Canal J

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canal J
Image illustrative de l'article Canal J

Création
Propriétaire Lagardère Active
Slogan « Tous les jours retrouve tes héros »
Format d'image 16:9, 576i et 1080i
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Thématique nationale privée
Siège social Paris
Site web http://www.canalj.fr
Diffusion
Diffusion Satellite, câble et IPTV.

Canal J est une chaîne de télévision française par câble générationnelle, détenue par le groupe Lagardère Active. Historiquement, Canal J est la première chaîne jeunesse et thématique, destinée en premier lieu aux enfants de 3 à 14 ans, puis dès 2000 aux enfants de 7 à 14 ans, TiJi prenant sa place auprès des 3 à 7 ans.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée le à l’initiative du groupe Hachette[1], Canal J est tout d’abord diffusée sur le réseau câblé de Cergy-Pontoise[2], puis à Paris le . La chaîne diffusait principalement des dessins animés à l’intention des 3-13 ans par cassettes vidéo en tête de réseau. La grille des programmes est composée de modules multidiffusés, de 10h jusqu'à 12h30, puis de 16h30 à 18h, tous les jours.

À partir de , Canal J est exploitée au sein d’une nouvelle société constituée autour d’Europe 1 Communication et de trois câblo-opérateurs : Communication et Développement, Lyonnaise Communications et Générale d’Images. Dans le cadre de cette nouvelle structure, Canal J est la première chaîne à s’ouvrir, en juin 1988, à l’ensemble des systèmes de télédistribution : les réseaux câblés et les antennes collectives grâce au système satellitaire Télécom 1C. La chaîne passe de 50 000 à 100 000 abonnés et amorce alors son développement sur le câble.

Le 13 avril 1989, le logo change. La programmation évolue aussi, au profit de la fiction, des films, des magazines, des documentaires et des jeux. Des rendez-vous réguliers s’instaurent, l’offre de programmes et l’éventail de genres s’élargissent et se renouvellent. Peu à peu la part de dessins animés s’amenuise.

En 1990, l'abandon du projet coûteux de diffusion hertzienne par abonnement (Paris + vingt-deux villes en France) et satellitaire en réception directe TDF 1 permet de lancer une stratégie ambitieuse d’investissement sur l’avenir dans les programmes. Canal J conforte sa position sur le câble. C’est le début de la politique de production et de coproduction le programmes (avec l'émission Cajou, les séries Le Trésor des Templiers et Les Histoires du père Castor). La même année le nombre d’abonnés passe de 330 000 à 550 000 foyers.

Le lancement le de Canal satellite analogique (réception directe par satellite de sept chaînes thématiques) permet à Canal J d’être reçue dans toute la France. Le 19 novembre sort Les Bêtises d'Henri Dès, la première chanson adaptée en dessin animé diffusée sur Canal J.

En 1993, Canal J créé l’événement en rediffusant quotidiennement L'Île aux enfants permettant aux nostalgiques des années 1970 de retrouver Casimir et Léonard, et en attirant par la même un public plus âgé[3]. La chaîne diffuse aussi Spirou et des magazines incarnés exclusifs, comme Ciné Furax ou Atomes crochus, lui permettant de toucher un public encore plus large.

Le 23 décembre 1995, Canal J fête ses dix ans et, pour la première fois, la chaîne atteint l’équilibre financier[4].

Canal J est inclus dans le bouquet numérique de CanalSatellite lancé en 1996, et ses magazines sont diffusés sur Canal France international (CFI) à partir du dans un module de deux heures de programmes de Canal J destiné à l’Afrique, le Proche et Moyen-Orient et l’Asie.

En , la chaîne lance son site internet canalj.net qui est primé à Biarritz la même année. Le site est entièrement repensé le pour devenir le premier site éditorial et communautaire des chaînes jeunesse à destination des enfants.

La chaîne fête ses quinze ans à Noël 2000 et, forte de son succès, lance une déclinaison destinée aux enfants de moins de sept ans : TiJi. Canal J est alors la seule chaîne jeunesse présente sur tous les bouquets câble et sur Canalsat.

Le , la chaîne diffuse Titeuf en première exclusivité (coproduction).

Canal J lance Mémomix en , ce qui porte à huit le nombre d’émissions à l’antenne. La chaîne est alors la deuxième chaîne du câble et du satellite[5].

La candidature de Canal J est retenue par le CSA pour sa diffusion payante en plein canal sur la télévision numérique terrestre (TNT) et sa convention est signée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) en mai 2003. La chaîne est reçue par 3,5 millions de foyers abonnés et ses audiences sont en hausse.

À la suite de la fusion Canalsat/TPS, Canal J et TiJi arrivent sur TPS durant l’été 2007[6].

Le , la chaîne change son logo et sa programmation passe en diffusion 24h sur 24.

Les coûts de diffusion sur la TNT payante revenant trop cher pour être amortis par le faible nombre d'abonnement, la chaîne rend sa fréquence TNT le [7].

La chaîne passe en haute définition le [8].

En 2015, Canal J fête ses 30 ans. À cette occasion, la chaîne adopte un nouveau logo et un nouvel habillage conçus par l'agence Motionfanclub[9],[10] et passe en haute définition[11]. Des séries inédites sont également diffusées à partir de la rentrée de septembre avec notamment Thunderbirds : Les Sentinelles de l'air (en), Sailor Moon Crystal et La Boucle infernale[12].

Bouygues Télécom et Lagardère Active ont signé un accord prévoyant la diffusion des chaînes jeunesse sur le réseau de Bouygues Télécom. Ainsi, Canal J et TiJi quittent l'exclusivité française de Canalsat et SFR ( Numéricâble ) et vont rejoindre le bouquet le bouquet Bbox Grand Angle à partir du Lundi 11 avril 2016[13].

À partir du Canal J lance sa toute première série d'animation en créole pour le public ultramarin des Antilles françaises à cette occasion les équipes du groupe Lagardère iront à la rencontre des abonnés en Guadeloupe et Martinique d'après un communiqué publié par Canal J[14]. Sonic Boom sera la première série d'animation traduite en créole et sous-titrée en français. Cela fait de cette chaîne le premier canal français métropolitain à diffuser une série d’animation en créole (qui est considéré comme langue d’Outre-mer par la gouvernement[15]).

À partir du mardi 12 juillet 2016 Lagardère active signe un accord avec Orange pour la diffusion de Canal J et tiji. De même pour SFR mais cette fois sur le xDSL et le ftth car elles étaient déjà présentes sur le fttb.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogan[modifier | modifier le code]

  • Dés 1990 -1993 : « Canal J, le petit écran qui voit grand pour les enfants »
  • 1993 -1996 : « Ma première télé est intelligente »
  • 1996 -1999 : « La télé qui fait grandir »[16]
  • 1999 -2001 : « C'est toi qui vois »
  • 2001 -2006 : « ZZZaka »
  • 2006 -2007 : « C'est un copain en plus »
  • 2007 -2010 : « La télé complètement allumée ! »
  • 2010 -2011 : « Canal J, la télé qui n'est pas GNAGNAGNAGNAGNA »
  • 2011 -2014 : « Pense à délirer plusieurs fois par jour »
  • 2014 -2015 : « L'éclate avec tes potes »[17]
  • 2015 : « Tous les jours retrouve tes héros »

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Directrice déléguée France et International :

Directeur délégué adjoint France et International :

  • Julien Figue

Directrice des Antennes :

  • Caroline Mestik

Anciens dirigeants[modifier | modifier le code]

Directeurs généraux :

  • Monique Annaud : 23 décembre 1985 - 1991
  • Ève Baron : 1991-1994
  • Claude-Yves Robin : 1994-2002

Présidents-directeurs généraux :

Directeur des programmes :

  • Ève Baron : 1990 -1999
  • Pierre Belaïsch : 1999 -2010

Secrétaire Général des Programmes et des Antennes :

Capital[modifier | modifier le code]

Canal J SAS possède un capital de 15 680 000 € détenu à 100 % par Lagardère Active.

Sièges[modifier | modifier le code]

Le siège initial de Canal J était situé au 91 bis rue du Cherche-Midi à Paris.

La chaîne déménage dans le XVe arrondissement au 78, rue Olivier-de-Serres en 2003, dans un immeuble abritant la radio RMC ainsi que toutes les chaînes thématiques du groupe Lagardère Active.

Depuis 2008, le siège de la chaine se trouve dans le 8e arrondissement au 28 rue François-Ier depuis 2008 auprès des autres chaines du pôle de télévision Lagardère Active ainsi que des stations de radio Europe 1, RFM et Virgin Radio.

Audiences[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, Canal J affichait 1,4% de PdA auprès des 4-10 ans, en progression de +56% en un an, et de 1,1% de PdA sur les 4-14 ans (+38% en un an). La chaîne enregistrait près de 125 000 vues en moyenne par mois, soit une progression de +53% vs la même période en 2013-2014[18].

Évolution du nombre d'abonnés[modifier | modifier le code]

Lancement Juin 1988 Fin 1989 Courant 1990 1991 1994 Décembre 1995 Janvier 1998 Décembre 2000 Mai 2003 été 2007
300 100 000 160 000 300 000 550 000 1 000 000 1 500 000 2 000 000 3 000 000 3 500 000 5 500 000

Animateurs[modifier | modifier le code]

Les anciens animateurs[modifier | modifier le code]

  • Billy
  • Khriss
  • Laurent Romejko
  • Laurent Mariotte : présentateur de Cajou, Domino, Zboggum et Watafon.
  • Dominique Duthuit : « madame cinéma » de la chaîne, elle a animé Cajou et Ciné Furax.
  • Yann Salley, animateur Sciences, on tourne de 1992 à 1995.
  • Jean-François Bordier : animateur de Cajou et présentateur de l'émission scientifique Atomes crochus, s'est particulièrement distingué en incarnant le Captain J, héros de la chaîne expliquant le monde aux enfants. Il est aujourd'hui le plus célèbre narrateur des documentaires de France 5.
  • Emmanuel Chain : animateur de l'émission hebdomadaire Regarde le monde de 1993 à 1995
  • Christine Ockrent était aussi dans l'émission Regarde le monde de 1995 à 1996.
  • Bertrand Amar, le « monsieur jeu vidéo » de la chaîne, avec les émissions Des souris et des Rom de 1995 a 1999, Faut que ça saute !, Re-7.
  • Anne Meson, animatrice de l'émission de variétés Tarmac de 1995 à 1996.
  • Pierre-Luc Séguillon : animait l'émission hebdomadaire Regarde le monde de 1996 à 1997.
  • Thomas Sotto : il a présenté le JTJ, journal d'actualités pour les enfants, de septembre 1999 à 2000[19]. À la suite d'un grave accident de moto en 2000, il quitte la présentation de l'émission qui s'arrête quelques mois plus tard.
  • Mehdi Harbaoui : il a présenté le jeu itinérant Pas d'quartier.
  • Vanessa de Clausade : elle a animé Faut que ça saute !, Le Grand Match Canal J et Le monde est scoop.
  • Samantha Vandersteen : tenait une rubrique dans Faut que ça saute ! puis dans Lollytop de 2003 à 2004. Elle habite désormais à San Francisco et est membre de la compagnie de théâtre « La D-Boussole ».
  • Claire Pérot, animatrice de l'émission féminine de la chaîne Lollytop de 2002 à 2004.
  • Marina Tomassi, présentatrice de Lollytop de 2005 à 2006.
  • Stéphanie Loire, présentatrice de Lollytop de 2005 à 2006.
  • Olivier Ligné, animateur ayant présenté 200 secondes, Faut que ça saute !, Le monde est scoop, Le Grand Match Canal J, Blagadonf, Mort de rire !, Mémomix, Show-Live et La Toile infernale.
  • Jordan de 1996 à 2005 et de 2008 à 2015
  • Nicholas Vachet 2006 à 2013
  • Anthony Soulebieux 2000 à 2013

Voix antenne[modifier | modifier le code]

  • Damien Hartmann depuis décembre 2010.

Programmes[modifier | modifier le code]

À sa création et jusqu’en 2000, la chaîne était considérée comme éducative et offrait des programmes sans aucune violence, ainsi que des programmes pour les tout petits. Un changement à la direction de la chaîne et la création d’une déclinaison destinée aux tout petits, TiJi, l’a réorientée sur des programmes moins éducatifs et plus internationaux. Les émissions de plateau, comme la mythique Cajou, se sont alors faites plus rares au profit du Show-Live ou de Iapiap !.

Émissions[modifier | modifier le code]

Anciennes émissions[modifier | modifier le code]

Émissions diffusant des dessins animés[modifier | modifier le code]

  • Aventure (disparu)
  • Bd Party (disparu)
  • Big Bang (disparu)
  • Les Dooding (disparu)
  • Monsieur Nô (disparu)
  • Mort de rire !
  • Nicktoons (2003 - 2005)
  • Canal top 1999-2010

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Séries diffusées depuis 1985 (liste non exhaustive)

Séries live[modifier | modifier le code]

Diffusion[modifier | modifier le code]

En France, Belgique et Suisse :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.planetecsat.com/wordpress/?p=2229
  2. http://www.toutelatele.com/1985-2005-20-ans-deja-bon-anniversaire-canal-j-5226
  3. http://www.lefigaro.fr/culture/2014/09/16/03004-20140916ARTFIG00060-casimir-les-40-bougies-du-dinosaure-psychedelique-orange.php
  4. http://www.liberation.fr/medias/1995/12/04/canal-j-premiere-de-la-classe-la-chaine-des-enfants-fete-ses-dix-ans-et-son-succes_153072
  5. http://www.strategies.fr/articles/r74718W/canal-j-deuxieme-chaine-du-cable-et-du-satellite-selon-mediacabsat.html
  6. http://www.jeanmarcmorandini.com/article-5327-canal-j-va-arriver-sur-le-bouquet-tps.html
  7. http://www.strategies.fr/actualites/medias/113036W/canal-j-quitte-la-tnt-payante.html
  8. « Nouveau plan de service Canalsat : 3 nouvelles chaînes, passages en HD... », sur universfreebox,‎ (consulté le 8 avril 2015)
  9. Site de l'agence
  10. http://www.grapheine.com/motion-design/nouveau-logo-canal-j
  11. Thierry Wojciak, « Canal J change pour ses 30 ans », cbnews.fr, 5 janvier 2015.
  12. « Canal J : temps forts septembre 2015 », lagardere-pub.com, 16 juillet 2015.
  13. « Bouygues Telecom propose désormais deux nouvelles chaînes à destination des enfants sur la Bbox : TiJi et Canal J », sur www.jeanmarcmorandini.com (consulté le 10 avril 2016)
  14. [1]
  15. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Langues-de-France/Langues-des-Outre-mer
  16. http://www.liberation.fr/medias/1997/12/24/les-petites-chaines-qui-poussent-7-canal-j-sur-la-grille-des-merveilles-des-emissions-politiquement-_223098
  17. http://www.e-marketing.fr/Thematique/Profession-1008/Breves/Canal-J-la-tele-completement-allumee-21358.htm
  18. http://www.lagardere.com/centre-presse/communiques-de-presse/communiques-de-presse-122.html&idpress=6790
  19. « Canal J fête ses 30 ans : la première télé de Thomas Sotto ! », Europe 1, 26 juin 2015.
  20. (fr) leblogtvnews.com, « SFR propose à ses clients de nouvelles chaînes Découverte et Jeunesse. - LeBlogTvNews » (consulté le 24 juillet 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]