de la couverture Internet) ayant pâti de cette stratégie plus ou moins adaptée du "cost-killing". La réduction des couts auraient entrainé une économie de 10 à 15 % sur les infrastructures par la mise en concurrence de sous-traitants, responsable de cette baisse de la qualité des réseaux. L'arcep concluait que "SFR avait désormais le plus petit réseau très haut débit du marché, avec seulement 39% de la population couverte" (en propre, hors location des antennes Bouygues Telecom par accord de mutualisation)[97].

Par ailleurs, en février 2016, le régulateur mettait SFR et Bouygues Telecom en demeure par anticipation, obligeant les deux opérateurs liés par accord à exécuter de rattraper leur retard dans le déploiement de la 4G via les 800 MHz dans les communes rurales[98]. Et en ce qui concerne la qualité du réseau 2G, l'Arcep rappelle en mai 2016 que « les opérateurs sont conjointement tenus d'apporter grâce à un réseau mutualisé et moyennant un financement public[99], une couverture de base dans un certain nombre de centres-bourgs qui ont été identifiés par l'État comme absolument non couverts »[100].

Commerciale[modifier | modifier le code]

Au premier semestre 2016, la CNIL ou encore la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) auraient enregistré plusieurs plaintes de la part de clients SFR[101]. En outre, plusieurs forums ont fait état d'un démarchage téléphonique "agressif" de la part des services clients/fidélité de l'opérateur[102]. SFR, quant à lui, nie tout de son implication dans ces démarchages "ping-call".

Enfin, dans son dossier de presse du 30 mars 2016[103] et pour la deuxième année consécutive, l'Observatoire de l'Afutt, sacre en 2016 SFR "champion de l’insatisfaction client", aussi bien sur mobile que sur l’Internet fixe[104].

En interne[modifier | modifier le code]

Une délocalisation massive de la plateforme des appels entrants/sortants (centres d'appel "1023") au Maghreb (Maroc et Tunisie) a commencé en 2008[105]. Certains depuis dénoncent une dégradation du Service Clients accrue[106] et de lien causalité, une vague de résiliations enregistrée depuis[107]. Une nouvelle délocalisation actuellement en cours au Portugal, toujours dans cette stratégie financière de réduction des couts (malgré la baisse de 30 % de ses tarifs via les prestataires Arvato et Acticall avec qui SFR prévoit de rompre l'ensemble des ses contrats en 2017[108]), débouchait sur un appel à la mobilisation des salariés le 11 juin 2015[109].

La CGT, alors responsable de cet appel à la mobilisation, s'inquiétait de la perte des emplois en France au profit d'une masse salariale "bon marché" au Portugal mais aussi à Madagascar[110].

En avril 2016, Les fédérations CGT des télécommunications ([FAPT]) protestait toujours contre ce projet de délocalisation menaçant quelque 3000 emplois. Un appel à la grève fut lancé le 9 avril, notamment en lien avec la contestation du projet Loi Travail.

Le 31 mai 2016, une nouvelle affaire portant sur des employés d'une boutique SFR[111] , ici dans les Hauts-de-Seine à Antony, est dénoncée sur les réseaux sociaux. La LICRA interpelle SFR des propos sexistes et antisémites de deux de ses salariés à l'encontre de clients. La vidéo circulant en direct sur le réseau Périscope (Youtube) fut supprimée. Les deux responsables de ce scandale font l'objet d'une mise à pied en vue de leur entretien de licenciement[112]. Les deux salariés encourent peut-être 45 000 euros d’amende et un an de prison pour provocation à la discrimination en raison de la religion et provocation à la haine ou à la violence en raison du sexe[113].

En juin 2016, Patrick Drahi estime que SFR est en sureffectif. Il remet en cause la promesse de sauvegarder les emplois pour une durée de 3 ans signée en 2014 et se plaint de ne pas être concurrentiel, estimant que ses concurrents ont eux licencié[114].

En juillet 2016, SFR annonce la suppression de 5 000 postes, soit plus d'un tiers des effectifs globaux[115]. La décision agace le gouvernement qui accuse SFR de ne pas tenir ses engagements en termes d'emploi et d'investissement[116].

Mécénat[modifier | modifier le code]

Fondation SFR[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fondation SFR.

Créée en 2005, la Fondation SFR œuvre pour l'égalité des chances par deux moyens : le mécénat financier et de compétences. Elle soutient chaque année une centaine de projets associatifs en France, parrainés par des collaborateurs de l’entreprise.

Elle agit selon 3 axes d'actions prioritaires :

  • Œuvrer pour la mobilité sociale et culturelle.
  • Favoriser des projets dans lesquels les nouvelles technologies contribuent à rétablir l’égalité des chances.
  • Privilégier les actions de proximité sur tout le territoire français, pour intervenir au plus près des personnes en situation de fragilité.

En 2016, la Fondation SFR fête ses 10 années d’existence. En 10 ans, elle compte plus de 4000 engagements collaborateurs, dont plusieurs centaines de tuteurs Passeport Avenir pour accompagner les jeunes vers le succès et plus de 1000 projets en faveur de l’égalité des chances, parrainés par les collaborateurs. Le groupe SFR a décidé de poursuivre son action en dotant la Fondation de 5 millions d’euros pour les 5 années à venir pour adresser la réussite professionnelle des jeunes grâce à Richard Pareti[117].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « logo presse », sur magazine-presse.sfr.fr
  2. https://fr.finance.yahoo.com/q?s=SFR.PA
  3. « Drahi regroupe ses activités médias dans SFR », sur Challenges (consulté le 27 avril 2016)
  4. « RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2016 SFR GROUP », sur www.sfr.com, p. 14 et 15
  5. a, b, c, d, e, f et g « Chiffres clés de SFR », sur www.sfr.com (consulté le 17 mars 2016)
  6. « SFR devient Altice et change de logo », sur Le Huffington Post (consulté le 26 mai 2017)
  7. SFR altice: SFR change le nom de son réseau sur tous les smartphones huffingtonpost.fr, le 13 octobre 2017
  8. siroux laurent.doc - Le site des mémoires de l'IUP Marketing Vente
  9. A. Leflanchec, J. Rojot, « sfr cegetel... », Rev. fran. de gestion
  10. France Télécom est alors une entreprise publique.
  11. Le Nouvel Observateur 2003 et la Lettre de l'AGRH 2003.
  12. SFR devance Orange sur l'UMTS, sur le site usinenouvelle.com du 18 novembre 2004
  13. Site officiel de SFR - Gouvernance
  14. « SFR: vers un service client totalement externalisé ? », sur www. generation-nt.com .
  15. « Les coulisses de la grève du service client SFR », sur www. dailymotion.com.
  16. À fin décembre 2008, le parc total de clients à l’Internet haut débit s’élève à 3,879 millions de clients [PDF]
  17. SFR met ses forfaits au Red, consulté le 2 octobre 2011
  18. Vivendi rachète la totalité de SFR, sur le site liberation.fr du 4 avril 2011
  19. Interrogations sur la stratégie Vivendi après le rachat SFR, sur le site easybourse.com, consulté le 15 décembre 2012
  20. « Résultats : SFR un peu moins freiné par Free Mobile », sur silicon.fr (consulté le 20 septembre 2012)
  21. Vivendi va se scinder en deux pôles d'activité, Le Monde.fr, 11 septembre 2013.
  22. SFR : Vivendi a choisi Numericable
  23. Autorité de la concurrence, Décision du 30 octobre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de SFR par le groupe Altice
  24. Feu vert « sous conditions » pour le mariage entre SFR et Numericable, Audrey Fournier, Le Monde, 27 octobre 2014
  25. projetSFRNumericable, sur le site sfr.fr, consulté le 28 février 2015
  26. Numericable-SFR : Vivendi cède ses 20 % à Drahi sur le site lemonde.fr du 28 février 2015
  27. Elsa Bembaron, « SFR lance une nouvelle box et vient concurrencer Netflix », sur Le Figaro, (consulté le 9 novembre 2015)
  28. Les nouveaux packs SFR en Belgique (ex-Numericable) sur le site Astel.be, consulté le 15 février 2015
  29. a et b SFR, « SFR devient le premier opérateur de contenus en France », sur www.sfr.com (consulté le 27 avril 2016)
  30. SFR, « Naissance du premier opérateur de contenus en France », sur www.sfr.com (consulté le 27 avril 2016)
  31. Prisma Media, « NUMERICABLE-SFR annonce sa réorganisation en trois pôles », sur Capital.fr (consulté le 28 avril 2016)
  32. Les 50 milliards de dette de Patrick Drahi ne l'empêchent pas de dormir, liberation.fr, 8 juin 2016
  33. Patrick Drahi (SFR): "Je dors mieux avec mes 50 milliards de dette, que les 50.000 que j'avais à mes débuts!", huffingtonpost.fr, 8 juin 2016
  34. Suppression de 5.000 postes chez SFR : les syndicats majoritaires donnent leur bénédiction à Drahi, marianne.net, 5 août 2016
  35. « SFR fait le pari du mariage des médias et des télécoms », sur Le Monde,
  36. SFR, « SFR finalise l’acquisition d’Altice Media Group France », sur sfr.com, (consulté le 28 mai 2016)
  37. « Téléphonie : « SFR est en sureffectifs », affirme Patrick Drahi », sur leparisien.fr (consulté le 22 juin 2016)
  38. Derrière les voix off, un business en or, sur le site Capital.fr, 10 juin 2010.
  39. http://www.reponseatout.com/actualites/vie-stars/voix-connues-decouvrez-les-visages-a102404-p2 Le répondeur SFR : Solange du Part, sur reponseatout.com, 30 août 2010.
  40. Numericable -SFR, « Rapport Financier Annuel 2015 », Dans les 4 mois suivant la clôture de l'exercice (conformément au CMF),‎ , p. 188 (lire en ligne)
  41. Jean-Bernard Lévy prend la tête de SFR, Le Figaro, 26 mars 2012.
  42. (en) « Jean-Bernard Lévy quitte ses fonctions de Président du Directoire de Vivendi »
  43. « SFR : Jean-Yves Charlier nouveau PDG », sur lesechos.fr,
  44. Une nouvelle équipe pour relancer SFR, Les Échos, 7 janvier 2016.
  45. SFR, « SFR annonce la décision de Michel Paulin de quitter ses fonctions pour des raisons personnelles | SFR », sur www.sfr.com (consulté le 2 octobre 2017)
  46. « SFR-Altice: Armando Pereira officiellement nommé DG délégué », Silicon,‎ (lire en ligne)
  47. Sandrine Cassini et Alexis Delcambre, « SFR fait le pari du mariage des médias et des télécoms », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  48. « Offres SFR », sur www.ariase.com (consulté le 30 mai 2013)
  49. « Chiffres clés SFR », sur www.sfr.com (consulté le 30 mai 2013)
  50. « SFR ajoute du Cloud dans sa Box et ses forfaits mobiles », sur lesnumeriques.com (consulté le 5 février 2014)
  51. « SFR relance et détaille son décodeur Google TV », sur clubic.com (consulté le 4 février 2014)
  52. SFR lance une box premium - Leparisien.fr - Mai 2014
  53. Netflix désormais disponible sur certaines box SFR - LeMonde.fr - Octobre 2014
  54. Première offensive commerciale du nouveau SFR-Numericable - les Echos - Novembre 2014
  55. « Box Fibre Zive : la box pour le câble de SFR », (consulté le 3 juillet 2016)
  56. « SFR lance sa Box Fibre Zive, son "Netflix", et ouvre la porte au téléchargement à 1 Gb/s », (consulté le 3 juillet 2016)
  57. « Box THD de SFR : fin de la "fibre" et hausses de prix », (consulté le 3 juillet 2016)
  58. « SFR imite Free Mobile avec la 4G illimitée via SFR Family le 24 mars prochain », MonPetitForfait,‎ (lire en ligne)
  59. Communiqué de presse commun SFR et Bull
  60. A propos de SFR Business Team, sur le site sfrbusinessteam.fr, consulté le 14 septembre 2013
  61. SFR améliore la connaissance du parcours client avec Cloudera - lemondeinformatique.fr - décembre 2014
  62. SFR, « SFR BUSINESS : la nouvelle marque commerciale pour l’activité Entreprise du groupe Numericable-SFR | SFR », sur www.sfr.com (consulté le 17 mars 2016)
  63. SFR - Réseau 3G+, sur le site sfr.fr
  64. SFR poursuit activement ses investissements dans son réseau sur le site sfr.com du 8 juillet 2010
  65. SFR augmente à nouveau ses débits mobile 3G+ sur le site sfr.com du 15 avril 2012
  66. « SFR lance la 3G dans les premières gares de la RATP », sur Clubic.com
  67. 92 % de la population couverte en 3G+ à fin 2010, sur le site sfr.com du 5 avril 2011
  68. « SFR Bouygues », sur sfr.com (consulté le 4 février 2014)
  69. a et b « Rapport responsabilité sociale et environnementale 2013 SFR », sur groupe.sfr.fr (consulté le 29 septembre 2014)
  70. « 4G Strasbourg », sur sfr.com (consulté le 25 juillet 2013)
  71. SFR ouvre son réseau 4G à Paris, pour une couverture totale fin 2013, sur le site zdnet.fr du 27 août 2013
  72. « 4G Paris », sur lefigaro.fr (consulté le 24 septembre 2013)
  73. « SFR renforce sa couverture nationale 4G et accélère ses investissements », sur sfr.fr (consulté le 18 décembre 2014)
  74. « SFR triomphe en 2016 sur le déploiement de la 4G, Free et Orange à la traîne », sur CableReview, (consulté le 9 février 2017)
  75. 91 % DE LA POPULATION COUVERTE EN 4G AVEC 6 MOIS D’AVANCE sfr.com, le 27 juillet 2017
  76. SFR - Téléphonie mobile et radiofréquences
  77. « Chiffres clés », sur sfr.com (consulté le 25 juillet 2013)
  78. « A Lille Orange et SFR s'engagent sur le déploiement de la fibre », sur dslvalley.com (consulté le 5 février 2014)
  79. DomTomNews, « Guyane – SFR arrive le 7 avril », sur DomTomNews (consulté le 7 mars 2016)
  80. « Observatoire des plaintes de l'AFUTT »
  81. 16e baromètre de l’Internaute, sur le site linternaute.com, juillet 2010]
  82. Le baromètre des FAI avec Witbe, sur le site lemondeinformatique.fr, juin 2009
  83. (en) « Observatoire sur la couverture et la qualité des services mobiles », sur www.arcep.fr (consulté le 8 juillet 2017)
  84. « Orange garde la meilleure couverture mobile en France », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  85. Fin de l'OPA de SFR sur Neuf Cegetel
  86. dont les activités de Service Client sont devenues « Neuf Assistance »
  87. anciennement le service client d'AOL France, renommé Neuf Center
  88. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 28 octobre 2016)
  89. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 28 octobre 2016)
  90. « Le Conseil de la concurrence sanctionne à hauteur de 534 millions d'euros les sociétés Orange France, SFR et Bouygues Telecom », sur www. autoritedelaconcurrence.fr (consulté le 29 juin 2010)
  91. « Dispositif du jugement du TGI de Nanterre du 03/03/2006 sur » (consulté le 27 janvier 2011)
  92. « Annulation de la marque TEXTO pour défaut de distinctivité », sur http://www.cabinetbouchara.com/
  93. « SFR, la franchise trop brutale », Libération,
  94. SFR doit réaménager son réseau de distribution sur le site zeblog.com
  95. Un distributeur SFR considéré comme un salarié Sur le site zeblog.com le 8 novembre 2011
  96. SFR et sa filiale réunionnaise sanctionnées, Le Monde, 13 juin 2014
  97. « SFR peut-il calmer la grogne de ses clients ?, in Enquêtes Stratégie », sur Capital, (consulté le 1er juin 2016)
  98. Thomas Pontiroli, « 4G : SFR et Bouygues Telecom sont en retard sur le calendrier dans les petites villes », sur Clubic, (consulté le 1er juin 2016)
  99. Alexandre Laurent, « Fin des zones blanches en 2G : les opérateurs s'engagent », sur Clubic, (consulté le 23 mai 2015)
  100. Thomas Pontiroli, « Orange et SFR épinglés par l'Arcep sur la 2G », sur Clubic, (consulté le 1er juin 2016)
  101. Contributeur sous pseudonyme, « Harcèlement commercial de SFR : la réponse de leurs services », sur Youtube, (consulté le 1er juin 2016)
  102. Hayat Gazzane, « SFR : cet étonnant démarchage commercial qui insupporte les clients », sur Le Figaro in Économie, (consulté le 31 mai 2016)
  103. dossier de presse du 30 mars 2016 afutt.org, mars 2016
  104. « SFR, n°1 de l’insatisfaction client », sur Le Journal du Geek, (consulté le 31 mai 2016)
  105. Catherine Maussion, « Les salariés de SFR défendent leur pré carré », sur Libération.fr, (consulté le 1er juin 2016)
  106. Eric Le Ven, « SFR : le coup de la panne », sur CNet, (consulté le 1er juin 2016)
  107. Julien Maron, « Comment contacter facilement le service client SFR ? », sur Mensquare, (consulté le 1er juin 2016)
  108. « SFR délocalise certains de ses centres d’appel au Portugal », sur Source: La lettre A en accès payant, (consulté le 1er juin 2016)
  109. Frédéric Bergé, « SFR: les centres d'appels protestent contre la méthode Drahi », sur BFMTV - BFM Business, (consulté en 1 er juin 2016)
  110. Louis Mbembe, « Les salariés de SFR mobilisés contre un projet de délocalisation », sur France Info, (consulté le 1er juin 2016)
  111. Le Plus, « Des vendeurs SFR cassent le téléphone d’un client sur Périscope », sur NouvelObs, (consulté le 1er juin 2016)
  112. Licata Caruso, « Deux salariés de SFR mis à pied après des propos antisémites sur Periscope », sur Le Parisien - Aujourd'hui En France, (consulté le 31 mai 2016)
  113. « Antisémitisme et sexisme. Deux salariés de SFR dérapent sur Periscope », sur Ouest France, (consulté le 1er juin 2016)
  114. lefigaro.fr, « «SFR est en sureffectif» (Drahi) », sur Le Figaro (consulté le 22 juin 2016)
  115. « 5000 postes supprimés chez SFR : l'écœurement des syndicats » (consulté le 29 juillet 2016)
  116. « Le gouvernement convoque la direction de SFR, qui veut supprimer 5 000 emplois », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  117. SFR, « La Fondation a 10 ans ... et est renouvelée pour 5 années | SFR », sur www.sfr.com (consulté le 3 juillet 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alice Le Flanchec, Le Cas SFR-Cegetel, Revue française de Gestion, 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]